Palestine occupée

Vaincre le Hezbollah: discussion de guerre en public


Chose inédite : les responsables sionistes discutent en public leurs plans de guerre pour combattre le Hezbollah. Il faut dire que c’est le ministre de la guerre Ehud Barak qui a ouvert cette controverse, depuis son retour à ce poste ministériel. (Il faut croire que c’est en guise de guerre psychologique contre les Libanais de tout bord).


Dimanche 30 Novembre 2008

Vaincre le Hezbollah: discussion de guerre en public
Leila Mazboudi

En même temps, qu’ils ordonnaient des manœuvres militaires, leur conférant des qualificatifs stratégiques, basés sur des scénarios prévus de la présumée prochaine guerre contre le Liban. (Toujours guerre psychologique oblige).
Parallèlement, des études et des sondages effectués en Israël excluaient l’éventualité d’une guerre. (Serait-ce pour amortir l’effet de cette guerre psychologique sur le public israélien ?)

Dernièrement cette controverse a été relayée par l’ex-commandant des forces aériennes israéliennes Itane Ben Eliaho, toujours en public, grâce aux médias. Dans une interview accordé à la dixième chaîne israélienne, il a mis en garde contre l’adoption d’un plan unique dans cette supposée troisième guerre, estimant qu’il serait dangereux pour les Israéliens de se laisser croire qu’il y a des cibles douloureuses fixes pour frapper le Hezbollah.

En revanche, le plan que suggère Ben Eliaho est de mener une frappe imminente et vigoureuse au début des hostilités, sans distinction, contre des cibles du Hezbollah dans les villages du Liban-sud, qualifiant ce plan de solution magique et définitive.

Toujours selon cet ancien commandant des forces aériennes israéliennes, il est grave de présenter les plans en discussion comme étant les solutions nouvelles et définitives, alors que le problème est bien plus compliqué. Rappelant les effets néfastes d’avoir misé rigoureusement sur l’efficacité des forces aériennes, durant la guerre 2006 . Même raisonnement du général israélien concernant les menaces proférées par Ehud Barak et les généraux de l’armée israélienne de bombarder des cibles civiles et vitales pour faire pression sur le Hezbollah, rappelant là aussi que cela n’avait pas affaibli la force de frappe du Hezbollah.


Et de conclure que les démarches les plus brillantes pourraient être celles suggérées durant les combats, voire avant leur déclenchement, et non celles préparées minutieusement à l’avance.

http://www.almanar.com.lb http://www.almanar.com.lb



Dimanche 30 Novembre 2008


Nouveau commentaire :

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires