Conspiration

Une Coopération Militaire et Sécuritaire Inde-Israël Coûteuse en Vies Humaines et Facteur d'Instabilité Régionale


L'Inde a développé une coopération étroite militaire et sécuritaire avec Israël. Abandonnant sa position de pays non aligné, elle s'est également inféodée à Washington. En faisant appel à l'armée israélienne et à ses forces spéciales clandestines pour solutionner militairement ses problèmes au Jamnu et au Cachemire et avec le Pakistan, elle risque de le payer trés cher comme l'ont prouvé les attaques de Mumbai


Vendredi 26 Décembre 2008

Une Coopération Militaire et Sécuritaire Inde-Israël Coûteuse en Vies Humaines et Facteur d'Instabilité Régionale
Note

Le mot terrorisme étant de plus en plus utilisé pour tout mouvement de contestation aux pouvoirs en place nous le mettons entre guillemets, idem pour le mot "contre terrorisme" souvent utilisé pour des opérations de contre insurrection contre les mouvements independantistes ou de liberation, sous la forme notamment d'opérations menées par des escadrons de la mort pour assassiner les opposants. Dans ces opérations on retrouve souvent des mercenaires israéliens, anciens soldats des unités d'élites de l'armée israélienne, que ce soit en Colombie, en Georgie, en Irak, et au Cachemire/Inde, et peut être demain au Jamnu et au Pakistan

Le jeudi 27 Novembre, pendant les attaques de Mumbai, Imran Babar, l'un des attaquants du Centre Shabad- Loubavitch, (Centre Nariman) a appelé la TV nationale indienne utilisant le portable du co directeur du centre, le rabin Gavriel Holtzberg, qui a été tué ainsi que sa femme Rivka lors de l'assaut des forces spéciales indiennes. Babar a fait un commentaire pouvant surprendre bon nombre de gens. " Vous avez demandé aux personnel de l'armée israélienne de visiter le Cachemire. Qui sont-ils pour venir au J&K (Jamnu et Kashmir) ? C'est un problème entre nous et les Indiens, le gouvernement indien. Qu'est ce qu'Israël a à voir là dedans ?"

Les médias se sont bien gardés de rapporter ces paroles qui pourtant expliquent en partie pourquoi le centre Nireman - qui accueillait un grand nombre de routards israéliens, souvent fraîchement démobilisés, venant y "oublier" leurs crimes, en quête de spiritualité - a été pris pour cible. Depuis une quinzaine d'annés, les jeunes Israéliens, sitôt leur service militaire terminé, vont se "ressourcer" suivant un parcours balisé, allant des montagnes du Ladakh aux plages de Palolem en passant par Dharamsala et Rishikesh, et New Dehli, plus précisement à Pahar Ganj, où on trouve de nombreux panneaux inscrits en hébreu, mais aussi à Mumbai. Au milieu des années 2000, Daria Maoz, une anthropologue israélienne, a publié une thèse sur les routards israéliens en Inde. Le tableau sans concession qu'elle dressait de ses compatriotes avait suscité une vive polémique : attitude "néo-coloniale", vie en circuit fermé, comportements bruyants et surtout mépris vis-à-vis des populations locales traitées comme des domestiques.

Si le grand public, tenu dans l'ignorance, ne comprend pas grand chose aux palabres de Babar, il n'en va pas de même à Hakirya, le "Campus" du haut commandement israélien, et au Bloc Sud, qui héberge les ministères de la défense et des affaires extérieures indiennes En fait, ce a quoi il faisait référence ce sont les liens croissants militaires et sécuritaires entre l'Inde et Israël.

.Le 10 Septembre 2008, le Gl Avi Mizrahi, haut gradé de l'armée israélienne s'est rendu à New Dehli. Il y a rencontré les chefs des forces armées aériennes, navales et terrestres indiens, avant de s'envoler pour une courte visite à Jamnu et au Cachemire. Mizrahi, réputé pour son expérience militaire, a fait une conférence devant des hauts officiers de l'armée indienne sur la base militaire d'Akhnur, près de la frontière Indo Pakistanaise, sur le thème du "contre terrorisme." (Le choix de ce lieu n'est pas du au hasard, voir information en fin d'article). Plus tard, à Shrinagar - capitale du Cachemire occupé par près d'un million de soldats indiens - Mizrahi et son homologue indien, Deepak Kapoor, se sont mis d'accord pour mener conjointement des activités de "contre terrorisme" incluant l'entraînement par des commandos israéliens de soldats indiens aux combats urbains.

La visite de Mizrahi en 2008 n'a rien d'extraordinaire. Il s'était déjà rendu en Inde en février 2007. En juin 2007, un autre haut responsable militaire sioniste, le général israélien Moshe Kaplinsky accompagné d'une équipe de hauts gradés israéliens, avaient rencontré à Jamnu et au Cachemire des hauts gradés de l'armée indienne, aux quartiers généraux du 16ème Corps à Nagrota dans la région de Jamnu près de la frontière indo pakistanaise. Lors de cette rencontre, l'équipe de Kaplinski a discuté des problèmes d'infiltration de militants du Pakistan en Inde. Malgré les 720 Km de barbelés, les infiltrations continuent. Kaplinsky est venu pour vendre les techniques israéliennes high tech de surveillance frontalière. Sur le chemin du retour en Israël, l'équipe de Kaplinsky a rendu visite au commandement indien de la marine stationnée à l'Ouest de Mumbai.

En Janvier 2008, en prolongement de ces contacts, un autre haut gradé israélien, le brigadier général Pinhas Buchis s'est rendu en Inde et a rencontré des hauts responsables civils et sécuritaires. Ils ont discuté des moyens de partager les informations collectées par les services secrets des deux pays sur les activités dites "terroristes". Une semaine après le retour de Buchis en Israël, c'etait au tour de l'amiral en chef indien, Sureesh Mehta, de passer quelques jours à Jerusalem, où il a rencontré le chef d'état major de l'armée israélienne, Gabi Ashekenazi, et Buchis. Entre 2007 et début 2008, les trois chefs d'état major des armées indiennes se sont rendues en Israël. Ils l'ont fait dans le cadre d'un accord passé en 2002 entre Israël et l'Inde pour créer un groupe de travail conjoint Indo Israëlien sur le "contre terrorisme", l'objectif étant d'instaurer une entente rapprochée entre l'armée indienne et l'armée israélienne et de consolider le vaste commerce d'armes entre les deux pays (L'Inde est actuellement le premier pays importateur d'armes israéliennes). On peut d'ailleurs s'interroger sur ces allées et venues entre New Dehli et Tel Aviv et toutes ces rencontres militaro sécuritaires en lien avec les attaques de Mumbei. Ou bien cette coopération rapprochée est totalement inefficace ou bien....

Ce rapprochement New Dehli Tel Aviv remonte aux années 90, quand le Parti du Congres au gouvernement a commencé à démanteler l'état indien centralisé et dirigiste, et a abandonné la position neutre, non alignée qui avait prévalu en matière de politique étrangère. Ce parti a estimé qu'il était temps de réévaluer les relations Inde US, dans le contexte de l'effondrement de l'Union Soviétique proche de New Delhi, et pour se faire à penser que le meilleur moyen c'était d'initier un rapprochement avec Tel Aviv. Washington à l'époque etait plus enclin à soutenir le Pakistan, et l'Inde a parié sur le développement de ses relations avec le régime sioniste pour se rapprocher des US.

En Janvier 1992, le gouvernement indien a reconnu l'état d'Israël. Le mois suivant, le ministre indien de la défense de l'époque, Sharad Pawar, a appelé au développement d'une coopération indo israélienne en matière de "contre terrorisme". Le directeur général de la police israélienne, Yaacov Lapidot, s'est rendu en Inde pour participer à une convention internationale de la police, et est rentré avec de bonnes nouvelles : le gouvernement indien voulait bénéficier de l'expertise israélienne en matière d'opérations de "contre terrorisme". A l'époque le porte parole du gouvernement israélien, Benjamin Netanyahou, a dit au journal India Abroad (29/02.08) qu'Israël "avait développé une expertise pour s'occuper du "terrorisme" localement mais aussi internationalement, au niveau politique et légal, et serait heureux de partager celle -ci avec l'Inde". Pendant les années de gouvernance du Parti du Congrés, le principal champ de coopération c'était celui de la vente d'armes, les achats massifs de l'Inde fournissant à Israël une stabilité dans ce domaine plutôt volatile.

Lorsque la droite indoue est arrivée au pouvoir à la fin des années 90, elle a intensifié la politique de libéralisation économique (instaurant même un ministère de la privatisation) et a fixé son attention sur l'Axe New Dehli, Washington Tel Aviv, considérant cete axe comme celui de trois puissances ayant un ennemi commun, ce qu'ils ont appelé le "terrorisme islamique", et qui allait devenir la nouvelle base stratégique de la politique étrangère indienne. Les relations rapprochées entre le premier ministre israélien de l'époque, Benjamin Netanyahou, et L.K Advani ( ministre de l'intérieur indien, un homme corrompu dirigeant de l'extrême droite indoue) ont pavé la voie à une collaboration intensive. Advani a beaucoup d'admiration pour Netanyahou, dont le livre "Fighting Terrorism: How Democracies Can Defeat Domestic and International Terrorism" lui sert de guide en matière politique. Il cite fréquemment des extraits de ce livre tels que : " une société libre doit savoir ce qu'elle combat", qui est " la montée en puissance du terrorisme islamique". Advani a bâti sa politique de "contre terrorisme" sur les pratiques sionistes : un mur à la frontière, des menaces de "poursuites chaudes" transfrontalières, rejet de négociations politiques, escalade de la rhétorique, limitation des libertés civiles et du respects des droits de l'homme lorsqu'ils s'agit de suspects d'actes d'insurrection. Advani et Netanyahou refusent de faire la différence entre des groupuscules extrémistes souvent manipulés par des services secrets étrangers dont la CIA, et le Mossad, et les militants indépendantistes et mouvements de libération, tels ceux du Cachemire ou de Palestine. Tous deux se réfugient derrière leur slogan du combat de la Démocratie contre le "Terrorisme", ceux défendant la Démocratie étant bien sûr les US, Israël, l'Inde, contre le "Terrorisme" islamique. Une grossière simplification raciste, islamophobe et dangereuse.

Advani s'est rendu en Juin 2000 en Israël et lors d'une conférence à l'ambassade de l'Inde il y a exposé clairement sa position politique : " Ces dernières années, nous avons du faire face à un problème sécurtaire interne croissant... nous nous inquiétons d'actes de terrorisme transfrontaliers lancés par des proxies du Pakistan. Nous partageons avec Israël une perception commune du "terrorisme" comme étant une menace, encore plus lorsqu'elle est associée au fondamentalisem religieux. Notre détermination mutuelle de combattre le "terrorisme" est à la base de nos discussions avec Israël, qui a la réputation de s'occuper de ces problèmes avec succès". En Septembre 2000, Advani a invité une équipe d'experts israéliens en "contre terrorisme" à se rendre sur le terrain à Jamnu et au Cahemire. Cette équipe dirigée par Eli Katzir, un aide du premier rministre israélien de l'époque, Ehud Barak, a réalisé une étude de faisabilité des besoins en matière sécuritaire militaire de l'Inde, et a suggéré qu'Israël fournisse une assistance. Trois ans plus tard, l'Inde et Israël signaient un pacte militaire d'armement incluant une mission spécifique d'entraînement. Des éléments de l'armée israélienne entraîneraient 4 bataillons de forces spéciales de l'armée indienne; d'autres bataillons apprendraient la pratique de la "guerre assymétrique" et travailleraient avec le commandement Nord au Cachemire. Ce sont ces forces spéciales qui sont intervenues lors des attaques de Mumbai. Il leur a fallu plusieurs heures pour arriver à Mumbai, car elles n'avaient pas d'avion spécial à leur disposition, et 3 jours pour venir à bout d'une dizaine d'attaquants. Comme pour la guerre en Georgie l'été dernier, où les soldats georgiens, entraînés par des mercenaires israéliens, ont été rapidement mis en déroute, on ne peut que constater qu'à Mumbai là aussi "l'expertise israélienne" n'a pas été des plus performantes.

Ce qui n'empeche pas l'Inde d'avoir demandé à Israël de l'aider dans la planification d'opérations transfrontalières dites de "contre terrorisme" au Pakistan. La décision du gouvernement indien de mener ce genre d'attaques en territoire pakistanais viendraient en représailles aux attaques de Mumbai. L'Inde a demandé l'assistance d'Israël car les forces spéciales clandestines israéliennes ont une expérience hors pair pour comploter et exécuter ce genre d'action, et surtout elles sont réputées pouvoir s'en tirer sans laisser de trace. Hors le gouvernement indien veut que ces opérations commandos au Pakistan soient ciblées précisément et exécutées de façon à permettre à New Dehli de nier toute implication. Les zones visées au Pakistan:

1) Le Cachemire pakistanais et ses camps d'entraînement

2) le Punjab à l'Est bordant la frontière du Nord de l'Inde

3) La côte sud du Pakistan allant de Karachi au Nord jusqu'à Gwadar près de la frontière iranienne.

Il va sans dire que si l'Inde donne son feu vert à de telles opérations par les commandos israéliens, elle sera immediatement accusée par le Pakistan, et la situation risque rapidement de dégéner en guerre ouverte entre les deux pays élargissant la zone d'instabilité régionale.

Si actuellement le gouvernement de New Dehli hésite à s'embarquer dans une telle aventure, les prochaines élections en Inde risquent de voir revenir au pouvoir Advani et son parti d'extrème droite nationaliste indou. De même , en Israël, les prochaines élections risquent également d'amener au pouvoir Netanyahou et les fascistes qui pullulent dans son parti le Likoud. Advani et Netanyahou n'hésiteront pas à avoir recours à ces opérations clandestines contre le "terrorisme islamique", avec toutes les conséquences désastreuses que cela implique. Obama à la Maison Blanche donnera son feu vert à de telles opérations puisqu'il s'est déjà prononcé pour étendre la guerre d'Afghanistan au Pakistan dans le cadre d'opérations ciblées transfrontalières US/OTAN.

Pour une etude approfondie des relations Inde US Israel lire le livre : Namaste Sharon: Hindutva and Sharonism Under U. S. Hegemony, New Delhi: LeftWord, 2003. de Vijay Prashad




Vendredi 26 Décembre 2008


Commentaires

1.Posté par MOHAMMAD IBN MOHAMMAD le 02/01/2009 17:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Attentats de Mumbai : Coup de théâtre au parlement indien


54 muslim fighters were captured in the mountains of Kashmir by a Hindu militia associated with Zionists mercenaries few weeks before the attack in Mumbai.
They were murdered and their bodies transported and deposited at the scene of the attack in Mumbai.
Zionists mercenaries left the scene as tourists after being rid of their equipment.
Needless to say, the preparation and staging is a perfect success, they are not at their first experience.
Indian police who were able to trace the parentage of this association were killed to leave no possibility of investigation.
Remember the media have commented on the movement of tourists as if it were a message !

2.Posté par pop le 08/01/2009 18:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@Jeanjulesb

Il n'y a qu'un islam et il n'est pas terrorist.
Au meilleur des cas il est resistant.
Tes chiffres jetter ainsi prouve bien que tu fais aucune demarche de reflection.
Tu dis n'importe quoi ,tu vomis la propagande islamophobique de tes medias.
Toujours les memes clicher , raccourcis et d'interpretation, pour decredibiliser l'islam.

Tes salades islamophobique on les connaits par coeur,on n'a juste a allumer la tele.
Surtout ne confond pas avec la charia.
Puis au etats unis on a bien mis sur la chaise electrique des voleurs et des innocents.
Ainsi que legalisé la torture en Israel.

Donc tes salades ........

3.Posté par Jeanjulesb le 08/02/2009 19:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

2. Commentaire envoyé par Jeanjulesb le 6.1.2009 à 23h39
Myriam Abraham, dans sa longue note ci-dessus, dénonce les grands Satan Israël et U.S.A. qui s'acharnent à persécuter le monde en prétendant combattre un terrorisme, qui est déclaré tantôt inexistant; tantôt légitime. Selon elle, le terrorisme islamique n'existe pas, c'est une pure invention des U.S.A. et d'Israël pour justifier leur soif d'actions guerrières. Et elle reproche à l'Inde de se joindre à ce combat contre un terrorisme qui n'existe pas !
Il a pourtant massacré 500 000 civils depuis sa réactivation, il y a 30 ans, avec l'arrivée au pouvoir en Iran de l'ayatollah Khomeiny, 100000 en Algérie, 200000 au Soudan, 60000 en Irak, 40000 en Afghanistan, et des milliers d'autres un peu partout dans le monde:
U.S.A., Argentine, Angleterre, France (aux alentours de 1995), Espagne, Maroc, Mauritanie, Tunisie, Egypte, Somalie, Kénya, Russie, Ossétie (330 morts dans une école), Turquie, Syrie, Liban, Jordanie, Arabie, Koweït, Yémen, Qatar, Iran, Pakistan, Inde, Bangladesh, Thaïlande, Indonésie, Philippines.
Les islamistes de tous ces pays ne sont pas nécessairement liés organiquement, mais ils sont tous liés par la même idéologie, l’islamisme radical, issu du divin Coran, inauguré et pratiqué par le divin Prophète Muhammad, et par tous les actuels islamistes radicaux :
◄ Couper les mains des voleurs, mettre à mort les apostats (les musulmans qui quittent l’islam) et les blasphémateurs (tout individu qui critique le Coran ou le Prophète). Chaque homme a droit d’épouser 4 femmes et de les répudier à son gré. Elles doivent lui obéir, sinon il a droit de les battre. Elles comptent moitié qu’un homme pour les héritages et les témoignages.
Faire la guerre aux mécréants jusqu’à ce que l’islam triomphe universellement. Celui qui mourra dans ce djihad ira au paradis, où il aura à sa disposition de nombreuses vierges ravissantes. Celui qui refusera de participer à ce combat ira en enfer.
Après un combat victorieux, les musulmans ont droit de mettre en esclavage les prisonniers ennemis ainsi que les femmes et les enfants.
Les personnes adultères recevront cent coups de fouet violents (selon le Coran) ou bien seront tuées par lapidation (selon les Hadith, second livre saint, qui rapportent des paroles et des actes du Prophète) ►
Tout cela figure dans le Coran ou dans les Hadith et c’est exactement le programme des islamistes radicaux, lesquels se font un devoir d’appliquer totalement le Coran et d’imiter totalement le Prophète. Alors comment peut-on mettre fin à cette idéologie désastreuse ? Seuls les musulmans modérés et lucides peuvent le faire. Ils doivent reconnaître que le Coran comporte de nombreux préceptes exécrables, qui ne peuvent pas être l’exacte parole d’Allah et sont donc la parole de Muhammad, lequel était convaincu d’exprimer la volonté d’Allah, mais s’est trompé lourdement sur certains points importants.

3. Posté par pop le 08/01/2009 18:31
@Jeanjulesb Il n'y a qu'un islam et il n'est pas terrorist. Au meilleur des cas il est resistant.
Tes chiffres jetter ainsi prouve bien que tu fais aucune demarche de reflection.
Tu dis n'importe quoi ,tu vomis la propagande islamophobique de tes medias.
Toujours les memes clicher , raccourcis et d'interpretation, pour decredibiliser l'islam.
Tes salades islamophobique on les connaits par coeur, on n'a juste a allumer la tele.
Surtout ne confond pas avec la charia.
Puis au etats unis on a bien mis sur la chaise electrique des voleurs et des innocents.
Ainsi que legalisé la torture en Israel. Donc tes salades ........

4. Posté par Jeanjulesb le 10/01/2009 20:12
Mon vieux Pop, dans ton texte du 8.1.2009 consécutif à l'article de Myriam Abraham concernant "Une Coopération Militaire et Sécuritaire Inde-Israël", tu déchaines ta fureur et ta haine contre mon commentaire ci-dessus, sans donner le moindre argument rationnel susceptible de réfuter les informations que je donne concernant le terrorisme islamique et son idéologie qui figure dans le divin Coran et qui fut mise en application par le divin Prophète Muhammad.
Discutons gentiment et rationnellement. Tu commences en disant "Il n'y a qu'un islam et il n'est pas terrorist". Tout le monde sait que c'est faux ! Il y a par exemple les sunnites et les chiites, qui se méprisent les uns les autres et souvent s'entretuent, principalement en Irak, surtout les sunnites contre les chiites, avec l'aide de leurs alliés islamistes d'Al Qaïda, qui sont de fervents croyants musulmans et qui proclament leur volonté d'obéir au Coran et d'imiter les actes de Muhammad.
Tu sembles n'avoir jamais lu le Coran et ignorer aussi les actes de Muhammad, qui figurent dans les Hadith (sais-tu ce que c'est?). Tu ne sais donc pas et très peu de gens savent que
◄ Muhammad a pratiqué la condamnation à mort, la lapidation de personnes adultères, le pillage de caravanes mécréantes, la mise en esclavage, la guerre pour imposer l’islam.
En 628 il expulsa de Médine deux tribus juives et il fit écraser par son armée la troisième tribu, qui ne voulait ni se convertir ni s’exiler. Après la victoire il fit décapiter les 800 prisonniers de guerre et réduisit en esclavage les
femmes et les enfants. Cette victoire éclatante terrorisa et fascina les habitants d’Arabie, qui se convertirent rapidement, voyant que le Dieu de Muhammad était le plus fort.
Ce fut le coup d’envoi de la guerre sainte pour conquérir le monde. Vers l’ouest Égypte, Libye, Maghreb, Espagne et Gaule jusqu’à la bataille de Poitiers en 732. Vers le nord et l’est, d’abord Palestine, Liban, Syrie, et les territoires qui s’appellent maintenant Irak, Iran, Pakistan, Afghanistan, Ouzbékistan. Plus tard l’Anatolie (actuellement Turquie), les Balkans, Constantinople en 1453, puis encore la Yougoslavie, la Roumanie, la Hongrie et le pourtour de la Mer Noire. À deux reprises, en 1529 et 1683, les Turcs assiégèrent Vienne, avec l’assentiment des rois de France François 1er et Louis XIV qui étaient ennemis de l’Espagne et de l’Autriche, mais ils furent repoussés, ce qui stoppa leur conquête de l’Europe. Heureusement ! ►
Tu dis "Au meilleur des cas, l'islam est résistant". Phrase floue, il faudrait que tu la clarifies. Selon toi, les islamistes qui massacrent des civils dans des marchés, des autobus, des écoles, des mosquées, des églises, etc, sont-ils de valeureux résistants? Réponds s'il te plait.
Tu affirmes que Rappeler les chiffres de civils tués délibérément par les multiples djihads dans le monde empêche toute démarche de réflexion. Au contraire établir de tels chiffres permet de réfléchir sur la réalité et non pas dans les nuages de l’ignorance.
Tu m’accuses de «dire n'importe quoi», or je répète ce que disent le Coran et les Hadith, donc ce n’est pas n’importe quoi ! Lis donc le Coran au moins une fois !
Tu m’accuses de vomir la propagande islamophobique de mes medias. Je suppose que tu veux dire médias occidentaux. Or ces médias ont des points de vue très divers, souvent opposés, mais ils s’accordent tous sur un point, c’est de ne jamais critiquer le Coran ni Muhammad (qu’ils appellent Mahomet). Sur ce point ils sont donc d’accord avec toi, pour affirmer que l’islamisme radical est contraire au Coran et à l’exemple donné par le Prophète. Ce qui est contraire à la réalité. C’est cette réalité que je m’efforce de faire connaître, mais je me heurte à la censure exercée par les médias
Tu prétends lire dans ma tête en affirmant que j’ai pour but de «décrédibiliser l'islam». Pas du tout, ceux qui décrédibilisent l'islam, ce sont les djihadistes tueurs et massacreurs, dont les victimes sont en grande majorité des musulmans modérés. Ce sont aussi les musulmans qui sont partisans de la cruelle charia, laquelle est contraire aux Droits de l’Homme. Ce sont encore les musulmans de ton genre, qui nient ou excusent ces tueries en les considérant comme légitimes. Ce n’est pas cela qui peut crédibiliser l’islam.
Visiblement tu ignores les musulmans et musulmanes qui ont réclamé une profonde réforme de l’islam, telle Taslima Nasreen, femme médecin, écrivain, musulmane bangladaise qui a déclaré en 1993 « Le Coran devrait être révisé de fond en comble ». Elle a été rapidement condamnée à mort selon le Coran, pour blasphème et apostasie, par les chefs musulmans islamistes. Heureusement elle a pu s’enfuir dans un pays occidental, qui l’a protégée. Dis nous si tu approuves cette condamnation.
Tu dis « Tes salades islamophobique on les connaits par coeur, on a juste à allumer la télé ». C’est une grosse erreur, car ce qu’on entend à la télé, à la radio et dans la presse, c’est quasi constamment le contraire des vérités que je révèle.
Tu dis « Surtout ne confond pas avec la charia », phrase qui n’a pas de sens, si tu ne dis pas la chose à ne pas confondre avec la charia. Alors, dis-le nous.
Tu dis «au etats unis on a bien mis sur la chaise electrique des voleurs et des innocents». C’est vrai dans une trentaine des 50 États et c’est blâmable. Ces lois peuvent être faites ou défaites par les députés qui sont élus par le peuple. Elles ne sont pas inscrites dans les Évangiles, alors que les amputations et les mises à mort sont inscrites dans le Coran. C’est pourquoi nous refusons le Coran tel qu’il est.]b]url:http://

Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS

Publicité

Brèves



Commentaires