Proche et Moyen-Orient

Un universitaire américain : « les pays arabes ne soutiennent pas la politique américaine contre l’Iran »


Dans la même rubrique:
< >

Mercredi 30 Novembre 2016 - 19:10 C'est la fin du Hezbollah tel que nous le connaissons



Dimanche 6 Janvier 2008

 Un universitaire américain : « les pays arabes ne soutiennent pas la politique américaine contre l’Iran »
Mark Linch, professeur de sciences politiques et de relations internationales à l'Université George Washington, à quelques jours de la tournée du président américains, George W. Bush, dans plusieurs pays arabes, a déclaré que les pays arabes de la zone du golfe Persique ne soutiennent déjà plus la politique américaine qui cherche à isoler l’ Iran.

Dans un article publié dans le « Christian Science Monitor», Mark Linch écrit que « la stratégie des Etats-Unis d'isoler l’Iran dans la zone a été un échec ».


Cet universitaire rappelle que le ministre américain de la Défense, Robert Gates, dans une réunion à Bahreïn avait affirmé aux pays arabes de la zone que la politique de Téhéran dans la région était cause d’instabilité et de chaos, mais la réalité est qu'avec le Qatar en passant par l'Arabie Saoudite, puis l'Egypte, « nous assistons à un rapprochement de l’Iran avec les pays arabes voisins».


Il est désormais clair que la plupart des pays arabes sont très intéressés par l’élargissement de leurs relations économiques et commerciales avec l’Iran parce que ce pays constitue un marché important de 65 millions de consommateurs.


En outre, une amélioration de la situation économique en Iran permettrait d’envisager une augmentation des exportations vers ce pays.


Ensuite deuxième aspect important, la possibilité d’y investir notamment grâce à une main d’œuvre nombreuse et bon marché. L’Iran est également pour les industriels, commerçants et investisseurs arabes, une tête de pont vers les marchés voisins d’Asie, c’est à dire vers un marché régional de 250 millions de consommateurs.


De plus, le gouvernement iranien a opté pour une politique d’ouverture économique vers les pays arabes au point de devenir un des plus importants marchés de réexportation des marchandises en provenance de Dubaï. Les Iraniens ont montré des signes d’ouverture vers d’autres marchés notamment par le biais d’expositions commerciales qu’ils ont organisé dans plusieurs pays arabes de la région, de même qu’ils ont accueilli de nombreux exposants arabes dans plusieurs grandes villes d’Iran.


Les Iraniens ont essayé de gagner la plupart des contrats dans les secteurs de la reconstruction et des infrastructures tout en stimulant l’investissement arabe sur le marché local et en élargissant les possibilités de participation dans des projets industriels. Des milliers d’Iraniens prospèrent dans l’immobilier, la restauration et l’hôtellerie. 6 000 entreprises iraniennes sont implantées dans les sept Émirats de la fédération.


Les pays membres du Conseil de Coopération du Golfe Persique (CCGP) essayent de s'adapter à la chaque fois plus grande influence de l'Iran dans la zone.


En effet, on estime à près de 300 milliards de dollars les investissements iraniens dans les pays du Golfe persique, dont une bonne partie contrôlée par des Iraniens vivant à Dubaï, où l’on compte de surcroît près de 7000 sociétés Iraniennes.


Le Conseil de Coopération de Golfe Persique, alliance politique et économique regroupant l'Arabie saoudite, le Koweït, les Emirats arabes unis, le Qatar, Bahrein et le sultanat d'Oman a choisi d’ entretenir des relations avec l'Iran.


Le Qatar a lancé une invitation au président iranien en décembre 2007 au sommet du CCGP, organisme fondé en 1981.


Mark Linch souscrit également aux déclarations du politilogue et universitaire saoudien, Khalid Al-Dakhil, qui a défendu la thèse que l'Arabie Saoudite ne souhaite plus être entièrement soumise au parapluie sécuritaire américain ni ne souhaite être au milieu des velléités de pouvoir de Washington et de Téhéran.


Ce même analyste saoudien a souligné que les autorités de Riyad, qui disposent d'énormes liquidités ne veulent pas lever une guerre qui nuirait à leurs propres intérêts marchands et c'est la raison pour laquelle les efforts des Etats-Unis dirigés contre l’Iran resteront sans effet.


Toujours selon Khalid Al-Dakhil, l’ascendant pris par l’Iran est du également à l’échec des Etats-Unis et de ses alliés arabes dans la région.


Cinq ans après le lancement de la feuille de route, dans la foulée de l’invasion américaine de l’Afghanistan, en 2001 et des préparatifs visant à l’invasion américaine de l’Irak, en 2003, le «Grand Moyen-orient», le projet phare de l’administration néo-conservatrice de G.W.Bush, est un champ de ruines.


L’Irak s’est mu en cimetière de la puissance américaine, le Liban, le point de fixation traumatologique du mythe de l’invincibilité militaire du régime israélien, ses partenaires de la zone, et en particulier Ehud Olmert , est maintenu sous perfusion permanente.


L’autre volet de la politique américaine, à l’autre extrémité de l’arc de crise, en Afghanistan, «la Guerre contre le terrorisme» bat aussi de l’aile avec la persistance de la guérilla taliban, contre le Président Hamid Karzaï et surtout l’assassinat de Benazir Bhutto, le plus cinglant désaveu de la politique américaine depuis les attentats anti-américains du 11 septembre 2001.


Enfin les dirigeants arabes doivent faire attention à ne pas s'aliéner leur opinion publique, en raison du soutien d'une bonne partie de la population dans l'ensemble du monde arabe en faveur de l'Iran, du fait de son appui aux organisations de la résistance islamique du Hezbollah au Liban et du Hamas dans les territoires palestiniens.


Pour Rochdi Younsi, analyste chez Eurasia Group, les conclusions des services américains de renseignement concernant l'Iran ne vont qu'aviver un peu plus le sentiment anti-américain dans la population arabe.


"L'opinion publique au Moyen-Orient a réagi dans l'ensemble par un mélange de soulagement et de colère à la publication du rapport du National Intelligence Estimate" a-t-il dit.


Selon Rochdi Younsi, certains Etats du Golfe persique ont commencé à répondre par des signaux positifs à l'influence grandissante de l'Iran dans la région. "Certains pays du CCGP défendent la nécessité d'apaiser Téhéran par une multitude de partenariats économiques et un partage de l'influence politique", a-t-il expliqué.


"La puissance de l'Iran dans la région a considérablement grandi et ce pays est désormais tout à fait aimé au sein des populations de divers pays arabes".

http://www2.irna.ir http://www2.irna.ir



Dimanche 6 Janvier 2008


Commentaires

1.Posté par hé rot dote le 06/01/2008 16:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

el hamdou allah !!!!!!

2.Posté par J.Michel le 06/01/2008 18:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Se taire est facile, s'opposer demande un courage que les gestionnaires de la manne pétrolière attendent peut 'être?
J.Michel

3.Posté par abdoul salam le 17/03/2009 13:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

assalamou allaykoum warahmatou lahi wabarakatouhou.bismillahi rahmani rahim alhamdoulillahil malikoul ma aboud wa ba-ad; toute d'aborde je slt a tout ce qui vons lire ce message. moi je suis abdoul salam je suis un élève de franco arabe au burkina faso j'ai 19ans j'ai reussit a avoir mon bac et je suis a la recherche d'un universsité en améric et j'ai besoin des renseignement svp et si on pouvais me contacté avec les universsité.merci voici mon mail ;salamilbo@yahoo.fr merci et que dieu nous gardes

4.Posté par zenbreko le 17/03/2009 15:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

vous abordez le probleme politique et ideologique imposé comme tel par israel et les USA avec des elements economiques ?? Dans le cas du moyen orient il y a d' autre données a prendre en compte ,c'est les territoires palestiniens , syriens et libanais. Comment voyez vous le reglement israelo-palestinien ?? ,pensez vous qu' israel rendra facilement les territoires libanais et syriens qu'elle occupent et colonisent injustement ???Nous pensons que le fait que des etats arabes veuillent travailler l' iran n'est pas important et determinant du fait des volumes et de la nature de ces echanges , qui peuvent etre facilement remis en cause. alors le dileme reste entier qu'elle solution pour les palestiniens et si elle est acceptable par les palestiniens d'abord et ensuite par les arabes s'agissant du fait religieux ????Nous sommes tres sceptique sur la position des arabes a l'egard de l' Iran , ont les a vu critiquer et l'insulter le hamas comme etant un agent de l' Iran !!! ce qui n' est pas du tout un bon message ..

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires