Opinion

Stefan Winter : dire que l’Iran est un véritable danger « est un non sens »


Dans la même rubrique:
< >

Mercredi 15 Novembre 2017 - 11:43 L'arbre qui ne cache plus la forêt

Mardi 24 Octobre 2017 - 11:16 Algérie, Maroc, seul l’essentiel nous incombe



Lundi 21 Janvier 2008

Stefan Winter : dire que l’Iran est un véritable danger « est un non sens »
En réponse à l’article d’Alain-Michel Ayache, paru le 15 janvier dans Le Devoir ainsi que dans l'édition en-ligne du Soleil qui tente de démontrer que « l’Iran représente un véritable danger » Stefan Winter affirme : « dire que l 'Iran constitue une menace pour le monde est un non-sens » qualifiant de discutable les points sur lesquels repose l’analyse d’Alain-Michel Ayache.

Alain-Michel Ayache tente tout au long de son article de démontrer, en reprenant des arguments directement sortis de la rhétorique néo conservatrice de l'administration Bush, que l'Iran représente une menace à la sécurité internationale.


Interrogé par le correspondant de l’Irna à Paris, Stefan Winter, remettant en perspective les arguments avancés par l’auteur précise que "L’Iran n'est pas un danger simplement parce que les Américains disent qu'il l'est".


Stefan Winter, Professeur, spécialiste de l’Histoire du Proche-Orient et du Maghreb à l’Université du Québec à Montréal, n’hésite pas à parler d’ unilatéraliste pour qualifier la politique des Etats-Unis envers l’Iran.

Stefan Winter poursuit qu’il n’attend aucun réel changement dans la politique étrangère des Etats-Unis avec les prochaines élections présidentielles américaines.


Cet universitaire québécois rappelle que la responsabilité du bras de fer qui oppose l’Iran aux Etats-Unis n’incombe pas seulement à l’Iran. « Si l’Iran se méfie de la présence américaine devant ses portes, c’est qu’il a déjà subi une longue guerre menée par l'Irak pour le compte de l'Occident et vu les Américains abattre ses avions civils et attaquer ses navires » rappelle t-il.


Evoquant l’incident qui a eu lieu jeudi dernier dans les eaux du détroit d’Ormuz, entre les marines américaine et iranienne et l’attitude des responsables américains s’ ingéniant tous ces derniers jours à monter en épingle cet incident et accusant Téhéran d’avoir essayé d’attenter à la vie des marins américains, Stefan Winter a précisé que « la seule chose que l'incident prouve est que de hauts responsables militaires américains savaient parfaitement qu'aucune menace n'avait eu lieu, mais que la Maison Blanche était néanmoins prête à l'exploiter dans les médias pour mettre à point l'image de l'Iran comme un danger.


Par ailleurs, interviewé sur l’argument consistant à rendre responsable l’Iran de la nucléarisation de la région, Stefan Winter bat cet argument en brèche et évoque la capacité nucléaire d’Israël, également assurée avec l'aide technique de la France qui « est réellement celle perçue par les pays arabes comme un danger militaire imminent ».


L’unique puissance nucléaire de la région reste Israël qui compte parmi les huit pays disposant dans le secret le plus absolu et sans la supervision de l’Agence Internationale de l’Energie Atomique de la bombe atomique et qui à ce titre est en revanche un danger réel pour la sécurité aux Proche et Moyen-Orient.


De simplement répéter la vision de G.W.Bush de la situation au Proche-Orient ne la rend pas plus compréhensible » conclu l’universitaire québécois, Stefan Winter.



Lundi 21 Janvier 2008

Actualité en ligne | International | Analyse et décryptage | Opinion | Politique | Economie | Histoire et repères | Sciences et croyances

Publicité

Brèves



Commentaires