Géopolitique et stratégie

Une guerre Etats-Unis-Iran rapporterait des dizaines de mds USD à la Russie (Nezavissimaïa gazeta)



Ria Novosti
Jeudi 29 Mars 2007

A en juger par mercredi dernier, le déclenchement d'actions militaires dans le golfe Persique serait avantageux pour la Russie sur le plan économique. La réaction des bourses de marchandises aux rumeurs selon lesquelles l'Iran aurait attaqué un navire américain dans le golfe Persique, est en quelque sorte un test. Elles ont provoqué une montée en flèche des prix du pétrole, ce qui est avantageux pour les pétroliers russes. Si ces prix étaient maintenus pendant un an à un niveau aussi élevé, cela rapporterait à la Russie au moins 10 milliards de pétrodollars.

Le secteur énergétique russe gagnerait encore plus si une véritable guerre éclatait dans le golfe Persique. L'Iran fournit environ 2,3 millions de pétrole par jour sur le marché mondial, soit 5,7% des exportations. En cas d'attaque des Etats-Unis, Téhéran menace de bloquer le détroit d'Ormuz par lequel passent plus de 20% du pétrole exporté dans le monde. De plus, il n'est pas exclu que l'Iran bombarde les puits de pétrole des pays voisins. On peut imaginer le bond des prix du pétrole qui serait entraîné par cette évolution des événements.

"Si le pétrole iranien n'arrive pas sur le marché, les prix peuvent atteindre 80 dollars le baril, même plus", estime Dmitri Loukachov, expert de la banque Zenit spécialiste du pétrole. Pour Konstantin Batounine, analyste pétrolier d'Alfa Bank, "les prix peuvent parfaitement dépasser 100 dollars". Mikhaïl Zak, analyste de Gazprombank, prévoit également une telle gamme de prix.

Etant donné une telle hausse des prix du pétrole, il n'est pas difficile de prévoir la prime de guerre retirée par la Russie en cas de conflit en Iran. L'exportation russe de pétrole et de produits pétroliers calculée en brut constitue environ 7 millions de barils par jour. Par conséquent, chaque hausse de 10% des prix rapporterait à la Russie au moins 25 milliards de dollars par an. La majeure partie de cette somme serait versée au budget d'Etat, ce qui permettrait au gouvernement de compenser la réduction des recettes fiscales d'environ 400 milliards de roubles (plus de 15 milliards de dollars) provoquée par la baisse des prix du pétrole rien qu'au cours des deux premiers mois de cette année.

La hausse des prix du pétrole aurait également un effet indirect pour la Russie. "L'accroissement des recettes du budget et des compagnies augmenterait la demande de la population et relancerait les constructions mécaniques et le secteur du bâtiment en Russie", estime Dmitri Loukachov.

D'ailleurs, selon Konstantin Batounine, ce scénario aurait également pour conséquence qu'en perspective "le rôle des matières premières augmenterait dans l'économie russe".

Cet article est tiré de la presse et n'a rien à voir avec la rédaction de RIA Novosti.



Jeudi 29 Mars 2007

Géopolitique et stratégie | Diplomatie et relation internationale

Publicité

Brèves



Commentaires