Conflits et guerres actuelles

Une attaque israélienne de l’Iran « n’est plus qu’une question de temps »


Selon le magazine allemand Der Spiegel une frappe militaire israélienne de l’Iran n’est plus qu’une question de temps. Cet hebdomadaire d’information publie en effet dans sa dernière édition un article de quatre pages intitulé « Plans pour une attaque » et consacré aux préparatifs entrepris actuellement en Israël pour des attaques aériennes contre l’Iran.


Mercredi 25 Juin 2008

Par Stefan Steinberg



L’article commence par la remarque que le gouvernement israélien a rejeté des sanctions économiques comme moyen d’empêcher l’Iran de construire l’arme nucléaire. Il dit ensuite qu’un « large consensus commence à se dessiner (en Israël) en faveur d’une attaque militaire des installations nucléaires de Téhéran, et si nécessaire, sans les Américains ».

Celui qui fait le plus ouvertement campagne en faveur d’une frappe militaire contre l’Iran est l’actuel ministre des Transports et ancien ministre israélien de la Défense Shaul Mofaz qui a dit qu’une action militaire contre l’Iran était « inévitable » et dont les paroles ont été citées abondamment. Mofaz a dit cela pour la première fois suite à de récentes discussions avec de hauts responsables américains à Washington.

Il répéta ses commentaires pas plus tard que vendredi dernier dans une interview donnée au journal Yedioth Ahronoth. Faisant allusion à des menaces proférées à l’encontre d’Israël il y a quelque temps par le président iranien Mahmoud Ahmadinejad, Mofaz a déclaré que c’était « l’Iran [qui] disparaîtrait avant Israël ».

Il poursuit ainsi : « Si l’Iran continue son programme de développement de l’arme nucléaire, nous l’attaquerons. Les sanctions sont inefficaces…Une attaque de l’Iran afin d’arrêter ses préparatifs nucléaires sera inévitable ».

Mofaz, qui est lié étroitement à l’establishment militaire israélien est connu pour préconiser une ligne dure vis-à-vis de l’Iran. Illustrant le « large consensus » qui existe en Israël en faveur d’une attaque militaire de l’Iran, Der Spiegel rapporte aussi l’opinion de Dani Yatom, général de division en retraite et député du Parti travailliste qui déclare : « Nous ne croyons plus à l’efficacité des sanctions… une opération militaire est nécessaire si le monde veut arrêter l’Iran ».

L’article cite ensuite l’historien israélien Bebby Morris, qui est lui aussi en faveur d’une solution militaire : « si la question est de savoir qui de l’Iran ou d’Israël doit périr, alors ce sera l’Iran ».

Et Der Spiegel de conclure : « En vérité… il y a maintenant un consensus au sein du gouvernement israélien sur le fait qu’une attaque aérienne des installations nucléaires iraniennes est devenue inévitable ».

L’article explique encore qu’il existe un accord pratiquement unanime dans le cabinet israélien sur une frappe militaire de l’Iran. La seule question qui se pose encore est le moment de l’attaque : « En Israël, il ne s’agit plus de savoir si l’attaque aura lieu ou non, mais quand elle aura lieu. »

Selon Der Spiegel : « Les colombes expliquent que les efforts diplomatiques des Nations unies doivent se poursuivre jusqu’au moment où l’Iran sera en passe d’obtenir la bombe. De cette manière, Israël pourrait au moins expliquer de façon convaincante que toutes les options non militaires ont été épuisées. »

« Les faucons en revanche croient que le temps presse. Ils insistent sur le fait qu’il y a maintenant une "occasion propice" qui n’existera plus une fois arrivée l’élection présidentielle américaine en novembre et qu’Israël ne peut compter sur le soutien américain que tant que l’actuel président américain, George W. Bush, restera en place à Washington. »

L’article aborde ensuite la faisabilité d’une attaque aérienne israélienne et inclut une carte de l’Iran montrant des cibles potentielles pour les avions israéliens. Il note que l’aviation israélienne a déjà effectué avec succès un raid aérien contre le réacteur nucléaire irakien d’Osirak en 1981 et que plus récemment, en septembre 2007, elle a détruit une cible identifiée par les services de renseignement israéliens comme un site nucléaire suspect dans l’est de la Syrie.

Israël a récemment signé un accord avec Washington portant sur l’achat de bombardiers F-22 Stealth, idéaux pour le genre de raids préparés par le commandement de l’aviation israélienne. L’actuelle flotte d’avions de chasse F-15 pourrait, elle aussi, être utilisée pour lancer une attaque à plusieurs niveaux sur les installations d’enrichissement d’uranium de l’Iran.

L’article se termine avec une citation de Bruce Riedel, expert du Moyen-Orient et ancien agent de la CIA, qui déclare qu’alors qu’un président américain devait s’attendre à une opposition en cas d’attaque par les Etats-Unis, « la situation est différente vue depuis Israël… Il y a un risque qu’Israël pense qu’il n’a pas le temps d’agir et qu’il a [encore] le feu vert de certains hommes politiques américains. »

Lorsqu’on lui demanda quelles seraient les conséquences d’une telle attaque, Riedel insista sur le fait qu’elle serait vue comme une attaque américaine et que les représailles iraniennes seraient dirigées « tant contre Israël que contre les Etats-Unis ». Les conséquences en seront funestes. « Nous verrons le Moyen-Orient en flammes. »

Plans de guerre israéliens et activité diplomatique fébrile au Moyen-Orient

Il ne se passe guère de jour sans que ne paraissent des articles parlant de nouvelles initiatives diplomatiques au Moyen-Orient et dans lesquelles le gouvernement israélien est directement ou indirectement impliqué. Le jour même (jeudi 19 juin) où le gouvernement de Jérusalem annonçait un cessez-le-feu avec le mouvement Hamas dans la Bande de Gaza, le premier ministre israélien Ehoud Olmert déclarait que son gouvernement était prêt à des négociations de paix avec le Liban. Israël conduit depuis longtemps des opérations militaires régulières contre les Palestiniens dans la bande de Gaza et a mené en 2006 une guerre de frontière acharnée avec les milices du Hezbollah, situées à l’intérieur du Liban.

D’autres pays comme la France, l’Allemagne et la Turquie ont eux aussi fait la promotion active d’une amélioration des relations internationales avec le régime syrien, qui fut longtemps traité de « paria » tant par Israël que par les Etats-Unis et devait à l’origine figurer sur la liste des pays constituant « l’Axe du mal » de Washington. Le président français Nicolas Sarkozy a récemment visité Beyrouth à la tête d’une nombreuse délégation et il a invité le président syrien Bachar al-Assad à assister aux célébrations du 14 Juillet à Paris. Sarkozy y a aussi invité le premier ministre israélien et espère que les deux ennemis jurés pourront être persuadés de se réconcilier.

Un examen attentif des différentes « initiatives de paix » rivales montre que les gouvernements israéliens et européens suivent des stratégies différentes. Israël se sert de la campagne de propagande menée par Washington et visant à diaboliser le régime iranien afin de préparer sa propre attaque de l’Iran. Jérusalem cherche en même temps à neutraliser un certain nombre d’alliés traditionnels de l’Iran comme le mouvement Hamas à Gaza, le Hezbollah au Liban et le gouvernement syrien dirigé par Assad, afin de réduire le risque de représailles de leur part suite à une attaque militaire de l’Iran.

Les gouvernements européens comme la France et l’Allemagne sont certainement très conscients de la menace d’une attaque militaire de l’Iran, soit de la part d’Israël soit de la part des Etats-Unis, et qui mettrait en danger leurs intérêts économiques et politiques au Moyen-Orient qui sont considérables. Des avertissements pressants quant aux conséquences d’une telle attaque ont déjà été lancés en novembre 2007 en Allemagne par le président de la commission parlementaire des Affaires étrangères, le chrétien-démocrate Ruprecht Polenz et, il y a tout juste deux semaines, par l’ex-ministre des Affaires étrangères allemand Joschka Fischer.

Mais s’ils conduisent vigoureusement leur propre diplomatie au Moyen-Orient, les gouvernements européens ne sont pas prêts à s’opposer publiquement à la propagande belliciste anti-iranienne d’Israël et des Etats-Unis.

Ce fut le sens de la récente tournée des pays européens entreprise par le président américain. Dans chaque pays où il fut reçu, George W. Bush put répéter ses menaces contre l’Iran sans qu’aucun leader européen ne s’y oppose.

L’article du Spiegel note ce fait et il remarque que le point de vue des faucons israéliens qui demandent une action militaire rapide contre l’Iran a été renforcé par le récent voyage de Bush en Europe.

« Le président Bush a cependant envoyé récemment des signaux qui rappellent de façon suspecte les semaines qui ont précédé la guerre contre l’Irak. Car à l’époque comme aujourd’hui, il insistait sur le fait que "toutes les options restaient envisageables". Et comme aujourd’hui, il essayait alors d’apaiser les européens en disant qu’on épuiserait d’abord toutes les possibilités diplomatiques. Mais durant sa récente visite en Slovénie, Bush a dit : "Il y a un tas de choses pressantes lorsqu’il s’agit de l’Iran, et les Israéliens qui sont politiques…, si vous allez en Israël et que vous [les] écoutez attentivement, vous entendrez cette urgence dans leur voix." »

Le rapprochement fait par Der Spiegel entre la période actuelle et celle qui a précédé la guerre contre l’Irak est tout à fait approprié. Avant de lancer l’invasion militaire de 2003, des leaders européens sans courage ont soutenu docilement les sanctions imposées au régime de Saddam Hussein et qui ont coûté la vie à des centaines de milliers d’Irakiens. Ensuite, ils restèrent soit silencieux (comme la France et l’Allemagne) ou se firent les complices de Washington (comme la Grande-Bretagne) alors que le gouvernement Bush débitait un chapelet de mensonges pour justifier son invasion destructrice de l’Irak.

Le silence actuel des gouvernements (et de la plupart des médias) européens devant le danger d’une attaque militaire israélienne soutenue par les Etats-Unis est tout aussi assourdissant qu’alors. Après les évènements d’Irak, personne parmi les gens politiquement conscients ne peut affirmer que les conséquences d’une « frappe préventive » contre l’Iran ne sont pas encore visibles. On prépare sous le nez des élites dirigeantes européennes un nouveau crime de guerre catastrophique et pas un seul gouvernement du continent n’est prêt à s’opposer aux gouvernements de Jérusalem et de Washington.

Au contraire, ces élites sont déjà en train de lancer des signaux disant qu’ils seront du côté du régime israélien dans l’éventualité d’une guerre contre l’Iran. Le même homme politique allemand qui en novembre dernier a fait avec tant d’emphase cette mise en garde quant aux conséquences d’une attaque israélienne de l’Iran, dit clairement dans le dernier article du Spiegel que l’Allemagne serait à coup sûr du côté d’Israël dans le cas d’hostilités ouvertes.

Ruprecht Polenz résume le rôle joué par les européens dans l’encouragement de sanctions plus sévères vis-à-vis de l’Iran comme étant celui d’une possible dissuasion à l’action militaire, une stratégie qui, en même temps, lie plus encore les nations européennes à Israël.

« En lançant cet avertissement, nous prenons plus encore la responsabilité de (garantir que) notre approche préférée apportera des résultats » dit Polenz. En d’autres mots, si l’Iran continue de poursuivre son programme nucléaire, l’Occident devra resserrer les rangs autour de Jérusalem. « En aucune circonstance, on ne peut donner l’impression qu’on abandonnerait Israël face à la possibilité d’une bombe atomique iranienne ».

(Article original anglais paru le 20 juin 2008)

http://www.wsws.org http://www.wsws.org



Jeudi 26 Juin 2008


Commentaires

1.Posté par Jean-Pierre le 25/06/2008 17:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Etrange quand même cette obstination de prétendre que l'Iran veut la bombe, qu'il veut la destruction d'Israël et qu'il n'y aurait d'autre alternative. Peut-on se fier aux dirigeants iraniens ? Sans doute pas. Mais peut-on se fier à ceux d'Israël ou américains ? Encore moins ! L'Iran a stipulé que ses ambitions nucléaires étaient pacifiques. A-il agressé un pays depuis que les Ayatollahs le gouvernent ? Pas que je sache. Quant à la destruction d'Israël, n'est-ce pas un réaction légitime si jamais ce pays l'agressait ? Car Ahmadinejad n'a jamais parlé autrement. Il n'a jamais prétendu vouloir éradiquer Israël de la carte du monde. Cette interprétation est purement occidentale et faite par les néocons sionistes. Seule la candidate malheureuse à la présidence américaine a publiquement parlé de "oblitération" de l'Iran ! Sans que personne ne s'en offusque ! Qui est le plus agressif dans cette histoire ?

Quant à l'Europe, elle palabre. C'est d'ailleurs la seule chose qu'elle sait faire. Je doute très fort qu'elle se laissera entraîner dans un conflit majeur de la sorte. Sa population est contre, hormis quelques nouveaux venus qui déchanteront bien vite. Et les élites, Fischer inclus, ne valent pas grand-chose dans leurs analyses.

De plus, personne ne prend les mises en garde russes et chinoises en considération dans ce contexte. Comme s'ils n'existaient pas. Ces deux géants ne resteront pas passifs.

Mais si le but des sionistes est de détruire l'Occident, ils ne s'en prendraient pas autrement. En psychologie, ce qui se déroule sous nos yeux s'appelle une "projection" : les maux qu'on attribue à autrui sont en fait les siens. C'est exactement ce qui se passe. Les fous sont en Israël et à Washington. Et l'élite européenne, ou bien elle est stupide - genre Kouchner, BHL ou Finkelkraut - ou bien elle est lâche - genre Fischer, Sarko - et caresse ses hôtes dans le sens du poil pour éviter tout courroux.

Amitiés toujours aussi anti-sionistes,
Jean-Pierre

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires