Géopolitique et stratégie

Une mission américaine en Asie



Samedi 15 Août 2009

Une mission américaine en Asie
Un peu comme dans les histoires à tiroirs, le processus du règlement du dossier nucléaire militaire nord-coréen donne l'impression qu'une nouvelle difficulté surgit dès que l'une d'entre elles est résolue. Les démarches américaines sur l'échiquier coréen traduisent la volonté de l'administration Obama à gérer la crise, tout en cherchant en plus des canaux diplomatiques censés régler le nucléaire nord-coréen.

Dans ce sens, Washington envoie une mission en Asie, pour consulter les autorités des pays voisins de la Corée du nord qui ont un rôle saillant dans les négociations à Six. C'est au coordinateur de l'application de la résolution 1874 du Conseil de sécurité, Philip Goldberg de conduire cette délégation où se retrouvent des représentants de tout un panel de ministères. Fait significatif lorsqu'on sait que la 1874, cette résolution que le Conseil de Sécurité de l'ONU a adoptée en juin dernier, était en fait une réponse au test nucléaire de Pyongyang effectué le 25 mai, avec une vocation d'élargir l'embargo sur les armes et d'autoriser les inspections des cargaisons nord-coréennes sur terre, mer et air. Pour d'aucuns, de telles démarches seraient une proposition explicite de la part de Washington à Pyongyang de jeter aux oubliettes ses activités nucléaires en contre partie d'une sorte de garanti de sa sécurité nationale par les Etats-Unis.

Or la réalité est que jusqu'à présent les résolutions de 1718 et de 1874 du Conseil de sécurité n'ont pas été à même d'arrêter Pyongyang dans ses visées nucléaires. Si, d'après l'administration américaine, la Corée du nord n'a pas besoin d'armes nucléaires et sans quoi elle peut survivre politiquement, la démarche la plus importante est que Washington  respecte ses engagements envers la partie nord-coréenne. Pour ce faire, il n'aura qu'en premier lieu cesser sa politique hostile envers Pyongyang et ensuite éviter de miser sur des questions qui illustreraient aux yeux du gouvernement nord-coréen, l'expansionnisme américain dans la péninsule coréenne.

Il se pourrait que Barack Obama en dépêchant la semaine dernière Bill Clinton en Corée du nord - quoiqu'un tel geste ne traduit pas en soi un indice d'un changement de cap américain vis-à-vis du programme nucléaire nord-coréen - et dans la foulée une mission de haut rang en Asie vise à entreprendre des pas diplomatique dans le sens de geler le programme nucléaire de Pyongyang. Ce alors que le gouvernement nord-coréen a opté pour le moment pour un ton plus modéré. De telle attitude de la part et de Washington et de Pyongyang serait-elle le signe annonciateur d'un désarmement nucléaire nord-coréen? Qui vivra verra!

http://french.irib.ir http://french.irib.ir



Samedi 15 Août 2009


Nouveau commentaire :

Géopolitique et stratégie | Diplomatie et relation internationale

Publicité

Brèves



Commentaires