Politique Nationale/Internationale

Turquie : Mesure de réciprocité, à l’encontre de la France



IRIB
Lundi 9 Octobre 2006

Turquie : Mesure de réciprocité, à l’encontre de la France

La Turquie compte prendre une mesure de réciprocité, à l’encontre de la France, en soumettant au parlement un projet de loi, qui condamnerait le génocide français, en Algérie, afin de répondre, coup pour coup, à la proposition de loi, dénonçant, en France, le génocide arménien, par l’Empire ottoman. Le Président turc, Ahmed Necdet Sezer, a adressé une lettre à son homologue français, Jacques Chirac, pour le mettre en garde contre les tensions qui pourraient apparaître, dans les relations bilatérales, du fait de l’adoption de cette fameuse proposition de loi. La Turquie estime, à juste titre, d’ailleurs, que la France coloniale a massacré des centaines de milliers de personnes, en Algérie, entre la fin des années 50 et le début des années 60, durant la lutte anti-coloniale des Algériens. Ankara pense, également, que les nouvelles méthodes de tortures appliquées, plus tard, ici et là, ont été inventées par la France coloniale. Cela a suscité de nombreuses réactions, aussi bien, en France, qu’ailleurs, dans le monde, sans, toutefois, ébranler le gouvernement français, qui n’a toujours pas présenté d'excuses au peuple algérien. Ainsi, tout en niant le génocide arménien, la Turquie estime que Paris n’est pas bien placé pour se prononcer sur le sujet. Certains analystes vont plus loin, estimant que l’affaire de la loi sur le génocide des Arméniens, en Turquie, relèverait, plutôt, d’une action politicienne, notamment, de la part de certains hommes politiques français, comme le Ministre de l’Intérieur, Nicolas Sarkozy, candidat à la Présidentielle de 2007, qui cherchent à séduire les différentes tendances de l’opinion publique. A titre d’exemple, Nicolas Sarkozy pense que l’adhésion de la Turquie musulmane à l’U.E serait problématique pour l’Union. Or, sachant qu’une majorité de Français se dit opposée à l’adhésion d’Ankara, certains hommes politiques, forts du soutien du lobby arménien, ont remis sur la table la question du génocide arménien, pour empêcher la Turquie d’entrer dans ce club chrétien qu’est l’U.E. Il semblerait, donc, que l’opposition de certains pays européens, comme la France, à l’adhésion de la Turquie, dépasse le cadre du génocide arménien. Autrement dit, même si Ankara cédait sur ce terrain, disent les analystes, d’autres problèmes viendraient entacher l’entrée de la Turquie à l’U.E.


Dimanche 8 Octobre 2006


Commentaires

1.Posté par Laïd DOUANE le 09/10/2006 06:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

La France est gouvernée par un état sans scrupules et qui n'a pas HONTE.. En effet, la France, pays qui a du sang sur les mains, n'est pas bien placée pour parler de génocide. La France en parlant de projet de loi sur le gébocide arménien, prouve, encore une fois, qu'elle atteinte de cécité mentale!

2.Posté par hibo le 09/10/2006 13:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

La France est mal placée comme donneuse de lecon. Son parcours colonial est jalonné de massacre tant en Algerie qu'en Afrique noir. Qu'elle balaye devant sa porte avant de faire le ménage chez les autres.

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires