Politique Nationale/Internationale

The Rockefeller Way: Le plan secret de la famille sur le changement climatique


Publié pour la première fois en décembre 2016, cet article présente un intérêt pour la compréhension du débat en cours sur le climat, l'extinction de la rébellion.

Qui finance le «mouvement de protestation»


le Energy and Environmental Legal Institute
Jeudi 3 Octobre 2019

«À partir des années 1980, le Rockefeller Brothers Fund est devenu le principal défenseur du programme de lutte contre le réchauffement de la planète. … Dans son examen du programme de développement durable, le Rockefeller Brothers Fund se vante d'être l'un des premiers grands activistes du réchauffement de la planète, citant son ferme plaidoyer en faveur de la création en 1988 du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat de l'ONU (GIEC) et de l'établissement du Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques. » (Extrait du rapport)

Le texte ci-dessous est le résumé d'un rapport complet de The Energy & Environmental Legal Institute publié en 2016.

Ce rapport informatif est porté à l'attention des lecteurs de Global Research. Le CRG n’approuve pas nécessairement le titre ni le contenu de ce rapport.

Ce qui est important, cependant, est de reconnaître le rôle de la famille Rockefeller - qui était historiquement l’architecte de «Big Oil» - dans le soutien au débat sur le changement climatique ainsi que le financement des scientifiques, des environnementalistes et des ONG impliqués dans le militantisme à la base contre Big Oil ”et l’industrie des combustibles fossiles.

Le débat sur le climat de la planète revêt une importance cruciale. Mais qui contrôle ce débat?

Il existe une relation contradictoire évidente: alors que «Big Oil» est la cible de l'activisme Global Warming, «Big Oil» par le biais de la famille Rockefeller et les Rockefeller Brothers Trusts financent généreusement le mouvement mondial de protestation contre le climat. Demandez-vous pourquoi?

Michel Chossudovsky , Global Research, mai 2019, 24 septembre 2019

Lire le rapport complet ici: https://eelegal.org/wp-content/uploads/2016/12/Rockefeller-Way-Report-Final.pdf

***

Les Rockefeller sont sans doute la famille la plus riche et la plus puissante de l’histoire des États-Unis. Pendant plus de 100 ans, ils ont façonné et dirigé les politiques économiques, financières, politiques et publiques des États-Unis, tout en formant l'un des plus grands empires familiaux de l'ère moderne.

La plupart des Américains tiennent en haute estime les milliardaires philanthropes, associant le nom Rockefeller aux mots "pétrole" et "capitalisme". En réalité, les Rockefeller ont la ferme intention de contrôler presque toutes les grandes institutions américaines, en utilisant la philanthropie comme moyen d'accroître leur influence sur le monde. scène mondiale sous le prétexte de faire avancer diverses causes sociales. Leur opposition farouche à l’industrie des combustibles fossiles, à l’origine du premier milliardaire de John D. Rockefeller America, montre que les Rockefeller ne sont pas des idéologues politiques. Au lieu de cela, ce ne sont que des opportunistes qui soutiennent les programmes politiques afin de renforcer leur influence sur la scène mondiale.

Grâce au réseau de fondations familiales, d'universités et d'institutions des Rockefeller, ainsi qu'aux énormes subventions accordées à d'autres œuvres de bienfaisance, ils ont acquis une influence sans précédent dans les domaines de la santé, des produits pharmaceutiques, de l'agriculture, de l'énergie et de l'environnement. Leur intégration très complexe de fonds de couverture, de conseils interdépendants et d’organisations à but non lucratif a orienté les politiques publiques sur ces questions et leur a permis de se familiariser avec les marchés émergents et d’avoir accès aux ressources naturelles des pays en développement.

Depuis le début de leurs activités philanthropiques, les Rockefeller ont utilisé des causes sociales pour renforcer leur influence dans les domaines politiques de leur choix. Depuis les années 1980, leur cause de choix est le programme de lutte contre le changement climatique (appelé à l’origine le réchauffement de la planète). Leur croisade pour faire s'effondrer l'industrie des combustibles fossiles en faveur des énergies renouvelables est bien documentée, de leur implication aux principaux traités et organisations mondiaux sur le climat - le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat de l'ONU en 1992 au Protocole de Kyoto de 1997 - en passant par des centaines de millions faire progresser le secteur des énergies renouvelables. Dans le cadre de leur programme de développement durable, les Rockefeller continuent de promouvoir leurs politiques «d’énergie propre» qui s’intéressent à la fois au gouvernement fédéral et au grand public.

En tant que bienfaiteurs les plus prolifiques du mouvement activiste pour le climat, l'impact des Rockefeller sur le secteur de l'énergie ne voit aucune limite, car les objectifs de la famille imprègnent toute la politique énergétique fédérale et étatique, ainsi que les pactes mondialistes d'ingénierie sociale internationaux tels que l'Agenda 21. influence incommensurable qui accompagne la richesse et le pouvoir de masse, l’empire Rockefeller s’est avéré un marionnettiste efficace dans la réalisation de son objectif principal: la destruction de l’industrie des combustibles fossiles pour accroître son influence sur le secteur de l’énergie.



Le 5 novembre 2015, le procureur général de l' État de New York , Eric Schneiderman (à droite), a ouvert une enquête sans précédent sur ExxonMobil afin de déterminer si la société avait fraudé des investisseurs en ne divulguant pas les risques que le changement climatique pourrait avoir pour son activité1. Quelques semaines après que la bourse de reportage sur l’énergie et l’environnement de la Columbia Journalism School (CJS) ait accusé Exxon d’avoir induit le public en erreur dans son article du Los Angeles Times, «Comment Exxon est-il passé de leader à sceptique face au changement climatique» 2

En dépit du débat houleux sur l’impact du changement climatique provoqué par l’homme, des politiciens de gauche, des lobbyistes et, surtout, des milliardaires, ont déclaré que la science était bien réglée et utilisait cette question comme un moyen de prendre le contrôle de l’énergie. Les recherches montrent que l'enquête judiciaire d'Eric Schneiderman, ainsi que la représentation négative d'ExxonMobil par Columbia Journalism n'étaient ni objectives ni indépendantes. En fait, des éléments de preuve substantiels laissent supposer que les accusations portées contre l’ExxonMobil par la Columbia Journalism School et l’enquête judiciaire menée par Eric Schneiderman sur le géant pétrolier étaient non seulement financées, mais aussi orchestrées par la famille Rockefeller.

Les Rockefeller ont notamment financé la diabolisation de la compagnie pétrolière par le projet de recherche sur le rapport de l'énergie et de l'environnement par la Columbia Journalism School.3 Cependant, l'enquête de Schneiderman et les publications de la Columbia Journalism School étaient toutes deux en cours d'élaboration.

Le Rockefeller Family Fund a organisé et dirigé deux réunions à huis clos avec des militants éminents du climat - une en 2012 et une en janvier 2016. Des e-mails non couverts montrent que le principal problème des deux réunions était de savoir comment supprimer au mieux le secteur des combustibles fossiles4. Parmi les dirigeants des nombreuses fondations des Rockefeller, les deux sommets ont réuni les principaux acteurs du mouvement pour le climat, tels que: Matt Pawa (avocat du Centre pour le droit international de l'environnement), Sharon Eubanks (directrice de l'action en contentieux du tabac menée par le ministère de la Justice dans les années 1990 et connu comme activiste anti-Exxon), représentants de Greenpeace et Carroll Moffit de la Climate Accountability Institute.5 Au cours des deux sommets, Eric Schneiderman a été considéré comme le catalyseur potentiel pour mener l’enquête judiciaire, tandis que ExxonMobil a été mentionné à plusieurs reprises comme la cible potentielle.

Le franc-parler fervent de Schneiderman contre les «négateurs du climat» et l'appel public à adopter des politiques favorables à l'utilisation croissante des énergies renouvelables en ont fait un candidat parfait et volontaire.6 Lors de l'annonce de sa croisade contre Exxon, Schneiderman a cité des études publiées par les médias financés par Rockefeller, Inside Climate News et Columbia Selon les rapports d'Exxon de la Journalism School7, de nombreux membres de la famille Rockefeller ont exhorté depuis longtemps Schneiderman à enquêter sur la société pétrolière.

Cependant, comme le montre le compte rendu de la réunion de La Jolla 2012, présenté par Rockefeller, la famille et les activistes du climat avaient besoin d'un média connu, respecté et perçu de manière objective pour faire entendre la voix du public. Bien que cela ne soit pas révélé dans la documentation du sommet, il semble qu'ils en aient trouvé un à la Columbia Journalism School. Sans doute l’école de journalisme la plus prestigieuse du pays, la Columbia Journalism School ne bénéficie pas seulement des millions de dons de Rockefeller, elle est composée, presque entièrement, de professeurs étroitement associés au mouvement vert.

The Rockefeller Way: Le plan secret de la famille sur le changement climatique
En 2013, un an après l'élaboration du plan, alarmiste et auteur d'un livre bien connu condamnant ExxonMobil, Steve Coll , a été nommé doyen de la Columbia Journalism School.

Sans surprise, Coll était le fer de lance du projet de la Fellowship Energy and Environmental Reporting Fellowship de l'école, qui visait Exxon. Coll est étroitement lié aux Rockefeller, puisqu'il avait précédemment présidé la New America Foundation, promoteur des changements climatiques, qui avait reçu un financement important de la part de la famille. Ces révélations suggèrent que les Rockefeller ont usé de leur influence sur la Columbia Journalism School et sur Steve Coll pour nommer Coll en tant que doyen, lui donnant ainsi la possibilité de faire ce qu’il avait fait volontairement et avec enthousiasme: exagérer publiquement et complètement ExxonMobil.

Avec Coll, en tant que bastion des militants du climat, la Columbia Journalism School était probablement un participant enthousiaste du complot visant à diffamer Exxon. Au moins sept professeurs de CJS sont directement liés au militant écologiste vert George Soros, recevant soit des récompenses, soit des sommes importantes du philanthrope socialiste. En outre, plusieurs membres du conseil d'administration d'anciens membres de CJS sont des défenseurs éminents du changement climatique, dont Scott Dodd et Thomas Watkins.

Ce rapport propose que l'assaut sur ExxonMobil n'était ni l'idée d'Eric Schneiderman, ni la Columbia Journalism School. Au lieu de cela, les Rockefeller, avec l'aide d'autres milliardaires et d'activistes renommés du climat, ont soigneusement orchestré les enquêtes judiciaires et médiatiques menées sur ExxonMobil afin de parvenir à leur objectif de détruire le secteur des combustibles fossiles afin de prendre le contrôle du secteur de l'énergie.


Note aux lecteurs: veuillez cliquer sur les boutons de partage ci-dessus ou ci-dessous. Transférez cet article à vos listes de diffusion. Crosspost sur votre site de blog, forums internet. etc.

Remarques

1 Chris Mooney, «New York enquête sur Exxon Mobil pour avoir prétendument trompé le public sur le changement climatique», The Washington Post, 5 novembre 2015, consulté le 16 avril 2016.

2 Katie Jennings, Dino Grandoni et Susanne Rust, «Comment Exxon est passé de leader à sceptique sur le changement climatique», Los Angeles Times, 23 octobre 2015, consulté le 16 avril 2016.

3 Susanne Rust, «Bourse de recherche sur l'énergie et l'environnement», site Web de la Columbia Journalism School, Columbia Journalism School, consulté le 16 avril 2016.

4 Alana Goodman, «Un mémo montre un effort de coordination secret contre ExxonMobil par les activistes du climat, Fonds Rockefeller», The Washington Free Beacon, 14 avril 2016, consulté le 28 avril 2016.

5 Katie Brown, «Attendez de voir ces notes secrètes exposant les plans des activistes pour cibler Exxon», Energy InDepth, 15 avril 2016, consulté le 29 avril 2016.

6 «Schneiderman prononce le discours sur # Climate2014:« Il est temps d'agir pour lutter contre le changement climatique », YouTube, 22 septembre 2014, consulté le 20 avril 2016.

7 Jon Entine, «Comment la Columbia Journalism School a taché Exxon», New York Post, 1er mars 2016, consulté le 21 avril 2016.
La source originale de cet article est le Energy and Environmental Legal Institute
Copyright © Institut juridique de l' énergie et de l'environnement , Institut juridique de l'énergie et de l'environnement , 2019


Jeudi 3 Octobre 2019


Commentaires

1.Posté par Anwen le 03/10/2019 10:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Au-delà des Rockefeller, tentons un éclairage rapide sur les phénomènes atmosphériques et météorologiques dans les dédale d’explications confuses, pseudo scientifiques, de faits non démontrés, tout cela alimenté par une peur instituée par des mégalomanes avides de pouvoir et exploitant les masses pour la satisfaction de leurs instincts de violence et de cupidité.
On observe dans la nature deux espèces de mouvements : des mouvements « spontanés » et des mouvements « transmis ».
Cette seconde cause de mouvement engendre des déplacements qui déterminent la plupart des phénomènes météorologiques en dérangeant la stabilité de l’enveloppe gazeuse de la terre.
Nous voyons que c’est cette cause qui détermine la chute des corps à la surface terrestre. Mais cette réaction constante de l’azote vers la terre, qui lui a pris sa place dans l’espace, n’est pas la seule réaction qu’il exerce. Il tend aussi à se dilater dans une autre direction, c’est-à-dire vers les régions célestes de l’infini.
De ce côté il est contenu par l’action dynamique des radiations qui le frappent incessamment.
Mais les radiations ne sont ni immuables ni éternelles, elles sont, au contraire, dans un état constant de variabilité. Or, chacun des changements qui surviennent dans leur mode d’action se traduit, dans les profondeurs de notre atmosphère, par un changement d’état de la réaction de l’azote. Si la pression des radiations devient moins forte, l’azote se dilate ; tous les corps qu’il comprimait se dilatent aussi : c’est la chaleur. Si la pression devient plus forte l’azote augmente sa réaction vers la terre, il comprime plus fortement les corps qui en occupe la surface : c’est le froid.
Si la pression en plus ou en moins est accidentelle, si elle n’intéresse qu’un seul point de l’atmosphère, il en résulte un changement de densité qui, en se propageant aux couches les plus voisines y détermine « un courant ». C’est le vent.
Si un seul faisceau de radiation vient à manquer subitement, c’est un vide subit qui est offert au besoin d’expansion de l’azote et dans lequel il se précipite en tournoyant : c’est une trombe, une tornade, un cyclone. Le mouvement commencé dans les régions élevées de l’atmosphère se propage de haut en bas. Lorsqu’il atteint la surface terrestre, le bouleversement des éléments atmosphériques, qui en résulte, détermine toutes sortes de ravages.
Ainsi donc tout ce qui se passe sur la terre à une cause cosmique ; tout dépend de l’action des astres. C’est dans les profondeurs de l’océan céleste qu’il faut aller chercher la cause de la plus légère brise qui souffle autour de nous. La terre y est étrangère.

Nouveau commentaire :

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences


Publicité

Brèves



Commentaires