MONDE

Tensions Chine UE : Une Querelle Inutile



Mercredi 10 Décembre 2008

Tensions Chine UE : Une Querelle Inutile
Une fois de plus, en rencontrant le Dalai Lama, Sarkozy a privilégié une action opportuniste, irresponsable, à courte vue, qui plus est dommageable pour les relations Chine UE. Ci dessous une traduction d'un commentaire pertinent intitulé " une querelle inutile" de David Gosset paru le 10/12/08 sur www.atimes.com


Une Querelle Inutile

Ce qui définit une direction politique sérieuse c'est la capacité d'avoir une approche globale et de développer une vision stratégique à long terme, mais les tensions actuelles entre l'UE et la Chine concernant le Tibet montrent que c'est précisément ce qui fait défaut à l'UE.

Cette année, Beijiing a montré qu'elle était un membre coopératif et responsable de la communauté internationale à trois occasions différentes mais particulièrement significatives. Cet été, Les Jeux Olympiques de Beijiing en Août ont été, selon les mots de Jacques Rogge, le président du Comité International Olympique, " vraiment exceptionnels".

Après la crise en Georgie, Moscou n'a pas réussi à mettre Beijiing de son côté dans la reconnaissance des régions séparatistes de Georgie, l'Abkhasie et l'Ossétie du Sud. En refusant de soutenir Moscou, Beijiing a évité de perpétuer l'antagonisme stérile entre l'Occident et l'axe Sino Russe. Troisième occasion, et pas des moindres, lors des difficultés financières récentes, Beijiing a été un facteur clé de stabilité. Malgré le comportement constructif et équilibré de la Chine, l'UE termine l'année par une querelle inutile avec l'un des principaux piliers de l'ordre mondial du XXIème siècle.

En montrant publiquement une soutien fort à Tenzin Gyatso, le 14 ème Dalai Lama, certains politiciens européens veulent croire qu'ils agissent positivement. Ils font en fait la démonstration de leur courte vue, leur ignorance et, jusqu'à un certain point, leur irresponsabilité.

Au milieu d'une crise financière et économique sérieuse qui nécessite plus de synergie Sino Européenne et une coordination mondiale, certains responsables myopes écartent encore plus l'UE d'une dynamique positive avec une Chine renaissante, sans doute l'évènement la plus significatif de notre temps.

Fin 2007, le Président français, Nicolas Sarkozy a dit à Xinhua, l'agence de presse chinoise étatique, "mon ambition c'est de faire de 2008 une année grandiose Euro Chinoise". En effet, cela aurait constitué, en particulier, une opportunité pour marquer précisément les 30 ans de l'adoption par Beijiing d'une politique de "reforme et d'ouverture" ayant conduit 1/5 de l'humanité sur la voie d'une prospérité relative et du progrès.

Au lieu de cela, 2008 se termine par une crise entre l'Union Européenne et la Chine. Contraste flagrant, le cinquième épisode de discussions entre Washington et Beijiing ( Dialogue Economique Stratégique - DES) a produit des résultats constructifs.

Les évènements récents qui ont conduit à la dispute entre Bruxelles et Beijiing sont bien connus. En Mars, le gouvernement français a choisi de mener la protestation contre ce qu'il a présenté comme étant "une répression" au Tibet.

Bernard Kouchner, le ministre des affaires étrangères français, a déclaré que l'UE devait envisager l'idée de boycotter la cérémonie d'ouverture des Jeux Olympiques. En Avril les perturbations lors du passage de la flamme olympique à Paris ont provoqué un boycott des produits français par le peuple chinois. Le 13 Novembre, le Président de la France, qui actuellement occupe la présidence tournante de l'UE, a annoncé qu'il rencontrerait le Dalaï Lama en Pologne à l'occasion du 25 ème anniversaire du Prix Nobel de la Paix décerné à Lech Waleza. Le 26 Novembre, Beijiing a retardé le 11ème sommet UE Chine prévu pour le 1er Décembre, dans la ville de Lyon.

La décision de Beïjiing n'est pas le fruit d'une hâte impulsive mais le résultat d'une discussion interne, de considérations politiques prudentes et de calculs géopolitiques. C'est aussi une expression de la force et de la confiance en soi de la Chine. Beijiing ne peut tout simplement pas observer passivement des tendances et des évènements qui menacent son intégrité territoriale et sa stabilité sociale.

Les capitales européennes ne peuvent pas feindre la surprise face à une telle approche rationnelle, et doivent s'attendre à une réponse ferme et proportionnelle de Beijiing à toute provocation exterieure. Sur ce problème, le gouvernement chinois peut s'appuyer sur un soutien massif de la population chinoise. Un sondage en ligne qui a déjà reçu plus de 60 000 votes a montré qu'environ 97% des netcitoyens ont réagi avec indignation à la rencontre de Sarkozy avec le Dalai Lama.

La plupart des commentateurs en Occident considèrent que la partie chinoise est responsable des difficultés actuelles entre l'UE et la Chine. Ils considèrent le Dalai Lama comme un guide spirituel du peuple tibétain en lutte contre le "génocide culturel", conduisant le peuple tibétain vers un meilleur futur. Ce point de vue simpliste et romantique n'est simplement pas correct.

Prétendre que le Damai Lama n'est qu'un chef spirituel est trompeur et illusoire. En tant que chef du "gouvernement tibétain" en exil, à Dharamsala en Inde, le Dami Lama est une personnalité politique avec un agenda politique. Quand, dans les années 60, la CIA a organisé des mouvements armés tibétains pour lutter contre l'Armée de Libération du Peuple - la CIA a également financé le Dalai Lama - son but n'était pas de protéger la spiritualité bouddhiste, mais de manipuler les Tibétains pour obtenir des avantages politiques et géopolitiques.

Le 4 Décembre, s'adressant au parlement européen, le Dalai Lama a défini son rôle, " je me considère comme le porte parole libre en exil du peuple tibétain". C'est à l'évidence une déclaration politique. Dans le même discours il a ajouté : " bien que je rejette fermement l'utilisation de la violence comme moyen de notre lutte, nous avons certainement le droit d'explorer d'autres options politiques à notre disposition".

Au Tibet traditionnel, il n'y avait pas de distinction entre la religion et la politique, spécialement depuis le 5ème Dalai Lama, Lozang Gyatso (1617 - 1687). L'Occident doit repenser sa perception du Tibet historique et aller au delà de la représentation utopique du "Toit du Monde".

C'est au sein de la République Populaire de Chine ( RPC) que les Tibétains se sont libérés de la théocratie. Les politiciens européens qui favorisent le sécularisme européen, ou ce que les français appellent la "laïcité", la séparation de la religion et de la politique, sont souvent ceux qui montrent le plus fort soutien au Dalai Lama, symbole même d'un système ou la politique est subordonné à la religion.

L'expression "génocide culturel" - qui a été utilisé par le Dalai Lama lui-même - supposé décrire les conditions actuelles de la région autonome du Tibet - est absurde et porte des accusations sans fondement qui ne peuvent conduire à l'harmonie. Le Tibet est actuellement entrain de changer rapidement mais ce changement n'est pas l'équivalent d'un "génocide culturel". En fait, un processus de modernisation socio économique se développe dans la région, et celui ci bénéficie à la majorité de la population. Ce processus est loin d'être parfait, mais permet aux Tibétains au sein de la RPC de reconsidérer leurs traditions et de préserver le meilleur de leur culture.

Ceux qui actuellement se font les champions du Dalai Lama prennent aussi le risque de causer du tort au futur du peuple tibétain. A 73 ans, le Dalai Lama accepte le fait que la région autonome du Tibet fasse partie d'un pays souverain, la RPC. Il insiste sur les moyens pacifiques d'obtenir plus d'autonomie pour le Tibet à l'intérieur de la RPC.

Cependant, le Dalai Lama est entouré de personnes plus jeunes qui considèrent "la voie moyenne" comme un échec. Ils envisagent déjà des moyens plus radicaux pour obtenir la création d'un Tibet indépendant. Quand certaines institutions européennes endorsent officiellement le Dalai Lama, les extrémistes tibétains peuvent croire que l'Occident soutient leur combat quelque soit les moyens pour arriver à leurs fins. Ce n'est sûrement pas le cas. Les politiciens européens induisent en erreur le peuple tibétain et sont irresponsables en l'exposant à une situation tragique où il n'a rien à gagner.

Les responsables occidentaux admettent en privé qu'ils rencontrent le Dalai Lama sous la pression de leurs opinions publiques. Ils pourraient imiter le dirigeant Taiwanais Ma Yang -jeou qui vient juste d'écarter une visite du Dalai Lama sur l'île en disant : " le moment n'est pas approprié". C'est seulement en travaillant, coopérant, et en négociant patiemment avec Beijiing, qu'on peut contribuer efficacement au progres général des 1.300.000.000 de citoyens de la RPC, et parmi eux, bien sûr, du peuple tibétain.

Malheureusement, la tension entre l'UE et la Chine pourrait se prolonger en 2009. Dans la première moitié de l'année à venir, la République Tchèque occupera la présidence tournante de l'UE. Représentant la "Nouvelle Europe" qui a rejoint l'UE en 2004, Prague tend à avoir une approche trés critique de Beijiing, ignorant les différences entre l'Union Soviétique ( ex Union Soviétique ndlt) et la Chine mais aussi la transformation post maoiste de la société chinoise. Beijiing a noté que le premier ministre tchéque, Mirek Topolanek, venait juste de recevoir le Dalai Lama.


Actuellement, l'UE doit en urgence trouver les moyens d'éviter des querelles inutiles avec son partenaire chinois. Il est temps de se concentrer sur ce qui importe réellement : une gouvernance mondiale plus en adéquation nécessite une coopération forte entre l'UE et la Chine, et au delà de cela, la création d'un triangle constructif Washington, Bruxelles, Beijiing.

David Gosset 10/12/08 www.atimes.com

Traduction Mirelle Delamarre pour www.planetenonviolence.org

David Gosset est directeur d'Academia Sinica Europaea à la China Europe International Business School, à Shanghai, et a crée l'Euro-China Forum. Les opinions exprimées dans cet article ne representent ni celles de l'Academia Sinica Europaea ni celles de l'Euro-China Forum.

Copyright David Grosset


Mercredi 10 Décembre 2008


Commentaires

1.Posté par joszik le 10/12/2008 11:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Cet article est un discours adressé à la couche publique, qui exclut toute analyse frontale dans la couche abstraite...donc aucun intérêt pour les lecteurs d'un site comme celui-ci.

2.Posté par sissi le 10/12/2008 17:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Et on se demande comment le maréchal Pétain a pu gouverner la France !!!!
Mais ici, c'est encore le dernier qui parle qui a raison, courage fuyons.... Il n'y a pas si longtemps le Dalai Lama était l'une des personnalités préférés des français " politique symbol" de la résistance.....Aujourd'hui, la Chine est à notre porte, puissante économie, alors on retourne sa veste et surtout le dos à cet homme.....

3.Posté par Sirius le 10/12/2008 20:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


Sur le Tibet, voyez les articles décapants sur "mondialisation.ca" rédigés par des personnes qui y ont vécu et qui ont du recul face aux événements. Où l'on voit que le Tibet n'est pas le royaume à la spiritualité éthérée complaisamment décrit mais une entité théocratique stipendiée par les Etats-Unis depuis les années soixante et dont l'histoire ancienne est celle d'une féodalité qui a semé les larmes et le sang.
Ne pas oublier que la Chine ne s'ingère pas dans les affaires intérieures des autres Etats, ce dont les Etats pseudo et hypocrito-démocratiques européens ne se privent pas, causant par ailleurs des dégâts incommensurables à toutes les ressources des pays du Sud: exportation de leurs produits agricoles à bas prix, destruction des agricultures des pays du Sud, exploitation éhontée de leurs ressources, tout ceci sous la vassalisation vis-à-vis des Etats-Unis en train d'agoniser.

L'exploitation des pays du Sud par les pays du Nord fait remonter du Sud 25.000 dollars par minute dans l'escarcelle des multinationales de tous ordre, toutes appartenant au Nord, bien sûr.

Alors que l'on arrête avec l'hypocrisie des droits de l'Homme dont nous serions les indispensables et incontournables défenseurs. Presque tous les pays des 27 ont été condamnés par le Comité Européen contre la torture pour violation des droits de l'homme dans les prisons, les commissariats et les établissements psychiatriques.

Ne pas oublier non plus, l'occupation de la Chine au 19e siècle, qui a duré près de soixante ans.
La réalité, c'est que l'Europe a peur de la Chine et que dans son impuissance actuelle, elle cherche des diversions misérables en accablant un pays étranger.



4.Posté par Bogdan le 11/12/2008 16:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

message supprimé !

Après cinq fois le même message, on aura compris !

5.Posté par nomind le 12/12/2008 11:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

"Ne pas oublier que la Chine ne s'ingère pas dans les affaires intérieures des autres Etats, ce dont les Etats pseudo et hypocrito-démocratiques européens ne se privent pas..." blablabla...


Non mais quelle blague ....Deux exemples parmi d'autres...

La Chine et la Zambie

L’exemple de l’extraction du cuivre en Zambie soulève de sérieux doutes sur l’attitude apparemment désintéressée de la Chine.
En 1998, la société d’État chinoise NFC Africa, une filiale de Foreign Engineering & Construction Company, a d’abord acheté 85 % de la propriété de la mine de Chambisi, dans ce qu’on appelle la ceinture de cuivre de la Zambie. À l’époque, cet investissement de 20 millions de dollars avait été accueilli avec beaucoup de soulagement, puisqu’il permettait à la mine d’éviter la fermeture.

Mais le soulagement a bientôt été éclipsé par les tensions grandissantes entre les employés et les nouveaux propriétaires de la mine, qui n’ont pas disparu depuis. Le conflit larvé provient d’abord et avant tout des mauvaises conditions de travail et de la faible rémunération.

Les propriétaires chinois sont désormais accusés d’exploiter la main d’œuvre locale en payant de très bas salaires - parfois aussi peu que 100 dollars par mois - dans des exploitations qui confinent les travailleurs à des espaces sombres et poussiéreux, constamment entourés de machineries lourdes et d’explosifs, sans même leur fournir de bottes ou de vêtements de protection.
L’absence de mesures de sécurité a été mise en cause dans une explosion qui a coûté la vie de 49 mineurs, en 2005. L’année suivante, en 2006, la police anti-émeute a férocement réprimé une manifestation qui visait justement à dénoncer le manque de sécurité : une personne a été tuée et cinq autres ont dû être hospitalisées.

À l’occasion, la Chine semble même tirer profit de la faiblesse de l’économie locale. Les produits locaux sont rares, et ils subissent souvent la concurrence de produits importés, vendus à vils prix. Cela complique singulièrement la vie économique locale, en plus
de provoquer de vives tensions à mesure que des commerçants chinois remplacent les commerçants locaux, en particulier dans le secteur du textile. Résultat ? Des usines ferment, des emplois sont perdus et la croissance de l’économie de base stagne, victime d’une compétition déloyale qui contrôle le marché.

La Chine et le Soudan

[...] Récemment, dans la crise qui déchire la région du Darfour, la Chine a pu utiliser son statut de membre permanent du Conseil de sécurité des Nations unies pour procurer une certaine protection diplomatique au régime Al-Bashir. Le pays a clairement démontré
son pouvoir en opposant son veto aux efforts récents visant à expédier une force de maintien de la paix au Soudan sans l’accord de Karthoum. Le support chinois a clairement servi à un État infâme, en plus de faire dérailler les efforts internationaux pour résoudre la crise. Pendant ce temps, les troupes soudanaises et les milices soutenues par Karthoum continuent de commettre des atrocités en utilisant bien souvent des armes importées de Chine.

Les ventes d’armes de la Chine au Soudan ont augmenté de manière significative à partir du milieu des années 1990, ce qui coïncide avec le premier investissement de la China National Petroleum Corporation (CNPC) dans le consortium soudanais Greater Nile
Petroleum Operating Company (GNPOC). La société d’État chinoise possède désormais 40 % du consortium. Et il ne s’agit que d’un exemple des investissements chinois dans l’industrie pétrolière soudanaise. En fait, dans tous les secteurs de l’industrie, autant en matière d’exploration, d’extraction, de pipelines, d’entreposage ou de raffinage, les compagnies chinoises accroissent leur part du marché.







6.Posté par joszik le 12/12/2008 13:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@Nomind, tu fais des piges pour la communauté Européenne?

7.Posté par nomind le 12/12/2008 21:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Mais non, tu sais bien que je bosse pour la CIA.

8.Posté par joszik le 13/12/2008 19:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Fais gaffe de pas finir comme ben laden!

9.Posté par nomind le 13/12/2008 20:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

ben laden ?. connais pas. C'est une marionette des guignols ?

10.Posté par bledmiki-99 le 13/12/2008 21:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Nomind ! si vous pourriez faire la même analyse consernant l'état sioniste......je vous en serai gré !

Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS

Publicité

Brèves



Commentaires