Opinion

Sergueï Chamba: Nous ne faisons pas confiance aux Américains (interview)


Dans la même rubrique:
< >

Mercredi 15 Novembre 2017 - 11:43 L'arbre qui ne cache plus la forêt

Mardi 24 Octobre 2017 - 11:16 Algérie, Maroc, seul l’essentiel nous incombe



Mercredi 5 Août 2009

Sergueï Chamba: Nous ne faisons pas confiance aux Américains (interview)
Dans une interview accordée à RIA Novosti, le ministre abkhaz des Affaires étrangères, Sergueï Chamba, évoque le rôle des Etats-Unis dans la guerre en Ossétie du Sud, l'activité pacificatrice de la mission de l'Union européenne en Géorgie et les lois que les ressortissants biélorusses doivent respecter à Soukhoumi.
- Des informations parues la semaine dernière ont révélé que des observateurs américains pourraient faire partie de la mission de l'UE en Géorgie. A la suite de quoi, le représentant spécial de l'UE dans le Caucase du Sud, Peter Semneby, a déclaré qu'une discussion là-dessus pourrait avoir lieu à l'automne. Qu'en pensez-vous?
Nous réprouvons catégoriquement cette idée. Premièrement, parce que cela n'est pas conforme au mandat de la mission de l'UE, délivré en application des accords conclus par les présidents russe et français, accords qui ne prévoient nullement la participation des Américains. Deuxièmement, cette question pourrait être examinée, s'il y avait un désir mutuel d'élargir la mission, mais, en l'occurrence, nous ne le jugeons pas utile, car nous ne voyons pas ce qu'une présence américaine apporterait de plus à la stabilité. Au contraire, nous avons toujours souligné qu'une grande responsabilité incombait aux Etats-Unis, concernant ce qui s'est produit en août 2008 en Ossétie du Sud. C'est pourquoi nous n'avons aucune confiance en eux. Ces dernières années, les Etats-Unis ont armé, équipé et entraîné les militaires géorgiens et ils continuent de le faire, en rétablissant l'infrastructure militaire et en préparant de nouveau l'armée géorgienne à de nouvelles agressions. C'est parfaitement évident.
A quelles fins les instructeurs américains ont-ils entraîné l'armée géorgienne ici, sur le territoire de l'Abkhazie, dans la partie supérieure des gorges du Kodori ? Pour qu'elle attaque l'Abkhazie. Nous sommes parfaitement conscients que les tentatives de conférer un esprit belliqueux à l'armée géorgienne créeront une nouvelle menace dans la région. Nous ne pensons pas que les Américains puissent contribuer à la stabilité dans la région. C'est pourquoi nous y sommes catégoriquement opposés et, en tout état de cause, nous ne les laisserons pas entrer sur notre territoire.
Bien plus : nous avons tout de suite déclaré que les tentatives d'introduire les Américains dans la mission de l'UE pourraient remettre en question notre participation aux rencontres à cinq portant sur la prévention des incidents et les enquêtes, rencontres auxquelles participent l'Abkhazie, la Russie, la Géorgie, l'UE et l'ONU.
Cette idée peut remettre également en question notre participation au processus de Genève. De plus, la décision récemment prise de proroger d'un an la mission de l'UE en Géorgie dans le même format ne prévoit pas de présence américaine.
- Que pensez-vous de l'efficacité de la mission de l'Union européenne dans la région?
Pour l'instant, nous ne voyons pas en quoi les actions de l'Union européenne sur le territoire de la Géorgie sont efficaces. Nous avons fait maintes déclarations à ce sujet, en faisant observer que l'UE ne réagit nullement au fait que la Géorgie accroît sa présence militaire dans la zone frontalière, ce qui crée de nouvelles menaces. Par conséquent, pour l'instant, nous ne considérons pas l'activité de l'UE comme efficace. Mais les actions communes et les revendications qui peuvent être soulevées lors des rencontres à cinq peuvent s'avérer efficaces. On verra.
- Comment peuvent être évaluées les recommandations faites par le ministère des Affaires étrangères de la Biélorussie à ses ressortissants de respecter les lois géorgiennes en Abkhazie et en Ossétie du Sud?
Le porte-parole du ministère biélorusse des Affaires étrangères s'est malheureusement exprimé avec un manque de délicatesse. Même l'Allemagne et la Pologne, qui ont fait des recommandations analogues, l'ont fait de manière plus souple : les diplomates allemands ont recommandé à leurs citoyens de ne pas se rendre en Géorgie après l'Abkhazie. En fait, la déclaration du diplomate biélorusse peut s'expliquer par la situation dans laquelle des ressortissants biélorusses ont été mis par les dirigeants géorgiens, qui ont commencé à interpeller et à arrêter les personnes qui s'étaient rendues d'abord en Abkhazie. Il fallait, évidemment, mettre en garde les citoyens biélorusses, et cela a été fait sans trop de tact.
Mais le chef de la diplomatie biélorusse a déjà déclaré que la question de la reconnaissance de l'Abkhazie restait à l'ordre du jour.
- Le commandant des troupes aéroportées russes, Vladimir Chamanov, a récemment déclaré que la Russie aiderait l'Abkhazie et l'Ossétie du Sud à créer une petite unité de forces aériennes. Comment évaluez-vous les menaces de Tbilissi de s'adresser à la Cour internationale en cas de survol par l'aviation russe de l'Abkhazie et de l'Ossétie du Sud?
Nous ne réagissons nullement à ces déclarations, elles ne nous font ni chaud, ni froid. Nous développons nos relations avec la Russie dans les domaines militaire, économique et dans tous les autres domaines. En ce qui concerne le développement de nos rapports stratégiques en matière de sécurité, nous ferons tout ce qui est nécessaire pour assurer la sécurité de notre pays. Nous avons conclu un accord sur la protection commune de notre frontière. Celle-ci sera aménagée en utilisant les tout derniers progrès de la technique. Nous signerons prochainement un accord sur une base militaire et de nombreux autres accords. En ce sens, la création en Abkhazie d'une petite unité de forces aériennes nous intéresse beaucoup.
L'essentiel est que nous ne menaçons personne. Dans toute l'histoire de nos rapports avec la Géorgie, nous n'avons jamais lancé aucune agression. Par contre, après la désintégration de l'URSS, la Géorgie a perpétré quatre agressions contre l'Abkhazie


Mercredi 5 Août 2009


Nouveau commentaire :

Actualité en ligne | International | Analyse et décryptage | Opinion | Politique | Economie | Histoire et repères | Sciences et croyances

Publicité

Brèves



Commentaires