Politique Nationale/Internationale

UN SCANDALE FINANCIER MÈNE À LA PISTE BUSH-CHENEY-ROVE


L’argent du Fonds d’assurance contre les accidents du travail (BWC) de l’Ohio a-t-il servi à « acheter » la victoire présidentielle de Bush et Cheney en 2004 dans cet Etat ? Voilà la question au centre d’une enquête en cours. Nos lecteurs se rappelleront que l’Ohio était l’Etat décisif ayant fait pencher la balance en faveur du ticket républicain en novembre dernier et qu’il n’y a jamais vraiment eu d’enquête sur les nombreuses irrégularités électorales. A tel point que Lyndon LaRouche avait déclaré le 9 novembre, dans sa première conférence internet post-électorale, que les opérations de manipulations dirigées par les collaborateurs de Bush et Cheney dans l’Ohio et ailleurs « suffiraient certainement à les envoyer en prison », sinon à annuler les résultats électoraux. On semble en tenir un début de preuve ici.


Mercredi 29 Juin 2005

Le BWC, l’organisme officiel censé verser des allocations aux employés en cas d’accident du travail, dispose d’avoirs se montant, estime-t-on, entre 14 et 16 milliards de dollars. Selon une nouvelle loi adoptée en 1996, il est autorisé à investir ses fonds dans différents titres financiers autres que les obligations d’Etat, dont il doit confier la gestion à des fonds de placement externes relativement modestes, appartenant au « programme de managers émergents ».

L’un des bénéficiaires de ces dispositions était Tom Noe, un négociant en pièces de monnaies rares et important collecteur de fonds pour le Parti républicain de l’Ohio, qui s’est vu confier 50 millions de dollars à investir dans des pièces de monnaies rares. En mai 2005, les avocats de Noe ont fait savoir que, sur ce total, entre 10 et 12 millions de dollars manquaient à l’appel. Beaucoup le soupçonnent de les avoir détournés au profit du Parti républicain et de la campagne Bush-Cheney, dont il était le directeur dans le nord-ouest de l’Ohio.

Le Toledo Blade (le journal local) du 28 juin confirmait que le ministère de la Justice (DOJ) et le FBI enquêtaient sur d’éventuelles violations par Noe de la loi fédérale sur le financement des campagnes électorales. Il avait déjà été mis en examen en octobre 2004 pour une autre affaire : un dîner de collecte de fonds pour le Parti républicain en octobre 2003, où 1,4 million de dollars de contributions furent versés à la campagne de Bush. On le soupçonnait déjà, en effet, d’avoir confié des sommes d’argent à différents participants privés pour qu’ils les reversent à leur tour au parti, lui permettant ainsi de contourner les plafonds de financement imposés par la loi. En fait, il semblerait qu’il l’ait fait à une échelle bien plus grande par la suite. Sinon, que sont devenus les 10 à 12 millions de dollars manquants ?

Le 26 mai, la police locale a perquisitionné la boutique de pièces de monnaie de Noe, près de Toledo. Sur le mandat de perquisition, les procureurs déclaraient disposer de preuves d’escroquerie, d’obstruction à la justice et de manipulations de preuves de sa part. Peu après, un grand jury fédéral a commencé à interroger des témoins pour déterminer si Noe avait blanchi de l’argent dans la campagne de Bush-Cheney. Toujours selon le Toledo Blade, « en tant que président régional de la campagne, M. Noe était en contact fréquent avec Karl Rove, l’architecte de la réélection du Président. Et l’Ohio était l’Etat charnière dans l’élection, donnant de justesse la victoire à Bush ». Karl Rove est, bien sûr, le maître des coups fourrés parmi les conservateurs.

Il y a cependant un autre volet à ce scandale : la perte d’au moins 215 millions de dollars, investis par le BWC dans un hedge fund basé aux Bermudes et dirigé par MDL Capital Management. L’ancien directeur de MDL est un certain révérend Joe Watkins, un associé du secrétaire d’Etat de l’Ohio Kenneth Blackwell, qui fait partie du réseau de conservateurs afro-américains dirigé par Karl Rove. Blackwell, pour sa part, a reçu la coquette somme de 67 000 dollars de contributions de la part d’employés des fonds de placement appartenant au « programme de managers émergents » !

Or Kenneth Blackwell, qui avait la double casquette de secrétaire d’Etat chargé du bon déroulement des élections et de coprésident de la campagne Bush-Cheney dans l’Ohio, a directement supervisé les irrégularités électorales ayant abouti à la « victoire » du ticket Bush-Cheney dans l’Etat. Des dizaines, et jusqu’à des centaines de milliers d’électeurs, ont été dans l’impossibilité de voter le 2 novembre dernier à cause du manque de machines à voter et des files d’attente interminables dans les circonscriptions à majorité démocrate, afro-américaine et hispanique. Des milliers d’autres personnes n’ont pas pu voter suite aux campagnes de désinformation concernant les lieux des bureaux de vote et aux intimidations flagrantes devant certains bureaux - le tout avec la bénédiction de Blackwell.

Dans un rapport de cent pages sur les élections de novembre dans l’Ohio, publié début janvier, le député démocrate du Michigan John Conyers a documenté ce qu’il appelait des « irrégularités et des anomalies massives et sans précédent dans l’Ohio » : « Dans bien des cas, ces irrégularités ont été provoquées par des inconduites et des attitudes illégales, dont la plupart étaient le fait du secrétaire d’Etat Kenneth Blackwell, coprésident de la campagne Bush-Cheney dans l’Ohio. »


source


Mercredi 29 Juin 2005


Nouveau commentaire :

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires