Opinion

Tunisie - transition phase une : bilan très mitigé


L’évaluation de la transition et de ses acteurs s’avère un exercice délicat mais nécessaire pour faire le point sur les actes importants et les décisions prises, analyser le processus engagé pour la "débenalisation" du pays et faire des propositions adéquates en vue de poursuivre la marche vers l’instauration de la légitimité et de l’Etat de droit.


Mustapha STAMBOULI
Samedi 15 Octobre 2011

Notre politique étrangère est invitée à se ressourcer à la philosophie et au pragmatisme bourguibiens pour servir les intérêts de la nation et s’inscrire dans le processus de transformation géopolitique du Monde.

Tunisie - transition phase une : bilan très mitigé

Par Mustapha STAMBOULI
"Le désordre est le meilleur serviteur de l'ordre établi". Jean-Paul Sartre

Depuis le déclenchement de la révolte, la Tunisie a traversé trois grandes étapes : i-soulèvement du peuple et "dégagement" de Ben Ali, période caractérisée par une situation de non-dits, de confusion, de pleurs et de joie ii- ratage du transfert du pouvoir et ‘dégagement’ de Mohmed Gannouchi sous pression des indignés de la Kasbah, période de flou politique marquant, du moins pour l’instant, le futur de la Tunisie, iii- installation de la transition basée sur le consensus et émergence de "la real politik" et du compromis prônée par Béji Caid Essebsi. Cette transition est jalonnée par l’inflation des partis politiques, une dégradation de la sécurité, l’effondrement économique, l’investissement de l’espace public et médiatique par les salafistes mais aussi par des initiatives positives telle que la signature de plusieurs protocoles internationaux dessinant une autre ‘carte’ juridique de notre pays, sans oublier la concrétisation dans le vécu des libertés individuelles et collectives.

L’évaluation de la transition et de ses acteurs s’avère un exercice délicat mais nécessaire pour faire le point sur les actes importants et les décisions prises, analyser le processus engagé pour la "débenalisation" du pays et faire des propositions adéquates en vue de poursuivre la marche vers l’instauration de la légitimité et de l’Etat de droit. Cet exercice n’a pas la prétention d’être exhaustif, il se contentera d’aborder des thèmes jugés essentiels pour tracer l’itinéraire de notre futur. Nous nous attarderons sur les questions politiques /sécuritaires, la crise libyenne, la politique étrangère tunisienne et le désenchantement local.

1. Aspects politiques et sécuritaires : on peut mieux faire : La Tunisie vit un moment crucial de son histoire : le pays pourrait se hisser au niveau des pays les plus avancés en matière d’Etat de droit, où le citoyen est l’architecte de son présent et de son avenir, comme il pourrait se "somaliser" si l’appareil sécuritaire reste inactif voire hors circuit. Les forces de la contre-révolution nous guettent, prêtes à reconquérir le pouvoir; elles ne manqueront pas de soutien, la mafia et les bandits toujours présents et agissants. Les derniers évènements de Metlaoui, de Sidi Bouzid, des salafistes suite au passage du film Persépolis sur la chaîne TV Nessma et d’autres, partout à travers le territoire, nous signalent à l’envie que rien n’est acquis et que tout est réversible !

Nous sommes à la croisée de deux chemins : le premier sans issue et en cul-de-sac, gardé par des voyous et des bandits - il nous conduira à "Somaliland" -, le second, une autoroute, très bien balisée et très bien gardée - il nous amènera à bon port-.
La classe politique dans son intégralité (Gouvernement, Partis politiques, Haute Instance pour la réalisation des objectifs de Révolution, UGTT, etc…) demeure l’unique responsable du choix du chemin à emprunter.

Le logiciel de la "Somalisation" fonctionne avec une seule composante qui consiste le prolongement à l’infini de la transition marquée par un dérapage sécuritaire et l’absence d’autorité réelle tant au niveau national que dans les régions.

Le logiciel de la "stabilisation" de la Tunisie confèrerait davantage d’autorité à l’institution militaire afin de préserver le pays de tout désordre, en installant un Conseil Supérieur Militaire, appuyant l’autorité du Chef de l’Etat et mettant fin à i- l’insécurité qui menace tous les citoyens et citoyennes et les étrangers présents en Tunisie, ii- au développement du secteur informel, lequel a pris une telle ampleur après le 17 décembre dernier qu’il concurrence sérieusement le secteur formel. Ce dernier risque d’imploser si les autorités régionales et locales continuent de temporiser sur ce phénomène.

2. Crise libyenne mal maîtrisée : la Tunisie de la transition (Gouvernement et surtout Partis Politiques) reste muette : rares voire absentes ses prises de position sur cette guerre civile. Les tunisiens s’étonnent des hésitations, atermoiements de la part des autorités pour condamner la destruction de la Libye par les forces de l’OTAN, avec pour prétexte le départ de Kadhafi, ce qui pourrait se révéler une erreur historique. L’OTAN prépare, peut-être à son insu, le lit de la "Somalisation" de la Libye et l’installation définitive des forces d’El CAIDA dans ce pays. La Tunisie devra peser rapidement sur le processus de pacification et de réconciliation de notre voisin du Sud, condition primordiale de la stabilisation de notre pays. Seules l’Egypte, la Tunisie, l’Algérie sont à même de pousser les protagonistes libyens vers un processus de dialogue et de négociation afin de trouver de toute urgence une solution pérenne qui préserverait des vies humaines de même que les intérêts du peuple libyen et ceux de leurs voisins. L’attentisme renforce l’insécurité des quatre pays, il met en jeu leur indépendance. Les moyens pacifiques restent préférables à une intervention militaire maghrébine qui pourrait, pourtant, devenir unique alternative. La sous-région toute entière se trouve menacée de déstructuration, porte grand’ouverte à l’obscurantisme et à la violence, plus encore à l’inconnu et à l’abîme.

3. Une politique étrangère plus innovante et réactive : Ben Ali, durant les 23 ans de pouvoir clanique, s’est appliqué à altérer les fondements de la politique étrangère de la Tunisie et a utilisé les missions diplomatiques tunisiennes à travers le Monde comme des relais œuvrant pour les intérêts de son cercle rapproché. Nos diplomates se sont faits complices de cette dérive. Ben Ali a mis à bas le prestige acquis par la Tunisie durant la période du Président Habib Bourguiba qui avait construit une politique étrangère réaliste, réactive et indépendante des puissances étrangères. L’héritage benaliste continue à peser sur notre diplomatie, sinon comment peut-on expliquer le refus de l’Arabie Saoudite d’extrader le dictateur inculte et l’impuissance de nos diplomates à raisonner les dirigeants de ce pays ?. Le citoyen tunisien ne se résigne pas à cette attitude et ne manquera pas dans un prochain avenir de le manifester. En témoigne la campagne initiée par les facebookers à ce sujet.

La Tunisie va-t-elle continuer à alimenter les caisses de la Ligue des Etats Arabes, de l’Union Africaine et de l’Union du Maghreb Arabe au frais des contribuables tunisiens, trois structures d’une inefficacité patente servant à engraisser les fonctionnaires nommés par les différents gouvernements, de ces organismes superflus, anachroniques et clientélistes.

La diplomatie tunisienne persistera-t-elle à tourner le dos à nos amis africains ? L’Afrique, non seulement a besoin de la Tunisie pour son développement, mais elle constitue l’entité privilégiée pour nous offrir la solution propre à résorber le chômage de nos diplômés dans tous les domaines et le surplus de la production de nos industries de transformation et d’équipement. Des accords bilatéraux signés dans les années 60 avec la plupart des pays africains francophones prévoyant la libre circulation des biens et des personnes entre la Tunisie et ces pays sont toujours en vigueur. Le Gouvernement actuel devrait mener une réflexion approfondie sur les échanges possibles entre notre pays et ces pays-frères. Compte tenu de mon expérience africaine, la Tunisie pourrait rapidement installer des dizaines de milliers de cadres et de jeunes promoteurs dans le Continent. Pourquoi ne pas mettre en place une Agence Tunisienne d’Investissements en Afrique ? Celle-ci aurait pour mission d’identifier les opportunités d’investissements en relation avec les capitaux et les entreprises de notre pays, de favoriser le placement des jeunes diplômés par le biais de microcrédits et la recherche des marchés pour écouler nos divers produits de bonne qualité. Selon le principe de réciprocité, notre marché pourrait s’ouvrir aux produits africains à valeur ajoutée culturelle en lieu et place de babioles chinoises fabriquées à faible coût en masse par une main-d’œuvre surexploitée, autre manière d’inonder et de détruire les économies dites émergeantes. L’équivalent des fonds de la Caisse de compensation correspondant à une année pourrait suffire à la mise sur pied de cette agence et à la génération d’une dynamique de coopération Sud-Sud. Le Monde a changé, l’Europe, pour des raisons structurelles liées au modèle capitalistique et de rente financière, ne dispose plus des mêmes possibilités d’emplois à l’intention de nos jeunes. La dette extérieure européenne s’établit fin 2009 à 180 % du produit intérieur brut, fait inimaginable avant la création de la monnaie unique (155% en Allemagne, 187% en Espagne, 191% en Grèce, 205 % en France, 245 % au Portugal). Seules les économies africaines ont la capacité de résorber nos compétences techniques et scientifiques. La langue, la proximité, une culture commune représentent des atouts majeurs pour réussir ce pari/défi.

4. Gestion urbaine calamiteuse : dissoudre les conseils municipaux pour les remplacer par des conseils désignés constitue une démarche non réfléchie et précipitée, dictée uniquement par des considérations politiciennes et non une réponse à des demandes populaires, en dehors de quelques exceptions. Les nouveaux locataires sont peu préparés à la gestion des affaires publiques et leurs premières interventions ont semé le doute sur leur capacité d’appréciation des situations. Les villes tunisiennes deviennent des dépotoirs d’ordures et de gravats, les constructions anarchiques se multiplient à un rythme inquiétant au vu et au su de toutes les autorités du pays. De plus, certaines personnes mal intentionnées empiètent sur les domaines publics (routier, maritime et fluvial). Nos Cités se transforment en bidonvilles. Ce dérapage sans précédent remet en cause nos acquis en matière d’urbanisme et de salubrité publique. A cela s’ajoute le fléau des vendeurs à la sauvette et l’installation de commerçants informels sur les trottoirs, places et voies publiques. La police municipale et ses agents d'application de règlements brillent par leur "invisibilité" !. Il revient au Ministère en charge des collectivités locales de trouver des solutions promptes pour en finir avec cette gabegie dont seuls les bandits tirent bénéfice. Pourquoi ne pas procéder rapidement à l’élaboration d’un nouveau code municipal consacrant plus d’autonomie aux collectivités locales et les dotant d’une vraie police municipale garantissant le respect sans faille des règlements municipaux ?. Des élections municipales pourraient être organisées le 23 octobre prochain pour affermir une légitimité locale.

En résumé, le peuple tunisien attend une gestion plus efficace des affaires publiques et sécuritaires et que le gouvernement renonce à l’attentisme le plaçant dans une position de faiblesse et de vulnérabilité, ce qui renverse les repères de toute la société. L’institution militaire a prouvé son "républicanisme", elle doit jouer un rôle-clé pour accompagner la prochaine phase de transition, post élections de la Constituante.

Terminons avec ces mots d’Eugène Ionesco : "Un médecin consciencieux doit mourir avec le malade s'ils ne peuvent pas guérir ensemble" … humour noir ou vérité annoncée !

Mustapha Stambouli, Ingénieur Enit/Epfl, expert international en planification de développement


Samedi 15 Octobre 2011


Commentaires

1.Posté par BD le 15/10/2011 17:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

"Le désordre est le meilleur serviteur de l'ordre établi"

En effet ,inCHALLAH on mettra en place la khilaphat islamique car le commandement d'ALLAH viendra ,aucune echappatoire pour les traitres ,criminels ,l'occident ,israel et ses sbires ......

Nouveau commentaire :

Actualité en ligne | International | Analyse et décryptage | Opinion | Politique | Economie | Histoire et repères | Sciences et croyances


Publicité

Brèves



Commentaires