ALTER INFO

Un tribunal italien condamne des agents américains de la CIA pour restitution


Dans la même rubrique:
< >


Stefan Steinberg
Jeudi 12 Novembre 2009

Un tribunal italien condamne des agents américains de la CIA pour restitution
Dans une décision historique, dont les conséquences auront une portée mondiale, un tribunal a condamné in absentia 23 agents américains de la CIA pour leur rôle en 2003 dans l’enlèvement et la restitution d’un citoyen italien, Abou Omar.
Ce verdict constitue la première fois dans le monde où le programme de restitution extraordinaire de la CIA est condamné par une instance judiciaire. La restitution extraordinaire est le nom donné aux enlèvements par la CIA de ceux que Washington identifie comme cibles dans sa « guerre contre le terrorisme ». Le procureur Armando Spataro, qui a consacré cinq années à amasser des preuves pour sa cause, est le procureur du ministère public italien pour les crimes terroristes.
Le tribunal de Milan a imposé des sentences d’emprisonnement d’une durée de cinq ans pour 21 agents de la CIA et un officier de l’armée de l’air américaine ainsi qu’une sentence de huit ans pour l’organisateur principal de l’enlèvement, l’ex-responsable de la CIA à Milan Robert Lady. Trois autres citoyens américains, dont le supérieur de Lady, Jeff Castelli, qui était alors chef de la CIA en Italie, ont été acquittés sur la base qu’ils bénéficiaient d’une immunité diplomatique.
Tous ceux qui ont été condamnés sont maintenant considérés fugitifs selon la loi en Italie. Spataro a indiqué qu’il pourrait demander au gouvernement italien d’émettre un ordre international d’arrestation pour les coupables. Le gouvernement Berlusconi a rejeté de telles demandes par le passé.
Des agents italiens ont aussi été reconnus coupables dans l’affaire mais le juge présidant le tribunal de Milan, Oscar Magi, a statué que ni l’ancien chef des services du renseignement militaire de l’Italie (Servizio per le Informazioni e la Sicurezza Militare, SISMI), Nicolo Pollari, ni son adjoint ne pouvaient être condamnés car les preuves retenues contre eux étaient soumises à des restrictions officielles secrètes. Deux autres agents du renseignement italien jugés coupables de complicité dans l’enlèvement ont chacun reçu une peine d’emprisonnement de trois ans.
Le tribunal a aussi statué que les partis reconnus coupables doivent payer 1 million d’euros (1,5 million de dollars américains) en dommages et intérêts à Abou Omar et 500.000 euros à sa femme.

Le cas d’Abou Omar est un exemple particulièrement brutal des pratiques notoires de restitutions extraordinaires de la CIA. Au lieu d’être accusés et amenés devant les tribunaux, des individus supposément soupçonnés d’entretenir des liens avec le terrorisme ont été kidnappés et transférés vers des prisons secrètes dans des pays alliés avec les Etats-Unis. Dans ces prisons, ils sont soumis à des années de torture et d’abus et ceux qui en sont responsables peuvent ensuite se débarrasser d’eux comme bon leur semble. Les pays européens où de telles restitutions ont eu lieu n’ont pas seulement tolérés de telles activités mais ont été activement complices dans de telles opérations.

Les pratiques de restitution ont été autorisées pour la première fois par Reagan en 1986, alors président américain. Elles ont été développées dans les années 1990 sous l’administration Clinton et étendues par le président George W. Bush dans le cadre de sa « guerre contre le terrorisme » après les attaques du 11 septembre 2001.
Dans un rapport du Parlement européen datant de 2007, il avait été établi qu’entre 2001 et 2007, la CIA avait déjà fait passer plus de 1000 vols de « restitution extraordinaire » par l’Europe.
Le cas d’Abou Omar à Milan est l’un de ceux-ci. L’imam a été enlevé en plein jour le 17 février 2003, alors qu’il se trouvait dans la rue à Milan, la ville où il habite. Il a été transporté dans une fourgonnette à la base de l’armée de l’air américaine à Aviano. De là, on l’a mis sur un avion vers la base américano-allemande de Ramstein d’où il fut ensuite transporté vers Le Caire.
En Egypte, on a d’abord tenté d’obtenir sa coopération avec des promesses qu’il serait retourné immédiatement en Italie. Après qu’il a refusé, on l’a jeté en prison où il a subi la torture et d’autres abus inhumains.
En avril 2004, après avoir passé plus d’une année en prison, il a temporairement été libéré par les autorités égyptiennes et a pu contacter ses amis et sa famille avant d’être arrêté de nouveau peu de temps après. Omar a finalement été relâché sans accusation le 11 février 2007. Il a ensuite affirmé qu’il était devenu une « épave humaine » à cause de la torture qu’il a subie dans les prisons du Caire.
Le régime répressif d’Hosni Moubarak en Egypte a refusé de permettre à Omar de quitter le pays pour assister au procès de Milan.

Un procès hautement politique
Le procès des personnes responsables de l’enlèvement d’Abou Omar a débuté en janvier 2007. Dès ce moment, le procès a été dominé par des questions d’ordre politique, le procureur en chef, Armando Spataro, rencontrant une suite d’embûches.
Non seulement la CIA a-t-elle refusée de coopérer avec la cour de quelque façon que ce soit, mais Spataro a aussi dû faire face à l’opposition et aux manœuvres obstructives de la part des autorités de l’Etat italien et des trois gouvernements consécutifs impliqués dans cette affaire. Après l’enlèvement d’Omar, le gouvernement, qui a été un temps dirigé par Silvio Berlusconi, a entièrement refusé de coopérer avec la poursuite.
Les avocats de la défense ont affirmé que Berlusconi avait secrètement approuvé l’enlèvement, en passant par le SISMI. Toutefois, aucun document n’est venu corroborer cette affirmation.
Le gouvernement soi-disant de centre-gauche dirigé par Romano Prodi qui a suivi celui de Berlusconi a lui aussi déclaré que l’information cruciale détaillant la collaboration entre la CIA et le SISMI était un secret d’Etat et qu’il ne pouvait être divulgué. Les gouvernements italiens successifs ont aussi refusé ou ignoré les demandes d’extradition pour les 26 Américains signées par le procureur.
Pour monter sa preuve, Spataro a ordonné à la police d’espionner les lignes téléphoniques des personnes impliquées et de se saisir de documents se trouvant dans les archives des services du renseignement. En mars de cette année, toutefois, la Cour constitutionnelle italienne, à la demande du gouvernement de Berlusconi, a une fois de plus rendu une décision statuant que la plus grande partie de la preuve obtenue par les procureurs était protégée par les lois italiennes sur le secret d’Etat et ne pouvait être utilisée en cour.
La preuve interdite comprenait les enregistrements téléphoniques et de nombreux témoignages, y compris celui de l’ancien dirigeant du SISMI Gianfranco Battelli. Ce dernier avait dit que Jeff Castelli, à l’époque où il était à la tête de la CIA à Rome, lui avait demandé sa coopération dans l’enlèvement de personnes soupçonnées de terrorisme.
En fait, la communauté de l’espionnage italien s’est retournée contre le procureur et Spataro lui-même a été placé sous le microscope des autorités de l’Etat. Alors qu’il menait ses enquêtes, il a été placé sous la surveillance des services secrets italiens, ses communications ont été enregistrées et il y a même eu une enquête pour déterminer s’il avait trahi des secrets d’Etat.
Dans un commentaire visant de façon évidente les dernières tentatives du premier ministre Berlusconi d’influencer les décisions du tribunal et de dénigrer le travail de la justice, Spataro a déclaré avant le verdict : « Ce procès montrera aussi si les puissants de la politique en Italie peuvent influencer les enquêtes indépendantes, et si un procureur public peut toujours faire juger un acte criminel en tant que tel. »
La nature politique du procès a aussi été reconnue par l’équipe des avocats de la défense, dont la principale défense a été d’affirmer que les accusés ne faisaient que « suivre les ordres ».
Arianna Barbazza, l’avocate nommée par le tribunal pour défendre le chef de bureau de la CIA Robert Lady, a demandé l’acquittement de Lady et de onze autres agents de la CIA en disant : « S’ils étaient condamnés, alors on condamnerait des personnes qui n’ont rien fait d’autre que suivre les ordres. » Elle a dit au Spiegel-Online, « Dans ce sens, ce procès était un procès politique. »
Suite à la décision de la cour, Spataro a exprimé sa satisfaction envers le verdict rendu, même s’il était peu probable qu’aucun des agents américains ne fasse jamais un seul jour de prison. Il a aussi utilisé le jugement pour défier le gouvernement Obama à Washington. Il a déclaré qu’il espérait maintenant qu’aux Etats-Unis, « des membres du gouvernement de Barack Obama saisiraient l’occasion que leur offre ce jugement pour faire enquête et rendre public ce qui s’est réellement passé dans le cas des enlèvements secrets de la CIA ».
La CIA a refusé de commenter les condamnations, alors que le département d’Etat se disait très « déçu » de la décision de la cour. Un porte-parole du Pentagone a décrit le jugement comme étant illégal, affirmant que les tribunaux italiens n’avaient pas la juridiction sur l’officier de l’armée de l’air qui a été accusé à cause d’un accord entre l’Italie et les Etats-Unis portant sur le statut des forces américaines.
Il n’y a aucun doute que Lady et ses subalternes dans la CIA « suivaient les ordres », adoptant le même système de défense que les criminels de guerre nazis dans les procès de Nuremberg pour justifier leurs abominables crimes. Alors que le fait de « seulement suivre les ordres » ne décharge pas un criminel de la responsabilité de son crime, cela indique que des personnes de plus haut rang dans l’appareil du renseignement et de l’espionnage et dans la branche politique ont commis des crimes encore plus graves.
Parmi ceux qui devraient être amenés devant les tribunaux à cause de leur rôle dans le programme de restitution extraordinaire et dans la torture, on trouve Bush, l’ancien vice-président Dick Cheney, l’ancienne conseillère à la sécurité Condoleezza Rice, l’ancien directeur de la CIA George Tenet et d’autres qui ont orchestré ces crimes à partir de la Maison-Blanche.
L’administration Obama a été claire. Elle n’a aucun intérêt à amener devant la justice les tortionnaires et ceux qui ont violé les droits de l’homme ou ceux qui en ont donné l’ordre à la Maison-Blanche. Le département de la Justice de l’administration Obama est allé en cour, invoquant les mêmes privilèges de « secrets d’Etat » que Bush pour faire avorter un procès sur la restitution extraordinaire.
L’administration Obama n’est pas simplement complice des crimes de l’administration Bush. Si avant son investiture Obama a promis qu’il mettrait fin au programme des restitutions, des hauts responsables de son administration ont reconnu aussi tard qu’en août dernier que cette pratique criminelle avait toujours lieu.

http://www.wsws.org http://www.wsws.org



Jeudi 12 Novembre 2009


Commentaires

1.Posté par Intellecterroriste le 12/11/2009 15:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Si une enquête était ouverte contre la CIA pour les restitutions, ça signifierait une pluie de procès pour TOUTES les actions qu'elle a mené depuis sa création!! Ou en plus clair, l'explosion pure et simple des USA tels que nous les connaissons. Ces empafés ont foutu une m*rde incommensurable partout à travers le monde depuis un peu plus de 50 ans, et sont responsables du financement d'une quantité incroyables de gouvernements fascistes ou répressifs, qui leur garantissaient une protection contre une "montée socialiste", ou tout simplement un accès privilégié aux ressources. Je pense qu'au bas mot, on peut chiffrer cela en millions de morts.

Mais comme Henry Kissinger aime à le dire: "On nous accuse du meurtre d'Allende parce qu'on a formé des contre révolutionnaires, et qu'on les a financés; mais en aucun cas nous ne leur avons donné quelque ordre que ce soit, ils ont agi de leur propre initiative, nous n'avons donc rien à voir avec ça." Allende est mort un 11 Septembre, en 1973. Quelques jours plus tard, Kissinger serrait fièrement la main de Pinochet. Un peu plus tard encore, on lui décernait le Nobel de la paix.....

Que voulez vous.. Pour qu'une enquête soit ouverte, il faudrait que le peuple américain se soit saisi de la maison blanche, et envahi le Pentagone... On en est loin! J'aime à croire que notre descendance parlera un jour de "la prise du Pentagone"...

Amicalement

2.Posté par LGV le 12/11/2009 17:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Il est bon de faire jour sur les activités nauséabondes de la CIA pour qu'enfin cesse ce sentiment d'impunité qui leur permet tout les abus...

3.Posté par Habakuk le 12/11/2009 17:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Certes, LGV, néanmoins... Cela fait presque 20 ans que le système GLADIO a été analysé et dénoncé devant le parlement italien. Pour autant, encore aujourd'hui, lorsque les médias parlent de la période de plomb qui s'est abattue sur l'Italie, ils continuent à l'attribuer à l'ultra-gauche sans être jamais démenti alors que la vérité historique est établie... Alors, l'impunité de la CIA et au delà de l'OTAN, elle est bien là... malheureusement...

4.Posté par NAQBA le 14/11/2009 12:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

En tout cas chapeau bas à ce procureur ITALIEN pour son courage et sa ténacité.On aurait jamais vu cela en France soi-disant " pays droit de l'homme".En tout cas avec leurs prisons secrètes et Guatanamo,l'occident à fabriquer les futurs meilleurs terroristes au monde.Ce n'est pas en torturant,on occupant, les gens que l'occident fera d'eux des alliés au contraire.Allez demandez au IRAKIENS,ce qu'ils pensent de "la democratie à coup de bombe"et des droits de l'homme à l'occidental. Ces puissants de l'occident,on créer des générations de haine à leur encontre.

5.Posté par Yogifou le 15/11/2009 11:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Mes félicitations et mon amdiration au courage du procureur italien Armando Saptaro.
Mais j'espère qu'il bénéficie d'une bonne protection et que les américains de la CIA aidé par quelques "lâches italiens" s'il en existent... ne chercheront pas à l'enlever et lui faire suboir la "restitution"!
En attendant cela fait "juriprudence" en quelque sorte et montre que si on agis avec honnêteté et on enquête avec courage on peut amener un peu plus de vraie justice et de vérité dans notre monde qui en a bien besoin...
Bien rien que de penser que règne aux étatsunis un régime corrompus nous sommes tous apssible de cette restitution et d'être juger (avec ou sans procès) par la CIA ou d'autres zigotos du même genre... Ils ont voter aux USA une loi liberticide pour ça...
Toute cette triste histoire montre une fois de plus que les hommes politiques sont des pantins entre les mains de pouvoirs corrompus genre Berlusconi, Bush, que l'on pourrait bien être tenté de comparer de ce fait à Staline, Hitler, Mussolini, Franbco et Pinochet, les génraux Birmans etc. etc.
Serions-nous dirigé par des fascistes déguisés en démocrates ?
Et Sarkozy ? etc... ? dans tout ça ?
Je redis merci au procureur Sparato d'Iatlie il fait honneur à son pays, pour son courage et sa droiture...
A quand cea aur-t-il lieu dasn tous els pays du moinde et quand allons-nous enfin voir tous les dictateurs affichés et déguisés et tous leurs sbires, être jugés de façon honnête et assez sévère pour faire réfléècjior tous els malhonnêtes du monde qui nous pourrissent la vie, y compris les terroristes car il y en a réellement... Et ceux-ci sont de tous les bords, on en trouve aussi bien chez des extrémistes religieux que poilitiques et que dans les postes clefs des états etc... alors?
Et le tribunal Internationnal dans tout ça ?
Qu'est-ce qu'ils foutent ?
Seraient-ils passés du côté des fascho et de la CIA et compagnie ?
A mon avis cet histoire est sympotmatique de la dégérescence et avilissement de notre civilisation moderne et de nos gouvernements et leurs services...
Le "secret d'état" est une connerie inadmissible qui ne devrait plus exsiter et qu'il faut eradiquer, c'erts un truc du même ordre que la mafia et leurs secrets... ou celuyi des cartels de la drogue etc.
Voilà ouù l'on en est par manque d'honnêteté, de comprotement éthique et morale, et de compassion de rezspect de la dignité humaine et par la violation des droits de l'homme par ceux qui sont censés les défendre...
Alors y en a marre de tous ces gens qui nous pourrissent la vie auxquels ont nbe' jamais rien demandé...
Ils sont partout et dégradent tout ce qu'ils touchent...
Bon heureusement il ya des procureurs et des juges et a

6.Posté par yogifou le 15/11/2009 12:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Hum... mon commentaire fait un peu rapidement, parce que cet article m'a fait monter l'adrénaline contre l'injustice et rendu heureux de voir qu'un procureur à osé la braver, est consteller de fautes et coquilles... alors je rectifie en partie et le complète : Je redis merci au procureur Sparato d'Italie il fait honneur à son pays, pour son courage et sa droiture...
A quand cela aura-t-il lieu dans tous les pays du monde et quand allons-nous enfin voir tous les dictateurs affichés et déguisés et tous leurs sbires, être jugés de façon honnête et assez sévère pour faire réfléchir tous les malhonnêtes du monde qui nous pourrissent la vie, y compris les terroristes car il y en a réellement... Et ceux-ci sont de tous les bords, on en trouve aussi bien chez des extrémistes religieux que politiques et que dans les postes clefs des états etc... alors?
Et le tribunal International dans tout ça ?
Qu'est-ce qu'ils foutent ?
Seraient-ils passés du côté des fachos ? A moins que ce ne soit du côté du mauvais coté de ceux qui déshonorent la CIA et les USA et compagnie par leur comportement immoraux et malhonnêtes et sans éthique ?
A mon avis cette histoire est symptomatique de la dégénérescence et avilissement de notre civilisation moderne et de nos gouvernements et leurs services...
Le "secret d'état" est une connerie inadmissible qui ne devrait plus exister et qu'il faut éradiquer, c'est un truc du même ordre que la mafia et leurs secrets... ou celui des cartels de la drogue etc. qui permet de cacher mille crime contre l'humanité sous de faux prétextes et de continuer ainsi de perpétuer des actes immoraux et criminels en toute impunité, c'est du même genre que l'immunité diplomatique ou celle des hommes d'état en exercice : ça permet d'assassiner et agir sans moralité quand on veut en toute impunité c'est tout !
Voilà où l'on en est par manque d'honnêteté, absence de comportement éthique et morale, et illusion de compassion de respect de la dignité humaine et par la violation des droits de l'homme par ceux qui sont censés les défendre...
Alors y en a marre de tous ces gens qui nous pourrissent la vie auxquels ont n'a jamais rien demandé...
Ils sont partout et dégradent tout ce qu'ils touchent...
Bon heureusement il y a des procureurs et des juges et avocats honnêtes apparemment et assez courageux pour faire fasse aux pouvoirs politiques pourris, pour mener à bien des causes justes et dévoiler la vérité.
Car c'est cela qui compte : dévoiler la vérité... et en juger sainement avec honnêteté... n'en déplaisent à la CIA si il y a des pourris chez eux qu'ils y fassent le ménages et qu'il remercient et aident ce procureur et ceux qui sont prêt à les y aider...
Et OBAMA ? Alors il a dit que maintenant qu'il avait le prix Nobel de la paix et puisqu'il ne le méritait pas il allait devoir le mériter par ses actes... on attends toujours...
Et l'ami des hommes et de la planète, réveille-toi... tu as là une belle occasion de prouver que tu es capable d'agir avec honnêteté et pour la paix et la justice !
M'ouais peut-être qu'il ne peut pas car la CIA et d'autres le court-circuitent ? Ou bien est-il de connivence finalement ?
Et notre Omniprésident Sarkosy ? Que fait-il à ce propos ?
Peut-être bien que lui aussi est de connivence avec ce genre de mesure illégale (car ne vous y tromper pas, ce n'est pas les italiens et le procureur Sparato qui est illégal en ce cas mais bien ceux qui bafoue la justice... Car en ce cas les accords entre les pays si ils sont inique n'ont plus de légalité ni constitutionnels ni politique, ni sociale, ni morale et en encore moins spirituel en quelque sorte !
Ce sont les USA ou plutôt la CIA et ceux qui rouspètent et soutiennent leurs agents condamner avec justice qui sont dans l'illégalité !
Mais on le sait bien nous sommes dans un monde où tout marche à l'envers, et où le fric règne en maître et la justice n'existe pas... sauf quand elle se réveille (la justice) en toute liberté et indépendance pour établir des faits et la vérité tout simplement !
Alors Monsieur Obama, quand est-ce que vous allez le mériter votre petite médaille du mérite pour la paix ?








7.Posté par yogifou le 15/11/2009 12:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Mille excuses à Mr le procureur Italien Spataro pour avoir écorché son nom dans mes commentaires.
Je renouvelle mon admiration... en espérant qu'il continue sur cette bonne voie sans se laisser influencer par les Berlusconi et compagnie et autres iniques individus.
Agir ainsi est un acte de compassion...
ET ici on en aurait aussi bien besoin vis à vis des mensonges sur la grippe A et la vaccination qui sont diffusé au mépris de notre dignité par les médias et les pouvoirs publiques et gouvernements dans le monde entier en commençant par l'OMS...
Ne pourrait-il pas aider ceux qui ont porter plainte pour défendre nos droits à ce propos et dévoiler ainsi la vérité sur les mensonges médicaux et des vaccins qui nous empoisonnent ?
Ce serait là une chose intéressante à voir, que là aussi, soudainement, un ou des procureur fasse preuve de courage et d'équité pour mener à bien en toute honnêteté une enquête et dévoiler tous les dessous de frics et politiques.
En un mot que la justice et ses magistrats fassent réellement leur boulot, ce pourquoi d'ailleurs on les paye avec nos impôts... et non pas nous endormir par leur silence.
Et vous messieurs dames les journalistes ?

Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS

Publicité

Brèves



Commentaires