Conflits et guerres actuelles

Unir la résistance iraquienne : une nécessité vitale

Après la naissance du CPURI



Chabakat Al Bassorah
Mercredi 1 Novembre 2006

Unir la résistance iraquienne : une nécessité vitale



Chabakat Al Bassorah

Traduit par Ahmed Manaï et révisé par Fausto Giudice

Des contacts entre diverses composantes de la résistance iraquienne, entrepris au cours des derniers jours, ont abouti à la formation d’une direction unifiée et à un bureau politique de la résistance.
Ce bureau se compose de 25 personnalités politiques représentant le parti Baath, l’Alliance patriotique iraquienne, le Commandement général des forces armées, les communistes du courant patriotique et contre l’occupation, l’Association des Oulémas musulmans, le dignitaire religieux chiite Aiat Allah Ahmed Hassani Al Baghdadi, le courant nationaliste arabe et nassérien, l’Armée islamique, l’Armée des Rachidines ( en allusion aux quatre premiers califes musulmans), les Régiments de la révolution de 1920, ainsi que les personnalités politiques suivantes : Kaïs Mohamed Nouri, Khedir Wahid Al Murchid, Ouni Al Kalanji, Ahmed Karim, Youssef Hamdane, Abderrazak Sâadi, Abdel Kerim Hani, Arched Zibari, Boutheina Nasseri (une femme), et Abdel Jebbar Kubeisi, ainsi que des représentants de l’Association des Oulémas musulmans.
De source iraquienne bien informée, c’est Izzet Ibrahim, l’ancien vice-Président de la république iraquienne qui était le centre de ces contacts.



L’annonce de la formation de ce bureau politique a provoqué la réaction ci-dessous du Réseau al Bassorah (Chabakat Al Basrah ), proche du parti Baath :
Suite à l’information publiée par ALQUDS ALARABI du 27/10/06 annonçant la naissance d’un bureau politique unifié de la résistance iraquienne et repris par de nombreux sites Internet et indépendamment de l’authenticité ou non de l’information et du débat qu’elle va susciter auprès des milieux favorables ou hostiles, il convient de faire le commentaire suivant :
La création d’un bureau politique, unissant toutes les composantes de la résistance, est une nécessité absolue pour tout mouvement de libération nationale à toutes les époques de l’histoire. Sa nécessité est devenue urgente en Iraq, étant donné le calvaire vécu au quotidien par le peuple iraquien, avec les massacres perpétrés autant par les forces d’occupation que par les escadrons de la mort, et son attente d’une issue qui le sort de l’inconnu dans lequel il se débat. Il y a un peuple qui se fait écraser, une identité qui est en train d’être effacée, un territoire national qui est en train d’être mis en miettes, des femmes qui se font violer, des vieillards qui se font tuer, des enfants terrorisés dès la tombée de la nuit et toute une société qui perd ses repaires, plongeant dans la drogue, la faim et la déshérence. Il y a des mosquées qui se font détruire, des Corans qu’on piétine : existe-il plus grande humiliation pour un peuple ? Tout cela impose à tous de s’élever au dessus des considérations futiles et nous appelons les héros de la résistance : sauvez-nous et nous serons derrière vous !
L’annonce a été faite à la suite de la présentation du programme politique du Baath, retransmis par la chaîne Aljazeera, les journaux arabes et les sites Internet de la résistance.
Cette opération a été précédée aussi par la révélation du nom du porte-parole de la résistance et de la libération.
Les noms des personnes, membres du bureau politique, nous sont tous familiers et ne nous n’avons pas été surpris de les retrouver. Nous nous sommes attendus à ce que d’autres y soient aussi, tant ils ont notre confiance et qu’ils le méritent par leur militantisme passé.
Nous nous demandons s’il y a, à travers le monde et dans les conditions actuelles, un pays susceptible d’héberger cette équipe.
Ce bureau politique a réuni les composantes de la résistance militaire et politique, ce qui est une nécessité absolue
Je réitère mon souhait que chacun puisse contribuer à la victoire de la résistance et de l’Iraq, qui est aussi le début de la victoire de notre nation et j’implore Allah pour qu’il en soit ainsi.
Chabakat Al Basrah, 28 octobre 2006.



Al Quds Al Arabi


Traduit de l’arabe par Ahmed Manaï, membre de Tlaxcala, le réseau de traducteurs pour la diversité linguistique. Cette traduction est en Copyleft pour tout usage non-commercial : elle est libre de reproduction, à condition d'en respecter l’intégrité et d’en mentionner sources et auteurs.URL de cet article


Mercredi 1 Novembre 2006

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires