Tribune libre

TEMOIGNAGE Quelle est cette loi stupide qui m’empêche d’accompagner mon enfant ?


Dans la même rubrique:
< >

Lundi 22 Janvier 2018 - 01:26 Supertramp!!

Samedi 20 Janvier 2018 - 05:56 ALINSKY Saul: Très Saulidaire



almas_31@msn.com
Lundi 4 Juillet 2005

TEMOIGNAGE Quelle est cette loi stupide qui m’empêche d’accompagner mon enfant ?
Ça s’est passé vendredi 25 juin. C’était le dernier vendredi de l’année scolaire. Ma fille avait une sortie de classe. Elle a 9 ans et elle est en CE2. Nous vivons à Persan, dans le Val d’Oise, depuis onze ans. Je porte mon voile depuis bientôt deux ans. Ce n’est pas beaucoup, mais pour moi, c’est comme si je le portais depuis toujours.



Je lis les journaux comme tout le monde. Je sais ce qui se passe actuellement en France autour du Hijab. Je sais que c’est triste pour les lycéennes. Mais, à quarante ans, je me sens concernée de loin par ces problèmes du voile à l’école. Pour moi c’est une incompréhension générale de l’Islam qui dépasse le seul cadre de l’école. Je suis déjà assez occupée avec mon foyer et mes deux enfants. Je n’ai pas vraiment le temps de militer dans une association. Je fais de mon mieux pour rester proche de mes enfants. Mon garçon qui n’a que 6 ans a beaucoup besoin de moi.



J’ai l’habitude de l’accompagner dans les sorties de classe. J’ai beaucoup d’estime pour sa maîtresse et elle me le rend bien. Elle aime bien me faire appel lorsqu’il y a besoin d’un parent pour accompagner la classe. Je connais bien le milieu scolaire. Après mon DEUA en Algérie je me suis lancée dans des études de troisième cycle. Je m’intéressais à la phonétique dans les écrits d’Avicenne. J’aurais bien aimé continuer ce travail en arrivant en France. Cela ne fut pas possible. Ma première grossesse a mis fin à ces ambitions. Mais je garde un excellent souvenir de la fac, du lycée, de l’école. J’ai plaisir à accompagner les enfants dans leurs activités.



J’ai accompagné la classe de mon fils à de nombreuses sorties : à la bibliothèque, à l’équitation, au conservatoire, au parc et même à la piscine. Pour moi qui porte le Hijab, vous savez que la piscine n’est pas un lieu très recommandable. Il ne me viendrait jamais à l’idée de m’y rendre de mon propre chef. Mais pour mon fils, je l’ai fait. Je ne voulais pas donner de moi l’image d’une personne enfermée, emprisonnée dans ses principes religieux. Je ne rate jamais une réunion de parents à l’école. Je suis vraiment une maman présente. Je l’étais avant de porter mon Hijab. Je le suis toujours aujourd’hui avec mon Hijab. Et je ne vois pas comment cela pouvait être autrement. Et je n’ai jamais eu de problème. Jamais, avant ce vendredi de honte.



Car ce vendredi 25 juin, je n’en croyais pas mes oreilles dans le bureau du directeur. Si j’ai pleuré ce n’est pas parce que je regrette de m’être investie dans l’école de mes enfants. Si j’ai pleuré c’est parce que je me suis sentie souillée, invalidée, exclue et méprisée comme une moins que rien. Je ne recherchais pas une quelconque estime de l’école. Mais je ne mérite pas que l’on me mésestime pour rien, sans raison, sans motif valable. Simplement parce que je suis Musulmane et que j’ai choisi de revêtir un Hijab.



C’est ma fille qui m’a demandé de l’accompagner à sa sortie de classe pour participer à des jeux départementaux. Elle me voit régulièrement accompagner la classe de son frère. En dehors de la kermesse de fin d’année où je fais des gâteaux, je n’avais pas eu l’occasion d’accompagner ma fille en activités dans sa classe. Cette sortie tombait bien pour elle. La maîtresse avait besoin d’un parent pour accompagner la classe. Est-ce par émulation ou est-ce par simple jalousie entre frère et sœur ? Mais il se trouve ma fille a particulièrement insisté pour que j’accompagne sa classe à cette dernière sortie de l’année. J’ai fini par donner mon accord. J’ai répondu à la demande de la maîtresse, dans le cahier de liaison de ma fille.



En arrivant à l’école avec ma fille, le jour de la sortie, ce fameux vendredi, j’ignorais que j’allais vivre la pire des offenses de ma vie. Nous avons trouvé le directeur et la maîtresse dans la cour attendant l’arrivée de tous les enfants. En me voyant arriver avec ma fille, le directeur fit un demi-tour sec vers la maîtresse et lui glissa un mot à l’oreille. Puis il me demanda gentiment de le suivre dans son bureau. Mon sang fit un demi-tour tout aussi sec dans mon cerveau. Quelle bêtise avait bien pu faire ma fille ? Que m’avait-elle caché ? Toutes sortes d’idées lugubres et angoissantes me traversaient l’esprit pendant que je suivais le directeur dans son bureau. J’étais d’autant plus perplexe que ma fille est toujours considérée « bonne élève ». En aucun moment je ne pensai à ma tenue vestimentaire. J’ai un foulard sur la tête mais cela n’est pas une obsession pour moi. Une femme qui est blonde ne se lève pas tous les matins en se disant « je suis blonde ». Mon foulard fait partie de moi et je le porte comme tel sans me poser de questions politiques ou métaphysiques. « Si vous voulez accompagner la classe, il faudra retirer votre foulard » lâcha le directeur sans me regarder dans les yeux.



La phrase me coupa le souffle. Je cherchais ma respiration. Ma tête était en feu. Comment était-ce possible ? Avais-je bien entendu ? Non. Ce n’était pas possible. Je n’avais jamais entendu pareille chose en France. Chacun de mes bras pesait une tonne. L’un après l’autre, ils tombèrent le long de mon corps. Ma gorge se noua, incapable de lâcher le moindre mot. Et par-dessus tout, une grosse boule se forma dans ma poitrine et mes yeux se firent humides. J’avais envie de hurler. Détresse ou colère ? je ne saurais le dire. Peut-être les deux à la fois. « Ne pas pleurer, tenir le coup » me dis-je. Je ne sentais plus mes jambes lorsque l’ombre qui se tenait devant moi ajouta : « Je ne peux pas vous laisser accompagner la classe à moins que vous retiriez votre foulard. » La voix semblait venir d’outre-tombe. « Ne pas pleurer. Surtout ne pas me donner en spectacle. »



Instinctivement, mon cerveau se remit en action. L’instinct de survie existe. J’eus l’image de ma fille dans la cour. Enthousiaste et radieuse attendant avec les autres enfants. « Ne pas pleurer, garder la tête haute ». J’ignore comment j’ai pu sortir du bureau. Je ne savais plus où j’étais. Comme un automate, je me suis dirigée vers le portail. J’avais envie de fuir. Courir loin de l’humiliation qui me plombait les veines. Me sauver loin du déshonneur, de la salissure qui m’enivrait. C’est la maîtresse qui me rattrapa et me demanda de dire deux mots à ma fille. Je remercie Dieu d’avoir guidé ma langue : « Je ne peux pas t’accompagner aujourd’hui. Je t’expliquerai ce soir ». Puis je me précipitai vers le portique, mon être entier suintant de haine, de honte, de colère et de rage. Que Dieu me pardonne. Je suis rentrée à la maison, mon mari était absent. J’ai fermé la porte et je me suis effondrée. J’ai pleuré de douleur, de frustration. Une douleur sauvage, féroce et atroce. J’ai pleuré longtemps comme une fillette.



La raison ne m’est revenue que lorsque j’ai pu raconter ma blessure. Le soir, j’ai expliqué à ma fille ce qui s’était passé. Je lui ai demandé : « qu’aurais-tu préféré : que je garde mon Hijab, ou que je l’enlève pour t’accompagner ?». Sa réponse spontanée m’a redonné de l’espoir. Les enfants ont cette intelligence du cœur que certains adultes ont à jamais perdue. La compréhension de ma gamine a séché mes larmes.



Le lundi suivant, accompagné d’un parent délégué, je suis retournée voir le directeur. J’ai découvert que toute l’école, toutes les mamans, étaient déjà au courant de cette affaire. Le directeur nous a donné la même explication : « C’est la loi » répéta-t-il. Mais de quelle loi parle-t-il ? Quelle est cette loi stupide qui interdit à une maman d’accompagner son enfant ? Quelle est donc cette loi illogique qui m’autorise à faire des gâteaux pour la kermesse, qui m’incite à participer aux réunions de parents, qui m’oblige à mettre mon enfant dans une école et qui m’interdit l’accès à cette école. Je sais que les enseignantes ne peuvent pas porter de foulard. Je sais que même les stagiaires doivent ôter leur foulard dans l’enceinte de l’école. Mais je ne suis pas enseignante, je ne suis qu’une maman. Jamais je n’ai entendu dire qu’une maman devait aussi retirer son foulard pour avoir le droit de se trouver au côté de son enfant. Si cette loi existe, elle n’est pas une loi de sagesse. C’est une loi d’ignorance, une loi de rejet des mères Musulmanes.



Le soutien des autres mamans qui me connaissent depuis longtemps fut un grand soulagement pour moi. Elles ne portent pas forcément le Hijab, mais elles trouvent l’attitude du directeur injuste et discriminatoire. Cela m’a remonté le moral. Mon mari m’a beaucoup aidé à passer ce cap. Il me demande d’être patiente. Pour lui, « quand on est Musulman en France, il faut s’attendre à toute sorte d’injustice à tout moment ». Il me dit qu’avec ou sans Hijab, il m’aime quand même. Même s’il ne me l’a jamais demandé, je sais qu’il a été ravi de me voir porter le Hijab. Il voit mon changement comme une plus grande implication dans la foi. J’ai toujours eu la foi même quand je ne portais pas le Hijab. Mais je crois que j’étais faible. Avec le temps, avec la compréhension, je suis devenue plus forte et je me suis sentie capable de le porter. Ça n’a rien à voir avec la politique, c’est ma manière de vivre ma foi de Musulmane.



Je n’ai pas plus envie de militer aujourd’hui qu’hier. Et je n’en veux même pas à ce directeur d’école. J’ai souvent entendu des parents dire beaucoup de choses sur son compte. Des choses pas toujours très jolies. Certains disent qu’il a des idées racistes. D’autres disent qu’il est hypocrite. Que Dieu nous pardonne. Mais je n’ai pas de tels reproches à lui faire. J’ai l’impression qu’il est sincère dans sa décision car il m’a paru extrêmement embarrassé lorsque je suis retournée le voir avec le Parent-délégué. Déjà, le jour de mon drame, il m’avait paru terriblement mal à l’aise. Mais j’étais beaucoup trop troublée pour m’arrêter à son cas. Non, je ne lui en veux pas. Je pense qu’il croit faire son travail. A moins que les parents aient raison. Je ne sais vraiment pas. Dieu seul peut savoir.

Cette affaire est arrivée aux oreilles de la directrice de l’école de mon fils. Elle aussi a montré beaucoup d’embarras. Mais elle explique qu’elle n’a encore reçu aucune consigne concernant le Hijab. Puis elle ajoute que si elle reçoit quelque chose elle devra l’appliquer. Alors je pense à ma fille. Je pense à ces milliers d’enfants Musulmans de France. Je ne sais pas combien ils sont mais je sais qu’ils sont nombreux. C’est pourquoi je crois qu’il faut se battre. Il ne faut pas se cacher, il ne faut pas les laisser faire. Nous devons nous battre pour gagner le respect qu’on nous doit. Nous devons nous battre pour faire comprendre que le foulard ne signifie pas soumission à un homme mais soumission à Dieu. Mon père est imam en Algérie, pourtant je ne mettais pas de foulard. Il ne m’a jamais forcé. Le Hijab est une décision personnelle dans notre relation avec Dieu. C’est ça qu’il faut faire comprendre à tout le monde. Je n’ai jamais été une fille qui expose ses charmes sans pudeur. Par exemple, je ne me suis jamais habillée court. Je n’ai jamais eu envie de le faire. Ce n’est pas une question de honte, c’est une question de pudeur et de relation à mon corps. C’est ici en France que j’ai décidé de mettre mon Hijab. Je l’ai fait après avoir écouté une émission de télévision sur l’Islam. Cela n’a rien à voir avec mon mari. Rien à voir avec mes parents. C’est ma décision. Et Dieu seul sait qu’elle n’est pas facile à prendre. Pourtant, aujourd’hui, surtout après ce que je viens de vivre, pour rien au monde je n’enlèverai mon foulard. Mais je me battrai pour me faire respecter comme je suis. C’est-à-dire avec mon Hijab.


Mardi 5 Juillet 2005


Commentaires

1.Posté par abbas le 30/12/2006 21:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

aslamm alykomm , je est pas tout lu mais je sais de quoi tu parle , je t'invite tout simplement a connaitre le vrais islam la soumission a dieu seule etait encourage dans le temp d'abraham c'est lui qui nous a nome les musulman soumit de l'arabi vous avez dans le site le sujet sur le mot hijab et le reste du miracle de dieu l'mniscient

Webmaster:
Le lien que vous avez donné a été supprimé... !

2.Posté par abbas le 02/01/2007 21:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

aslam alykomm jai oublier de vous donnez l'adresse du site

Webmestre:
Vous n'avez rien oublié et une nouvelle fois nous supprimons votre lien!

3.Posté par meryem le 22/04/2007 00:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

salut ca va bghit na3raf chnouwa lhijab chnou faida

4.Posté par Sofia le 08/06/2007 15:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Dieu nous Est temoin et InchéAllah les choses vont bouger ...

5.Posté par Oulala le 17/01/2008 20:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Très bien!

Je propose la canonisation. Notre nouveau pape, très rétrograde, sera sûrement ravi. Il doit en effet regretter le statut des femmes d'autrefois: ne jamais sortir "en cheveux", ne pas travailler pour "se consacrer" à ses enfants et préparer à manger à son mari, accomplir son "devoir conjugal" sans réchigner, ne pas "militer" et ne pas voter avant 1947, faire la prière du matin, une avant manger, une après manger, ne pas oublier de se rendre aux Vêpres, prier à l'Angelus, rebelote avant et après manger pour le repas du soir et une petite dernière au coucher, avant de baiser, pardon, avant de se faire baiser.

Pour les filles: ne pas avoir la même instruction que les garçons. (Les premier lycées de filles, où l'enseignement, uniquement donné par des femmes, était le même que celui des garçons, ne datent que du début du 20° Siècle.)

Maintenant, pourquoi faire une histoire avec un foulard, refuser les "crêtes de coq" vertes, les strings qui dépassent du jean, les khrishna en jaune safran, les moinillons en bure, les con-sommateurs avec leurs "marques" (celle de la bête, hé,hé?), les filles à cheveux courts, les garçons à queue de cheval, les gothiques crayeux, etc... ? Jusqu'à présent, il n'y a pas encore de clowns, mais pourquoi pas?

Non, mais: il n'y a pas plus important? L'acquisition de connaissances, à l'école, par exemple?

Pour les femmes, tout est-il toujours à recommencer?

6.Posté par Lapranti le 17/01/2008 22:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Les femme qui ont décidé de porter le voile doivent arrêter de toujours se justifier et dire que ce n’est une soumission à l’homme, mais une soumission a Dieu, car même si vous répéter ça
10000 fois, ils ne vous croiront pas et c’est inutile de se justifier.
Vous devriez vous battre sur le terrain de loi, et je pense qu’il y a aucune qui interdit a une femme de porter ce qu’ell veut sur la tête, point basta.

7.Posté par mymy le 26/01/2008 04:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

si on permet au soeur catholique de porter leur voile,sa changerai quoi de le permettre au femme musulmane?je pense que vraiment,c'est de l'exagération...ce n'est pas vous qui porter se voile alors en quoi cela vous derange t-il?

8.Posté par Daniel le 16/04/2008 15:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

L’école est laïque en France. Cela signifie que tout individu intervenant auprès des élèves, au sein ou à l’extérieure de l’école, ne doit pas avoir de signes distinctifs de religion.

Une femme musulmane doit donc enlever son voile lorsqu’elle accompagne une classe lors d’une sortie au même titre que les stagiaires et professeurs. Cela n’a rien à voir avec une discrimination contre les musulmans.

Les professeurs, directeurs et inspecteurs d’école se doivent juridiquement de faire respecter la laïcité : droit et liberté pour chacun de pratiquer sa religion en privé mais obligation de neutralité de l’état et de la fonction publique. Ils sont également responsables juridiquement des attitudes et comportements des intervenants et accompagnateurs qui les assistent dans leurs missions éducatives. Ceux qui manquent à cette règle risquent d’être exclus de leur fonction.

9.Posté par A.M. le 01/05/2008 11:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Merci pour ce témoignage poignant, qui montre bien que le problème n'a rien à voir avec le caractère "rétrograde" d'une religion, l'émancipation de la femme, l'acquisition de connaissance et tout ce genre de chose.
Voilà en effet une femme active, avec un haut niveau d'études, qui s'investit dans l'éducation de sa fille en osmose avec l'école depuis des années, accompagne les sorties de la classe à la piscine, au conservatoire, à l'équitation, etc.
Bref, ce n'est qu'avec la mauvaise foi la plus grossière qu'on peut reprocher à cette mère une vision "rétrograde" s'opposant à "l'acquisition des connaissances". Ben Laden accompagne-t-il ses enfants au conservatoire ? Quant à la "soumission à l'homme", la phrase du mari qui n'a jamais demandé à sa femme de mettre le voile: "avec ou sans hijab, je t'aime", montre assez ce qu'il en est.
Mais les clichés les plus imbéciles ont la vie dure, surtout quand il s'agit de stigmatiser une population totalement inoffensive qui n'a rien contre la "laïcité" mais demande juste qu'on lui fiche la paix...
Tout mon soutien à cette dame, en me demandant si ceux qui se affichent aussi impudemment leur mépris pour sa douleur ont bien compris la ligne éditoriale du site alterinfo.
Enfin, le message de ces derniers a le mérite de la clarté : "même si vous répéter ça 10000 fois, ils ne vous croiront pas et c'est inutile de se justifier". Donc, inutile d'expliquer votre point de vue, on ne vous croira pas, on ne vous écoutera même pas. Une femme qui met le foulard en France s'exclut ipso facto du genre humain.

10.Posté par elabed le 27/02/2009 17:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

asselam alkoum ma soeur je vis les meme choses que toi ma soeur se directeur ne ta pas respecter ma soeur il a juste oublie que tu etait parent d'eleve se n'est rien et ta fille et e la fait comprendre moi je fais des sorti avec mes enfants et sa se passe bien.heuresement que les enfants ne sont pas comme les adultes les enfants ne font pas de differences que tu l'es ou pas alhemdoullilah a croire qu'ils faut se justifier pour porter notre hijabsa s'est aussi la laicite......... contnue a faire des sorti ou parler de cette soi disant loi qu'il n'esciste pas salam alekoum

11.Posté par FoTch le 12/11/2009 23:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

L'école en france est tout simplement laïc, par exemple une personne portant la kippa aurait était reçus de la même maniére, il faut comprendre qu' à l'école les signe religieux de n'importe quelles religions ne sont pas les bienvenus, il n'y a aucun aspect raciste a cela c'est simplement , je le répéte la laïcité.
Daniel a tout a fait raison.

12.Posté par Nagim le 20/12/2009 22:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Serons punis ceux et celles qui melent Allah à leurs considérations.

Le prophete a dit "Dieu ne vous juge pas en fonction de votre apparence et de vos richesses, mais Il regarde vos coeurs et observe vos actions."

Celles qui s'opposent aux paroles du Prophete s'opposent à la Sounnah.

13.Posté par Une étonnée le 11/02/2010 15:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Exactement ! L'école est laïque = pas de signe distinctifs ostentatoires de religion et c'est valable pour toutes les religions. C'est comme ça, en France en tout cas. Il faut respecter ça, c'est un acquis qu'il ne faut pas perdre.
Et franchement, ce n'est qu'un voile, un peu de tissu, ç'aurait coûté quoi de le retirer pour faire plaisir à son enfant ?...

Au fond, nul n' a besoin de porter un signe distinctif de religion sur lui, la foi c'est dans la tête, on n'a pas besoin de le montrer au monde entier !
Personnellement, je suis athée, et voir une femme qui porte le voile ou la burqa me gêne. Après tout, ne devons-nous pas être tous égaux ?...

Et sur la carte d'identité par exemple, vous mettez une photographie de vous avec votre voile, alors qu'en France, tous le monde est invité à retirer ses bijoux, à se coiffer les cheveux attachés vers l'arrière (sur la photo d'identité) afin d'être reconnaissable.

C'est une question d'égalité entre tous, et de laïcité, PAS DE RACISME.

14.Posté par cielétoilé le 11/02/2010 15:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

c'est difficile pour une personne qui dans chacun de ses gestes quotidiens veut plaire à Dieu , de devoir en quelque sorte se couper en deux pour la vie de tous les jours et enlever le voile qui pour elle représente quelque chose de sacré . Mais je pense que si l'école, qui est le lieu d'enseignement des enfants, vous a demandé cela madame, c'est parce qu'elle ne veut aucun signe de prosélytisme en son sein . Cela , je le comprends aussi car l'éducation nationale se veut garante de l'égalité de tous, de la formation d'un citoyen d'une république et non pas d'un représentant d'une communauté . Mais une question... peut-on aussi nier le monde dans sa réalité ? Sa réalité, c'est aussi l'existence de religions . Il faudra bien trouver un bon équilibre pour tous ,sans offenser , ni ostraciser les uns ou les autres .

15.Posté par ESPOIR le 11/02/2010 16:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Désolée la photo de la carte d'identité c'est une atteinte à la liberté, je porte habituellement des lunettes on m'impose de les enlever, je ne me coiffe jamais les cheveux en arrière et là on me l'impose,
Je ne me reconnais pas du tout sur la photo, j'ai juste appliqué les consignes qui honnêtement m'emmerde autant que de badger avec mon pass Navigo dans les bus, je trouve cela très scolaire très infantilisant cela me donne la sensation que je dois signaler par ce geste à chaque fois le bus que je prends où je me trouve, etc...

Il y a d'ailleurs quelque chose de très mal sain la dedans quelque chose de Big brother ... ne pas mélanger les choses ça n'a rien à voir avec l'égalité c’est juste un coup de tournevis supplémentaire sur nos libertés perdues

Pour revenir à cette histoire de voile, je peux imaginer de quoi il est question et ce qu'il en ressort, mais je pense que c'est sur un plan pragmatique qu'il faut mesurer et traiter les choses et non pas sur le plan de l'émotion (même si ...) la réflexion doit être avant tout cérébrale donc avec beaucoup de bon sens et surtout citoyenne

16.Posté par cielétoilé le 11/02/2010 16:34 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


17.Posté par cielétoilé le 11/02/2010 16:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ne négligez pas l'émotion car elle a aussi "fait" ou influencé l'Histoire de notre monde .

18.Posté par Rakovski le 11/02/2010 19:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Certains confondent laïcité étatique et intolérance.

La dernière loi sur la laïcité dans les écoles s'applique aux personnels de cet établissement et non pas aux parents d'élèves.

Les parents d'élèves sont libres de porter un fichu sur la tête ou une croix ostensiblement visible sur leur poitrine.

Je n'ai jamais entendu un directeur d'école demandé à un mère de cacher la croix qu'elle porte sur son cou !!!

De la même façon, les étudiants qui sont aussi majeurs peuvent librement portés le foulard dans les universités, dans les bibliothèques, les bureaux de postes, les hôpitaux.

Ce directeur a arbitrairement interprété cette loi sur les signes religieux à l'école. La loi s'applique uniquement aux personnels salariés des établissements scolaires. POur cause, les fonctionnaires n'ont aucune autorité religieuse pour s'immiscer dans les choix religieux des parents.

De la même façon que la loi n'interdit pas à une femme voilée de venir chercher son enfant à l'intérieur de l'école, d'assister à des réunions à l'intérieur de l'établissement, elle n'interdit pas aux mères qui portent un voile, une croix ou une perruque (pour les juives orthodoxes) d'accompagner les enfants à une sortie scolaire.



Dans toute cette affaire, la diabolisation de l'islam et l'irrationalité sont à l'oeuvre.


Tout mon soutien. Défendez-vous Madame, face à l'intolérance et l'obsurantisme franchouillard.

19.Posté par cortyl stephane le 27/05/2011 17:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Pffffff. les choses les plus simples deviennent compliqués, en France nos anciens se sont battue pour égalité , fraternité,liberté , en séparant l’église de l’état nous nous sommes affranchie d'une religion qui avait pouvoir sur tous le peuple , nous sommes devenue laïque , le fait de porter un signe distinctif religieux dans un établissement public permet a tous d’êtres égale au autre cette loi que je trouve juste et logique est incomprise par les religions , voila la question que vous ne vous posez pas vous nous accusez de racisme .... il n'y as aucun racisme la dedans ^^ c'est une question de principe , j'ai un ami musulman qui me dis que le port du voile n'est mm pas écris dans le coran clarifiais un peu le coran et vos pratiques , en inde certaine religion quand l'homme meurt ont brule sa femme avec ont dois accepter sa aussi en France s'il viens vivre en France ?
moi perso quand je vais dans d'autre pays je me plie au us et coutume du pays qui m' accueil , en Espagne je visite pas une église en short , voila c'est une question de respect , et je pense sincèrement aussi que vous manquer de respect a notre constitution , perso vous vous mettez une boucle d'oreille dans le nez ou ou une plume dans les fesses sa n'as aucune importance pour moi dans la mesure ou vous l'enlever dans un lieu public laïque si je visite une mosquée j’enlève mes chaussures par respect désolé ,faites de même i

20.Posté par aude le 15/11/2012 17:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Celà fait longtemps que je vois des femmes voilées et jusqu'à cette loi, celà ne choquait personnes, d'ailleurs certaines religieuses en France le sont encore, vous ne voyez pas qu'il y a quelquechose qui cloche, depuis que ces lois dites sécuritaires ont été mises en place, la violence s'est exacerbée et nous avons de moins en moins de liberté. Pendant que nos emplois foutent le camp, que les pauvres deviennent de plus en plus pauvres, que la classe moyenne commence à se fissurer, nous en sommes encore à discourir sur le sexe des anges et j'ai bien l'impression que certains financiers et politiques sont bien contents car ils peuvent s'en mettent plein les poches avec la bénédiction du peuple. Quand nous serons dans le meme état que la Grèce, nous ne penserons plus à appliquer bien sagement ces lois, ces lois qui, à mon avis,ne sont pas faites pour nous faliciter la vie et j'espère qu'un nombre relativement important de personnes aura l'intelligence de ne pas en vouloir à ces minorités montrées du doigt par les différents politiques, mais plutot qu'elles choisiront de s' entraider car réagir par la violence, qu'elle soit verbale ou physique nous entrainera fatalement dans le chaos. Pour moi, il est temps de se réveiller car nous sommes tout près du précipice. La réaction de ces enseignants ne me semble pas très saine, personne ne les obligeait à agir de la sorte, l'indifférence est pour moi la meilleure des réponses. Je ne suis pas en train de me voiler la face, tout n'est pas" blanc d'un coté et "noir" de l'autre, certains ont sûrement un intérêt à provoquer et ne pas réagir à ces provocations me semble etre la meilleure des réponses. Toutefois ne connaissant pas la personne qui relate cette histoire je me garderais bien d'apporter un jugement , car elle fait peut etre partie de ces personnes sincères qui veulent vivre tout simplement leur foi. La laicité pour moi devrait etre libérale, j'ai vécu dans un endroit, il y a plusieurs années ou il y avait aussi bien des femmes voilées que des femmes en minijupes et celà ne posait pas de problème, chacun se respectait.

21.Posté par qwerty le 16/09/2014 01:16 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le directeur est un chien moi je suis musulman et je deteste se genre datitudes se sont des saloperies

Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS

Publicité

Brèves



Commentaires