Palestine occupée

Un manifestant palestinien meurt des suites des blessures subies le 22 février ; les forces de l'occupation attaquent ses funérailles



Dimanche 10 Mars 2013

Un manifestant palestinien meurt des suites des blessures subies le 22 février ; les forces de l'occupation attaquent ses funérailles
Le 22 février 2013, Muhammad Asfour, 23 ans, a été blessé à la tête par une balle caoutchouc-acier tirée par les forces de l'occupation israélienne pendant une manifestation pacifique de soutien aux prisonniers palestiniens en grève de la faim à Aboud, petit village à 20km au nord-ouest de Ramallah. Il avait alors été évacué à l'hôpital de Salfit puis à l'hôpital Rafidya, à Naplouse. Quelques jours plus tard, il avait été transféré à l'hôpital Echilov, à Tel Aviv, dans un état critique. Le 7 mars, le personnel médical de cet hôpital a déclaré qu'il venait de mourir des suites de ses blessures.
Asfour était en 4ème année d'Education physique à l'Université AlQuds, à Abu Dis (Al-Qods occupée) et jouait au football dans l'équipe du village. Né le 9 mars 1990, il est mort deux jours avant son 23ème anniversaire.

Ses funérailles ont eu lieu vendredi 8 mars, après les prières de midi à Aboud. Un cortège de voitures ornées de drapeaux palestiniens ont accompagné le corps de Muhammad de Ramallah jusqu'à son village. L'occupation sioniste avait dépêché ses forces de police et militaires en masse, postées de manière provocante à l'entrée du village où sont arrivées environ 2000 personnes des villages environnants et de toute la Cisjordanie pour participer aux funérailles et soutenir la famille. Le corps du jeune homme a été transporté de sa maison à la mosquée, où des prières ont été dites, puis jusqu'au cimetière du village.

Photo

Pendant l'enterrement, les bruits des grenades lacrymogènes tirées par les occupants qui encerclaient l'entrée du village ont commencé à retentir. Des affrontements ont éclaté entre l'armée de l'Etat criminel et des personnes du cortège funéraire qui étaient venues protéger leur village et exprimer leur colère et leur indignation devant la mort de l'un de leurs bienaimés.

Des jeunes Palestiniens, indignés par la présence délibérément provocatrice de l'armée d'occupation dans un village en deuil enterrant l'un de ses jeunes, a jeté des pierres sur les véhicules de l'armée d'invasion, qui a répondu par des salves de grenades lacrymogènes et de balles caoutchouc-acier.

Pressentant les provocations, les villageois de Aboud avaient installé des blocs de béton en travers de la route menant au village, pour pouvoir enterrer Muhammad en paix. Que nenni ! Les terroristes israéliens, qui n'acceptent que les barrages qu'ils installent eux-mêmes chez les autres, n'ont pas apprécié l'initiative et se sont empressés de faire venir un bulldozer qui a retiré les blocs de béton. La voie étant enfin libre, la troupe sioniste, toujours aussi abjecte, a pu faire entrer le camion de liquide puant et en arroser des villageois et les maisons du village, puis a à nouveau tiré sur les participants à l'enterrement de Muhammad à coup de grenades lacrymogènes et de balles caoutchouc-acier, faisant plusieurs blessés.

L'attaque a duré jusqu'à la fin de l'après-midi.
Repose en paix, Muhammad.
__________

Muhammad Asfour est le 6ème Palestinien assassiné par des tirs israéliens en Cisjordanie et dans la Bande de Gaza depuis début janvier 2013 (selon un rapport B'Tselem), en plus du prisonnier Arafat Jaradat, qui est mort sous la torture il y a deux semaines, dans la prison sioniste "Meggiddo", 6 jours après son arrestation :

- 11 janvier 2013 : Anwar al-Mamluk, 20 ans, du quartier a-Shuja’iyeh, Gaza-Ville, tué par des soldats près de la cloture militaire à Gaza
- 12 janvier 2013 : ‘Udai Darwish, 21 ans, de Dura, district d'Hebron, tué par des soldats après avoir traversé le mur d'apartheid pour aller travailler
- 15 janvier 2013 : Samir ‘Awad, 17 ans, du village de Budrus, district de Ramallah, tué par des soldats derrière le mur d'apartheid près de Budrus
- 18 janvier 2013 : Saleh al-‘Amarin, 15 ans, du camp de réfugiés al-‘Aza, district de Bethléem, tué par des soldats dans le camp de réfugiés al-A’yda
- 23 janvier 2013 : Lubna al-Hanash, 21 ans, de Bethléem, tué par des soldats près de la Route 60, à côté du camp de réfugiés al-‘Arrub.
__________

Des photos des funérailles de Muhammad Asfour et de l'attaque du cortège par les terroristes israéliens ici.
__________

Sources : Popular Struggle Coordination Committee, Palsolidarity

ISM


Dimanche 10 Mars 2013


Commentaires

1.Posté par Depositaire le 11/03/2013 12:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Quand on vous dit que ce soit disant "peuple élu" doit sa prétendue "élection divine", mais en fait une autre réelle, celle-ci, à celui qui porte le nom de Satan en hébreu ou de Shaytan en arabe, en un mot : le démon !

La preuve est manifeste dans ces faits que subissent les palestiniens au quotidien. Malgré toutes les prétentions et propagandes des sionistes, la vérité des faits est incontournables et un témoignage accablant ! Toutes leurs prières devant le mur des lamentations ou dans le synagogues ne sont qu'hypocrisie face à cela !

C'est Jésus que disait dans les évangiles : "Si tu vas au temple pour prier Dieu et que tu te souviens que tu as commis un tord à ton frère, va d'abord te réconcilier avec lui et ensuite viens faire ta prière !" Quant à la notion de "frère" , il a été assez explicite en disant que tous les êtres humains sont frères.

2.Posté par heidegger le 11/03/2013 17:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Repose en paix mon ami, viendras un jour où les sionistes paierons

Nouveau commentaire :

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires