Opinion

Un journaliste d'investigation meurt à Moscou dans des circonstances inexpliquées (Kommersant)


Dans la même rubrique:
< >

Mercredi 15 Novembre 2017 - 11:43 L'arbre qui ne cache plus la forêt

Mardi 24 Octobre 2017 - 11:16 Algérie, Maroc, seul l’essentiel nous incombe



RIA Novosti
Mardi 6 Mars 2007

Mardi le parquet de l'arrondissement moscovite Taganka a ouvert une enquête contre X pour incitation au suicide du commentateur militaire du quotidien Kommersant Ivan Safronov, mort vendredi dernier dans des circonstances jusqu'ici inexpliquées. Ces derniers temps le journaliste, un colonel en retraite âgé de 51 ans, préparait une publication "sensible" sur les livraisons d'armes russes dans les pays du Proche-Orient.

Selon le parquet, Ivan Safronov est tombé d'une fenêtre située au quatrième étage de l'immeuble qu'il habitait, son appartement se trouvant au deuxième. Les parents, les voisins et les collègues de travail du journaliste ont déclaré qu'ils ne voyaient pas les raisons pour lesquelles Safronov se serait suicidé.

La seule chose que sait la rédaction, c'est le thème sur lequel Safronov travaillait depuis quelque temps. Avant de se rendre aux Emirats Arabes Unis à l'occasion du Salon international de la Défense IDEX-2007 (ouvert le 17 février) Safronov avait dit qu'il allait vérifier des informations en sa possession concernant de nouvelles livraisons d'armes russes au Proche-Orient. D'après lui, il s'agissait de la vente d'un lot de chasseurs Su-30 à la Syrie et de missiles sol-air S-300B à l'Iran. Selon les informations en question, dans les deux cas les livraisons auraient dû être effectuées par la Biélorussie pour que l'Occident ne puisse pas accuser Moscou d'armer des pays bannis. Depuis Abou Dhabi, où les dirigeants des entreprises du complexe militaro-industriel s'étaient retrouvés, Ivan Safronov avait appelé la rédaction pour lui dire qu'il avait obtenu les confirmations qu'il cherchait.

A son retour en Russie Safronov avait raconté à ses collègues qu'il avait appris que la Russie et la Syrie avaient signé d'autres contrats, concernant la fourniture de systèmes antiaériens missiles/canons Pantsir-S1, de chasseurs MiG-29 et de missiles tactiques Iskander-2. Le même jour le reporter avait téléphoné à la rédaction pour l'avertir qu'il allait dicter un article sur la filière biélorusse de livraison d'armes à la Syrie et à l'Iran. Cependant, la rédaction n'a jamais reçu le texte en question.

Au début de l'année 2005, une publication selon laquelle la Russie envisageait la livraison d'Iskander à la Syrie (article co-rédigé par Safronov) avait provoqué un scandale retentissant.

Après avoir révélé à ses collègues ce qu'il savait au sujet des Iskander, Ivan Safronov avait dit qu'il entendait attendre avant d'écrire un article approprié parce qu'on l'avait prévenu que ses révélations pourraient susciter un scandale international d'envergure et qu'alors le FSB (Service fédéral de sécurité) ne manquerait pas d'ouvrir une enquête contre X pour divulgation de secrets d'Etat et qu'il "la mènerait jusqu'au bout". (Safronov avait déjà à plusieurs reprises été poursuivi en justice pour le même chef d'inculpation, mais il avait toujours été acquitté). Ivan Safronov n'avait pas indiqué qui l'avait mis en garde contre d'éventuels désagréments.

RIA Novosti décline toute responsabilité quant au contenu des articles tirés de la presse.


Mardi 6 Mars 2007

Actualité en ligne | International | Analyse et décryptage | Opinion | Politique | Economie | Histoire et repères | Sciences et croyances

Publicité

Brèves



Commentaires