Opinion

Terrorisme et séparatisme en Europe. Fiche technique.


Dans la même rubrique:
< >

Mercredi 15 Novembre 2017 - 11:43 L'arbre qui ne cache plus la forêt

Mardi 24 Octobre 2017 - 11:16 Algérie, Maroc, seul l’essentiel nous incombe



Vendredi 31 Juillet 2009

Terrorisme et séparatisme en Europe. Fiche technique.
Actuellement, l'Europe subit des processus d'intégration aussi bien que des processus séparatistes. Selon les experts, le Vieux monde pourrait théoriquement voir au 21ème siècle l'émergence de plus d'une dizaine de nouveaux Etats.



L'exemple le plus "traditionnel" de séparatisme en Europe est fourni par le pays Basque. L'Espagne est peuplée de près de deux millions de Basques qui habitent dans trois provinces de la région appelée le Pays basque. La montée du séparatisme a été provoquée par la politique de Franco qui interdisait aux Basques de publier des livres et des journaux dans leur langue natale, donner à leurs enfants les noms basques, d'arborer le drapeau national.



Créée en 1959, L'ETA (Euskadi Ta Askatasuna, pour "Pays basque et liberté" en basque) se fixait comme objectif de lutter contre le franquisme. Après la mort de Franco, le Pays basque s'est vu accorder l'autonomie, mais cela n'a pas suffi pas pour arrêter les terroristes basques. La lutte pour l'"indépendance" a déjà fait plus de 900 morts.



La France possède l'expérience de plusieurs décennies de lutte contre le séparatisme et l'extrémisme sur son territoire, en Corse avant tout. Le Front de libération nationale de la Corse (FLNC) et le Mouvement pour l'autodétermination sont les groupements les plus importants et les plus influents en Corse, possédant des fractions armées. Il y a quelques années, le parlement français a reconnu l'existence du peuple corse, cette décision a été toutefois abrogée plus tard comme étant en contradiction avec la constitution de la République française.



Depuis le début des années 1970, l'Armée révolutionnaire bretonne faisant actuellement partie de l'aile extrémiste du mouvement nationaliste Emgann lutte contre "les oppresseurs français" en Bretagne, province du nord-ouest de la France. Les descendants des Celtes qui ont quitté les îles britanniques pour s'installer en France, ne se sentent pas Français à 100% ou bien se considèrent comme des Français "particuliers"



En Italie, les tendances séparatistes se manifestent essentiellement dans les régions industrialisées du nord. La très influente Ligue du Nord a abandonné pour le moment ses velléités sécessionnistes et prône la transformation de l'Italie en fédération. Son exemple est suivi par les partisans de la réunification du Tyrol du sud (rattaché à l'Italie après la Première mondiale) avec l'Autriche.



En Grande-Bretagne, le foyer de séparatisme s'est déplacé de l'Ulster en Ecosse. Les dernières législatives écossaises ont été remportées par le Parti national écossais qui souhaite la création d'un Etat indépendant. Le chef du gouvernement écossais Alex Salmond a déclaré que cette province britannique accéderait à l'indépendance au cours des dix prochaines années. Or, seuls 23% des Ecossais partagent cette idée (contre 30% il y a un an). Néanmoins, lorsqu'il était ministre des Finances, Gordon Brown a publié un article affirmant qu'en cas d'affaiblissement de l'alliance conclu il y a 300 ans entre l'Angleterre et l'Ecosse, la Grande-Bretagne risquait de "se balkaniser".



Les îles Féroé faisant partie du Danemark constituent un territoire autonome subventionné par le gouvernement central à hauteur de 170 millions de dollars par an. Ce facteur freine les séparatistes qui ont tenté, il y a cinq ans, d'organiser un référendum sur l'indépendance des îles.



Le séparatisme existe même dans la paisible Suisse. Depuis plus de 30 ans, le Front de libération du Jura (FLJ) lutte pour l'indépendance de la région jurassienne vis-à-vis de la Confédération. Peuplé en son temps par des catholiques francophones, le Jura a été rattaché au canton de Berne où les protestants germanophones constituaient la majorité de la population. Les leaders du FLJ reconnaissent pourtant avoir peu de chances de succès.


Vendredi 31 Juillet 2009


Commentaires

1.Posté par utada hikaru fr le 01/08/2009 01:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

et la belgique? les flamands-wallons, c'est un peu ça aussi nan?

2.Posté par VAF le 21/06/2011 02:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Les "descendants des celtes", à savoir "les bretons", sont arrivés en Armorique depuis la Grande-Bretagne AVANT les francs, soit à partir du 1er siècle et bien avant que la France n'existe ! De plus, la Bretagne armoricaine sera annexée par la France en 1532 et dépossédée de son statut, non de "province" mais de principauté, en 1792. Il parait naturel qu'ils ne se sentent pas si "français" que ça... la majorité des français n'étant pas des francs mais des celtes (que vos colons vous font appeler "Gaulois"). Cela dit, les seuls à continuer à se voir celtes sont les bretons, les français s'imaginant vaguement un celte et allègrement en Romain... On parlait breton depuis quelques siècles (millénaires en fait, mais vos cerveaux paranos vont exploser sinon...) avant même de mettre un pied en Armorique... on le parle toujours (Emaomp o gomz brezhoneg atav) ; et le français ? Depuis François Ier, par avant... 16ème siècle, soit depuis 5 siècles. Pour finir, je tiens juste à dire que la régionalisation n'est pas une option du "NWO" : si vous saviez comment la franc maçonnerie est contre le régionalisme, le fédéralisme etc, en Bretagne !!!!! Vérifiez vos sources, votre idéologie aussi... vous racontez n'importe quoi sur ce site, au sujet du dit "régionalisme" ! D'ailleurs, Breizh-Israel a été monté par un gars qui se dit anti-sionniste...

3.Posté par Saber le 21/06/2011 02:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

La prolifération des CNT va bientôt toucher l’Europe qui lui a donné naissance en ex Yougoslavie.

Nouveau commentaire :

Actualité en ligne | International | Analyse et décryptage | Opinion | Politique | Economie | Histoire et repères | Sciences et croyances

Publicité

Brèves



Commentaires