ALTER INFO

Un Guantánamo bis en frontière du Koweït


Dans la même rubrique:
< >

Jeudi 8 Décembre 2016 - 13:05 Formidable reprise économique aux USA

Jeudi 8 Décembre 2016 - 12:40 Fidel et le Che : deux politiques différentes


EXCLUSIF Quelque 28.000 suspects ont été retenus à Camp Bucca jusqu’à quatre ans, sans mandat d’arrêt ni avocat. Un « quartier rouge » concentrait 700 détenus jugés dangereux. Témoignage intérieur sur ce camp de concentration américain qui vient de fermer ses portes. Un récit d’Alain Lallemand dans le journal belge Le Soir.

Alain Lallemand


Alain Lallemand
Vendredi 30 Octobre 2009

16 mars 2009 - Sous les miradors et les barbelés,les détenus du camp de concentration de Bucca font leur prière. Complètement en dehors du droit international, ce camp a été le théâtre de plusieurs révoltes de prisonniers, toutes violemment répr
16 mars 2009 - Sous les miradors et les barbelés,les détenus du camp de concentration de Bucca font leur prière. Complètement en dehors du droit international, ce camp a été le théâtre de plusieurs révoltes de prisonniers, toutes violemment répr

Camp Bucca... Pour nos confrères américains, il s’agissait de cette prison idéale où le Pentagone « tournait le dos à 180º à Abu Ghraib ». Lorsque ce site a été contraint de fermer ses portes ce 17 septembre, l’événement a reçu peu d’écho. Et pourtant : grâce au témoignage d’un contractant extérieur qui y a travaillé de manière régulière durant des années, Le Soir est en mesure de révéler qu’il s’agit, dans l’histoire contemporaine, du plus vaste centre de rétention géré par l’armée américaine. Sans jugement, sans avocat, sans même un mandat d’arrêt, quelque 2 à 3.000 personnes y étaient retenues en 2005. Elles étaient 9.000 début 2006. Et début 2008, un record de 28.000 personnes y a été atteint : un authentique camp de concentration, au plein sens du terme. 












vidéo sur le camp ici

Explication : en 2005-2006, face à la flambée des violences - et bien que le pays ne compte que 31,2 millions d’habitants - le Pentagone s’est lancé dans une campagne d’arrestations massives. Pas des insurgés : des suspects, dénoncés à la suite d’un litige foncier ou d’une simple dispute. Au plus fort de cette campagne, les forces américaines ont détenu jusqu’à 60.000 personnes en Irak, alors que les forces irakiennes n’en détenaient de leur côté que 40.000. Soit 100.000 prisonniers, un chiffre aujourd’hui ramené à environ 60.000.

C’est alors qu’un centre de détention autrefois mineur, Camp Freddy, situé en plein désert à mi-distance entre Safwan et Um Qasr, presque sur la ligne-frontière du Koweït, a pris toute son importance. Lorsqu’ils s’en étaient emparés, en avril 2003, les Américains l’avaient rebaptisé « Camp Bucca », du nom de ce pompier new-yorkais tué dans l’effondrement des tours du World Trade Center. En plein territoire chiite, entouré d’un désert qui éteignait tout projet d’évasion, une population à 80 % sunnite s’est retrouvée logée sous tentes, en conteneurs maritimes, puis en conteneurs de chantier, au petit bonheur selon les développements successifs et un rien anarchiques du camp. « Ici, la température atteint les 60º centigrades en été, - 10ºC en hiver, note notre source. Tous les prisonniers étaient habillés d’un jaune criard, un jaune canari : chaque homme - il n’y a pas une seule femme prisonnière - recevait pantoufles, couverture, tee-shirt jaune. A première vue, un traitement correct. Sauf lorsqu’on est 28.000, et que tout est forcément plus difficile. La santé ? Il y a un hôpital, avec la possibilité de petite chirurgie, de la dentisterie, et 15 lits pour accueillir les patients. Mais lorsqu’on est 28.000, vous imaginez les retards... » Sessions de rééducation

Pourtant, ce ne sont pas les conditions matérielles qui angoissent le plus ces internés : c’est le futur. Que fait l’épouse, la famille ? Comment survivent-ils ?

« En principe, ils n’y a pas d’interrogatoire à Camp Bucca », dit notre interlocuteur. “En principe”. Car on enferme pour deux raisons : soit pour supprimer un risque, soit pour obtenir du renseignement. Pour le renseignement, l’armée a compris que la violence n’est pas productive. Mais on mélange “par fausse inadvertance” un chiite de l’armée du Mahdi avec un wahhabite sunnite, historie de provoquer un clash et des dénonciations. Le chantage et la menace sont également utilisés. Ne fût-ce que la menace de ne jamais sortir de ce “trou noir” juridique. »

Et pour sortir, pas de mystère : il faut se plier à des sessions de rééducation dignes du Nord-Vietnam : « L’idée est que les personnes peuvent être rééduquées. Les Américains ont ainsi mis en place des cours de peinture, où les motifs dépeignent la concorde entre Américains et Irakiens. Il y a aussi, avec l’accord de certains mollahs locaux, des groupes de relecture du Coran. Avec des mollahs approuvés par les Américains, bien sûr. Un certain nombre de cours de “rééducation” sont donnés. Si l’interné accepte, c’est un point en plus dans son dossier. L’armée le nie, mais c’est pris en compte : comme à Guantánamo, tous les dossiers sont revus par des commissions militaires (environ six personnes dont un traducteur), et le comportement du prisonnier est inscrit dans ce dossier. »

Trois niveaux de dangerosité

Tous les internés ne sont pas égaux : ils sont triés en trois niveaux de dangerosité. « Pour les “hauts risques”, ceux qu’ils appellent les “salafistes”, soit 7 à 800 détenus, a été constitué un “quartier rouge”. Ceux-là vivent par groupes de dix à quinze, logés à chaque fois dans deux conteneurs maritimes de 40 pieds (12 mètres) mis côte à côte, soudés l’un à l’autre et dans lesquels ont été ouverts à la meule des fenêtres et aérations. Les soldats meulent aussi la cloison intérieure, pour former un seul espace. En gros, l’équivalent d’un conteneur permet aux dix à quinze prisonniers de dormir, l’autre conteneur abritant une arrivée d’eau avec lavabo et, derrière un rideau, un WC à la turque. Et c’est là-dedans que certains ont vécu plus de 4 ans, ne pouvant en sortir qu’une heure par jour... »

Petit calcul : en dimensions intérieures, un conteneur maritime fait 12,04 mètres sur 2,33 mètres. Quinze détenus se partagent donc 56,1 mètres carrés, soit un espace bien moindre que les 4,46 mètres carrés de Camp Echo, à Guantánamo. A titre de comparaison, l’ACA, l’association pénitentiaire américaine, estime qu’un détenu a toujours droit - au minimum - à 7,43 mètres carrés.

Par contre, l’unique heure quotidienne de promenade respecte - au cordeau - les règles standards minimales confirmées en mai 1977 par les Nations unies. « Mais, remarque notre source, ils sortent dans un espace clos avec double grillage et barbelés. Pour chaque logement de ce “quartier rouge”, il y a une zone tampon, un mirador, un poste de garde avec 2 à 3 hommes et, s’il faut intervenir en cas de désordre, une force d’intervention à disposition. »

Fermé en septembre

Question : en septembre dernier, pourquoi avoir subitement fermé ce camp et relâché des milliers d’hommes qui en garderont un souvenir rageur ? Parce que l’accord sur le statut des forces (Sofa) conclu entre Bagdad et Washington stipulait qu’à partir du 1er janvier 2009, les détentions devaient être justifiées par un mandat d’arrêt. Donc par un juge. Au strict minimum, il fallait ouvrir une information judiciaire. Dès lors, Camp Bucca était condamné. Ultime vacherie : ceux qui, à ce moment, ont pu être inculpés n’ont pas vu leurs années d’internement assimilées à de la détention préventive. Ils étaient tombés dans un trou noir, tout simplement.



29 octobre 2009 - Lesoir.be - Cet article a été publié ici :
http://www.lesoir.be/actualite/mond...
http://www.info-palestine.net/article.php3?id_article=7544



Vendredi 30 Octobre 2009


Commentaires

1.Posté par Alonzo Bistro le 30/10/2009 14:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


Peut-être faut-il demander la fermeture définitive du Tribunal Pénal International et de la Cour Internationale de justice vu que ces organisations mafieuses ne servent que les partis pris et intérêts des criminels de guerre et des criminels contre l'humanité qui agissent en toute impunité de par le monde.

Le TPI s'est illustré en tentant (vainement, on l'a vu) de condamner le chef d'Etat serbe, Slobodan Milosevitch (qui a été assassiné dans ses locaux, alors que les meurtres de masse avait été le fait de l'OTAN), un autre responsable serbe, Radovan Karadžić, puis en essayant de faire attraper le chef d'Etat africain, Omar el-Beshir, en encore tout récemment un autre chef d'Etat africain... alors que les criminels de guerre et contre l'humanité que sont les dirigeants de l'Administration Bush et d'Israël courent toujours sans aucune inquiétude après avoir causé la mort de MILLIONS D'HOMMES ET DE FEMMES en Aghanistan, Irak, Palestine, Liban, Syrie, ex-Yougoslavie, Etats-Unis d'Amérique (11 septembre), etc. (la liste est longue).

Il faudrait peut-être s'opposer systématiquement à toute tentative de procès contre toute personne par ces organisations sataniques tant qu'elles ne se décideront pas à juger les vrais criminels de cette planète.

Une pétition en faveur de la levée des charges contre Radovan Karadžić est de mise. Trop de mensonges perdurent sur les actions des Serbes pendant cette sale guerre déclanchée et menée de mains de maître par l'OTAN afin de balkaniser la Yougoslavie et la mettre en coupe réglée (mission accomplie).

Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS

Publicité

Brèves



Commentaires