Politique Nationale/Internationale

Téhéran et Ankara en voie de finaliser un accord de ‎coopération gazière



Samedi 30 Août 2008

Téhéran et Ankara en voie de finaliser un accord de ‎coopération gazière
Les négociations entre Téhéran et Ankara ‎progressent dans le sens de la finalisation d'un accord de ‎coopération gazière, a annoncé la chaîne de la télévision ‎turque NTV. Le plan prévoit, aussi et surtout, le transfert ‎du gaz du Turkménistan, via les gazoducs iraniens, vers ‎la Turquie, et vers l'Europe, comme destination ultime. ‎Le ministre turc de l'Energie et des Ressources ‎naturelles, Milmi Gular sera attendu, prochainement, en ‎Iran où il doit signer l'accord, après des visites ‎préparatoires prévues pendant la semaine à venir, au ‎Turkménistan et en République d'Azerbaïdjan, a ajouté, ‎ce vendredi, le journal du matin de la chaîne NTV. Les ‎observateurs politiques évoquent l'important ‎communiqué conjoint turco-iranien sur l'énergie, pour ‎arguer qu'avec la récente visite, à Ankara, du Président ‎iranien, Mahmoud Ahmadinejad, un nouveau chapitre ‎s'est ouvert dans les coopérations des deux pays. Pour sa ‎part, le Département d'Etat américain n'a pas manqué d'y ‎réagir. Dans un communiqué interventionniste, il a ‎affirmé que la Maison Blanche était contre la signature ‎d'un accord gazier irano-turc. En outre, les milieux ‎américain et sioniste ont lancé un campagne afin de ‎minimiser l'importance de la visite du Président iranien ‎Mahmoud Ahmadinejad en Turquie, ce qui, à leur grand ‎dam, a eu des acquis considérables sur le plan ‎économique et énergétique. Dans le communiqué ‎conjoint publié par le Ministère turc de l'Energie et des ‎ressources naturelles et les Ministères iraniens de ‎l'Energie et du Pétrole, les deux pays se sont engagés à ‎poursuivre le processus de la finalisation des accords ‎censés développer leur coopération. Toujours à l'antenne ‎de la chaîne turque NTV, le ministre de l'Energie de la ‎Turquie, Milmi Gular a insisté sur la volonté partagée ‎d'Ankara et de Téhéran de continuer leurs négociations. ‎Il a en plus affirmé que le chef de la diplomatie turque, ‎Ali Babacan et lui-même seraient, dans deux semaines, ‎en Iran, dans le cadre du processus des pourparlers ‎censés promouvoir la coopération énergétique des deux ‎pays. "La Turquie est un pays indépendant qui n'a pas ‎besoin de feu vert des Etats-Unis, pour développer sa ‎coopération avec d'autres pays", a affirmé Milmi Gular, ‎avant d'ajouter que son pays pensait et agissait selon ses ‎intérêts nationaux. "Ankara investira autant que ‎nécessaire dans le secteur énergétique, puisque sa ‎première priorité consiste à fournir et à assurer ses ‎besoins en énergie", a-t-il précisé. L'insistance des ‎autorités turques laisse conclure que la Turquie refuse de ‎se faire influencer par les revendications trop exigeantes ‎des Etats-Unis, en ce qui concerne sa coopération avec ‎l'Iran qui, d'ailleurs, jouit d'un rôle saillant dans le ‎maintien de la stabilité et de la sécurité de la région, ainsi ‎que dans la fourniture de l'énergie, à l'échelle mondiale. ‎Les progrès enregistrés dans le processus de négociations ‎entre Téhéran et Ankara viennent en appui à cette ‎analyse.‎

http://french.irib.ir http://french.irib.ir



Samedi 30 Août 2008


Commentaires

1.Posté par ouit le 30/08/2008 21:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

bien, mais sinon ce n'est pas milmi gular mais Hilmi Güler !....

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires