Palestine occupée

Tous les chemins n’ont pas mené à Gaza puisque la tragédie continue ! En hommage à tous les Palestiniens, les morts et les vivants...



Mardi 29 Décembre 2009

Tous les chemins n’ont pas mené à Gaza puisque la tragédie continue ! En hommage à tous les Palestiniens, les morts et les vivants...
Le cataclysme corporel de la douleur est puissant... il suffit d’une image, d’une musique, d’un de ces chants écrits pendant Gaza, pour que se remette en action cette incroyable processus mental qu’est la désespérance... C’est le froid qui a enveloppé Paris ces derniers jours qui m’a rappelé à la réalité du temps qui passe… une année s’est écoulée depuis les massacres, une terrible année durant laquelle nous avons été sans cesse habités par ce deuil d’avoir vu en direct nos frères et nos sœurs emportés sauvagement par la barbarie sioniste sans avoir pu les sauver... Le froid est tombé sur Paris et un mal-être indicible m’a envahie ... comme si mon âme s’est instinctivement sentie habitée à nouveau par la tragédie de Gaza. Je suis sûre maintenant, que pour le restant de ma vie le froid, sera associé à l’émotion, à l’indicible douleur ressentie pendant ce Guernica que nous avons vécu en direct ...

Gaza ce fut pour moi, toute la noirceur du monde des ténèbres causée par des faiseurs de morts qui ont définitivement perdu toute leur humanité. Et ce massacre, par sa barbarie, sera écrit en lettres capitales à tout jamais dans la mémoire de l’humanité ... brutal, sauvage, féroce, primitif, indicible...

Parce que Gaza c’est peut être d’abord cela pour moi, des mots qui n’ont pas réussi à traduire la terrifiante réalité, ni les peines, ni les émotions; l’impossibilité de parler et de donner du sens à ce qui nous parvenait en direct des chaînes de télévision arabes qui courageusement montraient aux hommes (du moins à ceux qui avaient l’honnêteté de rechercher la vérité) du monde entier la sauvagerie d’un massacre... Gaza ne fut pas une guerre ! Une guerre a ses règles qui lui sont propres ! Dans une guerre, il y a deux parties qui combattent à armes plus ou moins égales !!! Gaza ne fut rien de cela. Gaza fut un génocide, gaza fut un Holocauste commis sur des milliers d’enfants, de femmes et d’hommes totalement innocents et dépourvus d’armes de défense! Ce n’était pas un mauvais rêve que nous avons fait... juste l’un des pires cauchemars de l’Histoire que des hommes ont dû affronter ...

Gaza ne fut rien de moins que le déchainement de toutes les forces du mal qui peuvent s’exercer sur des êtres humains qui n’avaient aucun moyen d’échapper à l’enfer qu’ils étaient en train de vivre!

Choc et effroi. Comment parvenir à mettre en paroles ce samedi matin du 27 décembre 2008 et le sentiment d’anéantissement ressenti à nouveau (le même me semble t-il que celui ressenti vingt cinq ans plutôt devant l’indicible spectacle macabre de Sabra et Chatila) à la découverte de tous ces corps d’hommes jonchés sur le sol ? Comment raconter cette envie d’hurler ma colère éprouvée à la vue de ce tableau kafkaïen. Même ma bouche ressent encore le terrible goût du sang. Apre... Envie de crier alors qu’aucun son ne pouvait sortir.

Nous sommes tous devenus pendant trois semaines des observateurs impuissants de la noyade dans les abîmes de la douleur de tant de femmes, d’enfants, d’hommes.

Comment oublier, quelques jours seulement avant la fin des bombardements, le flot de sanglots de larmes d’Izz el-Deen Aboul Aish, qui en direct sur une chaîne de télévision israélienne révélait au monde entier ce que peut-être l’atrocité de la douleur des hommes atteint par la folie d’autres hommes qui enlèvent si sauvagement la vie. Izz el-Deen Aboul Aish a poignardé nos consciences à chaque seconde de cette douleur inqualifiable venue du tréfonds de son âme : ignoble, dévastatrice, inhumaine...

Question récurrente, obsédante qui ne cessait de se poser à moi pendant tous ces jours si noirs ; comment tous ces êtres humains pourraient survivre à autant de douleurs, à autant de peurs ?... Je crois pourtant que depuis le premier jour de mon histoire avec la Palestine j’ai eu la réponse... tellement limpide qu’elle nous brusque tous par son évidence, nous qui sommes encore à la recherche d’une réponse personnelle au sens de notre vie... La vie est en chaque Palestinien ; vive, tenace, indestructible malgré la barbarie agissante à leur encontre. Chaque homme et chaque femme palestiniens qui a accepté de lutter pour la libération de sa terre a en effet donné autant de sens à sa vie qu’à sa mort me semble t-il ... Combien d’entre nous peuvent se prévaloir d’avoir trouvé cette réponse ?!

Comment traduire aussi par des mots cette communion de millions d’hommes et de femmes qui à travers la planète, durant ces trois semaines massacres, dans un même élan de compassion se sont tous sentis des Palestiniens. Au fur et à mesure des largages de bombes à l’uranium appauvri et au phosphore, il nous a semblé assister à un brusque réveil d’un monde endormi jusqu’alors dans le coma profond de l’indifférence. Sursaut qui, pour ceux qui l’ont vécu, nous a fait retrouver la force de l’espoir que plus jamais aucun gouvernement, aucune institutions internationale sur cette terre n’allait permettre que s’exerce l’odieuse oppression sioniste sur le peuple palestinien. Mais que traduisait donc en réalité ce besoin de se retrouver ensemble et de battre les pavés du monde entier ? Un simple moyen de se décharger d’une émotion personnelle trop culpabilisante ou bien d’une compassion sincère et une volonté de venir durablement en aide à ces frères d’humanité ?... La réponse ne fut que trop évidente...cet espoir porté si haut en nous et qui nous avait donné le courage de donner le meilleur de nous a bien vite été ébranlé ...

Ce fut un constat troublant et amer que de voir cette société civile qui s’était mobilisée avec une force si bienfaisante pour l’âme, le temps des bombardements et de tout ce sang qui coulait à flot, voir détourner le regard à nouveau aussitôt la proclamation d’un soi-disant cessez le feu venant des criminels.... Comment pouvait-on croire qu’avec le départ de ces chars de la mort et de cette aviation satanique que Gaza allait être épargnée pour autant ? Un véritable cessez-le-feu dans la bande de Gaza aurait dû être l’ouverture des points de passages aux frontières. Pourquoi tous ces gens ont-il refusé de voir et de comprendre qu’il ne peut y avoir retour à la vie dans la bande de Gaza sans le passage d’un flux d’approvisionnements. Le blocus sur terre, sur mer et dans les airs contre un million et demi d’êtres humains est un acte de guerre, tout autant que les largages de bombes ou les tirs de roquettes. N’est-il pas ? Le blocus de Gaza n’a pas été levé ; la tyrannie du monde entier s’est exercée une année de plus, depuis combien de temps exactement le monde assiste t-il à la lente extermination du peuple palestinien... se souvient t-il même encore du début de l’ignominie?...

D’ailleurs a-t-il jamais été confronté à la vérité vraie ou n’a-t-il plus que pour tout repère que les vils mensonges répétés à l’envi par tous ceux qui ont toujours eu besoin de cacher leur terrifiante culpabilité et surtout par ceux, pour qui cette terre de Palestine représente tel un cadastre divin, la terre promise par Dieu qu’il faut obtenir à n’importe quel prix, même au prix de rivières de sang ! Le rêve à réaliser pouvant servir à justifier pleinement la bestialité de l’action à mettre en œuvre...

Plus de trois ans déjà de total enfermement, d’une asphyxie savamment orchestrée par tous les maîtres à penser de la planète, trois longues et terrifiantes années durant lesquelles un peuple se meurt à petit feu!... Les Occidentaux sont en effet devenus les maîtres dans l’art de la torture de masse et cela fait longtemps que la terre de Palestine est leur terrain de prédilection à tous. Et rien en face pour contenir l’indicible barbarie, si ce n’est le silence, l’odieux silence de l’indifférence et de la complicité des hommes.

Réveil brutal et cruel sur un feu de paille qui s’est consumé à une vitesse fulgurante ; retour rapide d’une masse humaine à son monde anesthésié dans lequel elle a définitivement choisi son camps ; celui des âmes mortes ! Ce blocus qui paralyse totalement la vie dans la bande de Gaza ne les touche pas, cette guerre-là ne les intéresse pas ... elle ne produit pas les rivières de sang de Gaza, elle extermine bien trop lentement, sans faire de bruit... Et puis la regarder en face pour ce qu’elle est précisément signifierait une obligation de fait de s’inscrire dans la durée, d’être capables de produire des sacrifices qui manifestement ne peuvent pas être. Incompatibilité totale du don de soi et de la recherche d’une vie confortable qui est le but suprême à atteindre nous conseille t-on de penser très fortement depuis la plus tendre enfance, nous les filles et les fils de cet Occident égoïste, nous avons renoncé à intégrer dans nos programmes de vie l’extrême douleur des opprimés palestiniens. Il n’y a aucune place dans les programmes d’éducation à la citoyenneté enseignés dans l’école des démocraties pour l’apprentissage au renoncement d’un peu de sa richesse et d’un peu de son temps pour cet autre qui vit la souffrance et dont on est bien devenu incapable de ressentir la profondeur!

Dans cette route souvent solitaire de cette recherche de sens à donner à cette injustice permanente exercée contre le peuple palestinien il y a aujourd’hui l’absolue certitude que la Palestine est devenue le baromètre de l’état politique, judiciaire et moral du monde. Qu’on se le dise, jamais l’état de ce baromètre n’a été aussi désastreux... La Palestine est en effet l’abominable concentré de toutes les défaillances observables dans notre monde contemporain.... une lecture du fonctionnement du monde peut entièrement être faite à partir de ce qui se trame jour après jour en Palestine ; c’est tellement vrai que cela en est parfaitement effrayant... Et la vraie question qui se pose aujourd’hui est : qui sert les intérêts de qui ? S’il pouvait nous sembler il y a encore quelques années que c’était l’Occident qui servait les intérêts d’Israël ; la lecture doit certainement se faire aujourd’hui dans l’autre sens... tant ce que nous avons à constater met un ensemble de données qui ne peuvent s’expliquer que de cette façon-là.

Ce que les Palestiniens doivent en effet supporter, c’est un soutien sans faille des politiques du monde entier (il n’y a d’ailleurs que dans cette conspiration permanente vis-à-vis des Palestiniens que les frontières sont si minces entre cet Occident et cet Orient lamentablement complice) à la politique criminelle sioniste ; c’est une inertie éhontée de la communauté internationale avec un intolérable « double standard » de la part des organisations internationales. L’entité sioniste qui viole depuis soixante et une longues années des centaines de résolutions onusiennes en toute impunité n’a jamais été mise au banc des nations et a toujours pu s’en tirer sans la moindre sanction ! Pouvons-nous continuer ainsi sans lutter de toutes nos forces pour que les organisations internationales parviennent au respect de la loi ; cette loi internationale qui semble totalement inapplicable dès lors qu’il s’agit d’israël! Pouvons-nous poursuivre notre existence sans voir le moindre signal s’allumer que des mesures concrètes vont être prises pour reprendre le contrôle de ce droit international et pour faire en sorte qu’il soit appliqué pleinement pour sauvegarder les droits des Palestiniens mais aussi les droits de l’humanité dans son ensemble ?

A quoi bon l’ONU et tous ces pseudos institutions droit-de-l’hommiste si ce signal ne vient pas? A quoi bon les centaines de rapports qui constatent les viols de la loi mais qui ne contraignent jamais à payer les coupables avérés? Qu’est ce qui permet que depuis 1948, la loi ne peut être agissante pour protéger les Palestiniens ? Cette loi qui dit pourtant tellement de choses ... que les réfugiés doivent pouvoir rentrer en Palestine ; que l’annexion des terres doit cesser ; que les constructions des colonies doivent être définitivement gelées et pas seulement pour durant un moratoire de dix mois qui ne représente risiblement que le temps nécessaire pour finaliser les multiples chantiers déjà mis en construction..., que le mur de la honte doit tomber ; que les arrestations quotidiennes arbitraires de dizaines de Palestiniens et la torture qu’ils subissent dans les geôles sionistes doivent s’arrêter, que Jérusalem fait partie des territoires occupés de 1967 et a vocation à être la future capitale de l’Etat palestinien, que les Palestiniens ont le droit d’exercer pleinement leur autodétermination comme n’importe quel autre peuple du monde? Dois-je continuer ?!

C’est la loi, jamais contraignante vis-à-vis de l’entité sioniste conjuguée à l’amoralité des dirigeants politiques du monde entier, qui nous donne à observer chaque semaine davantage une terre de Palestine littéralement mutilée et défigurée à cause de cette guerre coloniale menée par cet Israël nourri par un racisme viscéral. La Cisjordanie est lacérée de routes stratégiques, gangrenée par plus de 700 checkpoints, métastasée par des centaines de colonies, nettoyée ethniquement parlant à Jérusalem-est comme jamais elle ne l’a été... Les Palestiniens sont parqués dans des camps depuis plus d’un demi-siècle en étant soumis continuellement aux brutalités et aux humiliations, assiégés sur un territoire qui fond chaque jour comme peau de chagrin... Mais ni le monde, ni le droit international ne sont là pour stopper la bête immonde qu’est l’idéologie sioniste raciste jamais repue de terre et de sang...

Et le monde, dans son cynisme absolu, voudrait nous faire croire qu’il y a symétrie entre les occupants et les occupés, les victimes et leurs bourreaux ? Que les hommes se réveillent de la torpeur dans laquelle ils sont plongés et que pour une fois, il se fasse violence et qu’il prenne le temps de réfléchir à cette angoissante interrogation ? Avons-nous renoncé pour nous-mêmes au concept de justice ou bien cet abandon de la loi qui transforme le monde en une jungle des plus sauvages n’est-il supportable à nos yeux que pour les Palestiniens ?

Si nous sommes encore debout, ne serait-ce qu’un peu, nous nous devons de réagir et de nous comporter en hommes et pas en ces monstres que nous sommes en train de devenir! Car, quand la loi est incapable d’être agissante, et que les hommes acceptent que la justice ne soit pas rendue envers les victimes c’est que le monde a signé son acte de décès moral depuis longtemps déjà.

La priorité absolue, et il n’y en a pas de plus urgente, est que cette loi internationale qui condamne le blocus que ces démocraties vacillantes du monde entier ont instauré dans le mépris le plus absolu qu’elles ont des Hommes et dans la fureur de la haine de l’islam qui est la leur mette un terme définitif à cette infamie qui n’a aucun autre équivalent dans le monde. (C’est la que l’on mesure bien qu’il n’y a qu’une seule et même problématique dans le monde aujourd’hui : l’islam. Punir toute une population parce qu’elle a voté Hamas lors d’un scrutin dont tout le monde a dit qu’il était démocratique c’est leur signifier de fait qu’en eux ce sont les croyants pratiquants que l’on emprisonne dans une prison à ciel ouvert, rien de moins ! C’est la foi du résistant que l’on veut ébranler pour le voir plier jusqu’au renoncement.)

Depuis plus de trois ans Gaza est blessée, défigurée, amputée par la barbarie exercée par le monde entier... L’utilisation du terme « blocus » traduit d’ailleurs bien mal ce qui se cache derrière l’odieuse réalité, ce dont on parle c’est d’un siège et donc d’une guerre dans laquelle le démon égyptien vient d’ouvrir un nouveau front avec son mur d’acier construit en collaboration avec les Américains ! Dans son désir abject de mieux plaire à ses maîtres, il vient en outre de faire savoir au monde entier qu’il ne laissera pas passer toutes ces femmes et tous ces hommes courageux qui se dirigent vers Gaza pour briser le siège et le silence. Il n’y a jamais de limites aux trahisons des collaborateurs !

La priorité absolue est de parvenir à redonner de l’espoir à ces hommes et ces femmes qui luttent seuls. L’indifférence parce qu’elle est une complicité active tue chaque jour en terre de Palestine.

C’est un mea culpa individuel qu’il convient en effet de faire ! La passivité qui est la nôtre tue chaque jour les Palestiniens de Gaza; elle a pris la vie de centaines d’innocents l’hiver dernier lors de l’opération sioniste, laissé des milliers d’entre eux gravement handicapés ; des milliers d’autres dans le dénuement le plus absolu et condamné cette année davantage chacun d’entre eux au désespoir de voir les hommes agir avec leur conscience d’hommes. Comment le monde peut-il vivre en sachant cela ; comment l’indignation des hommes peut être aussi sélective ? Nos valeurs morales sont-elles à ce point perdues ou bien est-ce le diktat collectif qui s’exerce depuis soixante ans dans nos sociétés exigeant de chacun d’entre nous, qu’une seule mémoire soit active, qui conduit la majorité des hommes à se faire invisibles et silencieux dès lors qu’il s’agit de dénoncer la politique criminelle conduite par nos dirigeants et par Israël.

Quel est donc la force de ce rouleau compresseur qui entame notre dignité d’hommes ?

Nous avons à demander pardon aux Palestiniens ! Eux sont là pour nous alors que nous, nous montrons odieusement absents pour eux ! Nous ne mesurerons en effet jamais assez tout ce qu’ils ont apporté à nos vies à travers leur comportement unique. Chaque jour, nous nous nourrissons de leur courage, de leur patience et de leur détermination à lutter pour la liberté. Que faisons-nous pour les remercier de ne pas nous faire oublier ces valeurs en perdition dans notre monde dit civilisé ?

Comment est-il possible que tous les chemins (politiques, judiciaires, moraux) n’aient pas mené à Gaza durant ces derniers mois ? Telle est en définitive, à quelques jours de la commémoration du premier jour des bombardements sur le camps de concentration de Gaza, l’obsédante question qui ne cesse de se poser...

Nelly Leboucher


PALESTINE 400 PHOTOS


Mardi 29 Décembre 2009


Commentaires

1.Posté par Al damir le 29/12/2009 11:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Un seul mot suffit à l'adresse de ces pays qui se proclament civilisés et défenseurs des Droits de l'homme : Honte, Honte, Honte à vous. N'avez-vous plus la moindre conscience??

2.Posté par redk le 29/12/2009 11:34 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Texte poignant de la réalité d'un monde injuste, d'une déshumanisation des êtres, comment se prétendre humain en restant passif devant la plus ignoble des injustices, l'extermination pure et simple d'un peuple, si pour l'humanité, tous les chemins ne les mènent pas a Gaza, ne resteront que les chemins qui mènent à sa perdition!!

3.Posté par Isula le 29/12/2009 19:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

mais pourquoi tout ça ?????????????
Bien installée devant mon ordi loin de cette horreur je me dis que j'ai bien de la chance d'être en France ! Pauvres gens !

4.Posté par Aigle le 29/12/2009 22:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Pourquoi tout ca ? ...Bonne et pertinente question ....Reponse : Les sionistonazis de la planete ont decidé du CHOC DES CIVILISATIONS depuis les années 80 et le corollaire de ce CHOC c'est la Fascisation des sociétés occidentales qui ont luttées pour arracher leur Liberté depuis la révolution française

5.Posté par dik le 30/12/2009 15:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Cet article est un cri du coeur. Après un siège de deux ans d'une population innocente, déjà souffrant de tous les maux, viennent les bombardements au phosphore blanc et la destruction massive des âmes, des abris, même des animaux et des plantes, que dis-je? des écoles, des hôpitaux et même des cimetières.

Un cri du coeur d'un côté, de l'autre :

- Des citoyens du Sionistan avaient installé des chaises longues aux abords de Ghazza pour jouir du spectacle macabre accompli par leurs compatriotes sanguinaires,

- Les sbires du Fatah de Mamoud Abbas avait organisé un comité d'accueil aux postes frontières égyptiens pour récupérer les dirigeants du Hamas qui s'enfuiraient,

- Abou lghâ'it, le Ministre des AE égyptien déclarant, toujours à l'époque de la guerre, qu'il briserait les jambes aux palestiniens qui forceraient les frontières égyptiennes,

- Sarkosy, Merkel, Blair, Solana ont volé au chevet du Sionistan pour l'assurer de leur soutien total, mais pour mieux faire encore dans le bal des vampires, Sarkosy envoie une vedette assurer la sécurité maritime du Sionistan!

Que doit-on attendre de ces personnages inqualifiables?

Nouveau commentaire :

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires