Diplomatie et relation internationale

Téhéran dément que les diplomates arrêtés en Irak soient des agents secrets


Dans la même rubrique:
< >

Lundi 28 Novembre 2016 - 00:17 Analyse: L’impuissance de la Ligue Arabe


Le ministère iranien des Affaires étrangères a démenti que les diplomates arrêtés par les troupes américaines dans la ville irakienne d'Erbil (Kurdistan) appartiennent au corps des Gardiens de la révolution (CGR).


RIA Novosti
Lundi 15 Janvier 2007

Téhéran dément que les diplomates arrêtés en Irak soient des agents secrets
"Les diplomates iraniens arrêtés effectuaient un travail consulaire, ils menaient leurs activités en toute légalité", a déclaré dimanche le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Mohammed Ali Hosseini.

"Il est faux de prétendre que les diplomates iraniens en question appartiennent au CGR. En soutenant cela ils (les Américains) veulent justifier leurs actions illicites", a ajouté le diplomate iranien.

Ali Hosseini a indiqué que les Etats-Unis devaient libérer immédiatement les diplomates iraniens arrêtés. "Les Américains doivent dans les délais les plus brefs relâcher les cinq diplomates et compenser les dommages matériels causés au siège de la représentation iranienne à Erbil", a-t-il dit.

Le 11 janvier, le président des Etats-Unis, George W. Bush, avait personnellement sanctionné l'arrestation des employés du consulat iranien en Irak, a annoncé la secrétaire d'Etat américaine, Condoleezza Rice, interrogée par le journal américain New York Times.

Selon elle, il y a plusieurs mois le président avait donné l'ordre "de surveiller ces structures" après avoir étudié les circonstances de l'activité des Iraniens en Irak. Les Etats-Unis ont accusé l'Iran de s'immiscer dans les affaires intérieures de l'Irak, notamment de livrer des armes aux terroristes irakiens et d'entraîner des extrémistes chiites.

Jeudi matin des militaires américains avaient fait irruption dans la représentation de l'Iran à Erbil (Kurdistan) et arrêté cinq employés. Après avoir désarmé les gardiens, les Américains s'étaient emparés d'ordinateurs et de documents et étaient partis sans fournir la moindre explication.

Condoleezza Rice prétend que les personnes qui se trouvaient dans la représentation iranienne étaient liées aux terroristes opérant en territoire irakien. Elle a souligné qu'elles ne se livraient à aucune activité diplomatique.

Plusieurs pays, dont la Russie, ont élevé une vive protestation à la suite de cet incident.


Lundi 15 Janvier 2007

Géopolitique et stratégie | Diplomatie et relation internationale

Publicité

Brèves



Commentaires