Propagande médiatique, politique, idéologique

The Shoa [The show] must go on !


La semaine dernière, un survivant de l’Holocauste, Thomas Blatt (82 ans), a témoigné au procès de John Demjanjuk.


Gilad Atzmon
Jeudi 28 Janvier 2010

The Shoa [The show] must go on !

Blatt a déclaré qu’il fait encore des cauchemars où il revoit la période qu’il a passée dans le camp de Sobibor : « J’y retourne, dans mes rêves : ceux-ci sont terriblement réels. Dans mes rêves, je suis encore là-bas. Cela m’obsède, continuellement : tel est le prix que j’ai payé, pour m’en être sorti... »



John Demjanjuk, Ukrainien d’origine (89 ans) set accusé par le Tribunal de Munich d’avoir joué le rôle d’un ‘complice indirect*’ dans la mort de 27 000 juifs, dans le camp de Sobibor, alors qu’il était lui-même un prisonnier de guerre de l’Allemagne. Car, voyez-vous, le système judiciaire allemand en est à poursuivre des « auxiliaires » du crime nazi. Ce qui est fort gênant, c’est le fait que cela n’arrange pas grand-chose, dans le procès en question. Demjanjuk nie tout lien avec le crime qu’on lui impute. De plus, le procureur allemand ne dispose pas de la moindre preuve d’une implication personnelle ou indirecte de Demjanjuk avec un quelconque crime, ou avec tout autre événement criminel lié à l’Holocauste.



M. Blatt ne se rappelle pas, lui non plus, de Demjanjuk. Il n’est pas non plus en mesure de dire si celui-ci est coupable, comme on l’en accuse, d’avoir contribué à gazer quelque 27 900 juifs. « Cela fait plus de soixante ans », a-t-il expliqué... « Je ne me souviens même pas du visage de mes parents. C’est au tribunal de trancher : était-il là-bas, ou non ? S’il y était à l’époque où j’y étais moi-même, alors je peux aisément imaginer qu’il a poussé des juifs, à la pointe de la baïonnette, dans les chambres à gaz... »



D’après le quotidien britannique The Mirror, M. Blatt a été convoqué à ce tribunal « pour donner une voix vivante à l’horreur, en lieu et place d’un récit historique poussiéreux ». Apparemment, dans l’état qu’a atteint l’état hyperréaliste de notre monde, les documents historiques et la factualité sont réduits à l’état de « poussière », tandis qu’un témoignage personnel, saturé de spéculation, d’associations d’idées et d’émotions, est considéré représenter une « voix vivante » persuasive. En fin de compte, Demjanjuk, un vieillard, est accusé, dans ce procès, d’avoir contribué à la mort de non moins de 27 900 personnes. Le tribunal allemand ferait mieux d’apporter quelque chose de concret, plutôt que de pures spéculations.



M. Blatt a affirmé mordicus que « les Ukrainiens ‘comme Demjanjuk’ étaient les pires de tous. Nous avions plus peur d’eux que des Allemands ». Il y avait « cent-vingt gardes ukrainiens, et seulement dix-sept hommes de la S.S., à un moment donné... », a indiqué ce Blatt au tribunal allemand. Blatt affectionne manifestement les généralisations. Je me demande si un garçon palestinien suggérant que les juifs ‘comme Blatt’ qui ont assassiné sa famille l’année dernière en bombardant un abri de l’Onu à Gaza, serait, lui aussi, accueilli à bras ouverts au tribunal de Munich. Pour une raison étrange, dans le contexte du discours libéral occidental, dès lors qu’il s’agit de juifs, la généralisation ne pose aucun problème, pas plus que le recours à des catégorisations raciales et le fait de suggérer qu’il puisse y avoir une culpabilité par association. Et, d’une manière ou d’une autre, le reste de l’humanité se voit enjointe d’éviter ce même discours.



Toutefois, ces accusations grossières, de but en blanc, portées contre les Ukrainiens, en tant que personnes qui, apparemment, sont prises pour des preuves à conviction au tribunal de Munich, peuvent en réalité mettre en évidence la motivation sinistre qui préside au procès en cours. Comme les autres, les Allemands semblent montrer certains signes patents de « fatigue de la Shoah ». Ils semblent préférer décliner leur responsabilité dans le passé nazi, et laisser les prisonniers de guerre ukrainiens tout prendre en pleine gueule. De la même manière, nous pouvons nous attendre à ce qu’à un certain stade, l’Amérique et la Grande-Bretagne ne décident de recourir à la même tactique, en accusant leurs collaborateurs dans le monde arabe de la mort et des carnages qu’elles-mêmes ont laissés derrière elles. Israël, qui est en train d’être confronté à son dossier judiciaire de plus en plus fourni de crimes contre l’humanité, pourrait, lui aussi, mettre l’astuce allemande en pratique. Il pourrait aussi être tenté de sélectionner des Palestiniens au hasard et de les accuser d’avoir joué un rôle objectif dans les crimes perpétrés contre le peuple palestinien, non ?



Mais il y a quelque chose d’encore plus intéressant, dans ce procès honteux en cours. Alors que Demjanjuk nie avoir joué un quelconque rôle, fut-ce objectif, dans les crimes nazis, M. Blatt reconnaît volontiers avoir travaillé pour la S.S. et apporté sa contribution à ce qu’il qualifie lui-même de machine de mort : « Un autre travail (que je devais faire) consistait à couper les cheveux des femmes qui allaient être tuées », explique-t-il. « Celles qui venaient de pays comme la Hollande croyaient au mensonge », affirme-t-il. « Les femmes me disaient : « S’il vous plaît : ne me coupez pas les cheveux trop court ! » Mais les juifs polonais, eux, ils savaient déjà. Ils avaient entendu énormément d’histoires terribles, ils avaient senti la fumée des brasiers, la nuit ». Blatt poursuit : « Ils disaient : « Comment peux-tu faire ça ? Comment peux-tu travailler pour la S.S. ? » « Si je le faisais, c’était pour survivre ».



L’on peut se demander si la volonté de survie de Blatt est plus cachère que le désir d’un prisonnier ukrainien de rentrer chez lui. Autrement dit, étant donné l’aveu fait par Blatt de sa collaboration à la S.S., pourquoi n’a-t-il pas été accusé, par le même tribunal allemand, d’avoir été un « supplétif » du crime nazi ?



Une réponse possible, c’est que Blatt est juif, alors que Demjanjuk, lui, est un Goy. Aussi terrible cela soit-il, aux yeux du tribunal de Munich, la volonté de ‘survivre’ d’un juif est sans doute supérieure au désir d’un Ukrainien de survivre jusqu’à la fin de la guerre en un seul morceau. Si tel est effectivement le cas, le tribunal allemand ne fonctionne ni moralement ni de manière universelle. Par conséquent, il serait raisonnable d’avancer que le tribunal de Munich est incapable de tirer les leçons nécessaires et élémentaires du passé nazi de l’Allemagne.



La justice allemande, d’une manière ou d’une autre, persiste à différencier les gens en fonction de leur race et de leur ethnicité.



[* Un ‘complice indirect’ est une personne qui apporte assistance à la perpétration d’un crime, mais qui n’y participe pas, en réalité, en tant que complice principal].








* Gilad Atzmon est écrivain et musicien de jazz, il vit à Londres. Son dernier CD : In Loving Memory of America.

 Vous pouvez consulter cet article à :



http://www.gilad.co.uk/writings/the...
Traduit de l’anglais par Marcel Charbonnier
http://www.info-palestine.net/


Vendredi 29 Janvier 2010


Commentaires

1.Posté par Gilles le 28/01/2010 12:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Remarquable article.

2.Posté par Skjebne le 28/01/2010 19:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Effectivement, tres bon article, dommage que, dans sa volonte de disculper demjanjuk a tout prix, il est omis qu'il existe des preuves du travail d'un demjanjuk dans le camp de sobibor, par exemple, une carte de travail. Il est vrai que c'est, comme j'ai dit, UN demjanjuk, et donc peut-etre pas ce type-la, mais demjanjuk n'est pas un nom si courant en Ukraine et la photo d'identite sur cette carte presente de nombreuses similitudes avec d'autres photos de lui de la meme epoque.

Ceci dit, il est vrai qu'il est honteux de le condamner sans meme accuser Blatt

3.Posté par Tristesse le 28/01/2010 20:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bon ! À quel moment de cette macabre histoire les palestiniens ont-ils une responsabilité ??

Y aura-t-il les même procès pour juger les crimes contre les innocents palestiniens,? Jugera-t-on un jour tous ces coupables arrogants, les actifs et les silencieux ??

Y aura-t-il un jour des commémorations sur le camp de Gaza avec ce slogan "plus jamais ça"

L’histoire ne fait que se poursuivre, les victimes restent toujours les mêmes ... les enfants ... et les innocents...

Nouveau commentaire :

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires