Actualité nationale

Un racisme à peine voilé, Projection-débat avec Ismahane Chouder et Pierre Tevanian le mardi 22 juin à Saint Ouen L’Aumône


Dans la même rubrique:
< >

Dimanche 4 Décembre 2016 - 22:10 VOTEZ PANAMZA !


Au moment où l’on s’apprête, avec presque autant d’unanimité et d’irresponsabilité qu’en 2004, à légiférer à nouveau pour interdire un voile – cette fois-ci le voile dit intégral, et cette fois dans tout l’espace public – il est plus que nécessaire de voir ou revoir le film de Jérome Host, Un racisme à peine voilé, qui revient sur le pseudo-débat de 2003-2004, sa construction médiatique et politique, ses enjeux réels et ses conséquences concrètes [1]. Il sera projeté ce mardi 22 juin à 20H30 au cinéma Utopia, 1 place Pierre Mendès-France, à Saint Ouen L’Aumône (95), et suivi d’une rencontre avec Ismahane Chouder et Pierre Tevanian, entre autres militant-e-s du Collectif Une Ecole pour Tou-te-s et coordonnateurs du recueil Les filles voilées parlent. Le texte qui suit propose une rapide présentation du film.


Jérôme Host
Lundi 21 Juin 2010

Un racisme à peine voilé, Projection-débat avec Ismahane Chouder et Pierre Tevanian le mardi 22 juin à Saint Ouen L’Aumône

Présentation du film

Octobre 2003 : Alma et Lila Levy sont exclues du Lycée Henri Wallon d’Aubervilliers pour le seul motif qu’elles portent un foulard. S’en est suivi un débat politique et médiatique assourdissant, justifiant dans la plupart des cas l’exclusion des jeunes filles qui portent le foulard à l’école. Février 2004, une loi finit par être votée par l’assemblée nationale, à la demande de Chirac...

Un racisme à peine voilé revient sur cette polémique depuis l’affaire de Creil en 1989 (où deux collègiennes avaient été exclues pour les mêmes raisons) et tente de "dévoiler" ce qui se cache réellement derrière la volonté d’exclure ces jeunes filles. Nous leur avons donné la parole. Ainsi qu’à d’autres [professeurs, militant(e)s associatifs(-ves), féministes, chercheurs(-euses)] regroupé(e)s autour du collectif "Une école pour tous-tes", qui lutte pour l’abrogation de cette loi qu’ils et elles jugent sexiste et raciste...

Durée du film : 75 minutes

Listes des personnes intervenant dans le film

- Saïd Bouamama (Sociologue, Enseignant à L’Université de Lille, auteur de "Vers une nouvelle citoyenneté. Crise de la pensée laïque")

- Georgette Hamonou (Enseignante, l’une des rares à avoir pris la défense des jeunes filles exclues de Flers en 1999)

- Saïda Kada (Écrivain, association Femmes Française et Musulmanes Engagées - Lyon. Auteure avec Dounia Bouzar de « L’une voilée, l’autre pas - Le témoignage de deux musulmanes françaises ».

- Nacira Guénif-Souilamas(Sociologue. Auteure de « Des « beurettes » aux descendantes d’immigrants nord-africains » )

- Pierre Tevanian (Professeur de philosophie à Drancy (93), Collectifs « Les mots sont importants » et « Une école pour tou-te-s ». Auteur de « Le ministère de la peur - Réflexions sur le nouvel ordre sécuritaire »

- Nadia Louachi (Mouvement de l’Immigration et des Banlieues)

- Zahra AliI et Bashaer Shaaban (Lycéennes, Collectif contre les lois d’exclusion - Rennes)

- Fatima Ali, Noor Ali, Aodren Le Duff et Marjolaine Peuzin (Étudiant-e-s, Collectif contre les lois d’exclusion - Rennes)

- Fatima Aousti (Collectif « Voix de musulmanes » - Strasbourg)

- Radia Louhichi (Surveillante d’externat, Collectif « Une école pour tous-tes »)

- Christine Delphy (Directrice de la revue « Nouvelles Questions Féministes », Directrice de recherche au C.N.R.S., Collectif des femmes pour l’égalité, Collectif « Une école pour tous-tes »)

- Willy Beauvallet (Collectif « Une école pour tous-tes -Strasbourg)

- Georges Federmann (Psychiatre - Président du Cercle Menachem Taffel - Secrétaire de Ras l’Front Strasbourg)

- Sandrine Vicente (Aide éducatrice dans l’éducation nationale (collège))

Propos extraits du film

« Quand on voit la télé et ce qu’on dit dans les journaux, et que moi je vois ces filles-là tous les jours......je me dis non, y a un problème »

« On nous parle de l’Afghanistan, de l’Algérie... [...], on nous montrait pas nous, on nous donnait pas la parole. On entendait cet écrivain iranien parler de l’Iran. Mais ça n’a rien à voir avec nous : je suis citoyenne française ! »

« Depuis que je suis petite, on ne m’a jamais considérée comme une française à part entière »

« [L’intégration] c’est un certificat de bon indigène ! »

« On est sans arrêt suspectées d’être de faux citoyens, de semer le trouble dans la république, de vouloir créer un « Etat Islamiste », on parle même de l’internationale islamiste !....moi j’en ai jamais entendu parler de ce congrès-là..... »

« Si on veut lutter contre l’intégrisme, on mène une politique contre les groupes intégristes, et pas contre des gamines de 15 ans... »

« Moi, je soutiens les putes, les soumises et les voilées....de tout coeur, elle a besoin de quelque chose, elle vient me voir ! Je suis là » `

« C’est un panneau dans lequel beaucoup de féministes sont tombé(e)s cette demande de répression envers les femmes. Pas seulement celui-là, mais aussi le panneau de favoriser le symbole au détriment de la réalité. [...] Des symboles, il y en a à la pelle, et celui-là ne me dérange pas plus que les autres. [...]. Ce qui nous dérange vraiment c’est d’être payées 25% de moins que les hommes, de se taper 80% du travail domestique, c’est d’être achetées et vendues comme des marchandises, c’est d’être battues, c’est d’être tuées... »

« Je suis anticlérical [...]. Mais la lutte contre les religions si on considère qu’elles sont aliénantes, elle ne peut pas se faire au mépris des individus. On peut pas dire aux gens que leur religion est inutile, qu’elle les fourvoie et que donc ils auraient intérêt à l’oublier pour passer à un stade révolutionnaire actif !!... »

« On a placé le débat de façon tellement abstrait, qu’on a le sentiment de combattre des foulards et non pas des gens derrière... »

Note d’intention, par le réalisateur, Jérôme Host

"Documente toi un peu avant de claquer ton fric et ton temps dans la réalisation d’un film aux relents nauséabonds du fascisme politique et religieux !!!"

Voilà le genre de message que nous avons eu le plaisir de recevoir pendant la réalisation de notre film. Le ton définitif de cette agression verbale n’aurait nullement retenu notre attention s’il avait était l’oeuvre d’un vulgaire groupuscule d’extrême droite. Le choc aurait été largement tout aussi amorti si la vomissure était venue de l’estomac d’un(e) militant(e) local(e) dévoué(e) au chiraquisme, ou encore d’une âme égarée par de trop nombreuses années de relations télévisuelles avec TF1 sans préservatif.

Mais rien de tout cela. Cette crise d’hystérie venait tout droit de personnes qui en d’autres circonstances et sur d’autres terrains, sont les pourfendeurs les plus radicaux de l’exclusion qu’elle soit sociale, politique ou à caractère raciste. C’est bien d’un groupe d’une tendance de " gauche " que le message nous était parvenu. Cela rappelle étrangement ces débats de l’entre deux tours des fameuses présidentielle de 2002, ou quiconque osait émettre un doute sur la nécessité absolue de crier "aux urnes !" pour que l’ange Chirac nous délivre du mal, était automatiquement cloué au pilori. Pourtant le "bruit " des discours sécuritaires de la campagne électorale "et l’odeur" malsaine du choix qui nous était imposé auraient peut-être bien mérité plus de débat...

Ces provocations n’ont fait que nous motiver davantage dans notre volonté de comprendre ce qui se cache derrière cette "divine" croyance en l’exclusion comme solution au "problème du foulard à l’école". La raison pour laquelle nous avons décidé de "claquer notre [peu de] fric et notre temps" (ça on en a déjà plus) dans la réalisation de ce film c’est précisément parce que nous nous sommes documentés. Nous voulons dire que nous avons cherché au-delà des émissions d’Arlette Chabot ou de Charles Villeneuve. Mais cela ne suffit pas, il faut aussi rencontrer, discuter, se confronter... Bref tout ce que la majorité de celles et ceux qui ne voient dans le foulard qu’un horrible instrument de torture imposé aux femmes, un marquage insupportable de la soumission aux hommes, se refusent à faire.

Mais comment considérer ces jeunes filles comme des "victimes" tout en réclamant pour elles des sanctions ? Étrange féminisme que celui développé par les partisan(e)s de l’exclusion. Il nous semble bien plus féministe de défendre les droits des femmes, de toutes les femmes, qu’elles soient considérées comme " putes ", " soumises ", et autres.

Nous faisons ou avons fait partie pour plusieurs d’entre nous de l’encadrement pédagogique de l’éducation nationale.

L’entreprise de désinformation au sujet du foulard islamique, inaugurée par Sarkozy au congrès de l’UOIF(Union des Organisations Islamiques de France) en avril 2003, nous est apparue d’autant plus flagrante que nous côtoyons quotidiennement ces jeunes filles. Il est clair que les motivations liées au port du foulard sont diverses et variées.

Restait encore un point à clarifier : comment, en tant qu’athé(é)s à tendance plutôt anticléricale, pouvions nous réaliser un film qui propose un contre discours à l’interdiction du foulard islamique à l’école ? Est-il possible de défendre une position laïque et pour autant contre l’exclusion des filles portant le foulard à l’école sans risquer d’être taxé de "pro-voile" ou bien encore "d’islamophile" ? Nous espérons que oui. La laïcité selon les textes fondateurs de 1881. 1882 et 1886 impose une neutralité des locaux, des programmes, des enseignant(e)s, mais pas des élèves. Ce qui paraît pourtant évident : On ne naît pas laïque ! Quand à la critique des religions, elle ne peut se faire au mépris des individus qui les pratiquent. S’attaquer à des adolescentes et leur refuser le droit à l’éducation sous prétexte qu’elles portent un symbole de religiosité n’a rien d’anticlérical : c’est tout simplement lâche.

Post-scriptum

Vous pouvez commander le film en allant sur le site www.hprod.org

Notes

[1] Ce film est produit et diffusé par co-errances et hprod. Pour plus d’information, voir le site www.hprod.org.


http://lmsi.net/spip.php?article243 http://lmsi.net/spip.php?article243



Lundi 21 Juin 2010


Commentaires

1.Posté par soustoyen français le 21/06/2010 23:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Justement le racisme islamophobe antisémite n'est plus voilé, il est flagrant et au sein même de l'appareil d'Etat par ses représentants qui égrennent des phrases nauséabonde et dont certain ont été condamné du bout des lèvres

2.Posté par Noss-t-Algie le 22/06/2010 00:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Alors la ccl TOP !!!! "On ne naît pas laïque" Donc on assiste à un détournement de la laiscité pour s'en prendre aux musulmans " chassez le naturel il revient au galop" !

Ils modifieront les lois jusqu'à ce qu'elles soient conforme à leurs désirs et opinions ... A bas le masque !!!!!

3.Posté par kouid well le 22/06/2010 20:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

On oublie vaillamment que les arabes sont aussi des sémites ainsi toute action discriminatoire envers eux est négligée.Quelle malhonnêteté criarde aussi j'ai relevé ce texte qui va aider chacun à se situer dans ce monde où l'insolence côtoie sans pudeur toutes les inepties et tous paradoxes:
Le bonheur insoupçonné des musulmans en Occident
Les musulmans en Occident jouissent d’un bonheur qu’ils « s’ignorent » et qu’ils ne savent pas savourer: c’est celui de pouvoir circoncire leurs enfants mâles dans la plus totale liberté sans être inquiétés, vilipendés ou poursuivis en justice par des juges d’enfants retors, une assistance publique alerte et tout le falbala juridico-politique du pays où ils sont citoyens ou résidents. Pourtant c’est, dit-on, une « mutilation barbare et cruelle » sur mineur de bas âge voire sur nourrisson ; une atteinte à l’intégrité du corps de l’enfant et un signe indélébile d’appartenance religieuse visible à la douche ou aux toilettes dans les écoles par les autres enfants, à la caserne par les bidasses de la compagnie et je dirais même avec Coluche que « si un mec portait un pantalon trop serré, on verrait sa religion », donc la circoncision est un viol délibéré, un pied de nez outrageant à la Sainte Alliance des activistes de la laïcité guerrière, une atteinte directe, frontale au dogme de la laïcité .Et pourtant pour la circoncision, on assiste au « motus et bouche cousue » de la part de tous les braillards et les gueulards des médias, des grosses caisses résonnantes de la politique.
Paradoxe incompréhensible ! Lorsque, pour un bout de tissu autour de la tête on a remué et on remue toujours avec bruit, fracas et indignation, les plus hautes instances politiques, chambres des députés, sénats, les antres des médias de toutes sortes (pour la burqa qui n’a rien d’islamique mais qui est une pratique tribale archaïque, puis elle représente un danger sécuritaire reconnu, son interdiction est légitime et juste,j’en conviens).
Mais que des fillettes de 8, 10 ans soient chassées comme des malfrats, des bancs des écoles publiques pour atteinte grave à la sacrosainte laïcité,en portant un foulard autour de la tête, c’est une honte. elles seraient venues en string,les fesses en l'air on aurait applaudi, parce que la femme en occident n’a que le devoir d’être un objet sexuel pour machos en rut et c’est tout…pour assurer le repos du guerrier macho . Et, aujourd’hui, on s’attend à ce que demain, ce sera le tour des prénoms à consonance non conforme à la judéo-chrétienté ! Vive la laïcité à sens unique, celle qui n’admet que le filigrane judéo-chrétien pour dogme!... et cette fois, les prénoms feront l’objet d’une nouvelle croisade, une nouvelle inquisition qui remuera, encore une fois, par ses vagues tonitruantes les voutes des parlements occidentaux et fera couler des torrents d’encre dans la presse à sensation et des fleuves de salive à la radio et à la télé. Mais, pourquoi on ne fera rien pour la circoncision ? On peut dormir sur ses deux oreilles il n’y aura pas de croisade anti-circoncision.
La réponse est simple et les musulmans du monde occidental continueront à jouir de ce bonheur. Le monde occidental étant soumis dans son ensemble, à la pensée sioniste dominante et répressive ( tout contrevenant, fut-il le pape lui-même ou la reine d’Angleterre , peut perdre son emploi, son poste, sa tiare ou sa couronne et être traité d’antisémite s’il contrarie, s’il titille même timidement cette pensée dominante qui a mis l’Occident sous une chape de plomb ) et comme la circoncision est une pratique religieuse juive, tous les gueulards, les va-t-en-guerre et les Ignace de Loyola de la laïcité sont obligés de se taire sur cette pratique « barbare et cruelle » qui remonte à notre Patriarche commun Abraham (Que Dieu lui accorde le salut et la paix ainsi qu’à tous les prophètes hébreux et non hébreux, à notre seigneur Jésus-Christ et à notre seigneur Mohammed le dernier des prophètes). Amen et tant pis pour les grincheux et les acariâtres de tout bord. Je salue, fraternellement, tous les juifs non sionistes pour lesquels la terre promise est la patrie où ils vivent en citoyens sincères et à part entière qu’ils chérissent sans avoir le cœur ailleurs et… pour lesquels le seul peuple élu de Dieu est l’Humanité toute entière. Car Dieu est trop juste pour s’amuser à pratiquer l’épuration ethnique criminelle, mesquine et raciste que pratiquent depuis 1947, les sionistes en Palestine…sous l’oeil goguenard d’un Occident complice et résigné…parce que dominé par le lobby israélien…à quand un autre siècle des Lumières pour libérer la pensée occidentale aujourd’hui formatée au moule du Sionisme règnant.

Nouveau commentaire :

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires