Palestine occupée

Une grande offensive militaire israélienne est prévue en Palestine occupée après les élections israéliennes


Le journal britannique "Sunday Times" a révélé dimanche 26 mars un plan israélien pour lancer une offensive militaire de grande envergure contre les villes de Cisjordanie sous contrôle de l’Autorité palestinienne après l’élection générale du 28 mars en Israël.
Selon l’édition électronique du journal [1], l’armée d’occupation israélienne pénétrera profondément en Cisjordanie et dans la Bande de Gaza afin de porter un coup sévère aux groupes de la résistance palestinienne qui s’y renforcent.

Ce plan est envisagé par de hauts responsables de Kadima le parti qu’on s’attend à voir gagner les élections et diriger le prochain gouvernement [2]


Mardi 28 Mars 2006

.
publié le lundi 27 mars 2006

CL, et IPC, Imemc, Haaretz, le Sunday Times



Selon le plan, détaillé par le Brigadier-General Amos Gilad, l’un des plus hauts responsables au Ministère israélien de la Défense les opérations militaires ont pour objectif essentiel de détruire les place fortes des groupes armés palestiniens dans les villes de Cisjordanie : Naplouse, Ramallah, et Hébron. Des divisions blindées (3) et plusieurs bataillons de parachutistes et de l’infanterie (7) prendront part à l’invasion.

« L’objectif militaire est de s’emparer des grandes villes palestiniennes de Cisjordanie et de poursuivre l’opération tant que le dernier des militants ne sera pas mort ou arrêté » selon une source sécuritaire israélienne. Les concepteurs du plan prévoient que l’armée se retirera finalement sur ce qui sera la frontière finale d’Israël, après avoir neutralisé des menaces potentielles pour sa sécurité [3].

Les menaces israéliennes contre les Palestiniens se sont récemment intensifiées particulièrement depuis que le Hamas est venu au pouvoir lors des élections législatives du 25 janvier 2006 [4]

Il est à parier cependant que cette attaque rencontrera une farouche résistance de la part des Palestiniens. L’agence de presse Maan cite ainsi le porte-parole du Batallion Salah Al din demandant à "tous les groupes palestiniens d’être placés en état d’alerte absolue afin de décourager les Sionistes où qu’ils soient et de faire trembler le sol sous leurs pieds, s’ils commettaient une faute aussi grave ».

Dans la crainte d’attaques provocatrices des groupes juifs extrémistes et d’opérations de la résistance palestinienne, les autorités israéliennes ont interdit l’accès à l’Esplanade des Mosquées.

L’ensemble de la Palestine occupée est bouclée depuis des semaines. Les arrestations et attaques des civils palestiniens par des colons se multiplent. A Gaza un adolescent a été assassiné par les soldats isréliens le 26 au matin. Les hélicoptères de combat israéliens ont attaqué la Bande de Gaza.

La radio israélienne vient de déclarer dimanche soir que le check-point de Kalandia allait dès lundi 27 mars être une frontière entre Ramallah et Jérusalem.


[1] reportage par par Uzi Mahnaimi à Tel Aviv pour le Sunday Times

[2] dans un sondage publié le 26 mars par le quotidien Haaretz les intentions de vote sont : Kadima 36 sièges, les Travaillistes 18, le Likud 14. 22 pour cent des sondés étant indécis, il reste 18 sièges à prendre. Yisrael Beiteinu en aurait 7.

[3] Le Premier ministre israélien par intérim, Ehud Olmert, a déclaré vendredi 24 au quotidien israélien de droite Yedioth Ahronoth qu’un état palestinien était possible à l’intérieur de frontières prédéfinies par Israël sans qu’Israël évacue les militaires et les colons de l’ensemble de la Cisjordanie : « Nos frontières seront définies dans le cadre d’un accord interne à Israël et avec le soutien international » (Imemc, 25 mars). Toujours l’unilatéralisme israélien , le déni de l’autre, le mythe de l’absence de partenaire palestinien pour la paix. Voir aussi sur le site les articles sur l’annexion de la vallée du Jourdain.

[4] le nouveau gouvernement palestinien, dirigé par le Hamas, prendra ses fonctions mercredi. Le nouveau Premier ministre, Ismail Hanyieh, vient d’en appeler aux électeurs israéliens lors d’une conférence de presse à Gaza dimanche 26. Le Hamas veut sortir de la crise avec Israël : "Nous ne cherchons pas de bain de sang dans la région. Nous voulons que le peuple palestinien se voie reconnaître ses droits et sa dignité » (Associated Press, 26 mars).

Traduction des articles et dépêches, synthèse et notes : C. Léostic, Afps, 26 mars 2006


Mardi 28 Mars 2006

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires