Politique

Troisième mandat pour Poutine: le Kremlin a-t-il déjà trouvé une astuce? (Nezavissimaïa gazeta)


Dans la même rubrique:
< >

Jeudi 24 Février 2011 - 03:59 Ce que j’ai dit à Stuttgart

Jeudi 14 Janvier 2010 - 10:59 Turquie-Russie : amour et tubes



RIA-Novosti
Jeudi 15 Novembre 2007

Vladimir Poutine a avoué il y a quelques jours qu'il avait plusieurs variantes quant à ses futures activités, rappelle jeudi le quotidien Nezavissimaïa gazeta.

Mais une fois de plus, il s'est abstenu de donner une réponse directe à la question de savoir quelles étaient ces variantes. En attendant, parlementaires et analystes politiques discutent passionnément du scénario qui permettrait à l'actuel maître du Kremlin de participer à une troisième campagne présidentielle sans violer la Constitution.

Le sens d'un tel scénario, selon le journal, est très simple. Les résultats des élections législatives seront établis après le lancement de la campagne présidentielle. Par conséquent, si M. Poutine devient député et démissionne du poste de président, il sera impossible de décréter une élection présidentielle anticipée, car l'élection ordinaire sera déjà fixée conformément à la législation en vigueur. Dans ce cas-là, Vladimir Poutine ne sera pas concerné par la norme spéciale de la loi interdisant au président dont la démission précoce a occasionné la tenue d'une élection anticipée de se porter candidat à cette élection. La disposition constitutionnelle interdisant à une seule personne d'occuper le poste de président russe pendant plus de deux mandats consécutifs sera également contournée, M. Poutine participant à la campagne électorale en tant que parlementaire ordinaire.

Selon une source proche de l'administration présidentielle, le chef de l'Etat n'a pas encore pris de décision définitive: "Le président hésite, bien que son entourage pense qu'il n'y a pas d'autre possibilité de le maintenir dans le fauteuil de leader de la nation".

Vladimir Poutine, d'après ce même responsable, pourrait même ne pas devenir député mais tout simplement émettre un décret sur sa démission vers la mi-décembre. Bien entendu, ceci ne pourra se produire qu'après une victoire écrasante de Russie unie aux législatives du 2 décembre et après qu'un mouvement populaire massif aura prié le président de rester, a-t-il précisé.

Les bases de la future "supplication" du peuple sont déjà en pleine élaboration et seront achevées après la réunification du mouvement "Pour Poutine!" et du mouvement des sympathisants de Russie unie, prévue pour le 21 novembre à Moscou, affirme le responsable.

Le contexte publicitaire de l'annonce par M. Poutine de son acceptation contrainte de la principale exigence du peuple pourrait rappeler le congrès pré-électoral du "parti du pouvoir" (Russie unie) le 1er octobre, lorsque le chef de l'Etat a été "attaqué" par des tisseuses, des trayeuses et des académiciens, poursuit-il. "Tout ceci pourrait être présenté comme une décision impromptue après consultation directe avec les masses populaires", ajoute le fonctionnaire, affirmant en outre que le Kremlin n'envisage déjà plus d'autres variantes de l'avenir poutinien.

Cet article est tiré de la presse et n'a rien à voir avec la rédaction de RIA Novosti.


Jeudi 15 Novembre 2007

Actualité en ligne | International | Analyse et décryptage | Opinion | Politique | Economie | Histoire et repères | Sciences et croyances

Publicité

Brèves



Commentaires