Société

Serge Rader : « 11 vaccins obligatoires ? On marche sur la tête ! »



Vendredi 30 Juin 2017

Serge Rader : « 11 vaccins obligatoires ? On marche sur la tête ! »

Le nouveau ministre de la Santé, Agnès Buzyn, envisagerait de rendre onze vaccins obligatoires (contre trois aujourd’hui). Pour Serge Rader, le lobby pharmaceutique a encore frappé ! Ce n’est pas du tout, martèle-t-il, une priorité de Santé publique.

Serge Rader, vous avez 61 ans. Vous avez publié Le Racket des laboratoires pharmaceutiques et comment en sortir. Cela tombe très bien puisque la ministre de la santé, madame Agnès Buzyn, réfléchirait à rendre 11 vaccins obligatoires. Que vous inspire cette décision ?

 

Je dis qu’on marche sur la tête. Les vaccins ne sont pas une priorité de santé publique par rapport à d’autres infections. Je m’aperçois que le lobby pharmaceutique a encore frappé. Cela ne m’étonne pas.


J’ai beaucoup d’estime pour madame Buzyn, mais qu’elle n’aille pas sur le chemin de l’obligation vaccinale à 11 vaccins sinon je vais monter au créneau. On ne peut pas laisser faire.


En Italie, un décret vient de sortir le 07 juin pour obliger à 12 vaccins avec un quadrivalent, c’est-à-dire un vaccin avec 4 virus vivants atténués. On voudrait en faire autant en France, ou plutôt le lobby vaccinal voudrait en faire autant en obligeant à 11 vaccins qui ne sont pas une urgence de santé publique.


Je peux l’expliquer. Elle a cité le cas de la rougeole et de la méningite. Ce qui se passe avec ces maladies est parfaitement explicable, mais ce n’est pas vraiment une priorité de santé publique. La rougeole en France en 2012, c’est 859 cas. En 2013, c’est 259 cas. En 2014, c’est 267 cas. En 2015, c’est 364 cas. En 2016, 79 cas ! On vaccine de plus en plus. Alors qu’on vous dit le contraire.


Le vaccin ROR, alors qu’on pourrait au moins avoir le monovalent uniquement de la rougeole à 2 doses, représentait 85 % de couverture vaccinale en 2008. En 2015, il représentait 93 % de couverture vaccinale. On nous annonce maintenant un chiffre dont je ne sais pas d’où il sort de 75 %. Plus on vaccine, plus on aurait de cas de rougeole. Ce qui s’explique parfaitement par les effets secondaires des vaccinations de masse. On peut l’expliquer pour tous les vaccins, pour la diphtérie, pour la variole etc.


Les vaccinations de masse, ce n’est sûrement pas la solution. On vaccine de plus en plus et il y aurait soi-disant de plus en plus de cas et même des morts. J’aimerais savoir d’où sortent ces morts. Entre mourir de la rougeole et mourir avec la rougeole, il y a une nuance. On mélange tout et n’importe quoi, tout cela pour augmenter le nombre de vaccinations et donc le business. La Suède, par exemple, vient pourtant de décréter inconstitutionnelle l’obligation vaccinale.


Je dis que si on va vers une obligation vaccinale, je monterai au créneau. Il existe toute une batterie de textes pour défendre la liberté de l’individu à se vacciner ou pas avec des informations qui soient transparentes. C’est loin d’être le cas aujourd’hui. Je veux citer l’article 3 de la Déclaration des droits de l’homme, le nouveau Code civil qui reconnaît le principe du respect à l’intégrité du corps humain, l’article 36 du code de déontologie médicale, les différents arrêts de la Cour sur l’information transparente due au patient. Ce n’est pas le cas aujourd’hui. Il y a aussi la loi Kouchner du 4 mars dit qu’aucun acte médical ne peut-être pratiqué sans consentement libre et éclairé de la personne. Enfin, l’article 1111 de la santé publique dit que tout citoyen a le droit à la liberté d’accepter ou de refuser un acte médical, et la vaccination est un acte médical.

Nous n’en resterons donc pas là! 

Source : Boulevard Voltaire

NB: Prenez le temps de comparer le discours de bon sens, précis et rigoureux, du pharmacien Serge Rader ci-dessus avec ce qui vient encore de paraître dans la presse, un appel affligeant signé par soi-disant "200 grands noms" de médecins et praticiens hospitaliers en faveur de la vaccination obligatoire sur laquelle planche la Ministre Agnès Buzyn. Le moins qu'on puisse dire est qu'il ne s'agit certainement pas de grands noms de l'histoire de la médecine à laquelle ils ne connaissent visiblement rien de rien puisqu'ils affirment que la vaccination systématique a permis l'éradication de la variole là où le rapport final d'éradication de l'OMS qu'ils n'ont à l'évidence jamais lu stipule pourtant en toutes lettres:  « Les campagnes d'éradication reposant entièrement ou essentiellement sur la vaccination de masse furent couronnées de succès dans quelques pays mais échouèrent dans la plupart des cas. [...] ...il fallait absolument changer de stratégie. »


http://initiativecitoyenne.be/2017/06/serge-rader-onze-vaccins-obligatoires-on-marche-sur-la-tete.html



Vendredi 30 Juin 2017


Commentaires

1.Posté par njama le 01/07/2017 17:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

"Les 200 grands noms de la médecine ..." nous expliqueront-ils pourquoi les vaccins échappent à un certain nombre de contraintes réglementaires qui sont normalement nécessaires pour la mise au point de médicaments ?

Un biologiste explique comment la "sécurité" des vaccins est testée. Michel Georget est agrégé de biologie.

Par exemple les vaccins échappent à ce que l’on appelle les études pharmaco-cinétiques ...
(= le suivi des produits injectés dans l’organisme, l’analyse du devenir d’un médicament une fois dans l’organisme qui comprend 4 phases se déroulant successivement l’absorption, la distribution, le métabolisme, l’excrétion du principe actif et de ses métabolites )
Ces études ne sont pas requises pour la fabrication des vaccins.

Pas d’études de mutagénèse, de cancérogénèse, ou de génotoxicité pour les vaccins. Pour les autres médicaments on fait ces tests. Pour les vacins ce n’est pas requis.

Un troisième critère auquel les vaccins échappent, ils échappent aux véritables placebos.

(5’39) https://www.youtube.com/watch?v=wW0VpbU1ZHk

- Extraits de notices de vaccins GlaxoSmithKline :

13.1 Carcinogenesis, Mutagenesis, Impairment of Fertility : INFANRIX has not been evaluated for carcinogenic or mutagenic potential, or for impairment of fertility.

Notice GSK du vaccin Infanrix Pentavalent - (page 13/16) :

http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/3/27/09/71/2012-2013/Infanrix-notice-US.pdf

5.2 Pharmacokinetic properties : Evaluation of pharmacokinetic properties is not required for vaccines.

Notice GSK du vaccin Infanrix Hexavalent - (page 12/51) :

http://www.ema.europa.eu/docs/en_GB/document_library/EPAR_-_Product_Information/human/000296/WC500032505.pdf


INFANRIX HEXA : ses indications

Infanrix hexa est indiqué pour la primovaccination et le rappel des nourrissons contre la diphtérie, le tétanos, la coqueluche, l’hépatite B, la poliomyélite et les infections à Haemophilus influenzae type b.

-------------------------------------

On inocule donc aux nourrissons des produits sur lesquels il n’y a pas eu d’études pharmacocinétiques, pas d’études de mutagenèse, de cancérogenèse, de génotoxicité, et qui n’ont pas été comparés à de "véritables" placebos.

Infanrix hexa : le document confidentiel accablant
http://initiativecitoyenne.be/article-infanrix-hexa-le-document-confidentiel-accablant-113251207.html

2.Posté par njama le 02/07/2017 11:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

"200 grands noms de la médecine soutiennent l’extension de l’obligation vaccinale".

C’est une opération médiatique et politique. Ni le ministre de la santé, aujourd’hui Agnès Buzyn, ni le gouvernement n’ont le pouvoir de légiférer une telle extension, ni par décret, ni par ordonnance. Une telle modification relève uniquement de la voie législative ...
"Le ministre chargé de la santé ... énonce les recommandations" (Article L3111-1)

Espérons que de nombreux amendements feront obstacle à une telle extension sans justification d’évolution de la situation épidémiologique, au moins pour qu’il y aurait un vrai débat, que Agnés Buzyn aidée de 200 grands noms de la médecine tentent de confisquer par effet d’annonce !

Vaccinations obligatoires

"Les obligations vaccinales sont définies par le Code de la Santé Publique, qui a force de loi, et qui ne peut être modifié que par voie législative. Le ministre de la Santé peut suspendre une obligation ou rétablir une obligation suspendue. Ainsi, aucune obligation vaccinale n’a été supprimée en France (voie législative), il s’agit de vaccinations suspendues dont l’obligation peut être rétablie par décret ou arrêté ministériel. Ce sont les vaccinations contre la typhoïde et paratyphoïdes (art. L.3111-6), contre le typhus exanthématique (art L.3111-7), contre la variole (art.L3111-8), le BCG (art.L3112-1)." (source Wikipedia Politique vaccinale de la France)

Code de la santé publique Chapitre Ier : Vaccinations. Version en vigueur au 2 juillet 2017

Article L3111-1 En savoir plus sur cet article...
Modifié par LOI n°2017-220 du 23 février 2017 - art. 4 (V)

La politique de vaccination est élaborée par le ministre chargé de la santé qui fixe les conditions d’immunisation, énonce les recommandations nécessaires et rend public le calendrier des vaccinations après avis de la Haute Autorité de santé.

Un décret peut, compte tenu de l’évolution de la situation épidémiologique et des connaissances médicales et scientifiques, suspendre, pour tout ou partie de la population, les obligations prévues aux articles L. 3111-2 à L. 3111-4 et L. 3112-1.

https://www.legifrance.gouv.fr/affichCode.do?idArticle=LEGIARTI000034079716&idSectionTA=LEGISCTA000006171171&cidTexte=LEGITEXT000006072665&dateTexte=20170702



3.Posté par tzarine le 05/07/2017 07:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

En quelques mots peut on nous obliger à vaccinier nos enfants? Peut on encourir une peine si nous respectons pas leur imposition médicale..

Nouveau commentaire :

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences


Publicité

Brèves



Commentaires