Conflits et guerres actuelles

Une frappe américaine sur l’Iran serait inévitable


Le quotidien britannique Sunday Telegraph croit savoir que les responsables de la sécurité du Royaume-Uni se sont réunis ce lundi (3.4.06) au ministère de la Défense à Londres pour évoquer l’éventualité d’une frappe militaire américaine contre l’Iran.


Farid@evhr.net
Mardi 4 Avril 2006


Une frappe américaine sur l’Iran serait inévitable




Au cours de la réunion secrète de haut-niveau, les généraux britanniques auraient également discuté de la réussite du test mené par l’armée iranienne sur leur nouveau missile à têtes multiples Fajr-3. Selon les informations du Sunday Telegraph, le tir d’essai réalisé vendredi 31 mars par les iraniens n’aurait pas été détecté par les radars israéliens ni américains.

L’essai a eu lieu au cours de la première journée d’une semaine de manœuvres à grande échelle répondant au nom de ‘wargames’ (‘jeux de guerre’) et mis en œuvre par les militaires iraniens dans le Golf Persique et en mer d’Oman.

Selon les mêmes sources britanniques, le missile anti-missile israélien Arrow (‘Hetz’ en hébreu) ne saurait pas offrir de réponse satisfaisante aux missiles balistiques à têtes multiples.

Si Téhéran ne cédait pas aux exigences du Conseil de Sécurité de l’ONU de cesser ses activités d’enrichissement de l’uranium, les Etats-Unis chercheraient à former une opération militaire internationale pour détruire les capacités iraniennes de mettre au point et fabriquer une bombe nucléaire. Toutefois, précise le Sunday Telegraph, les responsables britanniques de la Défense estiment que même en l’absence d’un front international large, les Etats-Unis agiraient seuls, ou bien avec l’aide d’Israël.

On se souvient dans ce contexte des révélations de l’ancien chef d’Etat-major de Tsahal, Moche Yaalon, le mois dernier, qui avait évoqué une attaque contre l’Iran en plusieurs phases, laissant sous-entendre que chaque phase serait prise en charge par une autre armée.

Samedi (1.4.06), Condoleeza Rice déclarait à l’occasion d’un passage en Grande-Bretagne que toutes les options de négociations restaient ouvertes pour résoudre la crise iranienne, y compris l’option militaire.

Selon le Sunday Telegraph, les chefs de la Défense britannique estiment qu’une frappe militaire contre l’Iran se limiterait à une série de bombardements aériens contre des sites nucléaires potentiels plutôt qu’un assaut terrestre. Les américains pourraient utiliser les missiles de croisière Tomahawk, tirés depuis les navires et les sous-marins de l’US Navy, suivis de bombes BLU-28 anti-bunker, guidées par satellite et lancées depuis les bombardiers furtifs B2.

Au moins 8 sites nucléaires sont connus en Iran, mais il en existerait plusieurs autres tenus secrets.

Le journal britannique révèle que Washington craint que Téhéran, s’il obtenait la bombe, n’hésite pas à en faire usage contre Israël ou contre les forces américaines dans la région. Les Etats-Unis craignent également l’escalade, où l’on verrait l’Egypte, la Syrie et l’arabie Saoudite mettre également en œuvre des programmes d’armement nucléaire, ce qui mettrait encore plus en danger l’équilibre déjà fort précaire de la région.




Alexandre Yudkewicz
A7







Mardi 4 Avril 2006

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires