Philosophie politique

Un Président de la République qui vous parlerait de l'avenir de la France, de son esprit, de sa place et de sa vocation dans le monde



Manuel de Diéguez
Lundi 17 Septembre 2007


I

Françaises , Français,

1 - La raison française et la politique

Vous avez accompli une grande révolution politique: en quatre ans, c'est au nom de votre raison que vous avez anéanti le prestige moral, donc politique, du plus grand empire du monde, en quatre ans , c'est au nom de votre intelligence que vous avez fait mordre la poussière du désert à un conquérant qui avait usurpé le titre de chef divin et de guide inspiré de votre liberté, en quatre ans, c'est au nom de votre esprit de justice que vous avez éclairé le vrai visage d'un puissant agresseur et foulé aux pieds son masque et sa couronne. Comment se fait-il que vous ayez conquis une autorité politique planétaire, sinon parce que votre apprentissage politique a été guidé en secret par l'alliance que vous avez conclue entre votre raison devenue tout humaine et votre morale demeurée universelle ? Qu'y a-t-il donc de " divin " dans votre humanité ? N'est-ce pas cela que vous devez apprendre à connaître, puisqu'il vous faudra bien remplacer votre Dieu mort ? Mais comment le remplaceriez-vous si vous ne savez en quoi il a failli et si vous demeurez incapables de l'appeler à la barre de votre tribunal ?

Il a été long, rocailleux, dangereux, le chemin que vous avez parcouru en direction d'une souveraineté politique qui vous permet de citer Dieu à comparaître devant la justice des hommes! Mais maintenant, votre autorité s'est renforcée au point que vous avez assisté, impassibles, au spectacle d'une Europe des vassaux qui, l'Allemagne exceptée, était allée s'enrôler sous la bannière de l'agresseur. Vous savez que la cécité politique attachée à leur servitude n'a pas tardé à les contraindre à une retraite piteuse. Vous avez gardé votre sang-froid sous la pluie des sermons et des prières des esclaves qui montaient de tous côtés à vos oreilles . Vous vous êtes bouché le nez quand leurs faux autels du droit et de la justice ont fait monter dans l'atmosphère le parfum d'encens qui sanctifiait autrefois les victoires des païens, tellement votre raison n'a plus besoin de l'étai d'une idole pour faire parler la justice des hommes plus haut que celle de leur ciel. Vous êtes demeurés stoïques sous les quolibets et les crachats, parce que vous êtes devenus un peuple d'apôtres d'une France clouée sur la croix de son intelligence depuis plus de quatre siècles. Quatre ans plus tard, le monde entier salue votre lucidité et votre courage ; quatre ans plus tard, le monde entier condamne une liberté, une justice et une morale falsifiées à l'école d'une perversion mondiale de l'esprit de votre révolution de 1789. Mais si vous manquiez des armes de l'esprit qui seules vous permettront de juger la fausse sainteté du Dieu des démocraties tartuffiques , vous seriez des prêtres relaps et renégats de l'humanité .

Eh bien, j'ai la ferme intention de faire débarquer l'histoire mondiale de l'esprit dans la politique internationale ; j'ai la ferme intention de redonner son sens spirituel à la Révolution de 1789 ; j'ai la ferme intention de rappeler le contenu intellectuel de l'universalité des droits de l'homme ; j'ai la ferme intention de souligner la portée politique actuelle des fondements que la nation de la pensée moderne a donnés à l'idée universelle de justice. On me dit que la France cérébrale serait devenue arrogante ; on me dit que le thème de l'universalité de la vérité est devenu un slogan dont le creux blesse les oreilles d'une raison mondiale fatiguée. Je réponds que la vérité a fière allure, je réponds que la vérité fait sonner son pas sans se gêner , je réponds que l'intrépidité de la France est celle du Discours de la méthode d'un certain René Descartes , je réponds qu'une civilisation qui renonce aux loyautés de l'esprit de logique et à l'impertinence des raisonnements rigoureux ne sera jamais la vraie voix de la France ; je réponds que la théologie des dieux morts n'est pas seulement l'armure de la vénération et de la peur, mais aussi de la discipline, du sacrifice et de l'éthique de leur temps et qu'il vous appartient d'enseigner le dieu nouveau qui regardera de haut le dieu mort

2 - L'apostolat de la raison politique

Depuis deux siècles, vous êtes les prospecteurs de la nouvelle raison politique du monde. Je salue en vous les veilleurs attentifs à dénoncer les malfaçons dont l'esprit de justice peut devenir la victime, je salue en vous les sentinelles et les gardiens d'une civilisation que les contrefaçons dont le droit peut devenir l'otage ne sauraient tromper. Ce n'est pas seulement à l'intérieur des frontières de la nation que vous êtes devenus les vigies de l'apostolat politique d'une raison qui mériterait son nom ; c'est désormais à l'échelle de la terre entière que la justice et le droit sont devenus les serviteurs naturels d'une raison qui osera faire entendre la voix de l'esprit. Qui m'a autorisé à vous demander si vous jugeriez décent que le Président de la République renonce à entendre de votre bouche et à lire dans vos yeux le message intellectuel et moral de la France, sinon votre vrai sang ? Je connais votre réponse : pour la première fois depuis 1945, la balance appelée à peser la guerre est celle de la justice. De cette justice, l'Irak est devenue la salle d'audience . Saurez-vous faire de la France le tribunal qui jugera cette guerre ?

Votre verdict résonne non seulement aux oreilles du Président de la République, mais au plus profond de son cœur. Le peuple français est responsable de l'avenir de l'intelligence de la France . C'est désormais à l'écoute de sa voix que je suis devenu le délégué et le représentant de sa mission, non seulement de celle d'expliciter la portée politique des idéaux de la Révolution de 1789 dans le monde d'aujourd'hui , mais de celle d'en approfondir la signification à l'école des conquêtes nouvelles dans la connaissance des secrets du genre humain que nous devons à la double postérité de Darwin et de Freud . Un demi siècle après Malraux, il appartiendra au Ministère de la Culture de donner un souffle nouveau à l'universalité de l'éthique de la France, donc de féconder le combat de l'auteur de La Condition humaine pour l'avènement du "Connais-toi" de demain. L'Europe en est restée aux maigres conquêtes de l'humanisme de la Renaissance, qui se croyait devenue rationnelle de seulement réfuter les superstitions les plus évidentes et les plus puériles. Mais la France de l'intelligence est celle dont les hérésies fécondent de siècle en siècle l'encéphale du genre humain ; la France sait que les religions ne sont pas des cultures, mais des cosmologies mythiques et qu'elles appellent la pensée moderne à les décrypter au titre des documents anthropologiques essentiels, parce que, depuis trois mille ans, la connaissance en profondeur du genre humain progresse par le scannage de ses réflecteurs sacrés.

3 - L'avenir de la raison française

C'est dans cet esprit que je dois maintenant vous entretenir de la position et du rang de la France dans les affaires du monde . Notre pays est demeuré le seul qui ait reconquis sa souveraineté pleine et entière sur la scène internationale à la suite de la victoire américaine de 1945, à laquelle nous devons la victoire de la civilisation sur Hitler, mais au double prix de l'implantation militaire à titre perpétuel de l'empire d'outre Atlantique en Europe et de l'expansion systématique, tant économique que guerrière de cet Etat à la planète tout entière. C'est pourquoi, il nous a fallu chasser de notre territoire les bases militaires nombreuses et puissantes que notre " ami " d'outre Atlantique y avait installées à demeure. L'issue de la seconde guerre mondiale a donc été ambiguë. Elle vous a apporté à la fois le retour à la démocratie et une forme nouvelle de la vassalité, qui ne se comprend qu'à l'école de la connaissance anthropologique des ressorts de la servitude parareligieuse. Certes, tout Etat exploite les victoires de ses armes jusqu'à ce qu'il rencontre une contreforce qui le fasse reculer ; mais c'est le Dieu de l'Amérique que vous devrez apprendre à décrypter si vous voulez que la France dispose de la politologie scientifique qu'appelle le XXIe siècle. C'est pourquoi je dois vous initier aux secrets théopolitiques de l'humanité.

Pour le comprendre, demandez-vous d'abord pourquoi les retrouvailles de la France avec son territoire ne remontent qu'à 1966 . Parce qu' après huit ans de vaines négociations avec l'occupant, il n'était plus possible au Général de Gaulle de cacher à vos regards la perte définitive de sa souveraineté qu'entraîne nécessairement l'occupation prolongée d'une nation par des troupes étrangères. De plus, votre patriotisme craignait à juste titre que l'Union Soviétique s'étendît aux côtés de l'empire américain par la puissance conjuguée, donc redoutable de ses armes et de ses croyances messianiques. Depuis 1945, la Pologne, la Hongrie, la Tchécoslovaquie, la Bulgarie, la Roumanie en avaient fait successivement les frais.

Devant de si grandes menaces guerrières , votre désillusion et votre étonnement étaient grands de ce que le parti messianique français subordonnât le souci des intérêts politiques de notre pays aux avantages à la fois eschatologique et matériels d'une classe ouvrière proclamée rédemptrice et qui portait les armes du salut du monde. Souvenez-vous de ce que, sous l'occupation, ce parti n'avait accepté de légitimer le principe gaulliste de la résistance armée à l'occupant allemand qu'à la suite de la rupture du pacte sacré conclu en 1939 entre les mythes hitlérien et stalinien de la délivrance.

Dans ce contexte, la vassalisation américaine d'un Vieux Monde épuisé était si bien légitimée aux yeux de toute la classe dirigeante de la quatrième République, qui semblait n'en apercevoir ni la continuité, ni la ténacité, qu'elle paraissait entrée dans les usages et les mœurs de notre diplomatie. Mais à partir de 1966, et contrairement à nos espérances, aucun autre pays de l'Europe n'a consenti à ouvrir les yeux sur le train quotidien de sa servitude et à suivre l'exemple expéditif et résolu que nous avions donné de la reconquête en un tournemain de la souveraineté de la France. Fallait-il en attribuer la cause à la paralysie politique du Vieux Monde face à l'expansion continue de l'évangélisme prolétarien de la Russie ? Beaucoup de nos diplomates étaient convaincus de ce que cette mythologie se propagerait irrésistiblement ; mais vingt trois ans plus tard, il a fallu nous rendre à une tout autre évidence : ni la chute du mur de Berlin, ni l'effondrement du régime soviétique n'ont suffi à redonner au Vieux Continent le goût de reconquérir son indépendance. Quelles sont les causes profondes de la vassalisation humaine ? Le sacré détiendrait-il les secrets de la servitude ?

4 - Le marxisme et la vassalisation religieuse des esprits

Il était bien évident que le naufrage du marxisme ne constituait pas seulement le plus gigantesque événement politique que le monde eût connu depuis la défaite de Hitler : il symbolisait de surcroît l'espérance d'une mutation cérébrale de l'humanité. Car la croyance en l'avènement d'un royaume béatifique sur cette terre, assortie d'une prospérité éternelle et universelle remontait à deux millénaires seulement, mais semblait s'être rapidement implantée dans les gènes de notre espèce . Sans doute la chute de l'empire romain en avait-elle accéléré la propagation. Mais dès le sixième siècle, elle avait été mise à la rude épreuve du corporatisme, de la luxure et de l'enrichissement éhonté d'un clergé mondial de la liberté chrétienne , de la justice chrétienne et du droit chrétien, de sorte que Mahomet avait fondé un monothéisme délivré de la tyrannie des moines et des sacerdoces officiels, mais qui faisait de chaque croyant une manière de prêtre libéré des autels sanglants du sacrifice.

Or, la dialectique marxiste avait naïvement repris le flambeau du salut chrétien par les pauvres ; et il s'était candidement imaginé à son tour que le règne des innocents aux mains pleines se passerait du fléau bien connu de la prise irrésistible du pouvoir par un clergé appelé à se rendre omnipotent par le règne exclusif et absolu qu'il en viendrait fatalement à exercer sur le cerveau des masses ignorantes . Une classe dirigeante en possession de la science du ciel devient nécessairement despotique. La croisade du clergé marxiste a duré près de soixante-dix ans. Après cet ultime exploit des retrouvailles internationales de notre espèce avec l'évangélisme du premier siècle de notre ère, notre cerveau allait-il guérir définitivement de son oscillation entre le zoo et la jungle ou fallait-il s'attendre à une prochaine résurrection des songes d'un salut et d'une délivrance?

5 - Les secrets religieux de la vassalisation des peuples

Voyez combien les secrets de l'histoire du cerveau du monde vous demeureront impénétrables si vous ne conquérez un regard sur les trois dieux uniques actuellement en exercice , tellement la politologie de la France repose encore sur un humanisme infirme, faute d'avoir appris les secrets du seul animal au cerveau scindé entre le réel et le rêve et qui ne parvient à survivre qu'à se mentir à lui-même ! Ne vous faudra-t-il pas enfanter des anthropologues capables de suivre pas à pas l'évolution de la dichotomie originelle du cerveau de l'humanité ?

Pour l'heure, une politologie occidentale aussi désemparée que celle du Moyen-Age entraînera nécessairement l'Europe dans une guerre de la "Raison" dont les prémisses la rendraient moins flottante que celle qui, depuis deux mille ans, fait passer le genre humain des platitudes de la terre aux délires théologiques ; car tous les Etats modernes se verront contraints de se poser la question de la nature des relations que l'esprit religieux entretient avec la politique, donc des croyances avec l'utopie . Mais voyez combien l'expérience de l'histoire se place au fondement des révolutions des sciences humaines : si, dix-sept ans après la chute du mur de Berlin, l'Europe n'était pas demeurée soumise à l'idole de la démocratie mondiale dont le trône en or massif se trouve en Amérique, l'attention de notre diplomatie n'aurait pas été attirée par l'énigme anthropologique de la vassalisation volontaire des civilisations , alors que nous en connaissons les rudiments depuis le Discours sur la servitude volontaire que La Boétie a rédigé à l'âge de dix-huit ans et dont l'Europe politique commémorera peut-être le demi millénaire de sa parution en 2076, mais sûrement pas les quatre cent soixante ans de sa rédaction en 2008.

Il était donc logique, pour une France tributaire de la raison hémiplégique d'aujourd'hui, de s'imaginer que, sitôt libérées des rêves parareligieux du marxisme, les nations européennes prendraient inévitablement la décision de bon sens que le Général de Gaulle avait prise dès 1966 . Mais voyez la modernité de votre révolution cérébrale de 1789 : l'anthropologie française n'aurait-elle pas dû apprendre, depuis lors, que toute divinité se définit comme un personnage historique dichotomisé de naissance par l'histoire, et cela sur le modèle de sa créature, et qu'à ce titre, elle ne reconnaît que des sujets égalisés, donc prosternés devant sa face mi-terrestre, mi-surréelle, de sorte que toute théologie soumet nécessairement notre raison simiohumaine actuelle à l'autorité d'un démiurge schizoïde ? C'est ainsi que l'enfermement du prolétariat mondial dans le carcan d'un marxisme messianique et sotériologique, donc bipolaire par nature, se perpétue maintenant au profit d'un Dieu-geôlier non moins bipolaire, celui d'un occupant de l'Europe tenu pour rédempteur et qui, depuis 1945, a élevé le ciel secrètement carcéral des démocraties au rang du nouvel empire de la vérité sur la terre, du nouveau royaume de l'utopie, de la nouvelle espérance onirique d'une humanité de croisés. C'est pourquoi les peuples européens n'ont salué la chute du rêve marxiste que pour se ranger aussitôt sous le sceptre du dieu nouveau, celui d'une liberté armée jusqu'aux dents et devant laquelle le Vieux Monde s'agenouille depuis soixante ans.

6 - L'avenir de la pensée politique

C'est pourquoi la France se trouve depuis quarante ans dans une position diplomatique angoissante face à une Europe asservie . Car la " sainteté démocratique " américaine n'a été ébranlée que par le désastre militaire que le ciel de cet empire a subi, donc sans qu'une réflexion anthropologique de fond ait pu s'engager sur l'inconscient religieux des empires modernes. C'est ainsi que, d'un côté, notre souveraineté retrouvée nous fournit, certes, les armes diplomatiques et les moyens d'action traditionnellement utilisables à la suite d'une guerre perdue par l'adversaire. Mais cet exploit classique du Quai d'Orsay n'a pu commencer de se trouver interprété avec justesse, en raison, j'y reviens, de la superficialité anthropologique, donc de la cécité qui sous-tend la problématique entière de la politologie moderne . Quand l'Amérique entend installer un bouclier anti-missile en Pologne et en République Tchèque, elle va de l'avant les mains jointes pour la prière ; et elle s'incline en grand Pontife de la démocratie mondiale devant l'autel de la Liberté du monde qu'elle a dressé dans l'arène de l'histoire. Rares sont les Européens qui s'étonnent de ce que l'évangélisme d'un Etat recueille les applaudissements unanimes de la piété démocratique. C'est que votre science de l'histoire n'a pas encore décodé les ultimes ressorts politiques du Tartuffe de Molière, qui sont psychobiologiques et liés à la structure cérébrale de l'humanité.

Voyez comme l'Allemagne occupée a dû se contenter de refuser de servir sous la bannière de l'agresseur américain, faute de disposer des moyens non seulement juridiques, mais psychanalytiques de délégitimer une guerre d'agression viscéralement religieuse. De notre côté, nous avons du moins pu menacer le Titan mondial du pétrole d'invalider son offensive militaire aux yeux du droit international. Pour cela, il nous suffisait de menacer Tartuffe d'obtenir un vote hostile de l'assemblée des nations unies . Mais l'humanisme superficiel de notre Quai d'Orsay ne dispose pas encore des moyens scientifiques d'obtenir la condamnation de l'agresseur sur des fondements rationnels, faute que nous connaissions les secrets anthropologiques des masques sacrés du simianthrope. Certes, le conquérant s'est cru contraint de se ruer seul et au mépris des lois de la guerre à l'assaut d'un pays qui ne le menaçait en rien ; mais il a pu prendre appui sur le prétexte à géométrie variable que l'Irak se trouvait dirigé, comme beaucoup d'autres, par un tyran riche en or noir. Quant à l'Allemagne, elle s'est vue réduite à proposer la dérobade de concentrer la " lutte antiterroriste " contre l'Afghanistan seulement.

L'exploit solitaire, minimal, lui aussi, de la France a donc présenté l'avantage spectaculaire, mais momentané de souligner l'étendue de l'auto-vassalisation candidement affichée ou rampante de l'Europe entière, mais non de soulever le couvercle de l'ignorance digne d'un nouveau Moyen-Age dont souffre une science politique ignorant tout de la postérité anthropologique de Darwin et de Freud. Certes, le spectacle de la docilité militaire et politique des huit Etats du Vieux Monde qui se sont rangés sous la bannière d'un prédateur dévot a grandement servi le prestige diplomatique de notre pays aux yeux du monde arabe tout entier, parce que la mémoire de la planète a commencé de couvrir de honte les Etats hyper domestiqués du Continent de Copernic. Mais, encore une fois, une politologie paralysée par son ignorance des ressorts pieux de la servitude ne dispose pas de l'anthropologie critique qu'attend le XXIe siècle et cherche en vain les vraies armes qui seules légitimeront la souveraineté des Etats de demain .

7 - L'anthropologie scientifique française et la politique

C'est pourquoi les victoires de votre dignité dans le concert des nations ne se changeront pas rapidement en victoire politiques. Mais la France est prête à payer le prix de son courage cérébral et de sa fidélité à la féconde postérité anthropologique des principes de 1789 . Combien de temps devrons-nous attendre le réveil intellectuel de l'Europe asservie ? Combien de temps combattrons-nous seuls pour les retrouvailles avec sa souveraineté politique d'une civilisation autrefois rendue glorieuse par les victoires de la pensée critique née de Platon? Nous ne sommes plus suffisamment nombreux, riches et puissants pour rallier le monde entier et immédiatement à la cause de la fécondation philosophique de la démocratie et de la justice de demain. De plus, nous avons besoin de la collaboration étroite de tous les peuples du Vieux Continent, qui nous aiderons à reconquérir, aux côtés d'une Allemagne industrieuse et prospère, l'avance technique et scientifique sur le reste du monde dont jouissait notre continent avant 1939. Certes, la création d'une monnaie européenne unifiée, stable et rivale du dollar, la reconquête progressive par Airbus de la maîtrise du ciel , l'essor d'une industrie du lancement des satellites, la vente au monde entier de trains circulant à grande vitesse, la production nucléaire de l'électricité sont devenus des atouts indispensables à la renaissance politique de l'Europe. Mais la condition même de la survie d'une civilisation cérébralement branlante est dans l'éthique de la politique que le XXIe siècle attend de l'anthropologie scientifique française.

Si notre nation souillait sa mémoire de la tache ineffaçable de se montrer complice de l'humiliation volontaire de l'Europe politique, jamais nous ne retrouverions notre vrai visage. Je compte sur le peuple français pour rappeler au monde que seuls les naufrages de la dignité humaine sont mortels et que les civilisations ne périssent jamais que de l'effondrement de leur fierté. J'ai confiance en la droiture de vos âmes, parce que vous êtes le seul peuple de la terre depuis les Grecs que l'histoire a mis debout à l'école de sa raison . Je demeurerai fidèle à la probité intellectuelle et morale de la France . Je défendrai la souveraineté de la nation, même si l'Europe entière devait demeurer l'esclave de l'étranger pendant un siècle entier , parce que ce ne sont pas seulement les grandes pensées qui viennent du cœur , mais également les grands destins.


II

Françaises , Français,

8 - Le vin nouveau de la politique

Où sont les cerveaux français capables de radiographier les documents anthropologiques fondamentaux qu'on appelle des théologies ? Où sont les diplomates français initiés à la connaissance rationnelle des ressorts religieux de la politique mondiale ? Où sont les hommes politiques français informés des ressorts psychobiologiques d'un empire en croisade ? Où sont les philosophes français capables de radiographier une nation d'apôtres du ciel des démocraties ?

Mais si vous vous pénétrez des commandements de la lucidité politique d'aujourd'hui, voyez comme votre vocation de prêtres et de missionnaires de la raison de demain en sera régénérée . De quelle paralysie de l'intelligence la planète souffre-t-elle depuis un demi millénaire? Ne se présente-t-il pas aussi déchirée entre le ciel et la terre qu'au Moyen-Age ? Le fanatisme religieux n'occupe-t-il pas derechef son camp retranché et les sciences le leur. Mais comme le paysage des croyances et du savoir a changé en deux siècles ! D'un côté, les orthodoxies se sont fragilisées tantôt à se vaporiser, tantôt à se durcir, de l'autre, une raison muette s'est épuisée à sarcler ses arpents, d'un côté les théologies agonisent dans le dessèchement ou la dilution de leurs dogmes, de l'autre, la raison se fatigue et se stérilise dans le silence des équations, d'un côté , la foi se demande comment peindre en pied un démiurge amaigri, de l'autre, les sciences dites humaines ne se demandent pas encore de quelle humanité le poète est le témoin et le chantre dans une littérature mondiale qui compte pourtant parmi ses fleurons un saint Augustin, un Bossuet , un saint François de Sales, un Bernanos, un saint Jean de la Croix, un Claudel ; d'un côté , votre raison de 1789 s'est élevée jusqu'à se demander comment un personnage réduit à un zéphyr se serait logé dans le cosmos d'où il dicterait au genre humain une morale et une justice tellement imparfaites que vous les purifiez de siècle en siècle, de l'autre, les philosophes ne savent comment capturer la raison d'un simianthrope incapable de rendre compte de son outillage cérébral dédoublé, puisqu'il ne dispose d'aucun instrument pour connaître et comprendre une espèce scindée entre la terre et le songe; d'un côté , les peseurs d'un ciel ritualisé par ses adorateurs n'osent se demander ce qu'il adviendrait de leur grandeur s'ils apprenaient les apanages de leur propre solitude à l'école de leur divinité, de l'autre, une raison aux comportements infirmes n'ose s'élever à la connaissance des visionnaires de l'intelligence qu'on appelle des prophètes.

C'est pourquoi personne, dans mon entourage, n'a compris que l'Amérique est un empire religieux , personne, dans mon entourage, ne dispose d'une science des cerveaux fondée sur une anthropologie critique digne de la postérité de Darwin et de Freud, personne, dans mon entourage, n'ouvre les yeux sur l'inconscient commun à la politique et au sacré . Comment conduirais-je au combat les légions de la France pensante de demain, comment soutiendrais-je la vocation des épéistes de l'intelligence française si vous ne m'aidiez à armer le pays de Descartes du cerveau d'avant-garde qui seul redonnera à l'Europe l'avance intellectuelle qu'elle avait prise sur le reste du monde ? Je vous demande de m'aider à inscrire les combats de la raison universelle au premier rang des droits de l'homme moderne. Je vous demande de m'aider à protéger la France des méfaits d'une raison rachitique .

9 - La crainte de se colleter avec l'histoire

Que vous enseigne aujourd'hui votre raison ? Que le Vieux Monde restera un nain politique aussi longtemps qu'il voudra demeurer docilement occupé par des garnisons étrangères . Le danger est donc immense qu'il s'accoutume sans cesse davantage à sa vassalité et que, de décennie en décennie, il l'intériorise au point de juger sa servitude fort naturelle. Savez-vous que l'Allemagne ne s'étonne en rien de demeurer occupée par quatre-vingt dix-huit gigantesques places fortes américaines, parce qu'elle ne ressent même plus le poids de sa dépendance, savez-vous que l'Espagne et l'Italie sont devenues de titanesques plate-formes de l'empire américain, savez-vous que le port de Naples fait partie intégrante du territoire américain , savez-vous qu'un parti d'opposition ayant tenté d'informer le peuple bulgare de l'existence de bases américaines sur son sol, celui-ci n'en croit pas un mot et en attribue la rumeur à des ennemis de la nation ? Notre continent continuera-t-il d'oublier qu'il ne se berce plus que d'une ombre de souveraineté et que ses velléités de retrouver un jour sa place sur la scène internationale se heurtent à la tragique cécité politique de ses dirigeants face aux périls pourtant vivifiants qui attendent les nations courageuses ?

Sachez également que le Vieux Monde aura beau multiplier ses échanges commerciaux avec la Russie, la Chine, l'Inde et l'Amérique du Sud : s'il interprétait l'heureuse croissance des géants du monde de demain comme une menace mortelle pour lui-même; si sa timidité devait lui interdire de saluer par des vivats l'ascension de l'Asie et de l'Amérique du Sud et donc l'accession prochaine de ces continents au rang de partenaires d'un monde multipolaire; s'il persévérait à se placer sous la protection militaire d'une puissance étrangère alors qu'aucun ennemi ne le menace, il aurait oublié que la servitude est un cancer qui vous dévore de l'intérieur. On n'affronte le monde à armes égales que l'échine redressée.

10 - Le peuple de la raison

Non, la guerre de la raison n'a pas changé de nature, mais ses adversaires ont changé de chasubles ; oui, la guerre de la politique et celle des cerveaux se déroulent parallèlement et se prêtent mutuellement main forte , oui, les guerres de l'esprit demeurent la clé de l'histoire. Voyez dans mes paroles un appel et une confession : j'ai d'autant plus besoin de la voix du peuple de la raison que les Sirènes de la servitude me susurrent que la France retirerait de grands avantages diplomatiques à se ranger à son tour parmi les vassaux placés depuis soixante ans sous le commandement d'un général américain dont le sceptre règne sur les armées de l'Europe domestiquée par l'OTAN - je crois que nous en sommes au numéro quatorze. Ayez confiance en moi, je demeurerai d'une dureté d'oreille exemplaire.

Du reste, la France du Général de Gaulle est bien gardée par l'un de mes grands conseillers. M. Hubert Védrine, ancien Ministre des affaires étrangères de gauche, qui m'écrit que cette soumission " donnerait à la France une influence comparable à celle des autres alliés, c'est-à-dire quasi nulle ". Je partage son avis : je ne vois pas comment notre capitulation serait plus glorieuse que la leur et nous serait payée plus cher. M. Hubert Védrine sait que l'OTAN est un club de vassaux. Il écrit qu'une OTAN nouvelle serait " une organisation qui accepterait en son sein le débat entre alliés (et non entre vassaux) sur les options stratégiques et tactiques, par exemple sur l'avenir de la dissuasion ou sur la combinaison défense/dissuasion " .

Mais je dois informer la nation de la situation dramatique dans laquelle elle se trouve placée en raison de l'auto vassalisation de l'Europe ; car, depuis 1966, l'OTAN n'a cessé de renforcer sa puissance en raison même de notre évasion de cette geôle , de sorte que mon prédécesseur a vainement tenté de feindre d'y retourner afin d'en modifier le fonctionnement, et d'abord en redonnant à l'Italie la propriété du port de Naples. Nous pensions alors que la soumission permanente de l'Europe résultait seulement de ce que les décisions de l'OTAN sont imposées à l'unanimité par Washington , de sorte que si nous introduisions le loup français dans la bergerie, nous paralyserions complètement tout le système. Mais M. Védrine a fort bien compris que Washington changerait alors les règles du jeu en un tournemain. En abolissant la règle de l'unanimité , il isolerait définitivement notre pays tout en se donnant des allures de chattemite démocrate . C'est pourquoi M. Védrine demande rien moins que la modification préalable du statut des membres de l'OTAN . Naturellement, il n'ignore pas que cette procédure est condamnée d'avance à l'échec : on n'a jamais vu un maître élever ses valets à son propre rang. Du reste , M. Guiliani, candidat possible à la succession de G. W. Bush, propose maintenant tranquillement d'étendre le réseau de l'OTAN au monde entier et de se passer définitivement de l'autorité de l'ONU, dont la France a démontré, en 2003, qu'elle n'est plus entièrement contrôlée par Washington .

Que pouvons-nous donc entreprendre ? Si nous restons désincarcérés, mais les bras croisés, nous serons aussi impuissants que si nous rentrions inutilement dans la cage. Allons-nous, pour autant, assister au déroulement des événements sans seulement lever le petit doigt ? Mais les Etats-Unis peuvent d'ores et déjà compter sur des super vassaux qui accepteront l'installation des armes de leur maître sur leur territoire en dehors de l'OTAN , comme le démontrent les exemples de la Pologne et de la République Tchèque. Du coup, les autres membres de l'OTAN supplient ces Etats d'accepter du moins de placer leur vassalité sous le bouclier de l'OTAN , de sorte que Washington peut se frotter les mains dans les deux cas, puisqu'il est assuré de gagner toujours et sur les deux tableaux.

C'est pourquoi la principale difficulté que je rencontre est d'ordre philosophique , culturel et éthique . Pour la première fois depuis la Renaissance, seule une révolution de notre connaissance en profondeur du genre humain peut nous libérer. Or, vous savez que la raison française s'est endormie depuis un siècle et que le pays de Descartes est retombé dans le " sommeil dogmatique " que Descartes dénonçait un siècle et demi avant Kant.

11 - Les Richard cœur de lion de la démocratie

Le combat de la raison que vous avez à mener a changé non point de nature, mais de portée, non point d'objet, mais de masque, non point de logique, mais de revêtement ; c'est dire que l'autel du sacrifice de vos ancêtres à leur souverain céleste est demeuré celui des enfants de chœur de l'histoire et de la politique et que les maîtres nouveaux qui tentent de s'emparer de vos cœurs n'ont changé que de sceptre, d'ostensoir et de brûle-parfums . Quels sont les sortilèges à l'aide desquels ils tentent d'enfumer votre raison ? Ceux des prêtres d'une démocratie dont vous devez apprendre à reconnaître les fausses offrandes au dieu Liberté. Les officiants à l'affût de votre nouvelle innocence et qui pensent que vous serez une proie facile à capturer vous disent que l'histoire est devenue une immense bergerie, que les empires du glaive et du sang ont disparu de la surface de la terre, que vous devez maintenant faire allégeance aux liturgies des choristes de la justice. Mais les catéchètes du nouveau royaume de Dieu vous tendent les pièges d'un paradis de l'argent-roi.

N'écoutez pas les vassaux qui ont troqué le ciel de leurs ancêtres pour celui d'un empire pseudo démocratique. Il vous appartient d'enseigner à tous les peuples de la terre un tout autre Décalogue que celui de vos pères. Voici les dix commandements nouveaux dont vous avez semé la graine en 1789 et dont le catéchisme est celui de votre raison de demain. Primo, le monde est le théâtre de l'inégalité des nations, secundo, le monde est l'arène où les puissants dominent les faibles, tertio, le monde est le cirque où la force emprunte le masque du droit et de la justice, quarto, le monde est la scène où les maîtres portent une perruque nouvelle de Tartuffe, quinto, le monde est le jardin d'enfants où les vaincus ont revêtu la livrée des vassaux de la démocratie mondiale, sexto, le monde est le faux jardin d'innocence où les courtisans de la Liberté assiègent le trône d'un usurpateur, septimo, le monde est un Eden de la servitude où les glaives se cachent sous les crosses et les ciboires de l'Eglise des " droits de l'homme ", octavo, le monde est le royaume où les anges portent leurs ailes en bandoulière, nono, le monde est l'empire où les grands Etats jouent les séraphins, decimo, le monde est devenu l'empire d'une grâce verbifique dont il vous appartient de combattre les totems. Ne croyez pas que le ciel des conquérants ait changé de nature : simplement, le Richard cœur de lion du sonore qui vous appelle à combattre le diable sur toute la terre est un empire dont le glaive se prétend celui de la Liberté.

Votre idole partageait votre sort: comme vous-même, elle n'avait personne à cacher dans son dos. Si vous aviez peur de votre responsabilité de laboureurs d'un ciel vide, comment vous rendriez-vous dignes de la véritable histoire de la nation qui a fait de vous les phalanges de l'intelligence de demain, comment deviendriez-vous les éternels apprentis de votre propre courage et les pédagogues du courage de la France?


III

Françaises , Français,

12 - Qu'est-ce que la souveraineté du peuple ?

L'heure a sonné de vous poser une question fort simple : jugez-vous naturel que le Président de la République ne vous entretienne jamais de la place que la France occupe dans le monde et du rôle qu'elle est appelée à y jouer, jugez-vous démocratique qu'à une époque où la politique internationale débarque comme un torrent dans notre vie quotidienne, le Président de la République ne vous informe en rien des difficultés que nous rencontrons sur la scène du monde et des succès que nous y remportons, jugez-vous légitime que le Président de la République n'ait pas à rendre compte au corps électoral des initiatives parfois risquées, mais toujours mûrement réfléchies qu'il prend en votre nom sur les cinq continents, jugez-vous inscrit dans les droits de l'homme et du citoyen que le Président de la République n'ait pas à faire connaître au peuple français les décisions qui vous engagent à l'échelle de la planète ? Ou bien estimez-vous, tout au contraire, que l'autorité du suffrage universel serait bafouée si le Président de la République faisait valoir, ne serait-ce qu'implicitement, une inaptitude prétendument native de ses électeurs à s'initier aux secrets de l'action diplomatique de la France et à prendre les responsabilités liées au statut de citoyens du monde que vous avez conquis dès 1789?

Il se trouve que, depuis le renversement de la monarchie de droit divin, vous n'avez cessé de revendiquer les droits politiques légitimement attachés à votre entendement naturel au sein des Etats démocratiques, il se trouve que votre influence directe sur la conduite de la planète a progressé de génération en génération jusqu'à illustrer tout récemment votre capacité de peser d'un poids décisif sur les relations que vous êtes appelés à entretenir avec la terre entière par la voix des acteurs auxquels vous confiez l'exercice de votre souveraineté pleine et entière et qui s'appellent des Etats .

13 - La mondialisation de la citoyenneté

En vérité, c'est à l'école de l'Histoire et sous la meule de l'expérience que vous avez progressé sur le chemin de l'apprentissage des compétences connaturelles à la mondialisation de votre citoyenneté. Deux siècles après 1789, les victoires diplomatiques de la France sur la scène internationale répondent enfin à vos verdicts . Vous avez condamné l'agression militaire de l'Amérique en Irak bien avant que le sort des armes vous donnât raison et votre décision de 2003 a dicté un tournant décisif à l'histoire du globe . Mais souvenez-vous de ce que le désaveu dont vous avez frappé l'agresseur trouve son ultime fondement dans la décision philosophique que vous avez prise il y a vingt-deux décennies selon laquelle l'univers cessera d'appartenir à une divinité et de lui obéir. C'est au nom de la logique humaine et d'elle seule que vous exercez vos responsabilités politiques d'aujourd'hui. C'est également en toute logique d'ici bas, donc exclusivement pour vous être mis aux ordres de votre tête que vous avez le devoir de servir corps et âme la mission proprement spirituelle de la France. Qu'en est-il de l'humanité pensante qui vous introduit parmi les souverains du sacré ? Comment élèverez-vous le ciel des hommes à la hauteur du ciel qui vous habite ? Comment réfuterez-vous l'autorité des rois qui prétendaient se fonder sur celle d'une idole ? Comment deviendrez-vous les apprentis de la lucidité politique qui serait celle d'un vrai Dieu ? Le Président de la République n'est plus que votre plénipotentiaire. Vous avez délimité ses pouvoirs ; comment les contrôlerez-vous jour après jour ?

J'ai le devoir de vous rappeler les tâches et les pouvoirs inhérents à la souveraineté nouvelle dont vous êtes investis ; plus que jamais , il m'appartient de vous redire que la citoyenneté française est fondée sur la dépossession de l'autorité du ciel et qu'un Etat démocratique qui n'assume pas les fondements intellectuels de ses responsabilités perd sa cohérence politique et son unité psychique. Mais si c'est votre tête qui a changé la face de la terre en Irak, si c'est votre cerveau qui a inversé le cours du destin , si c'est votre conque cérébrale qui a montré son chemin à l'histoire, vous devez continuer de répondre de tout votre cœur et de toute votre intelligence aux promesses de votre baptême dans l'église de votre nouveau courage spirituel. Une graine qui ne produit ni fleurs, ni fruits n'est qu'un minuscule cercueil de la France. Faites de votre boîte osseuse le berceau de la pensée du monde et le Bethléem de la nativité de l'intelligence.

14 - La maturation de votre souveraineté

En 1789, vous avez enseigné d'avance aux descendants de Darwin que notre espèce n'a ni maître, ni protecteur et qu'elle est seule responsable de son histoire; en 1789 vous enseigniez déjà aux peuples encore asservis à leurs autels leur devoir d'élever leurs dieux jusqu'à la hauteur d'esprit de leurs créatures. Aujourd'hui, écoutez même un Ben Laden quand il vous fait remarquer que les hommes accordent tous les droits et tous les pouvoirs aux puissants, tandis que les décisions d'Allah protègent les faibles contre les prédateurs qui changent bientôt le règne de leur richesse en une jungle dont le capitalisme moderne illustre l'injustice et la cruauté . Aujourd'hui, apprenez à l'école de la raison que vous avez dictée à Allah les responsabilités nouvelles qui s'attacheront à la maturation de votre souveraineté .

En 1789, vous étiez déjà le vrai corps de la nation. Mais vous avez eu la chance de trouver dans une bourgeoisie alors largement convertie aux enseignements de la raison du XVIIIe siècle des pédagogues avertis de votre histoire future et de votre mémoire à venir. C'est donc aux côtés de la classe sociale porteuse de la pensée d'avant-garde de ce temps-là que vous avez renversé une monarchie enracinée depuis près d'un millénaire dans sa cosmologie mythique. Oui, depuis Clovis, les droits politiques de l'aristocratie se fondaient sur le sang sacré de Jésus-Christ, oui, le sang qui coulait dans les veines de vos maîtres était celui de votre rédempteur lui-même . Mais sitôt victorieuse, la bourgeoisie est retournée à ses prie-dieu. Puis votre aristocratie de sang divin a quitté la France de vos guillotines, puis le Tiers Etat à nouveau agenouillé au banc d'œuvre des Eglises vous a tourné le dos à son tour. Que pouvait votre raison à nouveau orpheline parmi les déserteurs apeurés de Voltaire? Quel sera votre sang de l'esprit , et comment serez-vous cloués sur la croix du monde, et comment serez-vous abandonnés des dieux et comment ressusciterez-vous dans le ciel de la raison?

15 - Votre solitude sur la terre

Puisqu'aucun personnage fabuleux ne trône dans le vide du cosmos, vous êtes donc plus seuls sur la terre et plus abandonnés face à tous les pouvoirs temporels du monde qu'en 1789 ; mais vous avez appris à regarder de haut les classes dirigeantes qui font ramper un continent aux pieds d'un maître étranger ; vous êtes seuls , mais vous êtes devenus innombrables ; vous êtes seuls, mais vous l'êtes désormais à l'échelle des cinq continents ; vous êtes seuls, mais la classe dirigeante du XXIe siècle, c'est vous, parce que votre solitude est porteuse de l'éthique du monde.

L'idole de vos pères leur enseignait du moins les rudiments de la politique - à savoir, les récompenses mythologiques et les châtiments épouvantables, les recettes de l'uniformisation des cerveaux et celles de la vénération fondée sur la peur. Aujourd'hui, les gigantesques acteurs cosmiques que l'Occident a négligé de scanner depuis Nietzsche brandissent le sceptre planétaire d'un empire d'outre-mer qui a élu domicile sur nos terres depuis 1945 et qui apostrophe une raison européenne que la loi de 1905 a rendue squelettique : " Voyez, vous dit-il, comme je tire encore les ficelles de votre histoire, voyez comme je demeure installé dans vos têtes , voyez comme mes adorateurs font encore de vos idéaux politiques mes plus fidèles vassaux, voyez comme les esclaves de mon ciel portent sur la terre entière les chaînes d'or qui les attachent à mes autels, voyez comme vous faites encore, de votre fausse liberté et de votre apparence de justice des idoles devant lesquelles je vous fais plier le genou. " Il vous appartient de devenir le noyau de l'intelligence de la nation de demain , il vous appartient de devenir le vivier de la résurrection de la pensée française. Vos ancêtres n'ont vaincu que leurs rois de droit divin; il vous appartient de vaincre les autels de la fausse démocratie. Si vous demeurez le peuple français des pieds et à la tête , ce sera dans vos rangs que naîtront les héros de la lucidité qui enseigneront comment les offertoires des puissants d'aujourd'hui sont construits .

16 - Les nouvelles phalanges de l'esprit

Vous avez décloué les nations de la Croix sur laquelle leur ciel les avait clouées. Demain, les chaînes que vous ferez tomber seront celles qu'un empire mondial de la fausse démocratie avait forgées. Alors vous aurez appris que le " Dieu " de vos Eglises était un geôlier et que le "Dieu" qui vous attend est celui de votre combat pour la connaissance du cerveau actuel de l'humanité. Quand il vous aura fait connaître la boîte osseuse des évadés de la zoologie, vous prêcherez un vin nouveau à l'Europe des vassaux : " A qui appartiennent-elles, direz-vous, les garnisons qui quadrillent vos terres ? Le sol de vos patries vous appartient-il encore ? Pourquoi l'avez-vous livré à une armée étrangère ? Pourquoi errez-vous parmi les vieilles outres de l'intelligence politique de l'Europe ? " Et les peuples d'hier vous répondront : " Nous avions perdu la raison , nous avions cessé de chasser sur les terres de l'intelligence . Puisse le peuple français nous montrer les nouveaux chemins du monde. "

Telle est la profondeur à laquelle votre révolution de 1789 vous donne rendez-vous ; si vous armez le monde d'une sagesse et d'une éthique supérieures à celles dont vos ancêtres ont pu glorifier trois divinités, la civilisation européenne situera à nouveau l'humanité au-dessus d'elle-même; et vous vous direz que vos pères avaient fait descendre Allah dans le corps d'un homme afin que l'homme devînt Allah. Si vous retenez la leçon anthropologique de ce mythe, votre solitude sera sommée d'enfanter le Dieu que vous n'aurez tué que pour le trouver ; et la grandeur de votre tâche fécondera une éthique du monde que vos classes dirigeantes n'ont plus ni la lucidité, ni le courage d'élever à la dignité et à la responsabilité de votre vocation politique . Peuple des Christs de la raison, te voici seul dans un cosmos déserté par les dieux. Mais réjouis-toi, car tu te trouves désormais au cœur de l'histoire du monde ; réjouis-toi, car tu entends battre le cœur de l'humanité; réjouis-toi de ce que l'Europe trahie par sa classe dirigeante fasse entendre à travers toi la voix qui appelle tous les peuples de la terre à imposer à leurs Etats de recouvrer les droits attachés à la souveraineté de leurs citoyens ; réjouis-toi, parce que l'heure a sonné de récolter les moissons du grain que tu as semé en 1789 .

le 17 septembre 2007



Mercredi 19 Septembre 2007

Economie et pouvoir financier | Histoire | Philosophie politique | Religions et croyances


Publicité

Brèves



Commentaires