Palestine occupée

Une affaire devant la cour pénale internationale contre la direction israélienne pour le blocus



Vendredi 12 Décembre 2008

Une affaire devant la cour pénale internationale contre la direction israélienne pour le blocus
Des hommes de loi venant de plusieurs pays ont présenté une affaire devant la cour pénale internationale. Ils portent plainte contre le gouvernement et les grands chefs politiques et militaires israéliens pour avoir commis des crimes contre l’humanité, de crimes de guerre, des crimes de nettoyage ethnique causé par le blocus imposé sur la bande de Gaza.

En ce qui concerne l’injuste blocus imposé sur la bande de Gaza, c’est la première fois qu’une plainte est portée contre des personnalités israéliennes dont le premier ministre israélien Olmert et son ministre de guerre Barak.

C’est l’organisation de l’Union internationale pour lutter contre l’impunité, organisation non gouvernementale membre du Conseil économique et social de l’ONU, qui a porté cette plainte, en coopération avec des avocats de plusieurs pays.

La présidente de l’organisation souligne que la délégation a demandé au tribunal, hier mercredi 10 décembre 2008, de publier des décisions d’arrestation contre les concernés afin de stopper la tuerie de la bande de Gaza.

Le monde tout entier doit savoir combien "Israël" est une entité terroriste, et les Palestiniens doivent pouvoir reprendre leurs droits.

Une membre de l’organisation se trouve actuellement dans la bande de Gaza pour récolter des témoignages utiles pour le procès.

Tout un chacun défendant la justice et les droits de l’homme est appelé à réagir contre ce blocus qui brise les habitants de la bande de Gaza.

Finalement, la présidente de l’organisation s’étonne de voir des pays arabes participer à cet injuste blocus imposé sur la bande de Gaza, sous des pressions américaines. L’organisation se trouvera obligé de porter plainte contre eux devant la cour pénale internationale pour les obliger à ouvrir les points de passage. Cela fait explicitement référence au point de passage de Rafah.


Une affaire devant la cour pénale internationale contre la direction israélienne pour le blocus
Le peuple palestinien est d’avis que les chefs de l’occupation israélienne doivent être jugés devant la cour pénale internationale, confirme Djamel Al-Khodri, président du « Comité populaire pour faire face au blocus ». Ils seront accusés d’avoir violé la loi pénale internationale et encerclé la bande de Gaza.

Dans un communiqué dont notre Centre Palestinien d’Information (CPI) a reçu une copie, hier mercredi 10 décembre 2008, Al-Khodri a salué le rapport fait par l’expert de l’ONU dans le domaine des droits de l’homme dans les territoires palestiniens occupés. En effet, Richard Folk a considéré la politique d’"Israël" comme un crime contre l’humanité. Il a exhorté l’ONU à une réaction immédiate pour appliquer les critères concernant la protection des civils qui sont le sujet d’une sanction collective.

Maintenant, il faut mettre les appels de Folk en application ; la situation dans la bande de Gaza ne peut plus attendre, insiste à dire Djamel Al-Khodri, président du « Comité populaire pour faire face au blocus ».

Il souligne que les activités organisées contre l’injuste blocus imposé sur la bande de Gaza doivent se multiplier, surtout en Europe.

Enfin, il attire l’attention sur le fait que tous les domaines de la vie soient paralysés dans la bande de Gaza à cause de ce blocus. L’ouverture partielle des points de passage de Gaza par les Israéliens de temps à autre ne se fait que pour brouiller les cartes et dire au monde qu’"Israël" aurait mis un terme au blocus.

La moitié des enfants de Gaza souffrent d’une anémie

Une affaire devant la cour pénale internationale contre la direction israélienne pour le blocus
Une commission palestinienne des droits de l’homme a averti que 46% des enfants de Gaza souffraient d’une anémie causée par l’incapacité de leurs parents de les nourrir correctement, en conséquence du siège qui a privé ces parents de travail.

La commission indépendante pour les droits des citoyens a dit dans un rapport que la punition collective israélienne contre le peuple palestinien de Gaza avait fortement affecté la santé des enfants.

Elle a dit que la vie de 23 enfants qui souffrent d’insuffisance rénale, 58 de cancer et 43 de maladies cardiaques, était en grand danger à cause de la coupure d’électricité qui a touché les machines médicales sur lesquelles dépend leur vie.

Entre-temps, en Cisjordanie, des forces de l’occupation israélienne ont détenu neuf Palestiniens dans les régions de Bethléem, Al-Khalil et Ramallah lors du premier jour de l’aïd Al-Adha, lundi.

Les gardes-frontières et les renseignements israéliens ont kidnappé dimanche une jeune femme palestinienne, chez elle, dans le quartier de Ras Al-Amod à Jérusalem occupée.

Des sources locales ont dit qu’Amal Obeidi avait été retenu en détention par les Israéliens à deux reprises par le passé, et elles ont ajouté que les éléments de la sécurité israélienne ont confisqué le téléphone portable d’Amal, des documents et une caméra vidéo, ainsi que l’ordinateur personnel de son frère.

http://www.palestine-info.cc http://www.palestine-info.cc



Vendredi 12 Décembre 2008


Commentaires

1.Posté par redk le 12/12/2008 11:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

"J’espère sincèrement que les horreurs dont l’humanité a souffert au cours du XXe siècle nous serviront de leçon douloureuse et que la création de la Cour pénale internationale nous aidera à éviter que telles atrocités ne se reproduisent à l’avenir."

Déclaration de Luis Moreno-Ocampo à l’occasion de son élection par l’Assemblée des États parties au poste de Procureur de la Cour pénale internationale, le 22 avril 2003 à New York.

faite vite Monsieur, depuis votre nomination, des milliers d'êtres humains ont perdue la vie et le génocide se poursuit !!

2.Posté par claudio le 13/12/2008 13:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

"Chat échaudé a peur de l'eau froide" dit-on, et pour cette raison, je reste sceptique.
L'Etat criminel d'Israël va aussitôt dépêcher ses agents, surtout européens, pour agir contre la recevabilité de cette plainte déposée près la Cour Pénale Internationale.
Il n' y aura, à mon avis, jamais de procès !
La seule façon d'obliger l'instance internationale d'ouvrir une information est que dans un maximum de pays, les justices nationales lancent des mandats d'arrêt contre les criminels israéliens. Mais c'est du domaine du rêve pieux !

3.Posté par Bobo BONG E BONE le 16/02/2009 15:34 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

La RDC a ratifié le traité de Rome sur la CPI en 2002 sans que l'organe législatif du moment ait associé. Ce n'est pas un fait isolé et inique d'autant plus que c'est monnaie courante dans ce pays, étranger des normes
démocratiques. Je suis très estomaqué du fait que les congolais soient aujourd'hui les seuls innculpés de cette juridiction, qui, je ne le répéterai jamais assez, en disant que la Cour prévoit, le principe de subsidiarité comme mode de sa saisine. De ce fait, la RDC exhibe à la face du monde que son pouvoir judiciaire est quasi inexistant et que, à ce jour, il n y a que la CPI qui soit capable de juger les personnes qui sont présumées avoir consommées les infractions des crimes de guerre, contre l'humanité et genocide. Si pour toutes ces infractions, elle doit admettre de transférer ses propres nationaux pour avoir été obligé de ratifier le traité, il va falloir à mon avis, qu'elle cherche encore à ratifier un autre traité qui le déssaisisserai de toutes les infractions prévues dans le code pénal de l'ex-Zaïre et dans les autres textes complémentaires. Je ne suis pas totalement contre la CPI, mais je crois qu'il faudrait d'abord commencer par donner des moyens au pouvoir judiciaire congolais afin qu'il s'organise, à son niveau, à mesure de poursuivre, d'instruire et le cas échéant, juger les présumés auteurs des crimes internationaux.

Nouveau commentaire :

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires