MONDE

Une lettre ouverte de militant/es juifs pour la paix: Sur l’antisémitisme, les boycotts et l’affaire Hermann Dierkes


Nous sommes des militant/es pour la paix d’origine juive. Certains parmi nous s’identifient de cette façon ; d’autres pas. Mais nous nous opposons tous/tes à ceux qui prétendent parler au nom de tous les Juifs ou qui utilisent des accusations d’antisémitisme pour essayer de réprimer la contestation légitime.


urshalim.palestine@yahoo.fr
Mercredi 8 Avril 2009

Une lettre ouverte de militant/es juifs pour la paix: Sur l’antisémitisme, les boycotts et l’affaire Hermann Dierkes
Une lettre ouverte de militant/es juifs pour la paix: Sur l’antisémitisme, les boycotts et l’affaire Hermann Dierkes
jeudi 26 mars 2009



Nous avons été indigné/es par les accusations à l’encontre de Hermann Dierkes, un syndicaliste et dirigeant du Parti de gauche (Die Linke) dans la ville allemande de Duisburg. En réaction à l’attaque israélienne récente contre Gaza, Dierkes a exprimé l’avis qu’une des façons dont les Palestiniens pourraient être aidés à obtenir justice serait de soutenir l’appel du Forum social mondial au boycott des marchandises israéliennes, de sorte à exercer une pression sur le gouvernement israélien.

Dierkes a été soumis à grande échelle à des dénonciations au vitriol l’accusant d’antisémitisme et d’appeler à une répétition de la politique de boycott des produits juifs prônée par les Nazis dans les années 1930. Dierkes a répondu en affirmant que « les mots d’ordre du FSM n’ont rien à voir avec les campagnes racistes antijuives de type nazi, mais visent seulement à changer la politique d’oppression des Palestiniens exercée par le gouvernement israélien. »

Personne n’a accusé Dierkes d’antisémtisme pour autre chose que son soutien au boycott. Et pourtant, il a été accusé de « pur antisémitisme » (Dieter Graumann, vice-président du Conseil juif central), de prononcer des mots équivalents à « une exécution de masse à la lisière d’une forêt ukrainienne » (Achim Beer, éditorialiste du Westdeutsche Allgemeine Zeitung), et de faire de la « propagande nazie » (Hendrik Wuest, secrétaire général de la CDU).

Nous, signataires, avons des points de vue différents sur l’opportunité et l’efficacité de l’appel au boycott des produits israéliens. Certain/es parmi nous pensent qu’un tel boycott est une composante essentielle d’une campagne de boycott, désinvestissement et sanctions qui peut mettre fin à quarante ans d’occupation israélienne ; d’autres pensent que le meilleur moyen d’exercer une pression sur le gouvernement israélien est un boycott plus sélectif, centré sur les institutions et firmes qui soutiennent l’occupation. Mais nous sommes tous d’accord sur le fait qu’il est essentiel d’exercer une pression sur le gouvernement israélien si l’on souhaite que paix et justice l’emportent au Moyen-Orient, de même que nous sommes tous d’accord sur le fait qu’un appel au boycott d’Israël n’a rien à voir avec la politique nazie « N’achetez pas chez les Juifs ».

Il n’est pas plus antisémite de boycotter Israël pour mettre fin à l’occupation qu’il n’était anti-Blanc de boycotter l’Afrique du Sud pour mettre fin à l’apartheid. Les mouvements pour la justice sociale ont souvent appelé au boycott ou au désinvestissement, que ce soit contre le régime militaire en Birmanie ou contre le gouvernement du Soudan. Qu’ils soient opportuns ou pas, ces appels ne sont nullement discriminatoires.

La violence au Moyen-Orient a conduit, en effet, à certains actes d’antisémitisme en Europe. Il y a même eu à Rome un appel au boycott des boutiques appartenant à des Juifs, qui fut largement et adéquatement condamné. Nous déplorons un tel fanatisme. Les crimes d’Israël ne sauraient être attribués aux Juifs dans leur ensemble. Mais, en même temps, un boycott d’Israël ne saurait être présenté comme l’équivalent d’un boycott des Juifs dans leur ensemble.

Une forme aigüe et inquiétante de racisme qui se développe aujourd’hui en Europe est l’islamophobie et la xénophobie dirigées contre des immigrants de pays musulmans. Dierkes a été au premier plan des militant/es pour la défense des droits des immigré/es, tandis que certains de ceux qui accusent tous les critiques d’Israël d’être antisémites participent souvent eux-mêmes – à l’instar du gouvernement et de l’Etat d’Israël – à ces formes de racisme.

La Shoah a été un des événements les plus horribles de l’histoire contemporaine. C’est faire déshonneur à ses victimes que d’utiliser sa mémoire comme un gourdin pour réduire au silence ceux et celles qui critiquent à juste titre le traitement inqualifiable des Palestiniens par Israël.

(Les institutions sont mentionnées uniquement à des fins d’identification)

Premiers signataires

Michael Albert, ZNet, USA Phyllis Bennis, Institute for Policy Studies, USA Ellen Cantarow, writer, USA Noam Chomsky, Professor Emeritus MIT, USA Lawrence Davidson, West Chester University, USA Louis Kampf, Professor Emeritus MIT, USA Joanne Landy, Campaign for Peace & Democracy, USA Marvin Mandell, co-editor, New Politics, USA Stephen R. Shalom, William Paterson University, USA Stephen Soldz, co-founder, Coalition for an Ethical Psychology, USA Howard Zinn, Professor Emeritus Boston University, USA


Pour ajouter votre nom à cette pétition, écrivez à Mireille Fanon-Mendes (Fondation Frantz Fanon) : fondationffanon@hotmail.com
http://www.alternatives.ca/article4663.html


Mercredi 8 Avril 2009


Commentaires

1.Posté par ROGSIM le 08/04/2009 22:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

La critique légitime d'Israël
Il arrive à Israël, comme n'importe que Etat au monde, de commettre des erreurs. Lorsque c'est le cas, la critique peut alors être admise, comme à légard de n'importe autre pays.
Les israélien ne se gênent d'ailleurs pas pour critiquer leur Etat, que se soit en rapport avec la politique extérieure (conflit avec les palestiniens) ou intérieure ( respect des minorités, par exemple.

Quand la critique d'Israël deveint-elle antisémite
De manière générale, la critique d'Israël est inacceptable, et assimilable à de l'antisémitisme, lorsque:
- d'autres Etat ne sont pas critiqués pour des faits similaires, voire plus graves
- la critique d'Israël se concentre, non pas sur ses actions, mais sur son existence en tant qu'Etat des Juifs

Plus spécifiquement, le Centre européen de surveillance du racisme et de la xénophobie (European Monitoring Center on racism and Xenophobia, EUMC) a établi une définition de travail de l'antisélitisme, dont une partie est consacrée à la critique d'Israël:

"...Des exemples de la manière dont l'antisémitisme se manifeste en rapport avec l'Etat d'Israël...pourraient inclure:
- Le fait de nier au peuple juif son droit à l'auto-détermination.
- Le fait d'appliquer un double standard en réclamant un comportement qui n'est exigé ou attendu d'aucune autre nation démocratique.
- Le fait d'utiliser les symboles et images associées à l'antisémitisme classique (par ex, l'affirmation que les juifs ont tué Jésus ou les accusations de meurtre rituel) pour caractériser ou les Israéliens.
- Le fait de dresser des compraisons entre la politique isrélienne et celle des nazis.
- Le fait de tenir les Juifs pour collectivement responsables des actions de l'Etat d'Israël.
- ...
Site internet de l'EUMC: http//fra.europa.eu/fra/material/pub/AS/AS-WoerfingDefinition-draft.pdf

2.Posté par DURANDUPONT le 09/04/2009 22:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

JE NE CROIS PAS QUE COMPARER LA POLITIQUE DES NAZIS AUX ACTIONS MILITAIRES ISRAELIENNES QUI ONT PERPETRES DES MASSACRES D' ENFANTS ET DES CIVILS PALESTINIENS PUISSE ETRE CONSIDERE COMME "ANTISEMITE" DANS LE SENS OU LES SIONISTES VEULENT LE FAIRE ENTENDRE AVEC DUPLICITE C'EST A DIRE COMME UN REJET DU JUDAISME..CETTE COMPARAISON NE PEUT ETRE CONSISEREE QUE COMME UNE CONDAMNATION DU NAZISME ET DU SIONISME QUI S'EN INSPIRE..PAR AILLEURS JE SALUE LES PRISES DE POSITION DE CES JUIFS HONNETES ET COURAGEUX QUI DISENT LA VERITE SUR LES METHODES PERVERSES DES SIONISTES QUI MANIPULENT ET DETOURNENT SANS ARRET LES MOTS DE LEUR SENS...L"ANTISEMITISME" N'EXISTE PAS CAR C'EST UN MOT QUI NE CORRESPOND A RIEN ..CE TERME A ETE INTRODUIT DANS LE VOCABULAIRE AFIN DE POUVOIR LUI DONNER TOUTES LES SIGNIFICATIONS RELATIVES AUX CRITIQUES CONTRE ISRAEL..L'ANTI JUDAISME DOIT POUVOIR SE DISTINGUER DE L'ANTI SIONISME EN EVITANT IMPERATIVEMENT L'EXPRESSION VOLONTAIREMENT EQUIVOQUE D' "ANTISEMITIME"..C'EST UNE QUESTION DE RESPECT POUR LA RELIGION QUI N'A RIEN A VOIR AVEC LE SIONISME !

Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS

Publicité

Brèves



Commentaires