Néolibéralisme et conséquences

Vérités gênantes sur les marchés céréaliers



Hermann Dür
Vendredi 13 Août 2010

Vérités gênantes sur les marchés céréaliers

Manifestement, la pluie embellit non seulement la végétation mais elle peut aussi ouvrir les yeux. Les récentes variations du prix des céréales dues aux intempéries ne sont pas ce que voulaient les associations, a déclaré Paul Temple, président de la Commission céréales du Copa-Cogeca. L’extrême volatilité des prix est même inquiétante pour toute la chaîne de l’approvisionnement en matières premières. En outre, elle a provoqué l’intervention des spéculateurs. Leur modèle économique consiste à bloquer les livraisons de blé jusqu’à ce que la famine, notamment dans les pays qui ne connaissent pas l’autosuffisance alimentaire, pousse les gens, dans leur désespoir, à payer des prix maximum. Le 2 août dernier, le site Börse. online. de exultait de la manière la plus écœurante après l’annonce des dom­mages catastrophiques causés en Russie par la sécheresse: «La sécheresse fait s’envoler les prix. On est très très optimiste. Et rien n’indique que cette tendance va cesser.»
Neuf jours seulement après la mise en garde de Temple, Poutine a dû stopper l’exportation des céréales et de la farine car le marché agricole international avait provoqué une telle hausse de prix que la Russie craignait des problèmes d’autosuffisance: mesure protectionniste, contraire aux lois du marché, mais compréhensible. D’ailleurs, en d’autres endroits, les transformateurs de céréales ­­luttent pour leur survie lorsqu’ils ont conclu des contrats de vente de plusieurs mois avant la sécheresse. En ce qui concerne les pertes pour la Suisse, on ne dispose pas encore de chiffres.
Imaginons que dans une situation de pénurie, les consommateurs dépendent de la bonne volonté de l’étranger pour leur approvisionnement en céréales panifiables. Ou que la population pauvre se voie privée de blé parce qu’à la suite du libre-échange agricole, on a volontairement rendu les cultures indigènes non rentables. Ou, question actuelle: si, par exemple, pour augmenter le PIB de 0,5 %, on abandonne la culture du blé et que l’étranger nous autorise à en importer uniquement en échange de «nouvelles mesures d’intégration».
Selon Temple, les producteurs de céréales doivent prévoir dans une certaine mesure l’évolution des marchés. Et c’est à quoi les droits de douane peuvent contribuer de manière importante. Premièrement, ils nous incitent à continuer de nous approvisionner en blé suisse, sans connaître à l’avance les conditions météorologiques. Et deuxièmement, cela constituerait une heureuse mesure destinée à atténuer la volatilité des prix et la spéculation, qui sont fatales à bien des endroits.
Aussi, en vue de la session d’automne des Chambres, les parlementaires devraient absolument savoir que la catastrophe à laquelle on assiste sur les marchés céréaliers n’est pas un échec des marchés libres, ce n’en est qu’un avant-goût: on produit le moins possible pour éviter des coûts d’exploitation, on fait monter les prix en cas de pénurie, on profite de la volatilité des prix provoquée par les acteurs réels du marché et les spéculateurs afin d’optimiser les profits, on rompt inopinément des contrats, on mène à la ruine ceux qui ont des difficultés financières car le maintien des emplois et les mesures d’humanité ne sont comptabilisés que comme des coûts.
Certes, le marché nous a apporté la prospérité en beaucoup d’endroits, mais aujourd’hui, on se rend à nouveau compte qu’il ne faut pas traiter de la même manière tous les secteurs d’activité. Dans cette situation, la promesse du PDC de revoir sa position à l’égard d’un accord de libre-échange avec l’UE – même indépendamment de l’OMC – est une décision intelligente.•

(Traduction Horizons et débats)



Vendredi 13 Août 2010


Commentaires

1.Posté par Saber le 14/08/2010 02:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bon abêtit

2.Posté par Chems le 14/08/2010 20:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

"on ne doit pas commercer avec le blé comme avec l'indigo. Ce qui est nécessaire à la vie doit être aussi sacré que celle-ci" Robespierre

3.Posté par gjingis le 14/08/2010 22:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

la gangrène a bel et bien gagné le monde ,des coups de tous les cotés a la meme heure.voila le resultat voulu par la mondialisation .c est l extinction de l humanite
un grand merci pour saber .


Nouveau commentaire :

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires