Palestine occupée

Suicidé ou tué, l'officier israélien serait-il chargé du dossier libanais?


Dans la même rubrique:
< >


Mardi 2 Juin 2009

Suicidé ou tué, l'officier israélien serait-il chargé du dossier libanais?
L'annonce du suicide ou du meurtre d'un haut officier de renseignement israélien suscite plusieurs interrogations sur la date de cet incident, au moment où les réseaux d'espionnage s'effondrent l'un après l'autre au Liban.
 
La télévision israélienne a rapporté que ce haut officier travaillait dans la collecte d'informations  qualifiées de "très sensibles". Il est entré dans son bureau lundi matin et a ouvert le feu contre lui, de son propre revolver.
 
Les motifs de ce suicide, qui a secoué les services de renseignements israéliens, n'ont toujours pas été dévoilés.
Mais selon des sources médiatiques israéliennes, la divulgation des informations qu'il détenait aurait causé beaucoup de dommages à la sécurité d'"Israël", sans préciser si ces informations concernent les réseaux d'espionnage au Liban.
 
 A ce propos, le correspondant de la chaîne israélienne pour les affaires militaires Nir Devori a révélé que le haut officier en question était "responsable d'une piste de renseignement très évoquée ces derniers temps"  
 
 
D'après les estimations préliminaires, il s'agit d'un suicide, mais la police n'exclut aucune éventualité sur sa mort, vu la sensibilité du poste qu'il occupait.
 
 
De retour aux réseaux d'espionnage au Liban, le tribunal militaire a inculpé deux nouveaux hommes d'espionnage au profit d'"Israël".
Saïb Mohammad Aoun, actuellement en détention, et Mohammad Hassan Abdallah, en fuite, sont accusés d'avoir fourni à l'entité sioniste des informations sur des positions civiles et militaires ainsi que sur des responsables politiques.
 
Un colonel de l'armée libanaise a également été arrêté dans cette affaire, mais n'a pas encore été inculpé.
Toutefois, le général Achraf Rifi, directeur des Forces de Sécurité Intérieure, a nié dans une interview les informations relatives à l'arrestation d'un officier des FSI (le général Adnan Daoud). Rifi a demandé aux médias de s'assurer avant la publication des infos. 
 
Selon une source judiciaire, le nombre de personnes poursuivies dans ce dossier cette année s'élève à 34. 
 Au total, 13 des 34 inculpés, dont un général en retraite et un policier, sont toujours recherchés par les autorités.
Selon les autorités judiciaires libanaises, cette affaire d'espionnage est loin d'être terminée.
 
Le quotidien "Alakhbar" a rapporté que les juges du Tribunal militaire "promettent" de lourdes peines contre les collaborateurs israéliens.
Les responsables concernés expliquent que les dossiers sont bien cohérents, ne permettant aucun doute quant au rôle des personnes détenues.
Parmi ces dernières, citons M. R. qui a reconnu son implication dans l'assassinat des frères Majzoub à Saïda en 2006.
De plus, H. C., arrêté le 8 mai dernier au village "Ghaziyeh", a admis avoir donné aux Israéliens les adresses de certaines demeures qui ont ensuite été bombardées, faisant plusieurs martyrs. Loin de se limiter à ce fait, H. C. a informé les Israéliens que des responsables du Hezbollah participaient aux funérailles. Le cortège funèbre a alors été lui aussi bombardé.
 
 
  Les agents présumés encourent la prison à vie assortie de travaux forcés. Si le juge estime que cette collaboration a causé la mort, il peut demander la peine capitale.

http://www.almanar.com.lb http://www.almanar.com.lb



Mardi 2 Juin 2009


Commentaires

1.Posté par mister no le 03/06/2009 02:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

la mort dans ce dernier cas parait bien trop douce face aux degats qu auront fait la traitrise de ce genre d individus sans foi ni morale une eternite de douleur les attend le point positif (pour eux) c est qu ils n auront pas de facture de chauffage a payer !!!

Nouveau commentaire :

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires