Géopolitique et stratégie

Sommet Russie-OTAN: ABM, Traité FCE et Kosovo au menu de la rencontre (synthèse)



Jeudi 3 Avril 2008

Sommet Russie-OTAN: ABM, Traité FCE et Kosovo au menu de la rencontre (synthèse)
Les thèmes principaux du sommet Russie-OTAN qui se tiendra vendredi à Bucarest seront le bouclier antimissile (ABM) que les Etats-Unis souhaitent déployer en Europe de l'Est, le Traité sur la réduction des forces conventionnelles en Europe (FCE) et la situation au Kosovo.

La délégation russe sera conduite par le président russe Vladimir Poutine, le ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, le ministre de la Défense Anatoli Serdioukov et l'assistant du président russe Sergueï Prikhodko.

"Au cours du sommet de Bucarest, un vaste éventail de questions à l'ordre du jour des relations Russie-OTAN sera examiné. Nous passerons aussi bien en revue les problèmes existants que les perspectives de coopération", a déclaré M. Prikhodko.

M. Prikhodko a souligné que les problèmes actuels entravaient la progression du partenariat Russie-OTAN.

"Les principales pierres d'achoppement sont la transformation de l'OTAN, sa prétention à un rôle mondial dans la sphère de la défense, l'extension de sa sphère d'influence à d'autres zones géographiques et à des activités nouvelles, comme la sécurité énergétique et cybernétique, l'imprécision des critères justifiant l'usage de la force et les relations avec le Conseil de sécurité de l'ONU", a-t-il ajouté.

TRAITE FCE

La position de Moscou concernant le Traité FCE reste inchangée, a déclaré une source au sein du Kremlin.

La Russie a suspendu en décembre dernier sa participation au Traité FCE, signé en 1990, en exigeant que tous les pays membres de l'OTAN ratifient la version adaptée du document, qui tient compte de la dissolution de l'Organisation du Traité de Varsovie, et procèdent à sa stricte application.

Désireux de faire entrer en vigueur au plus vite la version adaptée du Traité FCE, les Alliés se sont déclarés prêts à poursuivre le dialogue avec la Russie sur tous les dossiers préoccupant les parties.

Les actions "parallèles" qui ont été proposées à l'automne 2007 par Washington prévoient notamment d'accélérer la procédure de ratification de la version adaptée du Traité FCE en échange du retrait des forces et des sites militaires russes de Moldavie et de Géorgie. En outre, la Russie et les membres de l'OTAN doivent s'engager à agir dans l'esprit de la version adaptée du Traité FCE jusqu'à son entrée en vigueur. Les pays baltes, qui n'ont pas signé jusqu'à présent le document, doivent quant à eux s'engager à le rejoindre.

KOSOVO

Le thème du Kosovo, qui a déclaré son indépendance à l'égard de Belgrade le 17 février dernier, sera au centre du sommet Russie-OTAN de Bucarest. Le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov a répété récemment que Moscou continuerait "à soutenir les efforts de Belgrade visant à établir l'illégalité des actions destinées à obtenir la souveraineté du Kosovo, en ramenant le problème kosovar dans le cadre du droit international".

"Dans notre dialogue avec l'OTAN, nous insistons pour que les forces internationales restent neutres et impartiales vis-à-vis des acteurs du conflit, et agissent dans le cadre du mandat imparti par la résolution 1244 de l'ONU, qui vise à maintenir la sécurité", a-t-il affirmé.

L'indépendance du Kosovo, a été reconnue par une partie de la communauté internationale, y compris par les États-Unis. D'autres pays ont condamné cette démarche. La Russie considère la proclamation unilatérale d'indépendance comme une violation des normes du droit international.

ABM

Les Etats-Unis envisagent de déployer un système ABM comprenant un radar en République tchèque et dix missiles intercepteurs en Pologne pour parer à d'éventuelles attaques venant d'Iran. Le premier de ces missiles devrait être opérationnel en 2011, les autres d'ici à 2013.

Moscou s'oppose énergiquement au déploiement de la troisième zone de positionnement de défense antimissile américaine. A son avis, l'implantation d'éléments de l'ABM à proximité des frontières russes constitue une menace à sa sécurité nationale.

Afin de renforcer la confiance, les Etats-Unis sont disposés à permettre à la Russie de surveiller l'état des ouvrages du bouclier antimissile américain en Pologne et en République tchèque, a déclaré M. Lavrov à l'issue des négociations russo-américaines sur l'ABM qui se sont déroulées à la mi-mars dernier à Moscou selon la formule "2+2".

http://fr.rian.ru http://fr.rian.ru



Jeudi 3 Avril 2008

Géopolitique et stratégie | Diplomatie et relation internationale

Publicité

Brèves



Commentaires