Palestine occupée

Tragédie de Gaza : silence complice des instances internationales



Vendredi 25 Janvier 2008

Tragédie de Gaza : silence complice des instances internationales
Crise politique, crise géopolitique, crise de confiance, tout cela est vrai, tout cela est évident mais en profondeur, il s'agit d'une crise beaucoup plus grave, beaucoup plus pernicieuse : celle des valeurs. Qu'Israël, ennemi juré des nations arabo-musulmanes s'acharne sur Gaza, qu'il y donne en spectacle tout ce qu'il cumule de haine, de férocité, de barbarie instinctive contre les Palestiniens n'est vraiment pas surprenant. Après tout, c'est un régime-outil, planté au cœur du Moyen-Orient pour y semer le trouble et rappeler à la postérité que l'homme est aussi capable du pire. Ce qui est surprenant et au-delà scandaleux, c'est ce mal inguérissable qui s'appelle « l'indifférence » et qui frappe à chaque démonstration de force sioniste la quasi-totalité des enceintes internationales. Et ce mal là, c'est le reflet d'une profonde crise des valeurs. Alors que Gaza entre bientôt dans le quinzième jour de son interminable pénitence, une pénitence qui vient de pousser ses habitants à forcer les barrages et à affluer vers l'Egypte voisin pour y chercher de quoi vivre ou mieux dit survivre, le monde entier feint de ne rien voir ! Et c'est là l'amère réalité qui révolte les Iraniens et à leur tête leur Président lequel depuis le début de l'offensive a presque frappé à la porte de tous les Etats arabes de la région, petit comme grand, pour que ces derniers fassent le nécessaire et qu'ils usent de leur influence auprès de qui on sait pour mettre fin aux massacres. C'est encore fidèle à ce même état d'esprit que les députés du Majlis islamique ont défilé hier dans les rues de Téhéran avant de lire en public une lettre où ils appellent solennellement les présidents et les députés de tous les parlements du monde à condamner l'attitude génocidaire d'Israël. C'est qu'agir aux crimes d'Israël, les condamner, et faire en sorte qu'ils cessent pour de bon, revient à réhabiliter le respect pour les droits de l'être humain à vivre dignement, soit ce même droit si souvent exploité à des fins politiques en Occident. Au terme de deux jours de débat, le Conseil de sécurité des Nations unies vient d'émettre une résolution qui se contente, hélas, d'exprimer « des inquiétudes » quant à la situation qui prévaut en ces heures tragiques à Gaza. Ce n'est pas ainsi qu'il pourrait se re-légitimer aux yeux de ces populations, de plus en plus nombreuses à travers le globe qui n'y voient qu'une grotesque caisse de résonances des intérêts idéologiques, économiques et politiques des puissances. Quant aux Etats arabes de la région qui viennent tout juste d'offrir leur hospitalité légendaire au criminel Bush, c'est une autre attitude que l'on attend : qu'il prête oreille un seul instant à cette belle parole du grand Prophète : « l'acte le plus vertueux en Islam c'est de mettre les autres musulmans à l'abri du mal ».

http://french.irib.ir http://french.irib.ir



Vendredi 25 Janvier 2008

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires