ANALYSES

Violence psychologique internationale


Dans la même rubrique:
< >

Mercredi 19 Octobre 2016 - 12:49 Le prix de la rétrogradation

Lundi 17 Octobre 2016 - 11:17 Olivier Roy : « Le djihad et la mort »



redaction@mecanopolis.org
Mercredi 18 Mars 2009

Violence psychologique internationale

Faouzi Elmir, Mecanopolis

Quand on évoque la question de la guerre dans la vie internationale, on pense immédiatement à la guerre militaire. Mais on oublie très souvent qu'à côté des conflits armés et de la guerre militaire entre les Etats, il existe une autre guerre qui les précède et qui les prépare, la guerre psychologique. À la place des obus et des missiles qui tuent sur le coup, la guerre psychologique internationale utilise des mots et des images transmis par des moyens de communication de masse (MCM) qui produisent et diffusent des milliards d'informations et qui touchent instantanément, en quelques fractions de seconde des milliards d'hommes à travers la planète.

Ces milliards de messages vont servir de support à la propagande politique et militaire dont l'objectif est de modifier la machinerie psychique des hommes en leur inculquant des leviers psychiques d'adhésion ou de rejet des personnes, des idées, des propositions, des concepts, des programmes, des politiques, des groupes, des races, des religions, des nations ou des Etats. Ces leviers psychiques opèrent sous forme de réflexes conditionnés déclenchés à distance par des meneurs, grâce à des mots-clés poison ou des mots-clés vertus, des images, des messages, des symboles, des slogans.

CONDITIONS DE LA GUERRE PSYCHOLOGIQUE INTERNATIONALE

Une guerre psychologique ne s'improvise pas et comme toute guerre, il faut la préparer et bien la préparer s'il faut qu'elle atteigne ses objectifs. Elle présuppose un certain nombre de conditions relatives à la formation et à l'orientation de la machinerie psychique des masses et des foules. Une guerre psychologique internationale recourt à la même arme que n'importe quelle guerre psychologique se déroulant au sein des Etats nationaux. C'est arme s'appelle la propagande. La seule différencie entre les deux propagandes, nationale et internationale, c'est l'ennemi qui n'est pas un ennemi intérieur mais l'étranger, le « eux » et le « nous ». Quand l'ennemi change, ce sont les thèmes, les mots, les symboles et les mythes véhiculés par la propagande internationale qui sont amenés à changer en conséquence. Par exemple, une propagande nationale vise à faire croire aux citoyens de l'Etat-nation qu'ils vivent, eux, dans une vraie démocratie alors que les Etats communistes sont des dictatures. Pour la propagande capitaliste, les démocraties occidentales sont synonymes de liberté même avec une dictature capitaliste qui s'exerce sur l'ensemble de la société..

Puisque la guerre psychologique internationale consiste à diaboliser l'étranger, ce sont les multinationales de l'information, américaines et européennes, qui s'en occupent et qui jouent un rôle déterminant. Ces canaux de production et de diffusion de l'information possèdent un peu partout dans le monde, un grand nombre d'agences de nouvelles, de nombreuses entreprises de journaux télévisés et filmés, de journaux nationaux et locaux. Ces multinationales de l'information sont la propriété de quelques grands capitalistes et c'est cette concentration des moyens de production et de diffusion de l'information qui est la condition première de la propagande. Point de propagande sans concentration des moyens de communication de masse ou Mass Media. Pour qu'il y ait véritablement propagande, il faut une concentration dans la production et la diffusion de l'information, et cette concentration est imposée par le coût de revient de plus en plus élevé de la production et de la diffusion de l'information. Les quatre grandes agences de presse sont américaines et européennes: l'Associated Press(AP), United Press International(UPI), Reuters, AFP. Par exemple, l'Associated Press transmet environ 20 millions de mots par jour à plus de 10 000 abonnés ; toutes les 24 heures, environ deux milliards de personnes entendent ou lisent les informations qu'elle diffuse. L'AFP transmet environ 3 millions de mots par jour et ses journalistes sont en poste dans plus de 110 pays. Deux multinationales de l'information (UPI et AFP) fournissent à elles seules 65% des informations aux 16 Etats latino-américains.

aveugler

FABRICATION DE « L'HOMME DE L'ACTUALITE INTERNATIONALE »

Les multinationales de l'information sont le support indispensable de toute guerre psychologique internationale. Ce sont elles qui suscitent des opinions publiques favorables à une guerre et qui influencent psychologiquement les citoyens des Etats-nationaux pour soutenir les stratégies militaires et impérialistes de leurs gouvernements. Pour fabriquer des opinions publiques à la commande, ces multinationales de l'information fabriquent ce qui est convenu d'appeler « l'homme de l'actualité internationale ». D'abord, l'information qu'elles produisent et qu'elles diffusent n'est jamais choisie au hasard et elle n'est rapportée que comme matériau pour la propagande. L'information rapportée n'est jamais une donnée brute ou un fait tout à fait objectif ; elle n'est rapportée et diffusée que pour intéresser l'homme qui sera amené à prendre une position vis-à-vis de tel événement. L'événement rapporté peut être un fait réel, existant objectivement mais il peut être aussi une simple information, c'est-à-dire un fait réel ou un fait supposé. Ce qui confère le statut d'actualité à un fait rapporté, c'est sa diffusion dans l'opinion. Ce qui fait l'actualité, c'est donc cette diffusion de l'information peu importe sa pertinence, la réalité objective ou la matérialité du fait rapporté. Contrairement aux idées reçues, il n'y a ni opposition ni séparation entre information et propagande, car l'une ne va pas sans l'autre et il est impossible d'établir une nette distinction entre information et propagande. La relation intrinsèque entre information et propagande réside dans le fait que les deux s'adressent non pas à la raison de l'homme et à son raisonnement logique mais aux sentiments et aux passions humaines. Ce qui est rapporté et diffusé dans l'opinion, c'est seulement ce qui fait machinalement réagir l'homme, car l'actualité à laquelle il se montre sensible, par rapport à laquelle il se positionne, peut n'avoir aucune existence objective ; ce qui facilite grandement le travail de la propagande. Mais celle-ci, en diffusant l'information dans l'opinion, peut éveiller un ensemble de faits qui deviennent à leur tour actualité à partir de laquelle elle peut bâtir son plan de campagne. Les termes, les mots et les images doivent faire « balle » et pénétrer pour donner plus de force et de puissance à une guerre ou à une agression extérieure en cours de préparation. Le public est prodigieusement sensible à l'actualité immédiate et il se fixe immédiatement sur l'événement spectaculaire qui exprime ses mythes mais aussi ses angoisses existentielles. Entre le fait et l'opinion, il n'existe donc pas de lien direct. En réalité, c'est l'actualité provoquée par la diffusion de l'information dans l'opinion qui charge les mots et qui donne aux images leur capacité explosive et affective. Pour envahir l'Irak et l'Afghanistan, les Etats-Unis ont exploité à fond les images des avions éventrant les tours du World Trade Center. Sans les événements du 11 septembre, la sempiternelle guerre sur le terrorisme n'aurait jamais eu l'écho que l'on sait, car les vrais terroristes sont notoirement connus, ce ne sont pas les intégristes musulmans qui n'ont que la rhétorique comme seule arme mais les Etats-Unis et l'Europe qui, grâce à leurs armes de destruction massives(les vraies ADM), n'arrêtent pas de semer la désolation, la terreur et la mort sur toute la planète. Sans le 11 septembre, la guerre au terrorisme serait une supercherie américaine de plus pour vendre au monde entier leurs guerres impérialistes. C'est pourquoi, la guerre contre les Talibans a été déclenchée immédiatement après le 11 septembre au moment où il faut battre le fer pendant qu'il est chaud et où l'opinion publique internationale était chauffée à blanc et conditionnée mentalement et psychologiquement.

singe

FABRICATION DES OPINIONS PUBLIQUES

Etant donné que le message produit et diffusé ne touche pas un seul homme mais plusieurs millions voire des milliards d'individus en même temps et au même moment, les multinationales de l'information à façonner la machinerie psychique d'une opinion publique mondiale. La formation de l'opinion publique mondiale dépend intrinsèquement de ces puissants canaux d'informations. La condition première de toute guerre psychologique internationale est la marginalisation des opinions individuelles et la formation d'une opinion majoritaire ou une opinion prépondérante à l'intérieur de chaque Etat-nation. Cependant, il est utile de rappeler que 1)une opinion publique internationale n'est pas celle de la majorité ; 2) la minorité apparaît comme un corps étranger ou comme une bande de traîtres à la cause commune. C'est cette opinion publique ou opinion prépondérante qui va s'imposer d'une façon instinctive à la totalité. Par exemple, les pacifistes européens étaient qualifiés d'agents de Moscou en Occident. Il n'y a donc jamais une opinion publique spontanée et l'on dit qu'une propagande qui a atteint son objectif, c'est celle qui a réussi à défaire les opinions individuelles en les déconnectant de leur vécu immédiat pour les orienter vers des problèmes qui n'ont rien à voir avec leurs vrais problèmes existentiels. Par exemple, une propagande réussie est celle qui a détourné les individus de leurs conditions de classe et d'exploitation pour les orienter vers les problèmes de l'insécurité et de la sexualité en sachant que la vraie insécurité est l'insécurité matérielle, économique et financière et non pas le chien qui a mordu la vieille.

L'opinion publique internationale formée par ces multinationales de l'information est seulement une opinion informée et non pas une opinion raisonnée. En disant que l'opinion publique est une opinion informée et non pas une opinion raisonnée, cela ne signifie absolument pas qu'elle ne comprend pas en son sein que des imbéciles, des idiots et des incultes, mais que leur faculté de raisonnement a été altérée et neutralisée par l'inertie intellectuelle de l'opinion majoritaire. Cette opinion publique internationale informée par les multinationales de l'information est donc une opinion publique émue, crédule, bouleversée, troublée et sensible à la moindre suggestion. C'est parce que cette opinion publique est seulement une opinion informée et non une pas une opinion raisonnée qu'elle est par conséquent une opinion mouvante, éphémère et instable. C'est pourquoi les multinationales de l'information se doivent sans cesse de l'alimenter par un flux continu d'informations. C'est aussi ce flux ininterrompu d'informations qui fait que la propagande devient massive. Il n'y a donc jamais une opinion publique spontanée, mais une opinion publique sans cesse travaillée, entretenue et réactivée en amont et en aval selon un système de feed back par les multinationales de l'information et la propagande politique.

Pour les besoins de la guerre psychologique internationale, les multinationales contribuent certes à la formation d'une opinion publique informée, mais c'est une opinion publique qui est à la fois sous-informée sur les questions essentielles et sur-informée sur les sujets accessoires. Car les multinationales de l'information n'informent que sur des questions intéressant « l'homme de l'actualité internationale » et la propagande politique. Les multinationales de l'information n'informent jamais que sur des sujets et des questions spécifiques préalablement sélectionnés sur lesquelles cette opinion publique sera amenée à prendre position. L'information produite et diffusée par les multinationales de l'information n'a pas pour vocation d'éveiller la curiosité intellectuelle et le sens critique des hommes mais de créer une cristallisation psychologique dans une opinion publique. Les informations produites et diffusées par les multinationales de l'information sont des informations orientées et tendancieuses, car elles cherchent avant tout à durcir l'opinion publique sur tel point clef. Par exemple, les opinions publiques américaines et européennes sont surinformées sur les attentats terroristes attribués aux intégristes musulmans mais sur l'étranger en général, ces mêmes opinions publiques américaine et européenne n'ont le droit qu'à 15% des informations concernant l'actualité internationale. Quand les opinions publiques occidentales ignorent tout de la complexité des grands problèmes internationaux, leurs hommes politiques et la propagande politique peuvent les manipuler facilement et leur raconter n'importe quoi. Il reste toujours une minorité bien informée des grandes affaires du monde et elle peut toujours crier, s'opposer et raisonner mais elle ne parviendra jamais à faire entendre raison à une opinion publique aveugle. Des millions de manifestations ont défilé contre la guerre de Bush en Irak, qu'ont-ils fait pour l'empêcher ? L'ignorance et la sous-information donnent naissance à une opinion publique mouvante et versatile qui simplifie les problèmes et c'est exactement le but recherché par la propagande. Car tout le travail de la propagande politique consiste à simplifier les problèmes et c'est justement cette simplification qui est le gage de réussite de toue guerre psychologique internationale. Le maintien des opinions publiques occidentales dans l'ignorance quasi totale de l'actualité internationale s'avère une nécessité politique et idéologique pour les décideurs politiques et militaires, car une propagande menée à l'échelle internationale par les Etats impérialistes ne pourra prospérer qu'avec des opinions publiques ignorantes et sous-informées. C'est ce qui a permis à Hitler de réussir sa guerre psychologique en Europe avant le déclenchement de la guerre. Ecoutons Goebbels, ce grand théoricien de la propagande nazie, comment il définit le but l'action de la propagande « La propagande, en simplifiant la pensée des masses, en la ramenant à ses schémas primitifs, a pu présenter les processus complexes de la vie politique et économiques dans leurs termes les plus simples... Nous avons pris des complexes de faits accessibles autrefois aux seuls spécialistes et à un petit nombre d'experts, et nous les avons portés dans la rue, nous les avons enfoncés à coup de marteau dans le cerveau du petit homme »(Wesen und gestalt des National sozialismus, 1935). D'ailleurs, la première action d'Hitler, une fois au pouvoir, fut la création d'un ministère de la propagande, à la tête duquel était placé Goebbels.

journalistes

LA GUERRE PSYCHOLOGIQUE INTERNATIONALE : QUELQUES EXEMPLES

Une guerre psychologique internationale vise à obtenir une victoire, avant de tirer une seule balle sur un ennemi étranger suivant la distinction « eux » et « nous ». Une guerre psychologique est menée dans un but spécifique, faire l'économie des forces et vaincre l'ennemi étranger soit en l'éliminant physiquement soit obtenir sa capitulation pure et simple. Voici quelques exemples de guerre psychologique internationale:

Pour battre la France en Sarre en 1936, Hitler eut recours à une guerre psychologique intense fondée sur la peur. Après un plan de campagne étalé sur trois mois, Hitler avait menacé quelques jours avant le plébiscite en Sarre, d'y provoquer un putsch et d'y introduire les troupes « pour garantir l'ordre ». Cette menace avait payé et Hitler avait gagné son pari. Pour réoccuper la Rhénanie, Hitler avait utilisé le même bluff en faisant croire que ses troupes allaient pénétrer en Rhénanie sans munitions.

Pour réaliser son plan de l'Anschluss, Hitler avait provoqué des situations laissant planer une guerre totale alors qu'il n'existait aucune menace réelle immédiate. Pour battre le fer pendant qu'il est chaud, Hitler avait orchestré une propagande en vue de l'annexion de la Tchécoslovaquie en déclenchant une campagne de presse, d'injures, de revendications et de menaces.

La capitulation de Munich est un exemple-type de guerre psychologique internationale. Avant la signature de l'accord de Munich, la propagande hitlérienne tournait à plein régime pour propager dans les opinions publiques européennes l'angoisse et l'anxiété. Les conséquences de Munich sont: l'affirmation de l'Allemagne nazie en Europe centrale; l'isolement de la France et la consolidation de la position de Mussolini.

Vers la fin de la Seconde Guerre mondiale, les Etats-Unis avaient lancé la bombe atomique sur Hiroshima. Les historiens nous disent qu'il était nécessaire de tuer 100 000 civils non-combattants pour mettre fin à la guerre. Mais au moment où les Etats-Unis avaient lancé leurs bombes sur Hiroshima et Nagasaki, la guerre contre le Japon était presque finie et toutes les résistances japonaises étaient presque brisées. Il n'y avait aucune raison plausible d'avoir recours à cette arme de destruction massive(ADM). En réalité, cette bombe faisait partie d'une guerre psychologique internationale menée par les Etats-Unis pour montrer leur supériorité militaire et pour affirmer leur hégémonie mondiale. C'est pourquoi les Américains avaient alors tout fait pour empêcher que les Soviétiques de se doter de l'arme atomique comme ils le font aujourd'hui avec l'Iran.

Le conflit de Berlin et le fameux « pont aérien » fait partie d'une guerre psychologique entre l'Est et l'Ouest.

La guerre froide entre l'Est et l'Ouest est une guerre psychologique internationale ayant poussé les Etats-Unis et leurs alliés occidentaux à créer créer l'OTAN et les Etats communistes à créer le pacte de Varsovie. La guerre froide fut l'occasion pour les Etats-Unis de mettre en place des moyens destinés à influencer psychiquement les Etats communistes par l'intermédiaire de la presse et de la radio(Radio Free Europe, Radio Liberté financée par la CIA)

La crise des fusées à Cuba et la guerre psychologique qui s'en est suivie poussent les Etats-Unis et l'Union soviétique à s'engager dans la voie de la coexistence pacifique en signant une série de traités limitant la prolifération des armes atomiques et bien d'autres traités, le traité de Moscou le 5 août 1963 interdisant les essais d'armes nucléiares dans l'atmosphère, entre autres.

Exploitant les grèves des ouvriers polonais du chantier de Gdansk, les Etats capitalistes ont mené une intense guerre psychologique contre le gouvernement communiste polonais. Pour montrer sa détermination, Carter avait lancé le slogan »Ne touchez pas à la Pologne » qui est un avertissement à l'Union soviétique pour ne pas intervenir militairement en Pologne. Le candidat Reagan et l'Otan avaient fait de même en dramatisant la situation en Europe pour justifier l'implantation de fusées américaines, la relance de la course aux armements atomiques et la construction de la bombe à neutrons. Tous les centres de propagande capitalistes étaient mobilisés à l'occasion pour désinformer et désintoxiquer leurs opinions et pour retourner l'opinion publique polonaise contre le gouvernement communiste.

Pour épuiser économiquement l'Union soviétique et les Etats socialistes, le camp capitaliste occidental avait orchestré une guerre psychologique visant à relancer la course aux armements en arguant de la supériorité militaire soviétique en Europe. Prétextant du déploiement soviétique de 342 SS 20 en 1977, l'Otan avait alors décidé de planter en décembre 1979, suivant un plan quinquennal, 572 têtes nucléaires si les pourparlers de Genève n'aboutissaient pas. On se souvient de cette phrase prononcée par Mitterrand au Bundestag le 20 janvier 1983 en parlant des opposants à la course aux armements en Europe « les missiles sont à l'est et les pacifistes à l'Ouest ». En réalité, en demandant aux Allemands le déploiement des Pershing américains sur leur sol, Mitterrand menait une simple guerre psychologique quand il dit lui-même que son idée de déploiement des Pershing en Europe «n'était pas une condition mais une étape psychologique dans les relations franco-soviétiques ». cité dans « la décennie Mitterrand », de Pierre Favier et Michel Martin Roland.

Pour démanteler l'ex-Yougoslavie, les États capitalistes ont mené une intense guerre psychologique contre Milosevic et le gouvernement serbe en parlant de génocide des Albanais.

L'intervention des États capitalistes au Kosovo en 1999 avait été précédée d'une intense guerre psychologique sur un prétendu génocide des Kosovars.

Avant l'invasion de l'Irak, les Etats-Unis ont mené une intense guerre psychologique sur les prétendues armes de destruction massives de Saddam. Nous avons tous encore en mémoire cette image du Secrétaire d'État, Colin Powell, au Conseil de sécurité de l'ONU montrant dans une main un échantillon et des photos satellites des bâtiments de stockage contenant soi-disant Armes de destruction massive (ADM)

La guerre psychologique internationale a été orchestrée par les Etats-Unis et la Grande Bretagne contre le Zimbabwe et le président Mugabe après l'expropriation des Blancs et la redistribution des terres expropriées aux paysans pauvres.

Une guerre psychologique est menée actuellement contre le président Vénézuelien Hugo Chavez et sa révolution bolivarienne.

Une guerre psychologique internationale est actuellement contre l'Iran et son programme nucléaire. Cette guerre psychologique internationale orchestrée les mass media contrôlées par le lobby américano sioniste vise à priver l'Iran de son droit à la maîtrise de l'énergie nucléaire et à l'arme atomique comme toutes les puissances atomiques du monde et Israël qui possède entre 150 et 200 têtes nucléaires.

Un dernier exemple de guerre psychologique internationale est Le mandat d'arrêt délivré par le Tribunal Pénal International contre le président soudanais en exercice Omar El-Bachir. Cette guerre psychologique internationale est menée par les Etats-Unis, l'Europe et Israël sous prétexte de génocide au Darfour pour déstabiliser le gouvernement soudanais et pour diviser le pays comme en Irak. Le but recherché par l'Occident et Israël à travers cette guerre psychologique contre le Soudan, est de provoquer la séparation la région du Darfour riche en pétrole.

Faouzi Elmir, pour Mecanopolis

Les illustrations sont empruntées au blog de Bench

Retrouvez Faouzi Elmir sur Le bulletin de l'International



Mercredi 18 Mars 2009


Commentaires

1.Posté par souad le 18/03/2009 13:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Au suivant...a savoir l' Iran !

2.Posté par Ferlionpimpim le 18/03/2009 18:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Très bon article.

Le concept est aussi valable pour le "réchauffement climatique".

En fait, nous sommes manipulés de A à Z.

C'est à pleurer lorsqu'on s'en rend compte...

Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS

Publicité

Brèves



Commentaires