Propagande médiatique, politique, idéologique

Suave qui peut!


Trop, c'est trop.


aucoursdureel@blogspot.com
Vendredi 31 Juillet 2009

Photo: Lepost
Photo: Lepost
L'effondrement du système immanent est imminent et notre professeur de philosophie à la mode du monde médiatique pérore et parade. Dans l'interview qui suit, Raphaël Enthoven montre qu'il ne comprend rien à quelque chose. Tel un symptôme, il psychosomatise et s'agite comme une marionnette. Ne rien comprendre pour un nihiliste, c'est un compliment, un singulier compliment, un compliment dévoyé. Enthoven pense en ultra libéral de gauche, soit en progressiste - en progressiste de l'ultra libéralisme. Autant dire : il croit dans le progrès, à condition que le progrès en question désigne le progrès de l'ultra libéralisme. Autant dire qu'Enthoven (se) trompe sur toute la ligne, car aux dernières nouvelles, ce professeur de philosophie se présentait de gauche.
 C'est dire l'époque frelatée et déliquescente dans laquelle on se meut.
La gauche BHL - sans doute! Soit : la gauche caviardée, grand corps malade à la renverse, puisque la gauche caviar était l'apanage de Mitterrand et Consorts. Déjà la fausse gauche, remplacée depuis par la gauche moribonde.
Enthoven est donc un pseudo-socialiste qui explique sans rougir qu'il ne croit pas dans les idéologies collectivistes et qu'il cautionne au nom du réalisme et du pragmatisme la loi du marché capitaliste. Attendez (comme serine
l'impatient) : je sais bien que le suave Enthoven, qui psalmodie quand il s'exprime, est un ami de promotion de Barbier de Gaza, le sympathique directeur-propagandiste de l'hebdomadaire L'Express, la droite à l'écharpe rouge, la ganache Bruni, les admirateurs du travail à l'antillaise et de la vie à la palestinienne.
 Malgré tout ce que je sais et comprends de l'entourage et de la mentalité du sieur Enthoven, ces propos sont plus mensongers encore qu'impudents. Un socialiste antisocialiste, qu'est-ce que ça veut dire? Ca veut dire : un socialiste de l'ère Sarko - un ultra libéral qui s'inscrit à la sauce antiraciste pour faire bien? Effet Dray garanti. Nul décalage horaire. Dealer :
coke en steak. Puis un tartuffe, qui vit en germanopratin et qui ne comprend rien aux réalités du monde? Se rappelle-t-on des portraits de philosophes de cour dans Molière? Tel est Enthoven, qui sur ce point comme tant d'autres pose en digne héritier de BHL et de ces nouveaux philosophes périmés dont la principale caractéristique est de se dépenser pour prou penser.
 Aujourd'hui, BHL en est venu à enregistrer des vidéos de propagandiste dél-Iran et d'imitateur postmalrucien (déjà un cocaïnomane/mythomane?).
Enthoven est ce ventriloque sinistre qui minaude et galvaude sans se rendre compte qu'il profère des énormités incoulables. Pourquoi perdre son temps à interviewer un faux-penseur, filosophe de son état, qui au mieux ne rendra compte que de l'opinion superfétatoire de l'ambiance Saint-Germain? Parce que les élites sociales françaises ne recoupent plus les élites intellectuelles ou qualitatives et qu'elles sont coupées du reél?
 Vrai médiocre et faux diamant, Enthoven a commis récemment un livre de redite à la sauce Nietzsche. L'Endroit du Décor est l'envers de la pensée.
L'enfer de l'impensé. Comment dit-on foncer dans le décor? S'il a l'honnêteté de se présenter comme professeur de philosophie et non pas philosophe, notre Junior communautariste (engoncé entre Sion et Ulm) ne craint pas d'expliquer qu'il a rendu la philosophie accessible à tous. Ses devanciers mégalomanes sur le même segment de marché apprécieront la rengaine.
 Au fait, je croyais Enthoven ennemi de l'égalitarisme, du collectivisme et de la gauche historique? Y aurait-il une exception en philosophie? Démocrate et ultralibéral, c'est possible? Dépassant en sioniste aveuglé cette contradiction déjà énorme, Enthoven en rajoute une couche - à la louche. Il n'hésite cette fois pas à affirmer que l'économie de marché est éternelle (un renoncement à l'économie de marché est utopique). Diamonds forever.
J'aimerais rappeler aux oreilles pédantes du sieur Enthoven que ce fait est historiquement faux : le libéralisme et le capitalisme n'ont pas toujours existé. Au plus tôt, on peut les faire remonter à la Renaissance, surtout autour du siècle des Lumières. Il coule de source que ce qui n'a pas toujours existé n'existera pas toujours.
 Il coule encore plus de source qu'après l'effondrement de l'idéologie communiste comme phare du collectivisme, nous assistons vingt ans plus tard à l'effondrement irrémédiable de l'idéologie soi-disant antithétique et ennemie, le libéralisme. Enthoven a plus d'un wagon dans son sac, puisqu'il est incapable de penser l'universel en dehors des codes finis de son temps et qu'il en est encore à opposer le défunt collectivisme au moribond (et
incurable) libéralisme. Raphaël, encore un effort! Encore un effet? Penser comme un manche?
 Au lieu de vivre sur les mites de votre temps, accédez à la vraie universalité : si vous voulez dépasser les modes, changez de codes! Au lieu de citer une description visionnaire de Tocqueville à propos de l'homme contemporain engoncé dans l'individualisme libéral et le nihilisme terminal comme quintessence de la nature - de l'homme, confrontez-vous à la difficulté. Ce qui est pour vous inacceptable et douloureux, voilà ce qui vous fera avancer. Le reste n'est que perte de temps. Oubliez l'ultra libéralisme travesti en progressisme, Christophe le Barbier, le cabotinage, l'élitisme, le narcissisme, les mondanités, le sionisme, toutes ces billevesées savantes et affriolantes qui mentent et qui condamnent - le con est damné.
 Un dernier détail : oubliez le postulat typique du nihiliste moderne, formulé par le progressiste Schopenhauer (sur ce coup le vrai modèle d'Enthoven et de son maître-ès-philosophie Clément Rosset). Ce n'est pas parce que le monde de l'homme ne sera jamais idéal qu'il ne change pas. Au contraire : il change, tout en n'étant pas idéal. Ce n'est pas parce que l'idéal n'existe pas dans le sensible que toutes les valeurs se valent. Au contraire : il faut penser en nihiliste pour cautionner les arguties de l'immanentisme en putréfaction - et c'est en dévoilant sa mentalité d'expert immanentiste de facture terminale qu'Enthoven coule à pic. Joker.
Cocker.
 
[http://www.latribune.fr/actualites/economie/france/20090730trib000405529/raphael-enthoven-l-economie-de-marche-restera-la-dot-de-la-democratie.htm]url: http://www.latribune.fr/actualites/economie/france/20090730trib000405529/raphael-enthoven-l-economie-de-marche-restera-la-dot-de-la-democratie.htm l


Vendredi 31 Juillet 2009


Nouveau commentaire :

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires