ALTER INFO

Union Face à la Crise, Bourses Tirées de l'Abîmes


Dans la même rubrique:
< >

Jeudi 8 Décembre 2016 - 13:05 Formidable reprise économique aux USA

Jeudi 8 Décembre 2016 - 12:40 Fidel et le Che : deux politiques différentes


L'union sacrée des gouvernements des principales puissances économiques mondiales pour faire face à la crise financière a revigoré lundi les places boursières, qui ont terminé leur séance sur des gains record.
Après des hausses de plus de 10% des indices boursiers en Asie et en Europe, Wall Street, première place mondiale, a fini sur un feu d'artifice de 11,08%, soit une hausse jamais vue de plus de 900 points en une séance


Mardi 14 Octobre 2008

Union Face à la Crise, Bourses Tirées de l'Abîmes
En Europe, la coopération des gouvernements, qui ont promis près de 1.700 milliards d'euros pour dégripper la machine bancaire, a fait oublier la panique de la semaine dernière.

"C'est mot pour mot ce qu'on voulait", exultait Maurice Gravier, directeur de Natixis Asset Management à Paris, pour qui il s'agit d'un "catalogue idéal" de mesures afin d'"éviter une contagion de la crise à toute l'économie et rétablir la confiance".
Ainsi, la quasi-totalité des Bourses européennes ont fini sur des hausses historiques: Paris a pris 11,18%, Francfort 11,40%, Madrid 10,65%, Milan 11,49%. Un ton en dessous, Londres a gagné 8,26%.

Longtemps accusés d'inaction ou d'improvisation face à la déroute bancaire, les Européens ont serré les rangs.
Au lendemain d'un sommet de crise des pays de la zone euro, les dirigeants européens ont mis leurs chiffres sur la table, de quoi donner le tournis aux citoyens européens. Mais de quoi rassurer, du moins temporairement, les marchés.
Berlin a annoncé 480 milliards d'euros, Paris 360 milliards, Madrid et Vienne 100 milliards chacun, Lisbonne 20 milliards, La Haye 200 milliards. L'Italie a annoncé qu'elle dépenserait autant qu'il le faudrait pour ses banques.
Ces mesures de la zone euro s'ajoutent au plan britannique qui avait montré la voie la semaine dernière avec 380 milliards d'euros.

Garanties aux crédits interbancaires jusqu'au 31 décembre 2009, recapitalisation des banques menacées de faillite: déclinable dans chaque pays en fonction des besoins, le plan européen vise à réamorcer la pompe du crédit, qui est pratiquement tombée à l'arrêt, menaçant de paralyser l'économie.

Ces actions concertées au niveau européen, réclamées de longue date, ont redonné espoir aux investisseurs qui étaient restés de marbre face au plan du secrétaire au Trésor américain Henri Paulson et à la baisse des taux directeurs des banques centrales.
Ces mesures européennes concrétisent les engagements pris vendredi par les sept grands pays riches (G7) à Washington.

Le dos au mur, les gouvernements n'ont pas hésité à briser des tabous comme la nationalisation des banques et n'ont pas lésiné sur les moyens, quitte à laisser filer les déficits publics et mettre entre parenthèses les critères de Maastricht.

Soucieux de rassurer les contribuables, les gouvernements ont toutefois affiché leur intention de récupérer un jour leur mise auprès des banques.
"Il ne s'agit pas de faire des cadeaux aux banquiers", a souligné le président de l'Eurogroupe et Premier ministre luxembourgeois Jean-Claude Juncker avant d'ajouter que "les banques qu'on assistera devront payer".

Résultat, les places boursières ont pu souffler un peu ….

Premiers à ouvrir le bal, les marchés asiatiques avaient rebondi nettement lundi matin: Hong-Kong a gagné 10,2%, Shanghai 3,65%, Sydney 5,55% et Séoul 3,79%. La première place d'Asie, Tokyo, qui a subi la semaine dernière un krach historique (-24,33%), rouvrira mardi après une journée fériée.

Au Moyen-Orient, la Bourse saoudienne a terminé en hausse de 9,5% et Le Caire de 4,9%.

La Bourse de Sao Paulo, première place financière d'Amérique latine, a terminé sur une hausse historique de 14,66%. A Mexico, la progression a été de 11,01%, un record depuis 1998.

A contre-courant des marchés mondiaux, les deux places boursières de Moscou, le RTS et le Micex, ont achevé la séance de lundi sur de fortes chutes de respectivement 6,34% et 4,85%.

L'euro a regagné du terrain face au dollar, cotant 1,3595 dollar vers 20H30 GMT lundi contre 1,3394 vendredi soir.

Les prix du pétrole se sont repris à New York où le baril a fini à 81,19 dollars, en hausse de 3,49 dollars par rapport à vendredi.


Mais cette euphorie risque très fortement de s’arrêter ou tout du moins freiner.
La publication prochaine de mauvais indicateu

http://www.almanar.com.lb/ http://www.almanar.com.lb/



Mardi 14 Octobre 2008


Commentaires

1.Posté par ciborg le 14/10/2008 11:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Il y a beaucoup de commentaires interessant , mais les commentaires se referant a des religions n'apportent pas d'eclaircissement ni ne propose de solutions a l'injustice sociale dans ce bas monde . La question sur la vente a decouvert et tres revelatrice du decalage qu'il y a entre les phenomenes financiers et economiques et l' institution judiciaire . En effet il n' y a que dans le systeme
liberal mortifere ou on peut vendre du VENT . Paradoxalement cette anarque est admise et tolerée par le pouvoir politique et la justice , ce qui est plus grave, la protege ???


Contrairement à ce que tout le monde pense, le système en état de putréfaction va quand même continuer de vivre en latence dans un coma plus long. Tout cela lui est possible parce que les forces nécessaires pour renversé la situation n’existent tout simplement pas. Bien sur et c’est clair qu’ il ne faut pas acceptée que les banques qui ont misés gros et tous perdu soient renfloués. Mais cette exigence est formulée aussi paradoxalement que cela puisse paraître par des partis qui sont au pouvoir c’est-à-dire la classe dirigeante qui sent très bien qu’elle va perdre beaucoup de son train de vie. De ce fait on peut se demander d’une façon étonnante ou sont les intellectuels , les scientifiques économistes, les spécialistes gourous de gauche qui animent les « sectes » altermondialistes ???? Pour un changement de société ? Vraiment il y a beaucoup de beau monde dont on ne voit plus son ardeur militante avec pour slogan « nouveau monde possible » Pourtant la question est facile a comprendre , pour renflouer les caisses des banques en faillites on va encore une fois utiliser l’épargne des citoyens qui va permettre de maintenir le standing de vie des classes moyennes supérieurs apparentées au pouvoir et qui sont directement liées aux causes de ce désastre social-économique, quant au peuple lui , subira les licenciements et l’augmentation grave est démesuré des prix des produits alimentaires . En plus en lui dira que ces economies sont transformées en bon de tresor quant aux petits porteurs ils peuvent dire adieu a leurs reves chimeriques offert gratuitement par la publicité monsongere des predateurs banquiers qui ont detruits de sang froid des millions d ’ individus . En définitive, pour ceux qui avaient déjà assez d’argent continueront d’en avoir et ceux qui déjà par le passé en manquaient cruellement continueront d’en manquer. .. Et la paupérisation continue son bonhomme de chemin jusqu’ a atteindre les conditions de

SOLEIL VERT

2.Posté par claudio le 14/10/2008 11:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

C'est à y perdre son latin, ou son euro ... vu ce qui se passe !
Pour le citoyen lambda que je suis, ayant du mal à suivre les élucubrations de la finance internationale, une seule idée vient en tête :
1 - On a spéculé à mort pour provoquer la chute des cours ces derniers jours.
2 - Des milliers de milliards de d'euros sont injecté par les gouvernements pour renflouer les spéculateurs
3 - Il s'agit maintenant de mettre main basse sur cette manne, d'où l'envolée des cours !
Ainsi, les voleurs retrouvent le sourire et nous repassent leurs mouchoirs pour essuyer nos larmes encore chaudes.
Finalement, pourquoi nous offusquer ? Nous le méritons et bien.
Qui a levé le petit doigt pour crier au scandale ? Qui est descendu dans la rue pour dire NON ?
Il ne peut y avoir vol si le volé est consentant !

3.Posté par vili le 14/10/2008 17:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

message supprimé

4.Posté par pas tout a fait d'accord le 15/10/2008 00:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

tout a fait d'accord claudio nous sommes des moutons.
et en plus il y a encore des gens qui votent pour ces hommes politiques, de gauche comme de droite, en france comme ailleur.
Vous êtes vous déjà posé la question suivante :
Et si moins de 50% de personnes votaient, quel serait la crédibilité de nos hommes politiques ???
Cela exprimerait quoi, un manque d'implication de la population, un dégout de la politique ou une désapprobation du système par la moitié de la population.
Reste qu'il y a encore des gens 80 % qui préfèrent se déplacer pour mettre un bulletin dans l'urne pour cautionner les gens qui vont les voler et qui reste assis devant la télé sans rien dire le jour ou cela arrive.
Je dois être con et le monde doit être fou

Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS

Publicité

Brèves



Commentaires