Conflits et guerres actuelles

Un ancien chef de la CIA : 'Washington savait qu'il n'y avait pas d'armes'


Dans la même rubrique:
< >

Mercredi 7 Décembre 2016 - 15:38 OBAMA VEUT À TOUT PRIX LA GUERRE


Robert Baer a quitté la CIA fin 1997 après avoir passé plus de vingt ans au Proche-Orient. Cet arabisant a été notamment le responsable des services américains au Kurdistan irakien. Son livre « La chute de la CIA, les mémoires d’un guerrier de l’ombre sur les fronts de l’islamisme » a inspiré un film, « Syriana », qui sort le 22 février à Paris. Le rôle de Robert Baer est joué par l’acteur George Clooney. Ce long-métrage produit par la Warner évite toute complaisance vis-à-vis des Etats-Unis. Il dépeint au contraire une compagnie pétrolière américaine corrompue qui élimine Nasir, un jeune prince réformiste et progressiste, afin que son émirat du Golfe, riche en or noir, soit dirigé par un personnage falot, le prince Meshal, tout dévoué aux intérêts de Washington. De passage à Paris pour la promotion de « Syriana », Robert Baer nous a accordé une interview exclusive.


christian.mac1@free.fr
Vendredi 24 Février 2006

Dans vos deux ouvrages, « La chute de la CIA » et « Or noir et Maison Blanche » (*), vous tirez à boulets rouges sur votre ancien employeur, la CIA. Se porte-t-elle aussi mal que vous l’écrivez ?

La CIA n’existe plus, elle ne sert plus à rien, elle est aveugle. J’étais le responsable de la CIA en Irak du Nord. Je savais qu’il n’y avait pas d’armes de destruction massive, et Washington le savait aussi. Nous avions des satellites qui pouvaient repérer le moindre véhicule. Cela n’a pas empêché Bush et les néo-conservateurs d’attaquer ce pays. Personnellement, j’étais contre cette guerre.

Pourquoi dites-vous que la CIA est devenue aveugle ?

Sur 40 chefs de section envoyés en Irak après l’intervention américaine, deux seulement s’étaient rendus précédemment dans un pays au Moyen-Orient ! Que voulez-vous que fasse un officier traitant qui ne parle pas arabe ? Il est aveugle, il n’a aucun contact sérieux, il n’a pas d’indicateur.

Dans le film « Syriana », Bob Barnes, l’agent secret incarné par George Clooney, est lâché brutalement par la CIA à laquelle il a consacré toute sa vie.

Le président Reagan a promulgué un décret en 1981 interdisant à la CIA de perpétuer des assassinats. Alors que les Etats-Unis préparaient une guerre contre l’Irak, moi, responsable de la CIA dans ce pays, j’ai été soupçonné par la justice américaine d’avoir tenté d’assassiner Saddam Hussein ! Ma carrière a effectivement été compromise... Je me suis rendu compte que la CIA ne soutenait plus ses officiers sur le terrain.

Vous parlez longuement - et pas en bien - d’Ahmed Chalabi, le protégé des Américains en Irak

Ahmed Chalabi, le chef du Congrès National Irakien a été jugé et condamné en Jordanie pour avoir escroqué sa propre banque. Mais apparemment ce détail n’a jamais préoccupé les Etats-Unis. La première fois que je l’ai rencontré, en août 1994 à Washington, Ahmed Chalabi portait une cravate en soie à 150 dollars, des escarpins vernis cousus main. La première chose qui m’a frappé a été l’odeur de son eau de toilette. Comment la CIA pouvait-elle imaginer qu’un tel homme puisse mener à la victoire l’opposition irakienne ?

Dans votre livre « Or noir et Maison Blanche », vous affirmez qu’il suffirait d’écraser trois avions sur des points sensibles saoudiens pour mettre à genoux toutes les économies dépendantes du pétrole, à commencer par celle des Etats-Unis. Pourquoi ce scénario n’inspire-t-il pas Al-Qaida ?

La famille royale saoudienne a fait passer le message suivant aux terroristes islamistes : si vous voulez tuer des Américains, faites le en Irak, mais ne venez pas poser des bombes chez nous.

Mais Oussama Ben Laden considère que le régime saoudien est corrompu. Pourquoi le ménagerait-il ?

Il se livre actuellement dans le monde musulman une guerre secrète beaucoup plus violente que les autres. Les sunnites - qu’il s’agisse de Ben Laden comme des princes saoudiens - redoutent les visées expansionnistes des chiites, en particulier des Iraniens. Les chiites ne représentent que 10 à 15 % de la population totale de l’Arabie Saoudite, mais ils sont très nombreux à l’Est du pays, dans les régions pétrolières. Par ailleurs, les chiites sont majoritaires en Irak, au Koweït, et dans l’émirat de Bahreïn. La priorité d’Al-Qaida est d’abord de contenir les chiites, notamment en Irak.

Vous avez passé deux décennies au Moyen-Orient. Comment analysez-vous la situation ?

Dangereuse. Je suis pessimiste, très pessimiste. Les Américains affirment qu’ils souhaitent favoriser la démocratie dans cette région, mais ce n’est pas vrai. Si l’Arabie Saoudite organisait des élections, les islamistes en sortiraient grands vainqueurs. George Bush ne laissera jamais le premier producteur du monde de pétrole tomber aux mains de ses pires ennemis.

Pourquoi parlez-vous d’ennemis ?

Pour 90 % des Saoudiens, l’Occident et plus spécialement les Etats-Unis sont en guerre contre l’islam. Ils considèrent les Américains comme des ennemis. Bien entendu, je n’avais pas prévu les attentats du 11 septembre, mais pour avoir vécu dans cette région suffisamment longtemps, je redoutais une catastrophe imminente : je sentais que la haine pour les Etats-Unis était si profonde, si irréductible, si intense ! Depuis, la situation n’a pas cessé de se détériorer.

Certains extraits du film « Syriana » se déroulent en Suisse, en particulier à Genève, siège de l’Energy Trading Company, dont l’un des cadres conseille le prince d’un émirat du Golfe. Genève joue-t-elle véritablement un rôle ?

Tout à fait. Je suis souvent venu à Genève. Beaucoup d’Arabes vivent dans cette ville, s’y rendent fréquemment. Si vous souhaitez comprendre le Moyen-Orient asseyez-vous dans un salon ou un restaurant du Noga Hilton et écoutez les conversations. Je possède un appartement près du lac Léman, mais du côté français.

Propos recueillis par Ian Hamel

(*) « La chute de la CIA », Folio documents, 389 pages, « Or noir et Maison Blanche », JC Lattès, 326 pages paru 2003.

Ian Hamel
Journaliste, prépare une biographie de Tariq Ramadan chez Flammarion.


Samedi 25 Février 2006

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires