Conflits et guerres actuelles

« Toute cette opération [Pakistan] est liée à ce qui va se passer dès le 3 janvier »



Lundi 31 Décembre 2007

Ce que Lyndon LaRouche a dit jeudi à la suite de l’asassinat de Benazir Bhutto, tient debout . Les autres personnages publics qui se sont exprimés n’ont aucune idée de ce qui est en train de se passer. Le simple fait qu’ils ouvrent la bouche signifie déjà en soi que ce qui va en sortir est faux.

« Regardez », a dit LaRouche vendredi, « la question ici ne porte pas sur des candidats, ni sur des personnalités du Pakistan ou associées au Pakistan. Cela n’a rien à voir avec la situation. Ce sont seulement des aspects frictionnels.

« Le fait est que toute cette opération est liée à ce qui va se passer dès le 3 janvier . C’est en rapport avec la crise financière, et c’est tout. N’essayez pas d’interpréter ça par déduction. Evitez tout raisonnement déductif. Cela implique des personnalités ? Ca n’a rien à voir avec des personnalités ! C’est une menace pour certaines choses, mais lesquelles ? C’est une menace de déstabilisation du système mondial. Une réponse au fait que le système financier, après le 3 janvier, va se désintégrer. C’est cela-même qui est en jeu !

« Il ne faut pas tomber dans des interprétations en termes de personnes, il faut éviter les bavardages. Tout ceci est en lien direct avec la crise financière, qui prend un nouveau tournant et crée une situation de chaos potentiel. Cette crise financière est le détonateur de la bombe. Comme nous l’avons dit hier, il y a quelqu’un dans le système britannique qui est en train de jouer contre le reste du système. Donc, n’écoutez pas les interprétations qui pourraient sembler normales : jetez-les ! Si ça ressemble à une interprétation normale, jetez-la ! Nous sommes dans une situation totalement anormale, et il ne peut y avoir qu’une explication anormale. Et le fait est que nous sommes face à une crise financière. C’est une crise financière globale, et rien d’autre. Qui va survivre à l’éclatement du système ? C’est ça, la question. C’est une question globale, ce n’est pas simplement l’Asie du Sud-Ouest.

« Le plus important, c’est que la décision a été prise : le système est en train de tomber ! Le système va se désintégrer. Le système financier international va se désintégrer. Il va se désintégrer très bientôt, et quelqu’un envisage d’en sortir vainqueur ! C’est la fin du jeu ! Ce n’est pas une question de rivalité ou de compétition. C’est la fin du jeu ! Et quelqu’un est en train d’orchestrer cette fin de partie ! Les Britanniques, ou du moins ceux qui se trouvent au plus haut niveau, ne jouent pas pour un côté ou un autre. Ils ne jouent pas les places d’honneur, ils jouent pour celle de maître du jeu. Ils jouent la place de maître du jeu, pour leur survie. Mais c’est le maître du jeu qui veut s’auto-proclamer maître du jeu. Ce ne peut être que quelqu’un parmi l’establishment britannique qui a déclenché ça.

« Il faut prendre ce genre de considérations au sérieux, et oublier tous les soi-disant indices. Car les indices ne valent rien dans de telles conditions : l’indice qui indique telle ou telle direction, oubliez-le, jetez-le !

« N’essayez pas de l’interpréter. N’essayez pas d’être crédible. Car, si la plupart des gens y croient, c’est que ce n’est pas vrai ! Si la plupart des gens sentent que c’est plausible, c’est que ce n’est pas vrai ! Telle est la nature du jeu.

« Le facteur chaos est présent. Vous ne savez pas qui fait ça, parce qu’il y a tant de gens en concurrence. Chacun fait quelque chose de différent. Donc on peut se poser la question : qui fait ça ? Aucun d’entre eux ! La personne qui fait ça, c’est celle qui est en train d’orchestrer le chaos.

« Comment bousiller le monde ? On a déjà vu ça auparavant. Vous avez par exemple l’assassinat de Kennedy. Il y a eu la guerre du Vietnam, qui était impossible à l’époque sans l’assassinat de Kennedy. Voilà le genre de choses face auquel nous sommes. Vous allez voir les événements s’enchaîner. Le système va être saturé par des chocs successifs. Des gens vont arriver avec leur interprétation - Ils auront tort ! Ils verront que c’était une mauvaise interprétation seulement lorsque le prochain événement sera différent de ce qu’ils auront prévu. Ils auront alors deux événements, ils tenteront de les expliquer, puis le troisième arrivera - Ils auront tout faux ! Il ne faut en aucune façon essayer de tirer des conclusions par des méthodes déductives, en partant d’indices. Car nous n’avons pas de preuves. La seule preuve, c’est le jeu dans son ensemble, avec toutes ses parties - et vous ne les avez pas encore ! Donc, vous devez vous demander : "Qu’est-ce qui caractérise l’ensemble de cette période de l’histoire ?" Alors vous pouvez comprendre de quoi il s’agit. Voilà ce dont je parle. Tout le monde a tort sur ce genre de choses ; c’est mon bébé !

« Pas de conclusions déductives ! Le Pakistan n’est pas le seul endroit qui sera détruit ; le monde entier sera détruit. C’est ça le jeu dans lequel nous sommes pris !

« Les gens sont idiots, car ils disent : "Vous ne pouvez pas dire ça ! Concentrons-nous sur les faits, concentrons-nous sur les faits." Mais le fait est que nous sommes à un point d’éclatement du système monétaro-financier international. Ce n’est pas un effondrement, ce n’est pas une dépression. C’est une désintégration des fondements sur lesquels la civilisation dans son ensemble dépend aujourd’hui. Voilà le jeu. On ne peut pas expliquer ce genre de chose si on ne prend pas en compte le jeu dans son ensemble. Les événements s’enchaînent ; dévoilant une opération de chaos. La tendance générale va vers le chaos, c’est une opération de chaos. Dans une opération de chaos, n’essayez pas d’attribuer le chaos à des individus qui ne cherchent pas le chaos.

« Nous ne savons pas qui est le coupable, nous ne savons pas quelle faction. Nous pouvons identifier la nature de la faction en cause. Mais l’identité précise de la faction, nous ne l’avons pas. Nous savons ce qu’ils font ; nous savons dans quel but ils sont en train de jouer de la sorte. C’est clair. Mais qui sont ces personnes, nous ne savons pas ».

http://www.solidariteetprogres.org http://www.solidariteetprogres.org



Lundi 31 Décembre 2007


Commentaires

1.Posté par souad le 31/12/2007 12:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Eh bien quand on en sait aussi peu, on la ferme ! Et au cas ou le monde disparaitrait, que fera celui qui a provoqué ce chaos si il reste tout seul. Il va jouer à la bourse avec des robots.
Allé, allé, sacré Larouche, toujours le mot pour rire,

2.Posté par al akl le 31/12/2007 14:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Après ;
Je suis l’unique solution.
Voici ;
Ne réfléchissez pas c’est trop compliqué vous ne pouvez pas comprendre

Le tout sur un mode quasi hypnotique.

On serait tenté de dire : pauvre type il a pété les plombs, mais il sait très bien ce qu’il fait. Un pion sur le grand échiquier, un de plus, à qui le tour.

En attendant la crise ne l’est pas pour tout le monde :

Goldman and Sachs vient de faire un plus value de plusieurs milliards, en pariant sur la chute des subprime justement. Là ou il y a des petits perdants, il y a de gros gagnants. Les trois traders vont toucher un bonus qui oscille entre 15 et 20 millions de dollars, le patron verra la sienne grimper à 60 millions. Il s’agit de primes ponctuelles.

Maintenant ce n’est plus pauvre type que l’on sera tenté de dire, mais ignoble personnage.

3.Posté par Tarajeat Marie-Thérèse le 31/12/2007 15:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


ILS ENGRANGENT un max de liquide (voir les sommes colossales de liquidités
pour soutenir le système depuis aout 07 ) c'est les riches qui vont continuer a

jouer en bourse LE JEU les peuples "d'en bas " eux vont passer a la PUCE

PAS DE PUCE PAS D'ACHATS . pour les peuples "d'en bas " plus de liquide
j'espère que vous savez comment le système PUCE va fonctionner ?

les riches auront raflés TOUT et ils joueront UN JEU pour eux ,UN JEU

terrible car ils vont se bouffés entre eux ,la bête a deux têtes
c'est comme cela que j'analyse l'intervention de Mr Cheminade

4.Posté par mouaip le 31/12/2007 18:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

il a pas tort, même s'il est évasif.

bush et le gouvernement américain ne sont que des courroies de transmission, les donneurs d'ordres sont tapis derrière... ils s'en foutent de l'amérique, l'ue ou la chine, ils vont là où est leur intérêt...

comme on est en train d'assister à l'agonie de la puissance économique américaine, avec un dollars qui se déprécie, et une dette colossale qu'il faudra bien rembourser un jour au reste du monde, on peut s'attendre à un dernier sursaut des USA avant leur ruine complète...

et en dehors de leurs dollars qui valent plus rien en vérité, et qui ne tiennent qu'à cause de la complaisance des producteurs de pétrole qui maintiennent la demande en dollars avec un baril à 100$, la seule chose de concrète sur laquelle ils peuvent compter, c'est leur technologie militaire.

le meilleur moyen de solder ses dettes à bon compte, c'est de ruiner ses créanciers...

si je dois 1000 euros à mon voisin et qu'il est en mesure de les réclamer... mais que je suis le seul dans le voisinage à avoir un fusil... il me reste plus qu'à utiliser mon fusil d'une manière ou d'une autre.

pas forcément en le menaçant, je peux être plus subtil: je peux en douce lui envoyer des voyous tout casser dans sa maison... sachant que je suis le seul avec un fusil, il va bien finir par m'appeller et me demander d'intervenir... comme rien n'est gratuit dans ce monde, j'accepterais d'aller faire le ménage, et à la fin, c'est lui qui me devra de l'argent...

c'est qu'un exemple simplifié mais ça illustre bien la situation: dans toutes les situations politiques, l'ultime recours c'est la force.

c'est la raison pour laquelle à travers l'histoire, chaque souverain investissait dans son armée. on ne négocie sur un pied d'égalité qu'avec ceux qui sont aussi forts que vous. les autres ont les écrase. c'est bien le développement de la technologie militaire en europe qui a permis la colonisation et l'esclavagisme. face aux canons et armement moderne, les autres peuples pouvaient pas lutter avec des flèches et des épées.

aujourd'hui les seuls à avoir une puissance militaire démesurée sont les USA... bien entendu que s'ils sont proches de la ruine ils vont tenter de s'en servir...

et je parle pas du peuple, je parle bien des quelques familles d'oligarques qui dirigent tout en douce.

5.Posté par coolzen le 02/01/2008 13:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Faut arrèter de nous prendre pour des imbéciles !
Bien sur, nous savons qui manigance ces catastrophes financières programmées et organisées, toujours les mèmes. Ceux qui s'en mettaient plein les poches avant, continueront de gagner après. Pensez-vous qu'ils soient prèts à làcher leurs privilèges ? Non, ils vont trouver d'autres systèmes leur permettant de s'enrichir en empèchant toujours certains pays et continents d'accèder à la richesse.
En ce moment, quelques-uns ouvrent les yeux et se rebellent contre la Pieuvre Blanche de la Finance Mondiale qui s'empresse de réagir afin d'empècher toute aide à ceux qui ont l'audace de vouloir se développer. L'argent n'a pas d'odeur mais il a une couleur : BlancProSion !

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires