Néolibéralisme et conséquences

Utilisation record de coupons alimentaires - Les États-Unis qui ont faim


Dans la même rubrique:
< >


Patrick Martin
Mercredi 2 Décembre 2009

Utilisation record de coupons alimentaires - Les États-Unis qui ont faim
Un article, paru dans l’édition de dimanche du New York Times, décrit l’explosion du recours aux coupons alimentaires et trace un portrait bien différent des Etats-Unis à la fin de l’année 2009 que celui que présentent les promesses complaisantes de « reprise » économique de Wall Street et de l’administration Obama.
Le Times a mené une enquête statistique sur l’utilisation de coupons alimentaires par comté dans le but d’établir un portrait social plus détaillé des 36 millions de personnes qui bénéficient actuellement des coupons alimentaires. « On retrouve parmi ces gens des mères monoparentales et des couples mariés, des nouveaux chômeurs et des pauvres, des bénéficiaires de longue date de l’aide sociale et des ouvriers dont le garde-manger a été vidé par une réduction du nombre d’heures de travail ou du salaire », souligne l’article.
Parmi les statistiques les plus significatives :
  • Dans 239 comtés, plus d’un quart de la population reçoit des coupons alimentaires.
  • Dans plus de 750 comtés, au moins un Afro-américain sur trois reçoit des coupons alimentaires.
  • Dans plus de 800 comtés, plus du tiers de tous les enfants dépendent des coupons alimentaires.
  • Dans 62 comtés, le nombre de gens ayant recours aux coupons alimentaires a doublé au cours des deux dernières années.
  • Dans 205 comtés, le nombre de personnes dépendant des coupons alimentaires a augmenté de deux tiers.
La dispersion géographique du besoin grandissant de nourriture est stupéfiante. Des régions traditionnellement pauvres, comme les Appalaches rurales ou les ghettos des quartiers urbains déshérités, jusqu’aux banlieues, ce manque s’est répandu dans les Etats du sud et de l’ouest dans les deux dernières décennies. La carte affichant les comtés où le recours aux coupons alimentaires croît le plus rapidement comprend les riches banlieues d’Atlanta, la majeure partie de la Floride, la majorité du Wisconsin, de l’ouest et du nord de l’Ohio, ainsi que la plus grande partie de l’ouest montagneux, dont de larges bandes du Nevada, de l’Utah, de l’Arizona, du Wyoming, du Colorado et de l’Idaho.
Bien que le chômage soit la principale raison de l’augmentation de l’utilisation des coupons alimentaires, la cause économique immédiate varie énormément, que ce soit l’effondrement de la bulle immobilière dans les Etats du sud-ouest et en Floride, l’effondrement de l’industrie automobile dans la région des Grands Lacs ou la vague de licenciements dans la fonction publique américaine alors que s’aggrave la récession.
Le Times a noté l’impact sur les banlieues riches, longtemps dominées par le Parti républicain, où l’utilisation des coupons alimentaires a plus que doublé depuis le début officiel de la récession en décembre 2007, comme Orange County en Californie et Forsyth County en Géorgie. L’utilisation des coupons alimentaires a crû plus lentement, en termes de pourcentage, dans des villes comme Détroit, Saint-Louis et la Nouvelle-Orléans, mais seulement parce qu’une bonne partie de leur population vivait déjà dans la pauvreté et recevait de l’aide alimentaire lorsque la récession a commencé.
Tous ces chiffres sous-estiment considérablement le niveau de destitution sociale. Environ 18 millions de personnes éligibles aux coupons alimentaires ne les reçoivent pas, en partie en raison de barrières institutionnelles comme des services de proximité inadéquats, particulièrement pour les communautés immigrantes — l’Etat de la Californie rejoint environ la moitié de ceux qui sont éligibles — et en partie en raison de la stigmatisation sociale reliée au fait de recevoir de l’aide de l’Etat, spécialement dans des zones banlieusardes où la pauvreté a été un évènement soudain et récent.
Selon une étude réalisée par Thomas A. Hirschl de l’université Cornell et Mark R. Rank de l’université Washington à Saint-Louis, la moitié des enfants aux Etats-Unis vont dépendre des coupons alimentaires à un certain moment durant leur enfance. Le chiffre grimpe à 90 pour cent pour les enfants noirs. L’étude a été publiée ce mois-ci dans Archives of Pediatrics and Adolescent Medicine.
Vu qu’elle est basée sur une analyse de 29 années de données, cette dernière étude donne un portrait des niveaux de besoins sociaux pendant une période où le taux de chômage gravitait bien en dessous de la marque de 10,2 pour cent atteinte le mois dernier. Une période prolongée de chômage à plus de 10 pour cent — maintenant largement anticipée par la grande entreprise et les économistes du gouvernement — rendra de plus en plus d’enfants dépendant de l’aide fédérale pour satisfaire leurs besoins nutritionnels élémentaires.
Les résultats de ces deux études viennent confirmer les conclusions de l’enquête du département américain de l’Agriculture rendue publique le 16 novembre et qui a déterminé que 49 millions d’Américains, incluant 17 millions d’enfants, manquaient parfois de nourriture en 2008. La vaste majorité des 17 millions de familles qui luttent pour se nourrir suffisamment avaient au moins une personne en emploi dans le ménage, mais avec un salaire trop faible pour assurer les besoins de base. Le niveau d’insécurité alimentaire était à son plus haut depuis que le département a commencé à cumuler les données en 1995.
Ces données montrent que la réalité sociale que connaissent les travailleurs américains est la plus sombre depuis la Grande Dépression. Quelque 30 millions de personnes sont sans emploi ou n’ont qu’un emploi partiel. Près de 50 millions n’ont pas d’assurance-maladie. Près de 50 millions ont de la difficulté à nourrir leur famille ou se nourrir eux-mêmes. Quelque 40 millions vivent sous le seuil de pauvreté officiel et ce nombre atteindrait 80 millions si un budget familial réaliste servait d’étalon de mesure.
Ce sont les jeunes qui connaissent les plus grandes difficultés. Selon un rapport du Pew Research Center de la semaine dernière, 10 pour cent des adultes de moins de 35 ans sont retournés habiter chez leurs parents à cause de la récession. Plus de la moitié des hommes entre 18 et 24 ans vivent toujours chez leurs parents. La proportion est de 48 pour cent pour les jeunes femmes.
Ces chiffres sont une condamnation du capitalisme américain et de son sabotage criminel des forces productives de la société. Comment est-il possible qu’il soit si difficile pour des dizaines de millions de personnes de se nourrir ou nourrir leur famille dans un pays où l’agriculture est tellement productive qu’elle peut littéralement nourrir la Terre entière ? S’il en est ainsi, c’est parce que la production et la distribution sont organisés pour maximiser le profit individuel et que nourrir les enfants qui ont faim rapporte beaucoup moins aux élites dirigeantes que la spéculation sur les marchés financiers.
Ces chiffres sont aussi une condamnation des représentants de la grande entreprise de l’administration Obama, du Parti démocrate et du Parti républicain. Il semble que la faim, tout comme le chômage d’ailleurs, ne soit considérée par Obama que comme un « indicateur retardataire », un phénomène que l’Américain ordinaire doit supporter et subir, mais pas une crise, même pas un motif pour lever le petit doigt.
Après avoir détourné des milliers de milliards de dollars vers le système financier, dans le but de permettre le retour à la profitabilité et aux bonus dans les dizaines de millions pour Wall Street et après avoir décidé d’intensifier la guerre en Afghanistan au coût non divulgué de dizaines de milliards, Obama déclare aujourd’hui que sa principale priorité au pays est la réduction du déficit. Après que Wall Street et la guerre aient obtenu tout l’argent dont ils avaient besoin, il ne reste que peu, et même rien, pour satisfaire aux besoins des enfants qui ont faim, ou de leurs parents.

http://www.wsws.org http://www.wsws.org



Mercredi 2 Décembre 2009


Commentaires

1.Posté par AJ le 02/12/2009 17:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Eh oui,

Que voulez-vous ? Ainsi vont les Etats-Unis, pays des extrêmes, riche pourtant.


2.Posté par tref le 02/12/2009 17:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

on peut avoir l article en anglais ainsi que celui du new yok times svp ?

moderation

voici le lien du texte en anglais: http://www.wsws.orgl

3.Posté par Carlito le 02/12/2009 18:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le Rêve Americain !!! Mort de rire ?

Quand est ce que les peuples vont se lever pour dire Stop !
Quand est ce qu'on puni ces Lucifer ?
Quand , Quand ???


4.Posté par Brigitte le 02/12/2009 19:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le problème est que les gens sont tellement dans la détresse qu'il ne peuvent plus se lever

5.Posté par Tommy le 02/12/2009 19:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

A qui profite la detresse des gens ?
Aux élites qui gouvernent qui dit en sorte à ces gens là, occupez vous de nourrir où vous creverez de faim, mieux vaut se nourrir que de s'occuper de la politique du pays qui passe en dernier plan ! Ces gens en détresse se lèvent et se couchent en pensant s'ils pourront se nourrir, pas le temps pour penser politique, ce qui arrange les élites yankee !

Faim !

6.Posté par Saber le 02/12/2009 20:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


LE PAYS AVEC A SA TÊTE UN PRIX POUBELLE DE LA MISÈRE.

7.Posté par duperrier le 02/12/2009 20:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

oui Monsieur Prix Nobel de la PAIX Préfère envoyer des milliers de soldats massacrer un peuple car il ne faut pas oublier les Talibans sont des agriculteurs ,des commerçants des villageois,c'est un parti avec sa religion,ses us es que les notre sont plus conforme ,plus humaine,je pense que ces pauvres Noirs d'Amérique qui avait fondé un immense espoir ,
Ce qui extrêmement grave,nous voyons ,constatons que le glissement de terrain très mouvant nous entraine dans les profondeur de l'abime ,et personne pas un seul parti Politique,a par le Député Européen Anglais qui à posé et dit les faits,Nous sommes dans une DICTATURE ,je sais que nous méritons cette punition ,nous sommes Lâches Traîtres ,du moment que notre petite vie tranquille est,,,,tant pis pour ceux qui meurt de famine,sous les bombes,
Comme disait la Mère de Napoléon (pourvou qu'ça doure)Nous sommes a orteil du rêve de Nabuchonodosor

8.Posté par Le Kabyle le 02/12/2009 23:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Cessons de parler de Talibans ! En Afghanistan c'est des résistant qui se battent vaillement contre les envahisseurs de la horde américano-sioniste qui squattent leurs pays ,point barre !
pour les yankees et consorts dès que tu résistes à l'invasion de ton pays ,on te diabolise et t'affuble de tous les noms:terroriste,insurgé,combattant illégal,djiadiste,etc.Alors que les yankees viennent de plus de 10 000 kms et on trouve ça normal !

Avez vous vu des Afghans avec des armes contrôler des civils à Washington ou à New York ?

9.Posté par Joël le 02/12/2009 23:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Se révoltent-ils pour autant? non, au point que nombres d'entre eux s'engagent dans l'armée le but de solutionner leur problème existentiel en tuant de l'Arabe... Ce ne sont pas des Jacobin, mais des gens élevés dans la bêtise crasse et l'indifférence avec l'aide précieuse de la télé au service du système qui les a souillé et élevé dans la doctrine du monde anglo-saxon tueur!!!!

10.Posté par Afterhuman le 03/12/2009 00:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Mais l’engagement dans l’armée, ne suffira plus, si l’on considère les «fema camps»
il y a encore de la place à la dégringolade du système, qui nous concerne ici aussi en
Europe, sauf qu’aux States, ils ne peuvent pas s’empêcher d’avoir toujours des plans,
des recours, c’est toujours «made in Hollywood». Les Usa, une dictature en devenir..?
Il n’y a pas qu’aux states que cela risque de se produire, je reviens de dailymotion, ou
j’ai visionné, la 7ème partie du doc consacré aux camps de la Fema, et quand j’ai vu
le nombre de fois que le doc avait été vu, c’est à dire très peu ou insignifiant, j’ai
compris, que ce qui va se produire est irrémédiable, nous perdrons donc nos libertés,
ceci est en cours, mais graduellement, nous perdrons, ce que nous appellons encore
la démocratie, pas dans l’immédiat, il faut encore donner l’illusion que les gens dans
leur grande majorité croient au pouvoir que leur donne le vote, c’est une manière
pour que les gens accompagnent le processus, sans heurts..
Et ceux que nous croisont encore aujourd’hui, c’est à dire tout un chacun, avec l’idée
que l’autre vit sans à priori, libre dans ses mouvements et dans ses pensées, deviendront
demain des lignes de fuites dont les regards fermés rechercheront en vain ce qu’ils auront
perdus... nous ne sommes pas dans cet univers là, et j’espère qu’il ne verra jamais le jour,
mais mon sentiment, c’est que cela arrivera d’une manière ou d’une autre, pour quelle
raison.....elles s’agencent sous nos yeux, et nous en faisons partie

Nouveau commentaire :

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires