Propagande médiatique, politique, idéologique

Toujours à propos des mensonges et omissions d’Arte


A propos de l’émission passée sur ARTE le mercredi 9 Décembre 2009 relatant l’Histoire du Grand Mufti de Jérusalem, collaborateur de l’Allemagne nazie.
Pour rappel : sans préjuger de la qualité du documentaire, notre crainte était qu’il soit exploité aux fins de « nazifier » les Palestiniens. A lire les réactions ci-dessous, il y avait de quoi. « L’Histoire » contée sur ARTE était politiquement très orientée....et peu respectueuse de l’Hstoire.


G. Achcar, A. Lacroix-Riz & D. Vidal
Lundi 21 Décembre 2009

Husseini, dont la nomination a été décidée par les sionistes et les anglais...
Husseini, dont la nomination a été décidée par les sionistes et les anglais...

Réactions de

1. Gilbert Achcar
2. Annie Lacroix-Riz
3. Dominique Vidal


... transmises par Jean-Marie Chauvier.


Commentaire de Gilbert Achcar, historien, auteur de « Les Arabes et la Shoah », ed. Sinbad-Actes Sud

Dès le début, l’émission annonce la couleur en expliquant que les immigrants juifs en Palestine se rendaient "dans leur patrie d’origine"...

On ne dit rien de la personne qui a nommé Husseini au poste de Grand Mufti (en violant les règles), et pour cause : c’était Herbert Samuel, le très sioniste Haut Commissaire britannique, un artisan de la déclaration Balfour de 1917 qui donna le feu vert à la colonisation sioniste.

Je passe sur nombre de détails.

Il est affirmé, sans la moindre preuve (la seule "preuve" qui existe est la déclaration d’un SS aux procès de Nüremberg, jamais corroborée et d’ailleurs réfutée par les deux principaux intéressés), que le Mufti avait eu des rapports avec Eichmann qui l’aurait informé de la "solution finale" "fin 1941 ou début 1942" (si mon souvenir est bon : j’avais été choqué par l’affirmation qu’Eichmann aurait pu informer qui que ce soit "fin 1941" de ce qui ne sera décidé qu’au début de 1942)


On affirme ensuite qu’une délégation envoyée par le Mufti visita le camp de Sachsenhausen, sans indiquer que ce camp situé non loin de Berlin était un camp de détention de "politiques" et non un camp d’extermination.

Le but de toute l’opération est d’expliquer que les lettres envoyées par le Mufti en 1943 à des gouvernements de l’Axe les incitant à ne plus envoyer de Juifs en Palestine, et leur suggérant de les envoyer en Pologne où "ils seront sous surveillance active", étaient des incitations à l’extermination. J’ai démontré dans mon ouvrage que le Mufti n’était pas au courant de l’extermination au moment où il écrivit ces lettres de 1943 (avant sa rencontre avec Himmler) : d’où l’idée que les camps de Pologne sont des lieux de "surveillance".

Ces lettres sont abominables, sans qu’il soit besoin d’en rajouter en essayant de faire du Mufti un co-responsable de l’extermination, comme le suggère l’émission, suivant en cela la tradition la plus éculée de la propagande pro-israélienne.

Par ailleurs, l’émission donne à croire que le Mufti était le responsable du rejet du plan de partition de l’ONU en 1947, alors que c’était la position de tous les Etats arabes qui, pourtant, n’ont pas hésité à désavouer le Mufti dans leurs contre-propositions au moment des débats de l’ONU.

Il y aurait encore beaucoup à dire sur la conception de l’émission, ses participants, sur ce qu’elle dit et, encore plus, sur ce qu’elle omet de dire, mais des questions historiques, j’ai déjà discuté en détails dans mon livre.


Commentaire d’Annie Lacroix-Riz, historienne, pour « Investig’Action »

J’ai vu l’émission, un modèle de manipulation qui, à propos de cette incontestable canaille, tend à imputer « aux Arabes » une part notable de la destruction des juifs d’Europe, au prix au surplus de nombre d’omissions scandaleuses sur le terrain même qui a été traité (silence sur le rôle réel de l’impérialisme britannique, qui a tablé sur les divisions Arabes-juifs autant qu’en Inde sur les divisions entre Hindous et Musulmans, sur les rapports organisations sionistes-hitlériens, sur le rôle de l’Eglise romaine en Bosnie-Herzégovine (sans parler de la Croatie, citée une fois, et avec une discrétion de violette), sur la protection assurée par « l’Occident », de Gaulle compris, au Mufti, accueilli avec tous les égards à Paris en mai 1945 - je dispose d’une correspondance précise des RG , etc.).

Mon mari m’a fait remarquer que l’opération est à peu près aussi ignoble que l’« exposition » sur « le Juif et la France » organisée au Berlitz par l’occupant allemand au tournant de 1941 : je ne peux qu’approuver cette comparaison.

Jean-Marie Chauvier redoutait le pire (il a envoyé à ce sujet une documentation très intéressante ces jours-ci), il avait raison.

La manipulation de l’histoire devient aussi systématique qu’effrayante : on imagine quels effets elle risque d’entraîner si l’enseignement de l’histoire disparaît, projet annoncé en France par sa suppression de fait pour tous les bacheliers scientifiques.

Texte de Dominique Vidal à propos du livre de Gilber Achcar

(Valise Diplomatique du « Monde diplomatique ») - mardi 8 décembre 2009


Le Grand mufti, les Palestiniens et le nazisme

Quiconque a voyagé en Palestine connaît quasiment par cœur cette phrase cent fois entendue : « Mais pourquoi l’Occident, où s’est produit le génocide des juifs, nous a-t-il imposé de le réparer en cédant la majorité de notre terre, alors que nous n’en portons aucune responsabilité ? »

Confrontée à cette logique populaire, simple mais incontestable, la propagande israélienne exhibe, depuis des décennies, la période durant laquelle le Grand mufti de Jérusalem, Hadj Amine Al-Husseini, collabora activement avec le IIIe Reich comme avec l’Italie fasciste.

Sous le titre La Croix gammée et le turban. La tentation nazie du Grand mufti, Arte consacre à ces événements une émission, mercredi 9 novembre à 20 h 45. Sans préjuger de son contenu, regrettons que les réalisateurs n’aient pas fait appel à notre collaborateur Gilbert Achcar, dont le nouveau livre, Les Arabes et la Shoah. La guerre israélo-arabe des récits (1), constitue une somme sur l’ensemble de cette problématique.

On ne saurait évidemment résumer en quelques lignes plus de cinq cents pages consacrées aux rapports entre le mouvement national arabe, le nazisme et le génocide des années 1930 à nos jours. D’autant qu’elles sont à la fois savantes, riches en références et surtout caractérisées par un sens de la nuance absent de la plupart des ouvrages sur cette thématique.

Quelques idées-forces sur la question du Mufti, auquel Achcar consacre plus de soixante pages, contribueront à informer le téléspectateur et à l’inviter à lire le livre pour en savoir plus. L’auteur éclaire en effet le chemin qui conduisit l’ex-leader palestinien à s’allier à Mussolini et Hitler, au point de constituer en 1942 deux légions SS musulmanes. Composées pour l’essentiel de Bosniasques, celles-ci ne participèrent toutefois pas au « nettoyage ethnique » antijuif des Balkans : elles combattirent surtout les Serbes. A Berlin comme à Rome, les unités palestiniennes proprement dites ne dépassèrent jamais quelques dizaines d’hommes, pour la plupart prisonniers de guerre, contre neuf mille dans la seule armée britannique...

Le mufti a pris fait et cause pour le nazisme, au point d’approuver le judéocide. Ce faisant, il est allé bien plus loin que la logique, certes simpliste, selon laquelle « l’ennemi (allemand) de mon ennemi (britannique) est mon ami ». Et il a ainsi porté un tort considérable à la cause du peuple palestinien, comme en témoigne l’exploitation effrénée par la propagande pro-israélienne de cet épisode de sa vie. Mais il ne fut pas le seul à tisser des relations compromettantes.

Après tout, fin 1940, le Lehi d’Itzhak Shamir, issu d’une scission des Révisionnistes de Zeev Jabotinsky, n’avait-il pas proposé au Reich une alliance stratégique ? Sept ans plus tôt, l’Organisation sioniste mondiale conclut même avec les autorités nazies l’accord dit de la Haavara, grâce auquel plusieurs dizaines de milliers de juifs allemands gagnèrent la Palestine avec une partie de leur capital - mais nul, à l’époque, n’imaginait la Shoah...

Une chose est sûre : la démarche du Mufti et celle du Lehi n’étaient représentatives ni des mouvements nationaux palestinien et arabe dans leur ensemble, ni du mouvement sioniste. Si les juifs de Palestine se rangèrent massivement et naturellement dans le camp des Alliés au cours de la seconde guerre mondiale, le nombre des Arabes qui combattirent dans le même camp et y trouvèrent la mort a été incomparablement plus élevé que le nombre de ceux qui se joignirent aux troupes de l’Axe. Dominique Vidal

(1) Sindbad, Actes Sud, Arles, 2009.

A lire également :

-  Le mufti nazi ou ARTE au service de la propagande sioniste - 13 décembre 2009
ligne-mediane

ligne-notes
Transmis par JMC le 11 décembre 2009

http://www.info-palestine.net/article.php3?id_article=7828 http://www.info-palestine.net/article.php3?id_article=7828



Lundi 21 Décembre 2009


Commentaires

1.Posté par Philou Zoffe le 21/12/2009 23:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Comme tous les autres médias "mainstream", il n'y a plus de doute a avoir quant au fait qu'arte participe activement à la perpétuelle réécriture de l'histoire !

Toute cette civilisation (agonisante) ne s'étant construite que sur des hagiographies qui ont sans cesse remis au goût du jour la mythologie primaire; si on ajoute à ce pitoyable spectacle la volonté politique de retirer (diminuer ou appauvrir encore) l'enseignement de l'histoire dans les cursus scolaires, on a alors une petite idée de ce vers quoi certains veulent mener le monde !

PS: On suivra donc avec attention samedi prochain comment arte va encore nous falsifier l'histoire biblique !

2.Posté par Philou Zoffe le 22/12/2009 00:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Mais à force de falsifier les falsifications... ne prennent-ils pas le risque que la vérité ne perce violemment leurs écrans de fumée ? -Ce que m'inspirent justement ces articles et saines réactions multiples ici !

En attendant, on est obligé de constater que ce sont ceux qui nous apparaissent les plus dignes d'intérêts, ceux à qui on a envie d'accorder confiance pour leur sérieux (apparent); -ce sont ceux-là qui sont en réalité nos pires ennemis; -car à choisir, mieux vaut peut-être encore un programme pour temps de cerveau disponible qui laissera derrière lui une tête de toute façon vide, donc inoffensive !

Mais bon, je suis là en train de faire une graduation de ces pires-aller, ce qui est parfaitement stupide, le mieux étant encore dans ces conditions de foutre sa télé à la poubelle !

3.Posté par ANTIMANIPE le 22/12/2009 00:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Philou Zoffe@ Je ne sais pas quel recurage de cerveau Arte nous concocte sur la bible, mais je me souviens avoir vu sur cette chaine un reportage sur la pretendue decouverte du caveau de la famille de jesus par des archeo ideologues sionistes plus que douteux. Arte est une chaine à déconseiller aux spectateurs crédules.

Nouveau commentaire :

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires