Palestine occupée

Un Etat, deux Etats en Palestine : le faux débat


Depuis quelques années, et plus précisément après 2003, des discussions sont engagées dans des cercles restreints en Palestine, dans le monde arabe et dans les milieux de la solidarité en Europe et ailleurs, sur la solution politique future de la question palestinienne : un Etat ou deux Etats ?


cirepal [cirepal2005@yahoo.fr]
Mercredi 19 Décembre 2007

CIREPAL (Centre d’information sur la Résistance en Palestine)

19 décembre 2007




Si nous essayons d’examiner exactement l’émergence et le contenu de la question, nous réalisons alors que sous les termes « un Etat » ou « deux Etats » se cachent différentes attitudes, allant du sionisme à l’antisionisme.



Un seul Etat

Le programme de l’OLP avait déjà proposé la solution d’un seul Etat palestinien sur le territoire historique de la Palestine, sous l’appelation « un Etat libre et démocratique en Palestine », où vivraient musulmans, chrétiens et juifs dans un seul pays, qui est évidemment la Palestine libérée. L’OLP affirmait par cette proposition qu’elle n’envisageait pas la suppression des Juifs mais la suppression de l’Etat d’Israël, érigé sur les ruines de la Palestine.

Mais il est clair que la proposition d’un seul Etat qui émerge ces temps-ci n’a rien à voir avec la proposition de l’OLP, même si certaines voix essaient de s’y référer, en introduisant certaines modifications.

Entre la proposition de l’OLP et les propositions actuelles d’un seul Etat, existent plusieurs différences :

1 - la proposition de l’OLP émanait d’un programme politique de lutte et l’Etat qui serait formé serait le couronnement d’une libération, alors que les différentes propositions actuelles émanent d’un sentiment d’impuissance face à l’expansion sioniste, où dans les meilleurs des cas, il est proposé aux Palestiniens d’accepter le fait accompli en contrepartie d’une reconnaissance d’une citoyenneté dans un Etat unique.

2 – La proposition d’un Etat unique en Palestine, formulé par l’OLP, signifiait la destruction de l’Etat d’Israël, ou du moins de ses institutions fondamentales : sécuritaires (armée surtout) et colonisatrices (colonies, colons, droit d’émigration des juifs) ; or dans les propositions formulées actuellement pour un seul Etat en « Israël-Palestine », nulle mention de ces institutions, à moins de vouloir intégrer les Palestiniens à l’armée sioniste et nulle mention de démantèlement des colonies, comme si elles devaient rester en place, et qu’il suffit de déclarer l’égalité des droits de tous les citoyens pour que les colons de Cisjordanie, de Galilée ou du Naqab deviennent des gens respectables.

3 – La proposition d’un Etat unique en Palestine, formulée par l’OLP, parlait d’une Palestine arabe, la population palestinienne étant arabe, refusant de légitimer l’élément exogène venu d’ailleurs, en vue de coloniser une terre. Les Juifs émigrés voulant demeurer dans la Palestine arabe bénéficieraient de leurs droits de citoyens. Or, dans les propositions actuelles d’un Etat unique, il est souvent fait mention d’Etat bi-national, considérant que les Israéliens constituent une nation, ce qui signifie la consécration du sionisme, alors que l’histoire de l’Etat d’Israël montre bien que les Juifs ayant débarqué en Palestine pour la coloniser ne sont liés que par leur religion, et nous savons pertinemment que la religion ne forme pas une nationalité, à moins d’une exception juive, ce qui nous ramène à l’idéologie sioniste. Un Etat bi-national reprend l’idéologie sioniste où d’un côté, ce sont les Juifs (religion érigée en nation), et de l’autre, les Arabes. Plus question alors d’une Palestine arabe, faisant partie d’un environnement arabe indissociable, que la vision coloniale, raciste et impérialiste refuse de voir et reconnaître. La question qui se pose : est-ce que les colons juifs, russes, allemands, yéménites, irakiens, français, américains, forment une nation, alors que les Arabes, palestiniens, syriens, égyptiens, libanais, irakiens, non ? La proposition d’ériger cet Etat unique au cœur du monde arabe, qui en serait séparé parce qu’il serait exceptionnel, n’est qu’une consécration du démantèlement du monde arabe par les accords de Sykes-Picot.

4 – L’Etat unique en Palestine formulé par l’OLP incluait le retour des réfugiés à leurs villages, à leurs propriétés, à leurs terres et à leur pays. Certaines propositions récentes pour un Etat unique incluent ce retour, mais la plupart l’ignorent. Combien de colons juifs seraient-ils prêts à remettre aux réfugiés palestiniens leurs maisons, leurs propriétés, leurs terres et accepter de vivre aux côtés des réfugiés retournés au pays ? Il suffit de voir l’attitude des colons de Galilée envers les réfugiés internes (les Palestiniens réfugiés à quelques kilomètres de leurs terres mais demeurés dans les frontières de l’Etat d’Israël) pour comprendre l’emprise de l’idéologie sioniste sur le public israélien.

6 – La proposition de l’OLP ne laissait aucun doute sur le sort des institutions coloniales et sécuritaires, institutions, rappelons-le, auxquelles participent tous les Israéliens. Ces institutions ont forgé la mentalité coloniale israélienne avec un racisme de plus en plus développé, comme le montre le dernier rapport de l’association israélienne pour l’égalité des droits. Comment penser la formation d’un Etat unique où cohabiteraient colons et Palestiniens, avec le maintien de ces institutions coloniales et sécuritaires ? Si ces institutions sont démantelées, pouvons-nous parler encore d’Israël ? Et si elles ne le sont pas, l’Etat unique proposé ne sera que la consécration du grand Israël, avec une soumission palestinienne.

Car comment envisager une égalité de droits des citoyens dans le cadre de l’Etat d’Israël, qu’il soit nommé Israël-Palestine, Palestine-Israël ou tout autre méli-mélo ? Les deux fondements de cet Etat sont la colonisation (confiscation des terres, établissement des colonies et expulsion de la population) et la sécurité (arrestations et rafles, expansion territoriale sous prétexte d’assurer sa sécurité, soumission et modification de la nature des pays voisins, maintien d’une suprématie militaire dans la région, alliance stratégique avec l’impérialisme), sans parler du racisme inhérent au sionisme et de la stratégie sioniste, inscrite sur le fronton de la Knesset (Du Nil à l’Euphrate). La question est : est-ce que l’Etat d’Israël, fondé par le sionisme allié à l’impérialisme, pour être une tête de pont de l’impérialisme dans la région, pour démanteler le monde arabe, peut se transformer sans démantèlement de sa structure et de ses appareils ?

Comment envisager la constitution d’un seul Etat sans passer par la lutte de libération qui doit démanteler colonies et armée, ce qui signifie, dans le cas d’Israël, démanteler la société, fondée sur ces deux éléments ? Comment transformer une société coloniale et guerrière en société pacifique ? Est-ce en se soumettant à ses appareils ou bien en menant une lutte de libération, au cours de laquelle des éléments de la société coloniale intègrent progressivement cette lutte, sans la dénigrer et sans se placer au-dessus, sous prétexte d’une supériorité quelconque, de race, de religion et/ou de culture ? Nous savons pertinemment que seules les luttes de libération armées peuvent porter des coups à l’appareil sécuritaire sioniste, fondement de l’Etat.

Les propositions récentes pour un seul Etat font l’impasse de l’origine, du passé et du présent de l’institution coloniale israélienne, même si certaines étalent un savoir historique, sans cependant en tirer les leçons. Il est réclamé, dans ces propositions, la reconnaissance de fait de l’établissement colonial sioniste en Palestine, la modification de certaines de ses lois pour permettre aux Palestiniens de s’y intégrer, sans plus. En fait, une générosité plus large que celle de Barak, à camp David, juste avant le déclenchement de l’Intifada, mais plus sournoise, car si la lutte palestinienne est actuellement dans l’impasse, l’établissement sioniste l’est encore plus. Il a besoin de reconnaissance et de légitimation, historique (formulée par les dirigeants sionistes), et/ou actuelle (formulée par les nouvelles propositions). Israël restera un corps étranger même si les régimes arabes et les Palestiniens sont obligés par le rapport de forces, à le reconnaître.

Sept ans après le début de l’Intifada, qui a bouleversé l’Etat sioniste au niveau de sa sécurité, il est de plus en plus demandé, à divers niveaux, de reconnaître cet Etat ou cet établissement, avant sa disparition. Au niveau des dirigeants de ses appareils, la demande de reconnaître l’Etat d’Israël en tant qu’Etat juif traduit une volonté de légitimer le sionisme, de faire reconnaître par le monde non pas qu’Israël existe, mais qu’il a le droit d’exister sur la Palestine colonisée et même de s’étendre, que le sionisme est un droit et que la lutte contre le sionisme est illégitime et illégal.

Au niveau des propositions récentes pour un seul Etat, qu’elles émanent d’Israéliens, d’Européens, d’Américains ou d’Arabes, c’est la reconnaissance de l’établissement colonial et sa légitimation qui sont réclamées, sous prétexte de démoralisation, d’impuissance, ou d’historicité (mais que valent 60 ans d’occupation ?) Peut-on, de plus, fonder une stratégie de lutte avec un état d’esprit envahi par l’impuissance et le désespoir ?



Deux Etats


a) Un Etat sur toute parcelle de terre libérée

C’est la formule consacrée par le programme transitoire de l’OLP en 1974 qui, pour la première fois depuis le début de la lutte de libération de la Palestine, déclenchée bien avant l’occupation des territoires en 1967, distingue le pays de la Palestine toute entière en territoires. Il fut alors clair, dès cet instant, que l’OLP consacrerait son effort à la libération de la Cisjordanie (y compris la partie orientale d’al-Quds) et de la bande de Gaza, dont l’occupation en juin 1967 avait été dénoncée par ce qui s’appelle la communauté internationale, le Conseil de sécurité de l’ONU entre autres.



C’est l’origine de l’idée de deux Etats, mais ce n’était pas encore la formule de deux Etats, puisqu’il ne s’agissait que d’un programme transitoire, qui mènerait à la formation d’un Etat sur « toute parcelle de terre libérée » considérant que la partie de la Palestine occupée en 1948 devait aussi être libérée, par la suite. Dans cette formulation, le retour des réfugiés palestiniens était une évidence, puisque toute libération entraînerait également le retour des réfugiés.



b) Un Etat palestinien sur les territoires occupés en 1967

La défaite de juin 1967 consacre la présence de l’Etat sioniste, lorsque la résolution du conseil de sécurité de l’ONU affirme qu’il devrait avoir des « frontières sûres et reconnues » (résolution 242). Mais l’OLP ne reconnaîtra cette résolution que très tard, sous les multiples pressions, même si certaines de ses organisations, comme le FPLP, ne la reconnaissent toujours pas dans leurs programmes. C’est à partir de cette date que les cercles impérialistes exercent leurs pressions pour qu’il y ait reconnaissance de l’Etat sioniste sur la partie occupée en 1948 et que le programme d’un Etat palestinien en Cisjordanie, dans la bande de Gaza dont la capitale serait la partie orientale d’al-Quds, signifierait implicitement la reconnaissance de l’Etat sioniste.



La formulation de deux Etats adoptée par l’OLP incluait cependant l’idée de démantèlement de toutes les colonies, comme cela s’est déroulé dans la bande de Gaza, qui, en un certain sens, a été libérée non pas suite aux accords d’Oslo, mais lors du désengagement unilatéral, ce qui signifie en termes plus clairs, démantèlement des colonies, évacuation des colons et libération du territoire. La libération de la bande de Gaza n’a, bien sûr, pas été totale puisqu’immédiatement après, elle a été encerclée et transformée en prison. Le problème ne consiste pas dans le fait que la décision a été « unilatérale », mais dans le fait que les sionistes, contraints à partir, ont voulu se venger en encerclant la bande de Gaza, avec le soutien de la communauté internationale : les voies de passage ont été contrôlés, l’aéroport est resté fermé et le maintien de la bande de Gaza à la merci de l’Etat d’occupation.



La libération de la bande de Gaza est un événement marquant qui n’a pas été vu à sa juste mesure, pour plusieurs raisons. Comme pour le sud du Liban, le retrait des colons et soldats sionistes a été sous-estimé par les cercles de l’oppression et leurs amis, faisant passer ces événements pour une décision israélienne et non une libération. Sous-entendu : Israël seul décide, les Arabes n’ont aucune force pour peser sur le cours des événements, appuyant le défaitisme arabe qui prévaut depuis juin 1967. D’autre part, l’encerclement du territoire libéré a minimisé la portée du retrait des colons. Cependant, la libération de la bande de Gaza des colons a montré d’une part, qu’il est possible de se débarrasser des colons par la résistance armée, et d’autre part, que les accords d’Oslo avaient maintenu l’occupation, donnant juste une illusion de libération par la formation d’une Autorité palestinienne.

Ce n’est pas un vain mot que d’affirmer qu’Israël a peur d’entrer à nouveau à Gaza. Certains diront qu’il ne veut pas, mais cela revient au même, il ne veut pas car il a peur de perdre des soldats, parce qu’il y a une résistance armée qui fera échec ou qui fera payer le prix très cher toute tentative d’invasion, comme cela a eu lieu au sud-Liban, encore une fois.



c) l’Etat palestinien à la mode israélienne ou un seul Etat à la mode de l’Autorité palestinienne

Actuellement, c’est l’Etat sioniste qui prétend vouloir fonder un Etat palestinien malgré son expansion et sa colonisation d’une vaste partie du territoire prévu par les résolutions 242 et 338 du conseil de sécurité. Pour les dirigeants sionistes, c’est la nouvelle version des anciennes thèses travaillistes qui est en discussion : ne vaut-il pas mieux isoler les Palestiniens dans un Etat aussi restreint que possible pour éviter qu’ils ne constituent une majorité démographique dans un Etat d’Israël sur toute la Palestine ? La crainte de paraître « non démocratique » ou « pratiquant l’apartheid » serait, d’après une courte interview d’Olmert au quotidien sioniste Haaretz, derrière la nouvelle vision israélienne de l’Etat palestinien en Cisjordanie et Gaza.

D’autre part, au temps où l’Autorité palestinienne avait encore un semblant de pouvoir, c’est elle qui menaçait de revendiquer un Etat unique, juste en tant que pression, pour faire admettre à Israël le bien-fondé des deux Etats, ce qui signifie que cette proposition n’a été, au cours de quelques mois, qu’un épouvantail lancé par l’Autorité pour faire reculer Israël et l’amener « à la raison ».

Il reste encore à mentionner la proposition du Rassemblement national démocratique, présidé par dr. Azmi Bishara, qui réclame un « Etat pour tous ses citoyens », mais l’Etat dont il parle n’est pas « un seul Etat en Israël-Palestine », mais en Israël même, débarrassé du sionisme. Le Rassemblement national démocratique n’a pas souscrit à l’idée « d’un seul Etat » pour la simple raison qu’il lutte pour la fin de la colonisation et la destruction de l’appareil colonial, c’est-à-dire le démantèlement de toutes les colonies en Cisjordanie, et ensuite, l’arrêt de la colonisation et de judaïsation de la Galilée et des terres arabes dans la Palestine occupée en 48, tout comme il réclame le retour inconditionnel des réfugiés à leurs terres, villages et propriétés. Le Rassemblement national démocratique exprime par là une vision stratégique, sur le long terme, et non pas un état d’abattement et de désespoir face à l’extension coloniale.



Il est clair que la question débattue, un Etat ou deux Etats, dans les termes proposés par les uns et les autres, est un faux débat, notamment parce que la Palestine est occupée et que son peuple a été rendu, en majorité, réfugié, soit dans son propre pays soit dans l’exil. La question n’est pas l’Etat, ses dimensions et ses frontières, mais la libération qui signifie d’une part, retrait des colons et démantèlement des colonies, et d’autre part, démantèlement de l’appareil sécuritaire sous toutes ses formes. Ces deux tâches ne peuvent être accomplies que par la résistance, notamment armée, colons et militaires devant se sentir dans l’insécurité. La résistance du Hizbullah contre l’agression israélienne en juillet 2006 a largement contribué à susciter cette insécurité. C’est également le rôle de la résistance palestinienne, depuis le début de l’intifada al-Aqsa, où Israël vit les pires moments de son histoire, puisqu’il est obligé de s’appuyer sur les forces impériales à tous les niveaux de son maintien. C’est cette vision à long terme où la déstabilisation progressive de l’Etat sioniste, même dans un rapport de force défavorable, peut enfin entraîner sa chute, sous l’effet d’une accumulation et d’une mobilisation incessantes des sociétés arabes. Hors de ce parcours, tout Etat constitué ne pourra être que la consécration de l’occupation, de la colonisation, de la domination impériale sur cette partie du monde arabe.

Si la France de Sarkozy propose à présent d’envoyer ses soldats pour assurer la sécurité d’Israël, sous le prétexte de maintenir l’ordre dans les territoires occupés, n’est-ce pas un signe que la résistance armée des Palestiniens a réussi à porter des coups importants à la sécurité israélienne ? Si les Etats européens se sont manifestés pour faire partie de la FINUL (forces de l’ONU présentes au Sud-Liban), n’est-ce pas pour protéger Israël ? Israël est devenu incapable d’assurer sa propre sécurité, il a besoin des renforts occidentaux afin de poursuivre son rôle de gendarme de l’impérialisme, contre les sociétés arabes. C’est l’œuvre de la résistance et des résistants, en Palestine et au Liban.



C’est pourquoi la discussion sur un Etat ou deux Etats paraît surréaliste. Elle a pour fonction essentiellement d’écarter l’idée de libération, ou de la lutte de libération, qui reste la voie la plus sûre et la plus juste pour se débarrasser de l’injustice historique qui a été commise et qui se poursuit jusqu’à présent, contre le peuple palestinien essentiellement, mais aussi contre la région arabe dans son ensemble, et notamment le Liban. Dans le cadre de la domination américaine, il n’y a, pour effacer l’humiliation et l’injustice historiques commises, que la voie de la lutte et de la résistance. Résistance multiforme, certes, mais essentiellement armée. Sans cette résistance, l’alliance impérialiste, qui a confisqué la voix de la communauté internationale, parviendra à tout dominer et à démanteler toutes les sociétés.

Un Etat ou deux Etats, peu importe, quand ces solutions ne sont pas issues de la résistance et de la lutte pour la libération.


Mercredi 19 Décembre 2007


Commentaires

1.Posté par VISITEUR le 19/12/2007 22:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

absolument d'accord!!! A t-on jamais vu le Loup definir les modalites de construction du poulailler?

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires