Géopolitique et stratégie

Shah Deniz renonce officiellement au projet Nabucco


Dans la même rubrique:
< >


Léonide Gourianov
Samedi 29 Juin 2013

Shah Deniz renonce officiellement au projet Nabucco
Le projet du gazoduc Nabucco conçu pour devenir le concurrent du South Stream russe, s'est soldé par un échec. Ce vendredi, le feu vert a été donné au projet alternatif : le gazoduc TAP (Trans-Adriatic Pipeline).

Un consortium de sociétés qui travaillent sur le gisement de Shah Deniz en Azerbaïdjan ont pris la décision en faveur du projet Trans-Adriatic Pipeline (TAP). Il s’agit de sept sociétés, et notamment de la société publique azerbaïdjanaise SOCAR. Cependant, la société n’exclut pas que le projet Nabucco pourrait être ressuscité. Le choix du trajet alternatif met de fait une croix sur ce projet, sont persuadés les experts. Parmi les avantages du gazoduc transadriatique – c’est sa longueur, qui est 400 kilomètres de moins que celui de Nabucco. En outre, TAP traverse la Grèce, l’Albanie et continue ensuite vers l’Italie sur le fond de la mer Adriatique. L'Azerbaïdjan est intéressé à acheter des actifs gaziers grecs qu’il veut privatiser. Toutefois, l'économiste en chef de VTB Capital en Russie Maxime Orechkine ne voit pas le lobbying de Bakou dans cette décision du consortium.

« Je pense qu’il ne s’agit tant d’une décision de l'Azerbaïdjan, que du projet Shah Deniz ou du consortium d'entreprises qui travaillent sur ce projet. Une décision qui est bénéfique à South Stream et Gazprom », explique Orechkine.

L'explication officielle du choix en faveur du projet TAP – ce sont des prix trop élevés pour le gaz en Grèce et en Italie par rapport aux pays, par lesquels doit transiter le gazoduc Nabucco - la Bulgarie, la Roumanie, la Hongrie et l'Autriche. D’une manière ou d’une autre, TAP, tout comme Nabucco, sont des concurrents de South Stream. Le volume du gaz qui va transiter par le gazoduc TAP devrait atteindre 10 milliards de mètres cubes par an dès sa mise en service, pour doubler ensuite. En outre, ce gazoduc, tout Nabucco, devrait faire partie d'un projet plus important surnommé « Corridor du Sud», qui vise à réduire la dépendance de l'Europe par rapport au gaz russe. Cependant, ce projet ne risque pas d’être plus réussi que Nabucco.

« Il faut garantir d’une manière ou d’une autre les livraisons du gaz pour ce système », analyse l’expert de l’Union des producteurs de gaz et de pétrole de Russie Roustam Tankaev. « Et certains problèmes surviennent ici. Malgré toutes ses réserves importantes de gaz, l’Iran est exclu du jeu à la suite des sanctions. Au Turkménistan, la situation reste compliquée, et je pense que le projet du gazoduc transcaspien va échouer. Difficile de garantir donc le remplissage des gazoducs du Corridor du Sud. Le gaz de l'Azerbaïdjan ne suffira pas ».

Le projet Nabucco n’a pas été réalisé pour les mêmes raisons. Le projet South Stream reste plus concurrentiel dans ce contexte.

« Il sera difficile de faire concurrence à South Stream. Un certain nombre de compagnies a été créé, et ces compagnies se chargent de l’acheminement du gaz jusqu’au consommateur », ajoute Roustam Tankaev.

Les investissements dans le projet TAP atteignent 40 milliards de dollars. La construction devrait être achevée vers 2018. South Stream coûte deux fois moins cher et il peut acheminer trois fois plus de gaz. La mise en service du gaz par le biais de South Stream devrait commencer en 2015.

 



Samedi 29 Juin 2013


Nouveau commentaire :

Géopolitique et stratégie | Diplomatie et relation internationale


Publicité

Brèves



Commentaires