Palestine occupée

Tsunami à Gaza, Célébrations de paix à Jérusalem: Inondation


Gilad Atzmon, 28 mars 2007

Traduit par Fausto Giudice


Gilad Atzmon
Vendredi 30 Mars 2007

La secrétaire d’État US Condoleezza Rice a annoncé hier la décision du Premier ministre Ehud Olmert et du Président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas de se rencontrer deux fois par semaine avec la médiation US. Ce sont là de grandes nouvelles pour les Palestiniens et les Israéliens.


À peu près au même moment, au moins neuf Palestiniens se sont noyés dans un “tsunami d’égout » lorsqu’un réservoir de traitement d’eaux usagées a explosé, inondant Umm Al Nisirat, un village dans le nord de la bande de Gaza.
Pendant que dans une conférence de presse pacifique, à Jérusalem Rice disait une fois de plus NON au Hamas, élu démocratiquement et parlait du président de l’AP comme d’un “partenaire pour la paix”, un village bédouin de Gaza étai submerge par ses égouts.


Ce tableau dévastateur montrant un détachement total et surréel entre ces deux événements, entre une tractation politique absurde et une destruction dévastatrice sur le terrain, donne une image de la véritable réalité du désastre palestinien.


Cela reflète le niveau zéro d’engagement humaniste et éthique des dirigeants politiques occidentaux, cela reflète à quel point nous avons abandonné le people palestinien, cela nous rappelle combien nous avons été négligents vis-à-vis d’un people impitoyablement dépossédé depuis six décennies, combien nous avons été aveugles à ce qui apparaît bien comme une souffrance sans fin et sans limites.


Rice a appelé les États arabes de la région à “participer activement au processus de paix”. Elle a aussi salué le plan de paix saoudien comme un exemple de « cette nouvelle manière de penser ». Et voilà que j’en viens à me demander ceci : quand pour la dernière fois, Rice et la famille royale saoudienne se sont-elles retrouvées submergées par des égouts ? Rice a probablement échoué à réaliser que des gens qui se retrouvent inondés par des “eaux traitées” veulent quelque chose de plus significatif qu’un simple “processus de paix”. Mme Rice, ne serait-il pas mieux de commencer par de la nourriture ? AU cas où vous ne l’auriez pas réalisé, votre embargo sur le gouvernement Hamas a provoqué une famine sans précédent à Gaza. 80% de sa population dépend de l’aide du PAM (Programme alimentaire mondial) et de l’UNRWA, l’agence des Nations unies pour les réfugiés palestiniens.
Plus ou moins au même moment où la secrétaire d’État US concluait que les deux leaders allaient discuter sur un “horizon politique”, il était clair que des douzaines de résidents de Umm Al Nisirat étaient portés disparus.
En fin d’après-midi, les eaux avaient reflué, laissant derrière elles un tas de boue puante. Des enfants du village surnageaient sur des portes en bois dans les eaux putrides. Les secouristes pagayaient dans le village à la recherche de victimes. On a vu des vaches et des chèvres paniquées nageant dans la boue pour essayer de reprendre pied.
Au moment où Rice quittait la région, on apprenait que les discussions entre Ehud Olmert et Mahmoud Abbas n’inclueraient pas les trois questions clés : Jérusalem, les réfugiés et els frontières. Quelle surprise.
Au lieu d’aller de Jérusalem à Riyadh, Rice est retournée à Washington. Elel a realisé qu’elle n’avait rien à offrir au sommet des dirigeants arabes. Elle a presque aussi peu à ofrfir que les gens d’Umm Al Nisirat ont à perdre.



Source : peacepalestine
Traduit de l’anglais par Fausto Giudice, membre de
Tlaxcala, le réseau de traducteurs pour la diversité linguistique. Cette traduction est en Copyleft pour tout usage non-commercial : elle est libre de reproduction, à condition d'en respecter l’intégrité et d’en mentionner sources et auteurs.
URL de cet article : http://www.tlaxcala.es/pp.asp?reference=2303&lg=fr



Vendredi 30 Mars 2007

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires