PRESSE ET MEDIAS

Sida, média et géopolitique.


L'épidémie du sida a de l'ordre de vingt cinq ans. Le sida reste une maladie d'un type très particulier. Bien qu'il tue bien moins que des maladies plus anciennes il bénéficie de la part des média d'un traitement particulier.


Mu'ad Dib
Mardi 29 Août 2006

Depuis la découverte de cette maladie plusieurs théories ont été élabolées pour expliquer son apparition mais alors que les premiers cas observés cliniquement ont été enregistrés aux US de multiples études tentent depuis un quart de siècle d'en situer l'origine en Afrique. Pourquoi ? Se préoccupe-t-on de démontrer l'origine géographique de telle ou telle autre maladie ? Par ailleurs cette maladie est une des rares à avoir soulevé des polémiques publiques et violentes à propos

- de sa nature infectieuse ( certains en attribuent l'apparition à des causes biochimiques et non virales) donc de son statut de maladie
- de son origine naturelle ou artificielle
- de son origine géographique et de l'époque de sa première apparition

D'autres aspects sont aussi discutés, comme l'efficacité réelle des coûteux traitements qu'elle entraîne, la fiabilité de certaines données comme les chiffres de sa progression en Afrique, ou l'absence de comparaison fiable entre les espérances de vie de populations traitées ou non traitées de même niveau socuioculturel .

Bref cette maladie est vraiment très très particulière et la manière dont les média en on fait un sujet volontairement chargé émotionnellement et traité d'une façon où l'affectif est sollicité chez le lecteur avant la raison est plutôt surprenante. Que dire de la dénomination de "maladie de l'Amour" qui a eu cours un certain temps ? Qu'est ce qui a bien pu pousser les média du monde occidental à réagir comme un seul homme pour faire du sida une cause journalistique où une seule opinion était tolérée ? Et qu'avaient-ils à y gagner ?

Autre remarque : alors que pour l'ensemble des autres maladies infectieuses il est reconnu à tous les Etats le droit d'avoir une politique sanitaire nationale, consistant par exemple en des dispositifs de quarantaine et des interdictions de pénétrer le territoire national, pour le sida une campagne mondiale fut lancée dès l'identification de la nature de la maladie pour introduire dans l'opinion l'idée qu'on n'avait pas le droit d'interdire aux porteurs du sida le droit d'entrer dans un pays de leur choix. Ainsi la Russie et un certain nombre de pays comme les pays musulmans ou la Chine ont subi des critiques répétées pour avoir tenté d'appliquer des mesures de contrôle à l'entrée de leur territoire.

Quel peut être le sens d'une pareille campagne pour les média des pays de l'Ouest ?

Partant du principe que les média sont essentiellement des instruments de propagande voués à propager le point de vue de leurs actionnaires et leur vision géopolitique, on est obligé d'évacuer le pur altruisme comme cause de cette campagne. D'autant plus que pour des maladies comme la malaria qui fait encore plus de victimes le silence de l'humanisme médiatique est assourdissant. Alors quoi ?

Il reste deux hypothèses principales :

- le sida est un mal qui a frappé l'Occident donc ce dernier se devait pour garder des chances géopolitiques et démographiques intactes, de faire en sorte qu'il frappe aussi le reste du monde d'où un battage médiatique pour favoriser la liberté de circuler des porteurs de virus.

- le sida a été conçu en laboratoire pour limiter la prolifération de l'espèce humaine et il était naturel que ses cponcepteurs exigent qu'il soit diffusé partout. Cette hypothèse est beaucoup moins fantastique qu'il y parait puisque la démographie est devenue avec les ressources la source de préoccupation essentielle tant des militaires des pays développés que des décideurs économiques internationaux.

On notera que organismes chargés des études sur l'origine du sida tentent par tous les moyens d'innocenter les pratiques homosexuelles pour ce qui concerne la responsabilité de l'émergence de cette maladie. Exactement comme si on craignait plus de la condamnation de l'homosexualité que des conséquences de la propagation du Sida.

Une autre remarque concerne le refus de rendre publiques l'efficacité relative de certaines mesures simples : par exemple la forte diminution du risque de contamination des hommes circoncis. Le motif invoqué, selon lequel il faut éviter de donner aux gens l'impression qu'ils sont protégés totalement quand ils sont circoncis ne tient pas : évite-t-on de mettre un pansement pour protéger une blessure de l'infection sous prétexte que cette protection partielle rend le malade plus imprudent ? On notera que le milieu des acteurs de la pornographie, lui ne s'y est pas trompé et pratique le circoncision de façon quasi systématique malgré les autres précautions qu'il prend.

Le sida n'est donc pas une maladie comme les autres. C'est une maladie qui née sous le regard des média et dont les développement sont suivis de près par ces derniers. Ils ont joué un rôle actif dans sa définition, dotant la lutte contre cette maladie d'une éthique particulière totalement nouvelle et fondée sur des valeurs souvent totalement étrangères à la majeure partie de l'Humanité. La diffusion de l'information à son propos semble obeïr à des "chefs d'orchestre" invisibles qui tentent d'imposer une certaine vision de l'attitude à adopter face à cette maladie dans tous les pays du monde , n'hésitant pas à diaboliser les régimes qui se risquent à promouvoir une réponse nationale originale à ce problème. L'aspect "centralisé" de l'information au sujet de cette maladie n'est donc sans doute pas le fruit du hasard. C'est un outil géopolitique qui a servi à promouvoir une certaine vision de la sexualité et à l'imposer au monde entier à coup de campagnes de propagande coordonnées et d'une efficacité indiscutables.

Dans quel but ?

Mu'ad Dib


Samedi 23 Février 2008

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS

Publicité

Brèves



Commentaires