Politique Nationale/Internationale

Tiens, comme c’est étrange ! Nelson Mandela n’est plus un terroriste !?


Vous avez certainement lu cette information très importante : le Congrès américain a décidé,
jeudi 26 juin 2008, de rayer le qualificatif de « terroriste » accolé au nom du plus grand héro de la lutte pour la liberté et la justice, l’ex-président de la République d’Afrique du Sud, M. Nelson Mandela. Cela signifie, bien entendu, que durant près d’un demi-siècle, le Congrès National Africain et son icône, Nelson Mandela, qui luttèrent contre l’apartheid, étaient considérés terroristes, et que cette classification resta en vigueur même après la défaite de l’apartheid et tout au long de la présidence de Nelson Mandela, et encore de nombreuses années, après. Même quand Nelson Mandela effectua une visite aux Etats-Unis, le 24 octobre 1994, en tant que Président de l’Afrique du Sud, il était encore couché sur une liste de terroristes recherchés, et il aurait pu se faire arrêter et être jugé, pour ce motif.


Lundi 21 Juillet 2008

Mme Bouthaina Shaaban
Mme Bouthaina Shaaban
Tiens, comme c’est étrange ! Nelson Mandela n’est plus un terroriste !?

par Bouthaina Shaaban *

17 juillet 2008

http://www.bouthainashaaban.com/ENGLISH%20ARTICLES%202008/E.15.htm

traduit de l’anglais par Marcel Charbonnier

Loin de ressentir de la honte, au tout au moins une gêne, pour avoir participé au soutien apporté au système exécrable de l’apartheid en classifiant comme terroristes ceux qui y résistaient, certains membres du Congrès, comme le représentant Donald Bayne, considérèrent que « l’adoption du projet de loi visant à effacer de la liste des terroristes recherchés par les Etats-Unis Nelson Mandela et d’autres, qui oeuvrèrent à ce que soit mis un terme au système oppressif et inhumain de l’apartheid en Afrique du Sud est une grande victoire pour la justice ». Bayne a ajouté : « Je suis fier que nous ayons été capables de montrer notre respect et notre haute estime à un homme qui est aimé et admiré dans le monde entier. »



Mais la véritable question, celle qui saute à l’esprit, est celle de savoir pour quelle raison le Congrès américain avait pris la décision de coucher le nom d’un combattant de la liberté qui était « aimé et admiré dans le monde entier », comme ils disent, sur la liste des terroristes recherchés ? Si des membres du Congrès reconnaissent que Nelson Mandela luttait contre « un système oppressif et inhumain », pourquoi ont-ils classifié l’ANC, qui luttait contre ledit système, ainsi que son président, en tant que terroristes ?



Jusqu’à quel point cette décision du Congrès n’a-t-elle pas repoussé le triomphe du peuple sud-africain, et prolongé l’emprisonnement du prisonnier le plus célèbre au monde, Nelson Mandela, dans la cellule 46664 de la prison de Robin Island, en Afrique du Sud ? D’aucuns disent que ce n’est qu’en anticipation du quatre-vingt-dixième anniversaire de Mandela, le 18 juillet 2008 que le Congrès américain a rayé son nom de la liste des terroristes. Combien de combattants de la liberté auront la chance de vivre jusqu’à quatre-vingt-dix ans, afin de voir leur nom effacé de cette liste fallacieuse et infamante, et couché sur la bonne liste, sur la liste honorable ? La classification de l’ANC et de Nelson Mandela en tant que terroristes considérés hors-la-loi dans l’Afrique du Sud sous l’apartheid jette un réel et sincère doute sur la décision adoptée par le Congrès des Etats-Unis, ainsi que sur les valeurs et sur les objectifs moraux qui président à de telles décisions, d’autant plus que ladite décision avait été adoptée bien avant les attentats du 11 septembre 2001 et qu’elle ne pouvait par conséquent se prévaloir du prétexte de préserver la sécurité des Etats-Unis. Nous devons rappeler, ici, que la plupart des combattants de la liberté et contre l’occupation et l’oppression, dans le monde, depuis Ernesto che Guevara, Salvador Allende et Patrice Lumumba jusqu’à d’autres combattants résistants en Inde ou en Algérie, pour finir par l’Afrique du Sud, en passant par la Palestine et le Liban, figuraient, eux aussi, tous, sur la liste américaine des soi-disant « terroristes ».



La seconde question est celle de savoir combien de combattants de la liberté, de la justice et de la démocratie figurent, aujourd’hui, sur la liste des « terroristes » ? Et combien de mouvements de résistance, qui luttent contre l’occupation et l’humiliation, sont encore, aujourd’hui, sur la liste américaine des « organisations terroristes » ?



Après les attentats du 11 septembre 2001, les Etats-Unis se mirent à publier un classement de pays et de personnes, puis à agir selon des décisions qui n’appartenaient qu’à eux-mêmes en envahissant des pays, en en occupant d’autres, et en soutenant financièrement et militairement de l’occupation et des colonies, tout en autorisant les punitions collectives et le génocide contre une population indigène désarmée.



Du point de vue des principes, aucun pays, dans le monde, ne dispose de l’autorité morale qui lui permettrait de classifier des personnes, des mouvements ou des pays, ni à imposer à la volonté internationale sa propre façon de traiter les personnes, des mouvements et des pays. De tels jugements doivent être réservés à une instance judiciaire internationale, qui soit internationalement reconnue et qui jouisse d’une autorité morale irréprochable.



Durant les dernières années écoulées, la plupart des politiques occidentales ont marché dans les brisées du Congrès américain, en particulier après les attentats du 11 septembre, en opprimant et en pressurant les combattants de la liberté et les mouvements indépendantistes, sous le prétexte de lutter contre le terrorisme. Partant, nous pouvons comprendre les mesures et les décisions prises contre le peuple arabe en Palestine, en Irak, au Liban, au Soudan et en Somalie. Le fait d’avoir couché le nom de Nelson Mandela sur la liste des terroristes et celui de l’y avoir maintenu sont deux scandales, qui en disent fort long sur les grandes lignes du Congrès américain en matière d’éthique.



Tout ce que nous sommes en mesure de faire, aujourd’hui, c’est de répéter, avec le poète sud-africain Lebo Mashile : « Vous et moi, nous sommes les gardiens du rêve ».



J’espère que tous les lecteurs de cet article vont ressentir la responsabilité qui est la leur de garder vivant le rêve, jusqu’à ce que la justice et la liberté triomphent enfin dans le monde entier.



[* Madame Bouthaina Shaaban est ministre syrienne des Syriens vivant à l’étranger, depuis 2003]



Mardi 22 Juillet 2008


Commentaires

1.Posté par redk le 21/07/2008 12:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

"Je n'ai jamais accordé beaucoup d'importance aux récompenses personnelles.On ne devient pas combattant de la liberté en espérant remporter des récompenses"...

"Le courage n'est pas l'absence de peur, mais la capacité de la vaincre."

"L'oppreseur doit être libéré tout comme l'oppressé.Un homme qui prive un autre homme de sa liberté est prisonnier de la haine, des préjugés et de l'étroitesse d'esprit."

"Etre libre, ce n'est pas seulement se débarasser de ses chaînes; c'est vivre d'une façon qui respecte et renforce la liberté des autres."

"Je ne suis pas vraiment libre si je prive quelqu'un d'autre de sa liberté. L'opprimé et l'oppreseur sont tous deux dépossédés de leur humanité."

"J'ai toujours su qu'au plus profond du coeur de l'homme résidaient la miséricorde et la générosité. Personne ne nait en haïssant une autre personne à cause de la couleur de sa peau,ou de son passé, ou de sa religion. "

"Je suis à votre service.Ce qui compte,ce ne sont pas les individus mais le collectif "
"Aucun de nous, en agissant seul, ne peut atteindre le succés"

"En faisant scintiller notre lumière, nous offrons aux autres la possibilité d'en faire autant "

Nelson Mandela

On comprend beaucoups mieux pourquoi il a fait peur à cet ex état raciste et leurs complices américain qui ont fait de lui un "terroriste", comme tout combattant de la liberté. VIVE MADIBA LE COMBATANT DE LA LIBERTE !!!!






2.Posté par Zorro m.d.s le 21/07/2008 13:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

J ai une idée, j ai cherché longtemps, et tout bien pesé, après de longues considérations, peut être que Mr Mandela mettait directement en danger des intérêts économiques liés à la société de marché...Comme des multinationales par exemple...Des intérêts anglo-saxons blancs quoi.


3.Posté par sophie le 21/07/2008 14:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

il était sur la liste des terroristes uniquement parce qu'il menacait , même devenu président, les interet économiques de l'afrique du sud du point de vue des multinational par exemple.
Même après l'appartheid et Mandela président, on lui a lié les mains en l'empechant de nationaliser et redistribuer ces resources. Résultat : l'afrique du sud appartient touours au blancs . Ils possèdent les terres, ( 85%), la bourse ( 80% est capitalisé par 4 blancs riches ) et le pouvoir.
seulement 5 000 des 45 000 000 de noirs ont un revenu moyen les autres vivent dans des bidonvilles

4.Posté par home le 21/07/2008 17:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

D'après ce que dit Sophie Mandela ne menace plus les magouilles "blanches" donc il n'est plus terroriste ;).

5.Posté par Roland le 21/07/2008 23:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

au fait! est-ce qu'ils pont pensé à enlever Jean Moulin de la liste des chefs d'organisation terroriste?

6.Posté par Altermondialiste le 22/07/2008 00:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

J'ai vu un documentaire francais réalisé en 1960 sur l'algérie où on qualifiait le FLN comme mouvement terroriste.
Il y'a plusieur facette de l'Histoire: primo le coté interet economique et secondo le racisme blanc des occidentaux.
S'il est rehabilité et si Barak Obama peut se présenter à la présidence c'est qu'il y'avait eu une certaine Rice à la maison noire (oups blanche, excusez moi).
Pour mieu comprendre lisez "Totem et Tabou" de Freuid.

7.Posté par sophie le 22/07/2008 10:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

"l'histoire est écrite par les vainqueurs". Napoléon

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires