ALTER INFO

Une attaque massive contre des paras français (en Afghanistan) signale une nouvelle tactique talibane (par Andrew McGregor)

Sarkozy a tenu à venir saluer les intellos du 8ème RPIMa


Dans la même rubrique:
< >

Jeudi 8 Décembre 2016 - 13:05 Formidable reprise économique aux USA

Jeudi 8 Décembre 2016 - 12:40 Fidel et le Che : deux politiques différentes


Les récits contradictoires concernant une embuscade talibane contre une unité militaire d’élite française dans le district de Surubi, dans la province de Kaboul (Afghanistan), le 18 août, n’a fait que susciter de nouvelles inquiétudes quant au déploiement politiquement impopulaire de troupes françaises en Afghanistan.


Vendredi 5 Septembre 2008

Une attaque massive contre des paras français (en Afghanistan) signale une nouvelle tactique talibane (par Andrew McGregor)

La Jamestown Foundation est un organe de la CIA, spécialisé aujourd'hui dans la dénonciation du terrorisme tous azimuths

 

 

 

 

Une attaque massive contre des paras français (en Afghanistan) signale une nouvelle tactique talibane

 

par Andrew McGregor

 

in Terrorism Focus (2 septembre 2008)

 

on Jamestown.org, 2 septembre 2008

 

http://www.jamestown.org/news_details.php?news_id=346

 

traduit de l'anglais par Marcel Charbonnier

 

 

 

 

 

 Les récits contradictoires concernant une embuscade talibane contre une unité militaire d'élite française dans le district de Surubi, dans la province de Kaboul (Afghanistan), le 18 août, n'a fait que susciter de nouvelles inquiétudes quant au déploiement politiquement impopulaire de troupes françaises en Afghanistan.

 

 

 

Dix soldats français avaient été tués, et vingt-et-un blessés, au cours de ce qui fut l'une des plus importantes opérations talibanes depuis l'invasion usaméricaine de l'Afghanistan, en 2001.

 

 

 

Les troupes françaises concernées faisaient partie d'un renfort de 700 militaires envoyés par ordre du président français N. Sarkozy en renfort de plus de deux mille soldats français placés sous le commandement de l'ISAF (International Security Assistance Force). A leur arrivée, les forces françaises assurèrent la relève de deux bataillons américains dans la région de Kapisa, un district stratégiquement capital situé près de Kaboul [info de la téloche à Tata Christine, France 24, en date du 25 juillet].

 

 

 

 

 

Un officier français a qualifié les troupes françaises impliquées dans l'embuscade d' « expérimentées » et « aptes au combat » [Figaro, 20 août]. Néanmoins, les Talibans ont lancé un véritable avertissement politique en ciblant les nouveaux renforts du contingent français au sein de l'ISAF. La proximité de Kaboul d'une opération militaire talibane majeure a alarmé beaucoup de gens dans la capitale afghane, qui font observer que de précédentes attaques s'étant produite à l'intérieur de la ceinture de sécurité de Kaboul avaient annoncé la chute finale de la cité aux mains des forces insurgées [Cheragh (Kaboul), 21 août].

 

 

 

Le 18 août, trente soldats du 8ème Régiment parachutiste d'infanterie de Marine (8ème RPIMa), et trente autres, du Régiment de Marche du Tchad (RMT) se sont vu donner la mission de reconnaître la route de la vallée d'Uzbin, reliant le district Tagab (de la province de Kapisa) et le district Surubi (de la province de Kaboul). Ils reçurent le renfort de deux sections d'infanterie afghane et d'une unité des Forces [très] Spéciales Américaines. La majorité des Français étaient transportés par des Véhicules de l'Avant Blindés (VAB), des véhicules blindés de transports de troupe construits par le GIAT.

 

 

 

Constitué en 1951 en vue de la répression en Indochine, le 8ème RPIMa avait été dissous après avoir été quasiment ratatiné à la bataille de Dien Bien Phu, en 1954. Mais il avait été ressuscité en 1956 en vue de la répression en Algérie. Depuis son repli d'Algérie dans la ville de garnison de Castres, en 1963, le 8ème RPIMa a été déployé, au bas mot, dans une quinzaine de pays, dans le cadre de diverses missions, dont de récents déploiements dans le cadre de la première Guerre du Golfe, au Cambodge, dans le Kurdistan irakien, au Congo, en Macédoine, en Bosnie et au Kosovo. C'est en juin et en juillet que 500 paras de ce régiment ont été envoyés en Afghanistan.

 

 

 

Ces unités de « marine », comme le 8ème RPIMa, ne sont pas comparables [encore heureux, ndt] aux Marines américains ou britanniques ; leur nom fait référence, de fait, au Ministère de la Marine, qui, au XIXème siècle, était responsable des forces armées françaises [envoyées exercer leurs ravages] outre-mer, par opposition à l'armée métropolitaine, qui était placée sous la tutelle du ministère de la Guerre. Les « troupes de marine » devinrent les « troupes coloniales », composante de l'Armée coloniale, en 1900, ce qui entraîna un changement des intitulés des unités concernées, mais le terme « marine » fut remis au goût du jour après l'effondrement de l'empire français, après la Seconde guerre mondiale, pour désigner des unités de volontaires vouées aux sévices (oups : au « service ») outre-mer. Les troupes de marine, entièrement composées de volontaires, comportent [ainsi, paradoxalement] des unités d'infanterie, de cavalerie légère, d'artillerie et des troupes d'infanterie aéroportées.

 

 

 

Le RMT est une unité mécanisée de troupes de marine. Basé aujourd'hui en France, il a été formé, en 1943, avec des soldats métropolitains servant au sein du Régiment des Tirailleurs Sénégalais du Tchad s'étant ralliés à la cause française durant la campagne du général Philippe Leclerc au Tchad. Ce sont 450 hommes du RMT qui furent envoyés en Afghanistan en mai ; 150 autres sont dans les forces de protection d'Israël (oups : de « la paix ») au Liban (Le Parisien, 20 octobre 2007). La force française (en Afghanistan) comporte par ailleurs un petit nombre d'hommes du 35ème Régiment d'Artillerie Parachutiste (35ème RAP).

 


La force multinationale progressait difficilement en terrain difficile et sous une chaleur accablante, en suivant une route de montagne difficultueuse et très tortueuse, dans une région réputée pour sa très forte activité talibane. Le chef d'état-major le général Jean-Louis Georgelin a qualifié l'embuscade de « piège bien imaginé », sur « un terrain extrêmement favorable, pour l'ennemi » [Le Monde, 21 août]. L'embuscade fut déclenchée à 15 h 30, après que les paras eurent quitté leurs APCs afin de procéder, à pied, à la reconnaissance d'un col. Comme l'a fait observer un survivant, ce col était situé à environ trois heures du point de départ de la colonne, et cela « laissait suffisamment de temps aux Talibans pour être avertis de notre arrivée par leurs complices » [Le Monde, 21 août]. Le général français Michel Stollsteiner, commandant de l'ISAF dans la région de Kaboul a, quant à lui, déclaré : « Durant les deux semaines écoulées, nous avions largement sécurisé la zone, mais il faut être franc : nous avons péché par excès de confiance. » [Reuters, 25 août].

 

 

 

Des interviews de rescapés de l'embuscade publiés dans la presse française font état d'un effondrement rapide du commandement et des communications, des snipers talibans descendant des soldats français à volonté. Parmi les premiers tués se trouvaient le vice-commandant de la section et le radio de l'unité avancée. L'officier assurant la couverture fut blessé à l'épaule. Peu après, les radiocommunications entre les paras et le RMT chutèrent. Largement dépassés par le nombre, les Français furent cloués au sol et soumis à un feu incessant, durant quatre heures, d'armes légères, de mitrailleuses et de RPJ, sans recevoir le moindre renfort. Les munitions de toutes leurs armes, mis à part leurs fusils d'assaut, vinrent à épuisement, car les soldats étaient dans l'incapacité d'atteindre les munitions encore à bord de leurs véhicules, même si un VAB transportant une section du 35ème RAP, en queue de colonne, fut en mesure de déployer la mitrailleuse du véhicule, ainsi que quatre mortiers de 120milli, en soutien [La Dépêche, 21 août].

 


Certains des blessés ont affirmé que leur unité a été frappée par des tirs (« amis ») de leurs alliés afghans et d'avions de l'Otan [Le Monde, 21 août ; AFP, 21 août]. Des tirs provenant d'un A-10 Thunderbolts étaient dirigés ainsi par les Forces Spéciales Américaines, tandis que deux avions d'attaque F-15 ne firent que passer, sans utiliser leurs armes, parce que les Français et les Talibans étaient trop étroitement imbriqués. Une première tentative d'évacuation des blessés par des hélicos américains avait échoué, en raison de l'intensité des tirs talibans. Des hélicos français EC725 Caracal arrivèrent afin d'apporter une puissance de feu en soutien – un de ces hélico apportait un médecin et dix commandos français de la force de réaction rapide basée à Kaboul. Une estafette d'un groupe de la force de réaction rapide, arrivé après avoir conduit durant une heure et demie en terrain très accidenté, a décrit ainsi la situation, à son arrivé : « Nous ne pouvions pas voir l' « ennemi », et nous ne savions pas combien ils étaient. Nous avons commencé à grimper, mais, après vingt minutes, nous avons commencé à essuyer des tirs venus par-derrière. Nous étions faits, comme des rats… » [AFP, 1er septembre]. Des mortiers de 81 milli arrivèrent également, avec les renforts, mais ce n'est pas avant huit heures du soir que les hélicos furent à même d'évacuer les blessés. Six heures après le début de l'embuscade, des combattants talibans commencèrent à décrocher, bien que plusieurs fussent restés dans la zone, lançant une dernière offensive à neuf heures du matin, le lendemain [La Dépêche, 24 août ; le Quotidien, 21 août ; AFP, 21 août].

 


Contrairement à certaines assurances officielles selon lesquelles la quasi-totalité des pertes s'étaient produite durant les premières minutes de l'engagement, d'autres récits on suggéré que quatre soldats ont été capturés avant d'être exécutés par des combattants talibans [Telegraph, 19 août ; Independent, 20 août]. Un rapport d'enquête de l'hebdomadaire français Le Canard Enchaîné a affirmé que l'interprète de la colonne avait disparu, quelques heures seulement avant le début de l'opération, suggérant que les troupes françaises ont été trahies, soit par l'interprète, soit par des troupes afghanes intégrées à la colonne. L'article reprenait l'information selon laquelle quatre soldats français avaient été capturés, puis exécutés par les Talibans, peu après le début de l'embuscade [Le Canard Enchaîné, 27 août].

 

 

 

Au cours du sauvetage des blessés, un véhicule blindé du RMT se retourna, la route s'étant effondrée, et le véhicule tomba au fond d'un ravin, entraînant la mort d'un homme de troupe kanak, originaire de Nouvelle-Calédonie, quatre autres hommes étant blessés [Oceania Flash, 20 août]. Par ailleurs, un médecin du 2ème Régiment Etranger Parachutiste (Légion Etrangère) fut tué après avoir réussi plusieurs percées réussies afin de ramener des camarades blessés appartement au 8ème RPIMa.

 

 

 

Contrairement aux témoignages de première main publiés par la presse, le ministre français de la Défense Hervé Morin a insisté sur le fait que des renforts auraient été envoyés sous les vingt minutes et qu'il n'y avait aucune indication de tirs amis [RTL, 21 août]. Les porte-parole du Pentagone et de l'Otan ont démenti avoir eu des informations concernant ces incidents. Le ministère afghan de la Défense a déclaré que treize combattants talibans, dont un Pakistanais, avaient été tués durant la bataille [Cheragh (Kaboul), 21 août]. Certains officiers français ont affirmé qu'entre quarante et soixante-dix résistants avaient été tués chez les Talibans, mais ils ont reconnu n'avoir retrouvé qu'un seul corps… [AFP, 1er septembre]. Claude Guéant, le secrétaire général du président français Nicolas Sarkozy, a maintenu mordicus que « la majorité des attaquants n'étaient pas des Afghans »… [Reuters, 23 août].

 


Un communiqué des Talibans, intitulé « Information inédite et intéressante sur la manière dont des soldats français ont été tués et blessés à Surubi » affirmait que des centaines de combattants talibans, utilisant des armes lourdes et des armes légères, ont vaincu un bataillon d'infanterie français composé de cent hommes et équipé de dix-huit blindés (sont-ce les ACP ?), ainsi que d'autres véhicules militarisés. Le communiqué décrit des « centaines » de pertes infligées aux Français, ainsi que la destruction de cinq tanks et de huit autres véhicules militaires, avant que des habitants du coin ne viennent piller les armes abandonnées sur le terrain par les Français [Sawt-al-Jihad, 22 août]. La région où s'est produite l'embuscade est considérée comme un fief du mouvement Hezb-i Islami, de Gulbuddin Hekmatyar, qui a également publié une revendication de responsabilité concernant cette attaque [Afghan Islamic Press, 19 août].

A la suite de l'attaque, le ministre français des Affaires étrangères Bernard Kouchner a déclaré : « Personne n'envisage de quitter l'Afghanistan ». Mais il a ajouté, quelques jours après : « Nous avons besoin de ce qu'il est convenu d'appeler l' « afghanisation », c'est-à-dire de transférer les responsabilités, toutes les responsabilités, aussi rapidement que possible, aux Afghans » [AFP, 21 août ; Reuters, 25 août].

 

 

 

Cette embuscade, à l'instar des récents attentats-suicides contre des avant-postes américains, révèle une escalade dans la violence, ainsi que dans l'efficacité des attaques talibanes contre les forces occidentales présentes en Afghanistan. En plus du choc ressenti par les personnels de l'Otan, de l'ISAF et de l'armée américaine, ces nouvelles attaques visent à rappeler à l'Occident qu'en dépit de sept années de campagne militaire, les Talibans sont plus forts qu'ils ne l'ont jamais été. Depuis l'embuscade, le déploiement français en Afghanistan est en butte à de très fortes critiques de l'opinion publique, de la presse et des hommes politiques de l'opposition. L'opinion publique française n'a jamais éprouvé d'engouement pour un engagement en Afghanistan, et cela a été mis en évidence par un sondage d'opinion récent du quotidien Le Parisien, qui a montré que 55% des répondants pensent que la France devrait se retirer d'Afghanistan.

 

 

 

Le Premier ministre François Fillon ayant décidé d'un vote au parlement, courant septembre, sur le devenir de l'engagement militaire français en Afghanistan, les efforts déployés par le président Sarkozy pour renforcer le rôle de la France dans ce pays risque de lui coûter considérablement, sur le plan politique.



Dimanche 7 Septembre 2008


Commentaires

1.Posté par samy le 05/09/2008 15:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

je m adresse ici au pere au mere au femmes aux enfants aux epouses des soldats francais engagé en afganistan:
sachez que la tribue PACHTOUNE et la plus grande tribue du monde avec aux moins 15 millions de personnes(tous musulmans sunnites).
cette tribue a gagnié toutes les geurre qu "elle a faite avec l empire britanique debut du siecle passé,et dernierement ils ont vaincu la GRAND UNION SOVIETIQUE AVEC SES 400 000 SOLDATS.oi vous avez bien lu 400 000.
au moment ou les us+les francais ..;ect sont que 50 000 meme pas.
vous comprenenz donc que c une geurre perdu d avance,et que cette tribu aime faire la guerre,ils adorent ca,pir encore pour vous et vos enfants labas,cette tribue a fait laBAY3A ben laden le milliardaire saoudien,
pour vous dire le pinion ,ils en ont a gogo.
finalement,dans un ou 2 ans maxi,les talibans rentreront a kaboul reprendront le terre ligitime que l occident veut leur reporendre,resultat des coures pour vous:
votre cher marie ou fils est mort pour rien
pir il mort pour une cause injuste=l imperialisme petrolier.
et vous aurrez tt l etrenite pour le plurer.
quelle deshoneurs que de mourir pour SCHELL OU TOTAL OU BRITISCH PETROLIUM

2.Posté par Floydrose le 05/09/2008 16:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

euh.... Afghanistan c'est le gaz hein tich...

3.Posté par SORAVARDI le 05/09/2008 16:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

une remarque d'aprés le texte les raisons de la morts des militaires français ne sont pas du seul fait des talibans qu'il y aurait encore des zones d'ombres a élucider.
Certaines familles de victime voulait se rendre en afghanistan pour avoir des renseignement plus précis

Les récentes photos des talibans exhibant fiérement le matériel militaires récupérer sur l'ennemi ont pour but d 'accréditer l' hypothèse d'une embuscade tendu par ces même talibans

Alors qu'il y a quelques anneé on nous parlait de talibans hostile a la moderniter refusant tout progrés,
bannissant l'images ,la télévision, la radio ,la musique,la photo ,la drogue

serait ce une manière plus dissuasive de renoncer a chercher la vérité ?

Dernier point je ne crois pas que les talibans devienne plus puissant chaque jours leurs tactique consiste a harceler l'ennemi avec des moyens rudimentaires
Leur véritable armes et le temps ,et la foi dans ce qu'ils font .A long terme la population afghane se trouveras entre le marteau et l'enclume
On le voit trés bien avec les bombardement de civils, sarko auras beau envoyer plus de troupes
cette guerre est perdu d'avance







4.Posté par belh le 05/09/2008 16:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ils voulaient jouer à la guerre avec leurs petits jouets, mais en face ils ont trouvé de vrais guerriers qui ne s'entrainent pas sur des simulateurs, les Talibans vous tueront tous un par un, et toute votre technologie ne pourra rien faire. Les Talibans defendent une cause juste comme le Hezbollah, et la France n'a rien faire en Afghanistan.
N'oubliez pas, un par un reviendront dans un cercueil.

5.Posté par Amar le 05/09/2008 17:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

sachez que le combat pour une cause ( dans notre cas le libération de leur pays ) ne peut être perdu.
les Talibans ont le temps et les populations de leur coté.Il y a les enfants les petits enfants des talibans et les générations futures a combattre autant dire loin de la sinécure annoncée par les américains après l'invasion illégale de l'Afghanistan.Un bon conseil a l'armée française quitter ce bourbier le plus vite possible

6.Posté par CHP le 05/09/2008 18:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Il est certain que c'est par le fait du prince que Sarkozy le Petit a décidé d'envoyer des renforts en Afghanistan, mais n'oublions pas que c'est sous Jospin ( 1er sinistre ) que les troupes françaises se sont retrouvées dans ce piège.

Comme d'habitude, la crapulocratie des politicards ne se gêne pas pour envoyer des militaires ( engagés certes, mais des gosses ) se faire démolir pour le seul bénéfice des intérêts de la ploutocratie mondialiste, surement pas dans un combat qui n'est pas le nôtre.
Ils auront des comptes à rendre … un jour les traîtres paieront …

Le ministricule Morin peut bien reprendre les poncifs éculés de l’unité nationale, de la lutte contre le terrorisme, de la liberté, de la démocraSSie, il ne trompe que lui même. Il est vrai que lorsque l’on regarde le parcours politique du personnage, on est édifié…

7.Posté par guerrilleros le 05/09/2008 20:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

qui vous dit que les usasionistes , ne sont pas dans le coup . sacrifier quelques soldats francais pour que la france s implique encore plus dans cette guerre des civilisations voulus par les sionites fachos ( a reflechir)

8.Posté par Marie- Thérèse le 05/09/2008 20:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


C'est exactement ce a quoi j'ai pensé dès le départ ,plusieurs info vont dans ce sens , c'est un soldat blessé

qui a laché le morceaux .




9.Posté par zzzzz le 05/09/2008 22:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

et les forces trés specialesamericaines ,qu'es qu'elle foutait ,un poker ou koi

10.Posté par stef13 le 06/09/2008 01:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

baa c'est ca la vraie guerre faite par des gens qui la font depuis des années ils les ont ridiculisé...il n'ya qu 'a lire " ils ne voyait pas l'enemi :) ils se tirait dessus entre eux ... la panique quoi...
prive de com et de chefs par les snipers talibans l'aviation les a praliné a la place des talibans j'adore !!! les blindes crackkk a coup de mortier debandade sauve qui peut on abandone les armes sur le terrain

et les blessés les morts ...les talibans se servent sur le champ de bataille et vont maintenant nous botter le cul a coup de rangers francaises:)

meme rambo le sait gaffe au peuple afgan...on s'est fait refiler un baton merdeux

comme quoi devenir le petit roquet des usa et de l'otan en trahissant les fondamentaux d'independance du gaulisme ca n'a pas que des cotés avantageux foutu neo liberaux de merde ....traitres que tout cela

11.Posté par Fab le 06/09/2008 11:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je ne pense pas nécessairement que les Talibans se battent pour une cause juste...
Je ne pense pas non plus que les occidentaux envoient leurs troupes là-bas pour "libérer" le peuple afghan...
Ce que je sais, c'est que si un envahisseur, quelle que soit sa couleur de peau et sa religion, occupait mon pays, m'humiliait moi et mes frères, bombardait nos maisons, maltraitait nos femmes et nos enfants...
Bien dans ce cas, je crois que je m'allierais à n'importe qui, du moment qu'il me donne un fusil et des munitions pour botter le cul de l'occupant.
Je crois que c'est ce qu'il se passe dans le monde musulman. Des hommes avides de pouvoir, certainement de la même espèce que ces pourritures de matérialistes, exploitent la détresse des peuples oppressés par des étrangers, et les rallient à leur cause.
A l'issue du conflit, s'il y a une issue, je ne crois pas que ces chefs de guerre aient grand chose de bon à apporter au peuple.

12.Posté par Ambre le 06/09/2008 13:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

On attaque un peuple en se trouvant, contre sa volonté armé sur sa terre. L’arme française n’a pas sa place en Afghânistân tant qu’elle y vient armée. Dépolluons et karchérisons d’abord l’armée française, avant de s’offusquer d’otages et de pertes.

13.Posté par Sébastien le 06/09/2008 14:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bigard… plus fort que Cotillard… Plus curieux que les journalistes !!

Après Marion Cotillard (et de nombreux artistes Américains), c’est au tour de Jean-Marie Bigard de dire publiquement ce qu’il pense sur ce qui s’est réellement passé le 11 Septembre 2001. A la suite d’une question sans grand intérêt de Laurent Ruquier, lors de l’émission "La bande à Ruquier" du vendredi 5 septembre sur Europe 1, Jean-Marie Bigard a mis en doute la version officielle du 11 Septembre. Malgré quelques petites approximations, nous félicitons M. Bigard, qui semble t-il a pris le temps de s’informer (sur notre site ?) et de se faire son propre avis. Même si nous sommes beaucoup moins affirmatifs que lui sur ce qui s’est réellement passé en Pennsylvanie et au Pentagone, tout comme lui, nous vous invitons à lire les livres de David Ray Griffin ou à regarder sa conférence Le Mythe et la réalité (nous avions reçu le professeur Griffin l’année dernière dans la plus grande indifférence des médias malgré nos sollicitations !)

Nous t’invitons, Jean-Marie, à signer notre pétition pour la mise en place d’une nouvelle enquête sur le 11 Septembre et même à venir nous rejoindre dimanche 7/9 à Bruxelles ou la semaine prochaine à Paris à l’occasion de notre semaine pour la vérité sur le 11 Septembre ! En particulier, nous serions enchantés de ta présence à la projection, samedi 13 septembre, en avant-première parisienne, du film documentaire italien Zéro – Enquête sur le 11 Septembre du député européen Giulietto Chiesa.

Nous notons par ailleurs qu’Europe 1 s’était déjà illustré sur ce sujet le 24 mars dernier : le chroniqueur Benjamin Vincent avait alors invité ses auditeurs à regarder une vidéo réalisée par un membre de l’association ReOpen911, SinchroNYcity.
La retranscription et le fichier audio ici !
Lien vers : http://www.reopen911.info/News/2008/09/ … rnalistes/

14.Posté par MatriceNOM le 06/09/2008 16:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Las de contempler nos médias corrompus relayer le discours d'un Etat traitre, je me permet un rapide rappel.
On nous bassine depuis peu avec le respect des règles de guerre qu'auraient bafoué les afghans en tuant un
militaire à l'arme blanche, histoire de choquer la ménagère de plus de 50 ans et de rallier la population à un
sentiment anti-arabes au sens large, pour justifier nos actes criminel d'envahissement de terres étrangères et
celles à venir (IRAN...).

Voyons un peu comment les occidentaux respectent les règles de guerre (Convention de Genève) :
Source : "Putain de Guerre" de Joshua key, militaire américain.


Pillage des biens personnels des civils.
Viols de civils (hommes et femmes).
Tortures multiples ( http://echidna1.free.fr/photographies-p1-nouvelordremondial.htm ).
Jouer au foot avec les têtes décapités de civils abattus en pleine rue.
Mutilation de corps (certains militaires rapportent chez eux des oreilles et même des bras.)
etc etc etc

Et pourtant bordel de merde nos médias ne font jamais état de ses atrocités, et notre gouvernement encore moins!


Et puis même si nos militaire se conduisaient correctement en se contentant de tuer à coup de mitrailleuses et d'obus,
encore faut-il savoir pourquoi nous sommes là bas !!!?

"Une guerre contre le terrorisme."

On justifie tout en partant du fait que la guerre en Afghanistan est une guerre contre
le terrorisme, mais rappelons que pour moi et de nombreux autres, les attentats du 11 sept sont une manigance.
L'intervention de ce fait n'est déjà plus justifiée et donc tous les conséquences qui en résultent comme la mort
des soldats Français.
Avec ma grille de lecture, les afghans n'ont jamais représentaient
un quelconque risque pour le peuple français, ce qui risque malheureusement
de changer compte tenu de notre engagement actuel.
L'armée est sensée défendre le peuple. Cette dernière est sous les ordres de
l'Etat qui lui même doit servir les intérêts du peuple, enfin si nous étions
en démocratie.
Ceci étant il me faut avant tout prouver que le 11 septembre n'est pas le
fruit de fanatiques islamistes mais d'orthodoxe néoconservateurs. Pour cela
je vous invite à regarder cette page et un jour ou vous avez du temps consultez
les vidéos qui y sont proposées : http://echidna1.free.fr/11septembre-nouvelordremondial.htm

"Une guerre pour la liberté"

La liberté de qui ? Des habitants ? Les Talibans qui se battent là bas sont
des Pachtouns qui représentent 42% de la populations. Lorsqu'on nous fait
croire que seulement quelques fanatiques se battent se sont des mensonges.
Seulement quelques uns sont armés en effet tout comme les Français de la
résistance.
Mais la majeure partie de la population ne veut pas de l'occupation du
territoire par des étrangers, et tant qu'ils le pourront, il se battront
pour faire fuir l'envahisseur, tout comme je le ferais si un jour les américains
avaient besoin du vin et du raisin (mdr, Dieudonné) !
Notre liberté à nous européens ? Contre le terrorisme ? Tu sais ce que j'en
pense. Malheureusement une fois de plus l'occident sème les graines de haine
au moyen orient et il se peut qu'un jour nous en subissions les
conséquences.

"Pas d'énergie en Afghanistan"

En effet il n'y a pas ou que peu de pétrole en Afghanistan. Mais c'est
pourtant bien une guerre pour le pétrole en premier lieu qui s'opère.
Même s'il faut ajouter le positionnement stratégique entre la Chine et l'Iran et même sous la
Russie... ainsi que le désir des cinglés néolibéraux de l'école de Chicago qui font après chaque
choc des milliards de bénéfices en obligeant les pays déstabilisés à brader
leurs entreprises publiques et à ouvrir totalement les portent aux multinationales américaines
("La stratégie du choc" de Naomi Klein un bouquin GENIAL). Je disais donc
que la guerre en Afghanistan est avant tout une guerre pour le pétrole. Les
Etats Unis avaient pour projet le passage d'un oléoduc sur le territoire Afghan, mais les chefs locaux ne
sont pas spécialement pro-ricains... Je ne sais pas si il est désormais en place ou toujours en projet
mais pour le protéger ou le construire il faut rester sur place et
"sécuriser" les lieux, et on ne peut pas le faire sans l'accord du peuple
Afghan sauf en restant sur place longtemps, longtemps très longtemps
en justifiant cela par le terrorisme et leur sois disant âme charitable qui
voudrait le bien des peuples!!!! RRRRRrrrrrr


Pour plus d'infos :
Je vous propose une vidéos courte (coupez le son) qui explique très bien ce
qu'il en est :
http://img146.imageshack.us/img146/1980/axisofwarsuy7.swf
Une carte très claire :
http://www.denistouret.fr/geopolitique/Afghanistan_oil.html



Regardez aussi c'est liens c'est très explicite :


http://objection_votre_honneur.monblogue.com/2007/09/16
http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=7692

15.Posté par XA le 07/09/2008 13:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Si je vous ai bien compris : les Troupes qui sortent des casernes américaines, britanniques, françaises depuis des siècles (Indochine, Algérie, Suez, Liban, Afghanistan aujourdhui) sont des Troupes qui commettent des exactions, des "sévices" ?

Par conséquent, je ne comprends pas pourquoi vous vous étonnez que les "intellos du 8" aient été tués ou qu'ils n'aient pas reçu de soutien de façon coordonnée, efficace ! Vous devriez être contents que tous ces vilains fonctionnaires soient morts ?

Etes-vous certain de comprendre ce que vous dites ? Notamment dans votre copié collé de la Bible La Depeche, vous n'avez pas su voir cette erreur : on ne dit pas que les communications entre RMT et RPIMa "chutèrent" ; on dit plutôt elles furent rompues parce qu'il y a derrière la notion de flux et non pas la notion de gravité p = mg

Ce serait tellement long de vous faire psychanalyser ou de vous expliquer le Français (langue supposée avoir été mieux apprise à l'Ecole républicaine et laïque) que je m'en retourne vers les sites qui soulagent mes névroses. C'est reposant

16.Posté par Denis Jaisson le 10/09/2008 14:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Après qu’on eût venté la valeur des parachutistes français, la télévision nous a montré ceux-ci pris en embuscade (TF1 le 02/09/08, "2 mois au coeur du piège afghan"). Nous avons ainsi vu des gars fixés au sol pendant 20mn, qui tiraient à tort et à travers - un bleu-bite ne vise pas, il se rassure. Des gars qui croulaient sous leur casque lourd, sacs multiples et chargeurs à revendre, gilet pare-balle, arme anti-char… Certains firent retraite sur 300m à découvert avec trente kilos sur le dos! Les talibans ont du pouffer de rire devant ce tableau digne de Magritte… Mais un chef de section risquerait-il sa carrière – la mort de 10 soldats met le commandement sous une pression politique et médiatique démoralisante – en faisant la même guerre que l’ennemi? C’est pourtant en marchant léger et en tirant comme des chasseurs – en tirant moins mais mieux - que des chefs de section français et leurs supplétifs pacifièrent les régions qu’on leur confia en Indochine jusqu’à la débâcle de 1954. Ils menaient la danse et tendaient l’embuscade, par excellence le fait d’arme du partisan, face au Viet Minh dont les partisans avaient pour tout bagage une natte roulée autour de boulettes de riz précuit, et peu de munitions… Les troupes de la coalition en Afghanistan ont, elles, une action réactive. Elles ne maîtrisent pas le terrain, sauf quand elles bombardent au jugé.

Les opérations françaises en ex-Yougoslavie ont eu sur notre état-major un effet pervers. Elles lui ont fait croire que c’était çà, la guerre, alors que ses soldats revennaient de patrouille parce que ceux d’en-face le voulaient bien - ces opérations sont autant politiques que militaires… Les soldats français sont partis en Afghanistan comme une patrouille au Kosovo. Hors pendant la campagne soviétique de 1979-89 un convoi motorisé comprenait des véhicules blindés et des hélicoptères. Ceux-ci volaient de colline en colline, déposaient sur un sommet une équipe qui fouillait les environs – le convoi s’arrêtait et attendait - et reprenait les airs pour la colline suivante… Les français n’ont que 2 hélicoptères en Afghanistan. Est-ce suffisant? Hier peut-être. Aujourd’hui l’ennemi est plus fort. Demain il y aura Ronceveau – l’olifant et la gloriole en moins. Et il n’y aura plus de convoi français parce que le convoi blindé sans couverture aérienne et ratissage d’infanterie – un procédé tellement usant et couteux qu’il suffit à remettre en cause une campagne - est à la grenade anti-char ce que le canard est au fusil de chasse!

Le général Puga clama victoire après la mort de dix de ses soldats, parce que les pertes ennemies étaient plus élevées. Grâce à l’infanterie ou un de ces bombardements qui vèxent la population et envoient aux talibans de nouvelles recrues? Invitons Puga à regarder ses jeunes recrues dans les yeux et à méditer la différence entre spadassin et manécantrie. Rappelons lui que la mort violente et la cruauté sont des valeurs éducatives chez les tribues afghanes. Citons Kipling à cet officier suffisant: "Si tu es blessé dans une plaine d’Afghanistan et que les femmes viennent pour te charcuter, couche-toi sur ton fusil, brûle-toi la cervelle et rejoins Dieu comme un soldat". Apprenons lui que le temps n’a pas amolli les Pachtous depuis que ceux-ci infligèrent aux Anglais en 1839 la défaite la plus sanglante de leur histoire coloniale - ils épargnèrent un homme pour qu’il racontât la bataille; Puga vous dira s’il ramena sa montre… Mais sera-t-il aussi pugnace devant le Chef des Armées à qui il faut expliquer qu’une expédition romantique – je me pince pour rester poli – pourrait prendre un tour très humiliant pour la France? L’émoi qu’a suscité la mort de 10 soldats – un drame pour les familles mais une bagatelle du point de vue militaire – montre que la France n’est moralement plus capable de faire une guerre qui relève plus du nettoyeur de tranchée que du diplômé de l’Ecole d’Etat-Major.

On nous parle de lutte contre les terroristes qu’il faut empêcher de s’entraîner en Afghanistan. Mais c’est en Amérique, en Espagne et en Angleterre que des attaques contre ces pays ont été préparées. Rumsfeld jura que les talibans avaient une base souterraine qui, à l’entendre, ressemblait au Plateau d’Albion; les GIs ne trouvèrent que des grottes qui sentaient l’urine… En fait c’est la coalition qui entraîne les talibans depuis 2001: tir à balles réelles sur cibles vivantes! Alors pourquoi les français sont-ils là-bas, et en plus grand nombre depuis que l’atlantiste Sarkozy a été élu? Je ne sais pas, mais je sais pourquoi les Américains s’intéressent la Géorgie, l’Ukraine, etc… Le patriotisme affiché par le Chef des Armées est un un attrape-nigaud au service de copinages de cosmopolites qui ne défendent notre patrie pas plus qu’ils ne combattent le terrorisme.

Denis Jaisson

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS

Publicité

Brèves



Commentaires