Géopolitique et stratégie

Un rapport de Stratfor indique que les USA travaillent au scénario de partition de la Russie


Un homme comme Poutine: d'ici 2018, chaque région aura besoin de son propre Vladimir Vladimirovitch. Il reste toujours intéressant de lire ce genre d'analyses et de le mettre en parallèle avec le printemps arabe, la situation au Vénézuela ou au Nigéria, etc. La question que je me pose toujours reste de savoir si Stratfor prévoit le futur à travers ses "excellentes" analyses, un peu comme on prévoit la météo ou alors si on le prépare et planifie, en espérant et en faisant tout pour que cela arrive comme prévu, là, on s'éloignerait de la météorologie pour se rapprocher de Dieu, qui contrôle le monde. De rapport en analyse, on savait les USA penser avoir une obligation divine sur chaque être humain, cela se confirme donc.


Thomas Jadot
Lundi 16 Mars 2015

Un rapport de Stratfor indique que les USA travaillent au scénario de partition de la Russie
Un homme comme Poutine: d'ici 2018, chaque région aura besoin de son propre Vladimir Vladimirovitch.
Le 28 février Stratfor a publié un document très intéressant sur les prévisions de la décennie: 2015-2025.

"Stratfor" signifie "Strategic Forecasting" ou en français "prévisions stratégiques", aussi connu sous le nom de "l'ombre" ou aussi "la CIA privée", les gens de Stratfor sont engagés dans une activité très rentable de collecte, d'évaluation et de prévision de l'information. "Statfor" a été fondée en 1996 à Austin, au Texas, par George Friedman, un ancien professeur de science politique qui est aujourd'hui le directeur de l'organisation. La société compte de 300 mille abonnés payants et plus de deux millions d'abonnés gratuits.

Parmi eux, Coca - Cola, qui a obtenu des conseils sur la stabilité de la situation en Chine à la veille des Jeux Olympiques de Beijing; la société "Northrup Grumman" qui était intéressée sur la possibilité du Japon d'obtenir des armes nucléaires; "Intel" voulant en savoir plus au sujet de la présence du Hezbollah en Amérique latine et la probabilité de ce groupe de perpétrer des actes terroristes, le propriétaire de la chaîne d'hôtel "Radisson" à la recherche de la date de fin de l'offensive des groupes islamistes. Aussi les services de Stratfor sont utilisés par les "Goldman Sachs", "Merrill Lynch", l'US marine Corps et l'Université de Georgetown. Chacun d'eux paie 20 mille dollars par année pour avoir accès à des rapports sur mesure contenant des informations confidentielles.

Cependant, Friedman a de plus gros clients, à savoir les Etats-Unis et son Département d'État, le Pentagone et la grande oligarchie financière, debout derrière eux.

Il est facile de comprendre la connexion des prédictions de Stratfor avec les actions du gouvernement et de l'armée étasunienne.

Ainsi, le 27 mars, George Friedman a publié un article intitulé "la stratégie étasunienne après l'Ukraine, de l'Estonie à l'Azerbaïdjan". Il y a, entre autres points, un accent particulier porté sur la stratégie militaire des États-Unis contre la Russie après le début de la crise ukrainienne. En particulier, Friedman a à juste titre fait valoir qu'actuellement, l'OTAN n'était pas en mesure de mener une guerre contre la Fédération de Russie en raison de la longue étendue de la ligne de front et la longueur de la communication pour l'approvisionnement de nourriture, de carburant et de munitions pour les unités de combat.

La solution proposée par Friedeman pour résoudre ce problème a été le déplacement de bases militaires directement à la frontière russe, en plusieurs points, ceci étant la seule condition pour le déploiement d'une campagne punitive contre la Russie, qui est actuellement en train de devenir hors de contrôle pour les Etats-unis.

Et, d'ici la fin de l'année, ce processus doit avoir lieu dans la réalité.

Ainsi, à la mi-décembre de l'année dernière, pendant plusieurs jours, le ciel était fermé au-dessus de Zaporozhye, de Kharkiv et de Dnepropetrovsk, et des témoins ont rapporté qu'un grand nombre d'avions de transport, du type "Hercule" et d'autres ont débarqué dans les aéroports ukrainiens, apportant le matériel, les véhicules et les troupes composées principalement de soldats des entreprises militaires privées. Les chiffres mentionnés ont été d'environ la taille d'une division de 10 à 15 mille personnes, pour la plupart des mercenaires PMC "Academi" (jusqu'en 2009, Blackwater, détenue par Eric Prince, exécutant les bases œuvres du Pentagone).

Auparavant, ils avaient déjà été observés dans la région de Donetsk, plus tard, de Mariupol. Une base secrète de l'OTAN a été mise en place dans l'oblast de Kharkiv: déjà beaucoup de choses ont été transportées par voie de terre, les masques sont tombés quand les avions de transport ont été impliqués. Des experts militaires ont souligné que certains des équipements et des troupes ont été déplacés à partir d'une base militaire en Hongrie, près de Debretsen. Déjà sur le territoire de l'Ukraine, des trains ont été observés transportant des véhicules blindés, parmi lesquelles des BMPs Bradley, des BTRs Stryker et des Hummers.

Par conséquent, les publications de "Stratfor" doivent être prises au sérieux.

Le document qui est devant nous est la prévision d'une géopolitique pour les dix prochaines années, décrivant l'avenir de tous les continents. Je ne vais pas entrer dans tous les détails - il a déjà été fait par de nombreux analystes.

Je vais me concentrer sur des phrases-clés et ce que j'ai lu entre les lignes. L'article énonce clairement l'objectif stratégique de l'établissement d'un contrôle administratif sur la Russie par la voie de sa fragmentation - fédéralisation. Voici une citation:
 
"À l'Ouest de la Russie, la Pologne, la Hongrie et la Roumanie vont essayer de reconquérir les régions qui furent perdues dans les batailles contre les Russes. Ils vont tenter d'annexer de l'Ukraine et de la Biélorussie. Dans le Sud, la Russie va perdre sa capacité de contrôle dans le Caucase Nord; en Asie Centrale commencera une déstabilisation. Dans le Nord-Ouest, la Carélie va essayer de revenir à la Finlande. En Extrême-Orient les régions côtières vont commencer à mener une politique indépendante, de plus en plus associée avec le Japon, la Chine et les États-unis et moins avec Moscou. D'autres régions ne vont pas nécessairement chercher leur autonomie, mais il se peut qu'elles l'obtiennent contre leur propre volonté. L'idée principale: il n'y aura pas une révolte contre Moscou, au contraire, l'affaiblissement de Moscou va laisser un vide. Dans ce vide, les fragments de l'ancienne Fédération de Russie devront exister."

[Attendez, est-il entrain de parler de l'Ukraine!? - KR]
 
Cela conduira à une crise majeure dans la prochaine décennie. La Russie possède une vaste arsenal nucléaire, dispersé à travers le pays. Le déclin du pouvoir de Moscou va soulever la question du contrôle de ces missiles et sur la façon de garantir de la retenue dans leur utilisation. Ce sera un énorme défi pour les États-unis. Washington est la seule puissance qui peut résoudre ce problème..."

[Donc, l'Amérique jette toutes ses forces afin de déstabiliser la Russie, le résultat final va être des armes nucléaires en ballade dans la nature - Bravo! - KR]

Ensuite, "Stratfor" parle de la nécessité de créer un cadre stable et économiquement durable pour gouverner ces régions nucléaires afin de neutraliser les missiles par des moyens non militaires.

[Seuls les Etats-Unis, le gendarme du monde, peuvent-être le propriétaire responsable des armes nucléaires - KR]

Dans la dernière partie de l'étude, les agents des services de renseignement privés ont posé le principe fondamental de la doctrine étasunienne par rapport à la Russie:
 
"Les Etats-Unis sont entrés dans la guerre froide dès le début, et (du moins en Europe) n'ont pas subi de pertes. C'est là le principe directeur de la politique étrangère étasunienne, ramené presque à la perfection: si un hégémon émerge en Europe [je peux dire qu'ils sont fans de Brzezinsky - KR], les Etats-Unis interviennent le plus tôt possible, comme durant la guerre froide, la construction d'alliances et de positionnement des troupes sur les principales positions défensives. Maintenant, c'est fait par rapport à la Russie [au lieu de l'URSS]. <...> Les Américains vont essayer de construire un système d'alliances, parallèlement à l'OTAN, des pays Baltes à la Bulgarie, et de faire participer le plus grand nombre possible de pays. Ils vont essayer d'attirer la Turquie dans l'Union et d'étirer la zone jusqu'à l'Azerbaïdjan. Les troupes seront envoyées vers chaques pays en proportion de menaces."

[Imaginez si la Russie essayait de s'allier militairement avec le Canada et le Mexique? - KR]

Le Département d'Etat est conscient qu'avec Vladimir Poutine,  la tâche de fédéralisation n'est pas possible, que toutes les répétitions et tentatives de Maidan seraient inefficaces et ne trouveraient pas de soutien dans la société. En outre, l'efficacité des forces de sécurité qui fournissent de l'ordre dans la capitale est indéniable.

Par conséquent, la principale tâche est maintenant de mettre en œuvre des technologies de ''soft power", qui incluent les tentatives de miner l'économie, la formation d'un anti-gouvernement dans l'opinion publique à travers les médias, l'organisation de tables rondes et de conférences dans les universités et à pousser les autorités dans les provinces pour obtenir plus d'indépendance de Moscou.
 
"Stratfor", écrit à ce sujet: "Compte tenu de la structure de la Fédération, dans lequel les bénéfices provenant des exportations doivent aller d'abord à Moscou, et alors seulement, sont redirigés vers les gouvernements locaux, les régions reçoivent un montant très différent de ces bénéfices. Cela conduira à la répétition de l'expérience Soviétique dans les années 1980 et les années 1990, lorsque Moscou a perdu sa capacité à maintenir l'état de l'infrastructure. Tout cela serait la raison qui conduirait les régions à rechercher des solutions de façon autonome, formant de manière formelle et informelle des associations autonomes. Les liens économiques entre Moscou et la périphérie seraient affaiblis."

Maintenant, rappelons-nous que la première déclaration publique après l'accession au poste de maire de Iekaterinbourg par Yevgeny Roizman fut à propos de "l'injustice que l'argent aille d'abord à Moscou, puis est distribué", et par la suite un groupe de personnes proches de Roizman ont organisé des manifestations sous le slogan "Arrêtez de nourrir Moscou". Parmi les manifestants, une intense activité a été observée par les jeunes issus d'un agent étranger-l'ONG "Golos" ("Voix"), dirigé par le célèbre personnage des "révolutions de couleur technologues" Marko Ivkovich de la Serbie, qui a été interdit d'entrer en Russie par le FSB en 2012.

Le fait est que, dans la Russie actuelle, le pouvoir vertical se termine au poste de gouverneur, qui permet aux municipalités de mettre en œuvre des politiques différentes de l'Etat, de former leurs propres budgets de contrôle d'une ville, en utilisant de grands fonds, pour protéger leurs activités avec les forces de sécurité et les médias de masse. Au début de la réforme de l'autonomie locale, qui devrait étendre la verticale du pouvoir dans les villes, le système décrit sera brisé, et les diplomates étasuniens pourront capitaliser sur la résistance locale des "petits princes".

[Une région ne s'épanouit pas obligatoirement parce qu'on lui donne plus d'autorité à partir du centre. Rappelons-nous la culture de la corruption en Russie qui ne peut s'épanouir avec un arrangement de ce genre, mais qui ravira les ennemis de la Russie. Mais bien sûr, les autorités locales demandent toujours plus de pouvoir et plus de contrôle sur les flux financiers - KR]

Un objectif clé des USA sera de battre Vladimir Poutine en 2018 lors de l'élection, pour laquelle l'ensemble de l'arsenal de technologies disponibles seront engagés - marches protestataires, abaissement des prix du pétrole, assassinats politiques - on pourrait probablement voir, par exemple, le directeur général et propriétaire de la chaine de télévision anti-russe "Dozhd" ("Pluie"), Natalia Sindeeva, abattue d'une balle de pistolet gravée des initiales de Vladimir Poutine. L'histoire nous enseigne que souvent, après un chef d'état fort, vient un plus faible, et les Etasuniens en sont bien conscients!
 
Un rôle important, tel que conçu par les Etats-Unis, est donné à la jeune génération née en 2000, qui auront 18 ans en 2018, et qui n'ont jamais vécu sans Poutine. Pour qui vont-ils voter? Ils n'ont pas, comme l'auteur de ces lignes et la plupart de leurs lecteurs, pu être témoin des fusillades sanglantes et des voitures qui explosent dans les rues des années 90, du racket total dans le monde des affaires, de la corruption généralisée, la destruction délibérée de l'industrie, de l'agriculture, de l'armée, le non-paiement des salaires durant plusieurs mois. Aujourd'hui, dans les universités, ils se voient raconter des histoires romantiques à propos de la "liberté réelle" de l'époque, même s'il est plus approprié de parler d'une période de chaos et d'anarchie. Cependant, d'une certaine façon, ils sont des synonymes du concept de liberté.

Dans le cas où les USA perdent lors de la prochaine élection pour le Présidence de la Fédération de Russie, un outil spécial est préparé: des actions de désobéissance auront lieu dans toutes les régions, et auront lieu pour leur sortie de la Fédération de Russie, écrit "Stratfor". Rostislav Ishchenko, président du Centre pour le Système d'Analyse et de Prévision, écrit dans son article : "Casser le système là où il est le plus faible" permet de le confirmer : les révolutionnaires à Ekaterinbourg n'ont même pas eu à investir quelque bâtiment que ce soit. Les autorités municipales sont déjà infiltrées avec des collaborateurs étasuniens et le gouvernement de la région ne sera pas en mesure de réagir immédiatement - il reste très passif et n'a pas de volonté politique, et son personnel est composé de fonctionnaires qui sont désireux de survivre d'un gouverneur à l'autre.

Quelles devraient être les prochaines étapes?

Tout d'abord, nous avons besoin de l'unification absolue du pays, tous les gens autour du Président et du commandant en chef. Je suis convaincu, que le cours pris par Vladimir Poutine, est tout à fait justifié. Il assume l'entière souveraineté dans tous les domaines de la vie, la priorité des intérêts de la Russie en tant que déterminant de la stratégie d'Etat, de production, de la coopération mutuellement bénéfique avec les pays d'Amérique latine et d'Asie, les unissant autour de la Russie comme un nouveau pôle de puissance sur la Terre. Ce cours est mis en œuvre avec compétence, fermement et de manière cohérente, et également avec précision. Nous devons fortement de le soutenir et contrecarrer toute tentative de diviser la société par les libéraux issu de la cinquième colonne.

Deuxièmement, l'autorité du FSB, dont la fonction est de défendre les droits constitutionnels des citoyens et l'intégrité territoriale de l'Etat, contenant les activités anti-russes est clairement à la traîne derrière les exigences de l'heure et de la situation dans le pays, ainsi que les lois pour s'assurer son autorité.

Je parle de ces précédents tels les activités du célèbre groupe de la Ville d'Ekaterinbourg et un ami d'Eugène Roizman - Konstantin Kiselev. Professeur de l'Institut de Philosophie et de Droit de l'Oural de l'Université de l'Etat a visité les USA et Kiev, donné des conférences sur "l'utilité d'un Maidan" et ses effets positifs, notant la "contribution" de Yarosh et Turchinov dans "la construction de la nation ukrainienne", et a même préparé une conférence en ligne avec le chef de file du "Secteur Droit" à Ekaterinbourg.

Dans cette situation, les structures du pouvoir d'Ekaterinbourg semblait complètement édentées: officiellement, aucun article du code pénal de la Fédération de Russie ne s'applique aux activités de la "politique scientifique". Si le Professeur Kiselev avait appelé directement à renverser le gouvernement et à se saisir les bâtiments du gouvernement ou  à promouvoir le fascisme - il pourrait être soumis à l'article de loi sur l'extrémisme, mais intelligent et prudent, notre MP ne se permettra jamais d'aller aussi loin. Chaque étudiant, que l'enseignant libéral a poussé vers la "bonne" manière de penser, a du établir lui-même la dernière étape de penser et arriver à sa conclusion. Et tout contact non autorisée avec des diplomates étrangers et des agents de services de renseignement Occidentaux, la couverture posiitve des révolutions de couleur, tout cela n'est pas une raison pour faire démarrer une enquête en vertu de la législation en vigueur.

De nombreux "chefs d'orchestre" sur de la mise en œuvre en Russie des valeurs occidentales continuent leur travail - "RPR-Parnas", "Parti du Progrès", "Plateforme Civique", "Yabloko", et les organismes à but non lucratif "Memorial", "la Voix", "Le prix Sakharov du Centre", qui d'une façon ou d'une autre, sont impliquées dans la préparation de l'anti-gouvernement, des marches et de la déstabilisation de la population, portant atteinte à l'image du gouvernement, et de nombreux médias libéraux sont là pour les soutenir, déformer la réalité, provoquer la panique. Leurs activités devraient être arrêtées.

Si nous prenons l'exemple, comme cela est exigé par les libéraux, les États-Unis d'Amérique, après les attaques terroristes du 11 septembre, l'autorité de structures de sécurité a été élargie. Peut-être que c'est à notre tour? Vladimir Poutine a longtemps été en attente pour que l'opinion publique arrive à mûrir. Nous avons déjà un "set" - la préparation des révolutions de couleur, les assassinats, la corruption et la coalition avec les étasuniens au niveau local. Suffisamment de signaux pour finalement agir.

En réalité, si nous voulons résister aux forces destructrices, le minimum serait de ne pas être plus faible qu'elles. Si nos agences doivent concéder des choses, nous allons nous perdre la lutte, et la CIA a toujours été plus forte, presque illimitée dans son champ de travail et généreusement financée.

Nous avons besoin de nouvelles initiatives législatives, y compris l'introduction dans le code pénal de définitions des activités de la cinquième colonne. En collaboration avec les institutions publiques, il est nécessaire de définir les mesures de dissuasion et de répression.

Et la troisième et principale conclusion, nous devons commencer à penser à la façon de former une nouvelle génération de patriotiques politiciens à tous les niveaux du gouvernement. Déjà les Etats-unis essaient d'installer leurs personnes à des postes clés. Ils doivent être pousser dehors, mais nous avons besoin de ressources humaines qui doivent être sélectionnées et éduquées.

De parier sur le succès politique uniquement de Vladimir Poutine, le premier de tous, met une énorme pression sur lui, et d'autre part, constitue une menace pour la sécurité de sa personne. Nous avons besoin de nommer nos propres Poutine, dans chaque région et municipalité, alors toute tentative de renverser le Président perdra de son sens - parce que ce but va être clairement préparé et poursuivi sans relâche à chaque niveau.

Notre principale devise devrait être: "Aujourd'hui, nous sommes tous Poutine".

Commentaire : Il reste toujours intéressant de lire ce genre d'analyses et de le mettre en parallèle avec le printemps arabe, la situation au Vénézuela ou au Nigéria, etc. La question que je me pose toujours reste de savoir si Stratfor prévoit le futur à travers ses "excellentes" analyses, un peu comme on prévoit la météo ou alors si on le prépare et planifie, en espérant et en faisant tout pour que cela arrive comme prévu, là, on s'éloignerait de la météorologie pour se rapprocher de Dieu, qui contrôle le monde. De rapport en analyse, on savait les USA penser avoir une obligation divine sur chaque être humain, cela se confirme donc.

Ilya Belous pour PolitRussia.com
Traduit par Kristina Rus en anglais


traduit et publié par TJ, le 16 mars 2015, cet article peut-être reproduit à condition d'en indiquer l'URL source - http://fortruss.blogspot.de/2015/03/stratfor-report-indicates-america-is.html


Lundi 16 Mars 2015


Commentaires

1.Posté par Aldamir le 16/03/2015 10:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

La neutralisation totale des USA est devenu un impératif vital pour la sécurité de tous les pays et peuples de la planète. La paix du monde est à ce prix et uniquement ce prix. Il en va de la survie de l’humanité et des fondements mêmes de toute société.

Nouveau commentaire :

Géopolitique et stratégie | Diplomatie et relation internationale


Publicité

Brèves



Commentaires